gerybo

Les Flèches Des Webarchers...

1019 posts in this topic

Quelques autres en cornouiller.

post-41-1111433534_thumb.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

les encoches surélevées.

post-41-1111433698_thumb.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Chapeau pour vos flèches. :29: Elles sont magnifiques.

Voici un assortiment de mes flèches d’exercice. En générale, je tire tous les jours avec. Tous les futs sont en cornouiller avec des plumes d’oie. Les premières plumes ont été ligaturés avec du fil de lin très résistant. Bien que les ligatures soient belles, elles ne résistent pas à plusieurs douzaines de tires.

Comme vous le savez, la fabrication d’une flèches fait pas mal de travail. C’est pourquoi j’ essaie de réparer chaque casse....mais elles sont très résistantes..... :109: heureusement.

Je voudrais bien les décorer comme vous. Mais quand les miennes sont enfin « terminés », je suis tellement impatient de tirer avec que je ne trouve plus le temps de leurs donner un peu plus de couleurs. :bhaoui..: C’est à peine que je prends le temps de mettre de vernis ....

post-41-1111743350_thumb.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hartung, tes pointes assomoir sont en bois? J'en ai vu une fois en chène et le quand elles ont été tirées sur un support dur (planche) elles ont toutes cassé. Comment reagissent les tiennes?

As tu pris en compte le fil du bois quand tu les as montées et comment les as tu fixées?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hartung, tes pointes assomoir sont en bois?

Oui, les pointes blanches sont en aubépine, les pointes d’un marron foncé sont en bois de quetsche et les pointes d’un marron claire sont en if. Je n’ai pas tenu compte du fil de bois mais ca serais effectivement une bonne idée.

Voila le montage : le petit morceau de fer sert à affiner le poids de la pointe. Fixation par colle blanche.

post-41-1111851690_thumb.jpg

Edited by Hartung

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'en ai vu une fois en chêne et le quand elles ont été tirées sur un support dur (planche) elles ont toutes cassé. Comment reagissent les tiennes?

Je n’ai malheureusement pas pris note pour te donner une réponse précise.

Quand elles cassent:

Ca peut être la pointe qui se désintègre, mais peut aussi être le fut qui se fissure. D’après mon sentiment, c’est assez « équilibré ».- Je préfère que c’est la pointe qui casse.

Quand les flèches survivent à un impact « dur » :

Dans un mur en béton, elles ricochent peut être d’un mètre. Dans une planche en bois, le bruit est impressionnant ; elles ricochent très loin. Le plus loin pour le moment c’était 6 mètre. Chaque fois que j’entend ce bruit je suis au bord d’une crise cardiaque.

Heureusement, le plus souvent, le flèches survivent à l’impact. Je les examine soigneusement avant de continuer de tirer avec.

Voila la planche (vielle de table de jardin) qui reçoit les flèches et ou on peut apercevoir les impactes.

post-41-1111851936_thumb.jpg

Edited by Hartung

Share this post


Link to post
Share on other sites
Papy de 66 ans qui se met à la fabrication de flèches primitives, je rencontre des difficultés avec la mise en place de l'empennage (à base de plumes véritables) avez vous une (des) astuce(s) à me communiquer, sous réserve de ne pas faire appel à des montages qui n'auraient pus être utilisés par les préhistoriques ou les indiens avant l'arrivée de l'européen

voilà, voilà.

Tu prends 3 plumes pour deux flèches, tu coupes tes plumes en 2 le long du rachis que tu affines au couteau et au papier de vere (du grès su tu veux). Tu enlèves les barbes pour laisser du rachis nu aux deux extrémités.

Tu attaches avec un fil de tendon mouillé et enduit de colle de peau le rachis qui dépasse côté encoche en plaçant bien les plumes (toujours utiliser sur une fl`che des demi plumes provenant de la même partie, droite ou gauche).

Tu laisses sécher.

Ensuite même opération avec le bout de rachis coté pointe en tirant sur la plume pour la plaquer au fut. Tu peux mettre un peu de colle de peau le long du rachis avec une allumette taillée ou ligaturer ave un tendon humide tout le long de l'empennage.

post-41-1111856794_thumb.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

autre

post-41-1111856833_thumb.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

.....

post-41-1111856886_thumb.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les photos proviennent de "l'arc indien" de Jim Hamm.

Etnoc, ce serait plus sympa si tu t'enregistrais. :37:

post-41-1111856994_thumb.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

acer campestre,

désolé, je n’ai pas de tour et c’est un peu compliqué d’expliquer comment je fais. Si tu veux, je pourrais poster quelques photos. Mais ca prendra quelques jours.

Edited by Hartung

Share this post


Link to post
Share on other sites
Papy de 66 ans qui se met à la fabrication de flèches primitives, je rencontre des difficultés avec la mise en place de l'empennage (à base de plumes véritables) avez vous une (des) astuce(s) à me communiquer, sous réserve de ne pas faire appel à des montages qui n'auraient pus être utilisés par les préhistoriques ou les indiens avant l'arrivée de l'européen

T'as aussi la methode chinoise a base de colle de peau sans "montage" ni gabarit ni empenneuse :

http://webarcherie.com/forum/index.php?showtopic=3138

Share this post


Link to post
Share on other sites

Perso coller les plumes ca a été le plus dur de la fabrication des fleches.

Meme usiner les os pour en faire des pointe c'était de la rigolade à coté.

Le redressage des futs ? la balade...

Mais le collage des plumes une horreur.

Ca veut pas rester droit c'est courbé dans les 3 dimensions.

