Jump to content
Jiwai_Le_Tanneur

Arc en cornouiller et identification de bois inconnus

Recommended Posts

Bonjour à tous! (et à toutes aussi, mais l'écriture inclusive me réussit pas bien)

Après un long moment loin de l'archérie, et de ce forum, je suis retombé dessus en cherchant des infos pour le séchage d'un bout de cornus sanguinea (Ils poussent comme du chiendent dans ma haie), initialement pour faire des manches d'outils.

Sauf que quand on vadrouille par ici, sur ce forum, c'est dur de résister à la tentation de se faire un arc... Déjà que c'est grace à vous que je me suis mis au travail du cuir, puis récemment à la forge... (j'ai le virus je crois. C'est grave?)

Ma buchette de cornouiller fait 171cm de long, 3.3cm à la base et 3.1cm à la tête. Avec une petite courbe en S sur la partie supérieure.

Je vous mets des photos sur un hébergeur, je n'arrive pas à en uploader ici.

https://imgur.com/a/931cv8P

Les 4 dernières photos, c'est la buchette en cornus sanguinea (coupée et écorcée aussi sec). Serait-il possible selon vous d'en tirer un arc? Je pensait un Flatbow, avec un profil un peu rectangulaire. Par contre, j'ai ZERO expérience en facture d'arc.

Les 2 premières correspondent au 1er arbre inconnu, feuilles puis tronc. J'ai pas de fruits, ni de fleurs qui pourrait donner une idée, mais cela me fait penser à un sureau.

Les 2 photos suivantes, c'est un autre arbre juste à coté. Tronc droit, peu de branches, pousse comme du chiendent aussi. Un sorbier peut être?

Les 2 photos du photos du milieu, c'est une petite cordelette en écorce de chèvrefeuille de 3 torons, et de 2mm d'épaisseur, faite à l'arrache il y a ~10ans, (pratiquement) incassable à la main, retrouvée au fond d'un placard. Est-ce que quelqu'un à déjà fait une vraie corde en chèvrefeuille? L'écorce est vraiment très fibreuse, et j'en ai plein d'accessible (ça aussi, ça pousse comme le chiendent dans la haie)

Sinon en terme de bois intéressant pour la facture (ou plus précisément la fRacture étant donné que ce sera mon premier essai) d'arc et de manche d'outil, j'ai acces à de l'érable, du cornouiller femelle, de l'arbousier, du laurier sauce, du cerisier.

Voilà, c'est tout pour moi.

Merci!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le cornouiller est pratiquement indestructible.....par contre le trouve qu'il manque de ressort (il est vrai que je travaille surtout l'osage, pas de comparaison possible)

Les feuilles, ce ne serait pas du noyer?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour les feuilles, c'est sur que c'est pas du noyer, pas de noix à l'horizon. Par contre, l'arbuste fait de petites fleurs blanches en grappes en été (pas de photos, désolé) qui sont vraiment semblable à celle du sureau. Donc je pense que l'arbre n°1, c'est du sureau.

Si le cornouiller est réellement indestructible, c'est parfait pour se faire la main alors! Enfin, si j'ai assez de matière pour un arc 🙂

Sinon il fera de belles plaquettes pour un manche de couteau.

Merci PEDRO pour la réponse rapide.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour les feuilles, c'est sur que c'est pas du noyer, pas de noix à l'horizon

##

J'ai deux jeunes noyers dans le jardin, aucune noix à l'horizon.....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Le cornouiller, j'y avait pensé. Habitant la campagne et ayant fabriqué de nombreux manches d'outil avec, comme me l'avait appris mon père et mon grand-père ( c'est avec ça qu'on façonnait les manches de merlin ). c'est effectivement un bois très fibreux, quasiment incassable au choc, nerveux et qui vieillit bien. Tout naturellement je me disais que ça doit être super pour fabriquer un arc. Erreur !, sauf gros coup de chance. Tour d'abord il est très difficile d'en trouver de plus de 4 cm de diamètre donc pas de fenêtre possible, encore plus difficile d'en trouver des droits et sans noeud sur plus d'1,70 mètre, et surtout c'est un bois qui souffre toujours de micro-fissures, à  peine perceptible avec l' écorse, visibles après écorsage, et plus on râpe, plus c'est profond et oxydé ( noir). Avec beaucoup de patiente et de recherche je pensais par deux fois avoir trouvé l'objet rare, et deux fois, après plusieurs heures de travail, crac ! Une branche indestructible et l'autre lâche à la fissure.

Dans le coup j'arrête le cornouiller et la plane, j'en ai commencé un avec du merisier et une méthode plus évoluée. Je ne sais pas encore ce que ça donnera car personne ne donne d'avis sur ce bois mais ça se présente assez bien pour le moment. En tous cas c'est un bois d'ébénisterie esthétiquement superbe passé à l'huile de lin. J'ai la chance d'avoir un ami ancien ménuisier à la retraite et très bien équipé. On est parti d'une surbille de 30 cms de diamètre, droite et sans noeud sur 2 bons mètres. On l'a débité en planches de 5 cms d'épais. Sur une des planches j'ai tracé le profil d'un 66" avec poignée et fenêtre de tir en suivant le fil de bois qui me donnait un léger reflexe naturel, et on l'a découpé avec précision sur ses machines .Puis j'ai tracé la forme effilée des branches et l'ébauche de la poignée, idem. La je suis en train de l'émincer progressivement à la râpe en pesant régulièrement pour l'amener à 40 livres puis je le cintrerai à la vapeur pour augmenter le réflexe ( entre 4 et 5" ) et je le laisserai sécher quelques mois sur un gabarit avant de travailler la poignée et les finitions. J'ai prévu des poupées en corne ou andouillets de cerfs. Verdict au printemps.

Si ça casse, je recommencerai la même méthode avec du frêne. C'est un bois blanc moins esthétique mais souple et résistant considéré comme un bon bois d'arc, qui plus est abondant dans nos régions. Pas toujours droit mais en cherchant bien, un jeune tronc droit et sans noeud sur au moins 2 m, ça se trouve, il faut normalement demander l'autorisation pour le couper ( ou être discret ). Je pense que le mieux et de le couper vers la fin du printemps, le façonner frais, le cintrer dans un caisson à vapeur et le laisser sécher sur le gabarit de cintrage plusieurs mois avant de passer au réajustage, équilibrage et à la finition, en effet le cintrage et le séchage augmenteront forcément la puissance.

Dans un prochain post , je vous présenterai un arc ancien de ouf, que le menuisier m' a montré. Un longbow d'1,90 m d'une puissance et d'une solidité incroyable, et probablement très ancien mais il n'a aucune idée sur l'origine.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...