Jump to content
Sign in to follow this  
PEDRO

Traitement Des Bois D'arc

Recommended Posts

Tres bien l'article :)

Si tout le monde le lit, y'aura déjà pas mal de post en moins dans le forum... :whistling:

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'espère que ceux qui ont une expérience d'autres essences de bois viendront ajouter leur grain de sel .................avec quelques photos, ca pourra être une base pour un chapitre de ARC5......................

Share this post


Link to post
Share on other sites

a rajouter éventuellement: Les fentes sont dues à la fuite trop rapide de la sève. Pour éviter ça, on bouche le bois de bout ou le bout du bois, comme vouis préférez) avec de la paraffine, voire du bitume. Pas avec de la colle à bois sensible elle aussi à l'humidité.

Enfin, et c'est une règle de lutherie donc je ne peux que supposer qu'elle d'applique ici aussi, en séchage naturel dans de bonnes conditions, on compte un an de séchage par cm d'épaisseur de bois pour arriver à un taux correct.

Share this post


Link to post
Share on other sites

il existe des colles à bois pour extérieur, résistant à l'humidité.

Et ca marche avec de la colle à bois, donc j'utilise de la colle a bois, et je ne suis pas le seul.....

Par ailleurs, le bois d'archerie pour les arcs simples ne doit pas être aussi sec que le bois de lutherie, sinon crac......

On peut même faire un arc avec du bois frais en qques semaines.

Share this post


Link to post
Share on other sites
ca pourra être une base pour un chapitre de ARC5......................

ou du prochain receuil "Bois d'arcs et de flèches" ... ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

:07:

Merci pour les infos,

:24: Bravo pour ce site

C'est de la balle :29:

Par contre ça rallonge pas mes nuits, j'arrive pas à décrocher de ce site :génial:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest arc à hic

J'aimaerais bien lire cette article mais j'ai un message : fichier supprimé ou abimé :28:

Le traitement des bois

Il semble que certains, ayant l’intention louable de se mettre à la facture d’un arc primitif, se posent des problèmes dès le départ. Quel bois, quand le couper, l’écorcer ou pas, le fendre, comment le sécher etc….

Pour les bois, le forum de Webarcherie est là pour vous aider, il suffit de chercher un peu. Je me limiterai là aux bois que j’ai pratiqués : frêne, orme, if, osage, robinier (appelé communément en France accacia).

Ceux qui ont une expérience en la matière pour d’autres essences de bois pourront me contacter pour d’éventuelles modifications de ce texte.

§§§

La saison : Beaucoup disent qu’il faut couper le bois en hiver, quand la sève est descendue. Ils ont sûrement raison. Toutefois je n’ai jamais constaté de différence entre les bois coupés en hiver et ceux coupés en été en ce qui concerne la facture d’arc.

Couper le bois en été comporte l’avantage de pouvoir enlever l’écorce très facilement à la main si on procède aussitôt après la coupe. C’est surtout vrai pour le robinier et le frêne. Toutefois en cas d’écorçage au cours de l’été, il faut faire attention au stockage du bois au moment de l’automne car dans certaines conditions, il arrive que des moisissures se développent sur le bois, se nourrissant des sucres présents dans la sève qui a séché sur le bois. En été, l’identification des essences est plus facile car les feuilles sont présentes mais certaines essences peuvent fendre de manière impressionnante rendant leur utilisation pour la facture d’arc tout à fait impossible.

Couper du bois en hiver permet d’avoir un bois qui soit moins humide. Il ne comporte que peu ou pas de sève. Le séchage sera alors plus rapide que pour du bois séché en été. Le bois aura moins de risques de fendre (mais ce n’est pas exclu).

§§§

La fente : on peut laisser sécher les billes en l’état, mais cela va prendre des années. Il vaut donc mieux les fendre en deux ou en quatre selon la rectitude et la section des billes. Cela permet en outre de voir si le bois n’est pas vrillé, donc inapte à la facture.

Pour fendre, on commence par la partie inférieure du tronc ou de la branche. Une masse et deux coins suffisent. On peut donner un trait de scie ou de tronçonneuse en long suivant l’axe selon lequel on veut fendre la bille. Sauf si la bille est parfaitement rectiligne, il faut fendre selon la courbure naturelle de celle-ci. On aura ainsi une billette réflexe et une deflexe.

§§§

Les bois :

Le frêne : Il se fend très facilement frais, et assez facilement sec. A écorcer pour éviter les bestioles xylophages qui semblent adorer ce bois.

L’orme : il est plus rétif que le frêne. Le trait de scie en long est conseillé. Il vaut mieux l’écorcer afin de vérifier s’il n’est pas habité, mais laisser l’écorce ne nuit pas s’il n’y a pas de squatters. L’écorce est épaisse et assez ennuyeuse à enlever, en été comme en hiver. L’orme a tendance a gauchir si il sèche trop rapidement. Cela arrive quand le bois refendu tout de suite après l’abattage et transformé en billette écorcée et ce, quelque soit la saison d’abattage.

Le robinier : Le bois se fend très bien, vert comme sec. Il s’écorce très facilement en été. Il convient d’ôter l’aubier blanc qui risque de se fendre et d’entraîner la fente du duramen jaune. On peut soit refendre la bille en quartiers et la laisser sécher telle qu’elle ou bien l’écorcer mais il faudra aussi enlever l’aubier.

L’if : Suffisamment rare pour être traité avec soin et respect. Pas la peine d’ôter l’écorce (toxique, l’if repousse la vermine) et il faudra d’ailleurs en général enlever une partie de l’aubier plus tard. Une branche raisonnablement droite d’if de 5 cm de section permet de faire un arc correct, pas la peine de la fendre, raboter côté ventre.

L’osage (oranger des Osages): Il ne pousse guère en Europe, et on le trouve normalement déjà sec. Quelques mois supplémentaires de séchage ne lui feront pas de mal, et c’est plus prudent. Ecorçage ou pas, au choix, mais il vaut mieux le fendre si ce n’est pas déjà fait. Comme le robinier, si on l’écorce, il faut tout de suite sortir l’aubier qui peut en séchant produire des fentes qui se propageront jusqu’au duramen.

Quand on coupe beaucoup de bois d’un coup, il est possible que l’on ne puisse pas tout écorcer de suite. Les insectes xylophages peuvent alors attaquer le bois. Il suffit de vaporiser sur le bois un produit type xylophène qui protègera le bois des bebettes….

§§§

Dans tous les cas

En été, stocker les billettes dans un endroit frais et aéré. Eviter les « fours » genre greniers et soupentes sous les toits.

En hiver, le garage extérieur fait très bien l’affaire s’il n’est pas chauffé.

Après un premier séchage de plusieurs semaines, on peut réduire un peu les billettes en épaisseur et largeur et les rentrer dans un endroit sec et plus chaud, pièce d’habitation, grenier, sous-sol proche de la chaufferie etc.....

Si le bois devient trop sec, un séjour dans une pièce plus humide remettra les choses en place (salle de bain, cuisine, garage extérieur si le temps est humide.......)

Ne pas oublier d’encoller chaque extrémité sur une dizaine de centimètres avec de la colle à bois pour éviter la fente de la billette.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Pedro, ça aide beaucoup à comprendre petit à petit les différents problèmes que l'on pourrait avoir à la confection d'un arc de tout type ! :good:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...