Le seul moyen quej'ai trouve c'est de coller la plume petit à petit.

Ca prend du temps mais au final ca marche :

tu commence par la base de la plume et tu badigeonne de colle sur 4 cm pas plus, plus ca sert à rien puisque de toute facon la plume étant courbée tu ne pourra pas la maintenir droite le long du fut.

Puis quand c'ets sec et que ca tient, en gros 7 minutes tu continue sur 4 cm de plus.

Etc etc jusqu'à la fin.

(prévoir une émission télé bien nulle à regarder en même temps type bachelor ou boite à Arthur)

Je n'utilise pas d'empenneuse (d'ailleurs vaut mieux pas puisque mes futs ne sont pas parfaitements droits).

Je pense aussi que le collage de la plume est facilité si le fut est le plus droit possible et si la plume est bien préparée (maximum de rachis enlevé et base du rachis qui reste tres plat et fin).

Certaines plumes sont plus faciles à coller que d'autre : le faisean c'est facile mais les barbes s'abiment si on les sert trop donc dur de raboter le rachis sans abimer la plume.

La plume d'oie est plus caustade et donc on peut bien serrer lors du rabotage du rachis MAIS le rachis est 10 * plus dur à raboter et la plume moins souple donc dur de la faire tenir droite sur le fut.

Voilà ce sont mes observations de débutant.

Mais le grand truc que j'ai trouvé (jétais limite de laisser toimber tellement je trouvais ca dur de coller les plumes) c'est de faire 4 cm par 4 cm en baigeonnant le rachis et le fut de colle de peau avec un petit pinceau d ecolier.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les premières primitives ! (j'ai enfin remis la main sur cette mue ! lors de la découpe, je me suis aperçu qu'il y a beaucoup de spongiosa au milieu :19: )

Fût noisetier diamètre 9 mm (11/32 environ) longueur 78cm (31" environ) (pas spiné, mais plutôt "mou")

Pointes en bois de cerf, collage araldite néolithique, celle du bas est directement la pointe d'un andouiller, les deux autres pointes d'andouiller de la mue ont été montées sur les avants-fûts de sagaie.

Ligatures en fil de lin enduites colle vynilique paléolithique, sauf pour la flèche déjà empennée qui est ligaturée en crin.

Plume de dinde naturelle (je n'en avais qu'une sous la main, je vais prendre de la plume commerciale pour finir)

post-41-1112820317_thumb.jpg

Edited by ishi78

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu as sûrement raison, j'ai un peu hésité à le faire parceque je trouve que ça fait une surépaisseur en diamètre et que le collage époxy est largement suffisant. Mais il est toujours temps.

J'ai fait deux versions de biseau: une version pointe "femelle" avec un biseau de fût qui rentre dedans (N° 2 et 4 en partant du haut) et une version pointe "mâle" qui rentre dans une entaille du fût (3,5 et 6).

Je ne sais pas ce qui est le plus costaud, mais comme c'est collé à l'araldite, je ne suis pas trop inquiet.

Share this post


Link to post
Share on other sites

:24:

Pour tes premières, c'est pas du raté !! Bravo !

Petite question en passant, commet as-tu retouché le diamètre des futs... Oubien le choix des rejets de noisetier était tel que tu as choisi les plus parfaits...

(Tes réalisations me tentent : en face de ma fenêtre, il y a un noisetier avec de rejets de rève... le concierge risque de le retrouver un peu déplumé un de ces 4...)

Encore bravo.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai pris des rejets de plus de 12 mm de diamètre (sauf celui qui est monté avec la lame qui est un peu trop fin côté encoche et que je vais sûrement remplacer) et je les ai rabotés avec un gabarit suivant la méthode préconisée dans un autre post par Pierre. Ensuite toujours suivant ses conseils éclairés :115: , je les ai mis dans la perceuse pour poncer au papier corindon. Simple et efficace.

Après, ils ont pris trois couches de vernis polyuréthane "pré-moustérien".

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme link. J'ai un peu peur qu'en ne ligaturant pas jusqu'au bout, on ne se retouve avec une zone plus fragile...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon ba bravo ishi :29:

moi je n'ai pas avancer sur mes 3 fleces (mais la colle doit etre bien seche)

:05: :05:

il me reste à former les pointes en os façon suppo

ensuite une ligature et un enduit dessus (cire) pour la lisser :29:

je ferais ça ce WE :21:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alpha et moi on met de la bête colle à bois sur les tendons ligaturant les pointes après les avoir un peu poncés, le tout égalisé avé le doigt.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci de vos encouragements :21: et de vos judicieuses remarques :115:

Comme je n'ai pas de tendon, enfin pas encore :whistling: , je fais mes ligatures au fil de lin pour couture de sellerie et j'enduis de colle préhistovinylique (de la colle à bois de chez bricocastorlin comme Pedro et Alpha, je ne vais pas changer une équipe qui gagne :20: )

Pour apaiser les inquiétudes de Link et Pierre, (et celles qu'ils ont réussi à me communiquer, du coup! :pfff: ), je m'en vas te les r'faire un chouille plus longues lesdites ligatures.

Personne n'a émis d'avis sur les avantages comparés de la pointe à entaille "femelle" et de la pointe à biseau "mâle" ...

Je suis frustré : j'espérais susciter le début d'une splendide polémique entre experts...

C'est raté :30: :08: :38:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si il n'ya pas de bonne ligature une pointe male risque lorsqu'elle arrivera en cible ou sur autre chose (!), de fendre le fut en long...par contre avec des pointe à empreinte femelle (méthode proposé par pierre...) ce risque de fente disparait :37:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now