Jump to content
Enzo199

Tir 300m Mission mxb 400

Recommended Posts

Il y a 18 heures, marco63 a dit :

Pour en revenir à l'efficacité des tirs, on apprend de par le fabricant de flèches "Easton" qui s'amuse de la surenchère des vitesses depuis quelques années sur les arbalètes, que "170 fps" pour un projectile de "400 grains" est suffisant ...

https://www.deeranddeerhunting.com/content/articles/deer-news/todays-new-crossbow-technology-rise-of-the-machines

Traduction en système m-Kg-s  => 25 grammes à 52 m/s => 34 Joules au moment d'atteindre la cible.

Dit autrement, pour du tir à 200 mètres, la plupart des arbalètes modernes sont OK, mais il faut grimper à une 20taine de mètres de haut pour y parvenir 🙃

 

Le meilleur moyen de connaitre l'énergie résiduelle, c'est de tirer sur un chronographe balistique ...  à 100 mtr ou 200 mtr il risque gros :hmm:

C'est comment la répétabilité des tirs sur 100 mtr, c'est un peu aléatoire ou on arrive à une précision relative ?

Sinon disposer un capteur derrière la cible, et enregistrer le choc avec un soft d'acquisition ;  j'en ai un, mais je ne sais pas si la fréquence d’échantillonnage serait suffisante ...

Il vaut mieux sacrifier un chronographe, les capteurs ça coûte cher ...

Citation

De plus, du point de vue du vol de la flèche, lorsque la vitesse de l'arbalète éclipse 360 fps (+/- 5 fps), le vol de la flèche de chasse peut devenir suspect. Les pointes modernes (quelles que soient leurs revendications de «précision du point de champ») sont affectées par les lois de l'aérodynamique (c'est-à-dire la poussée, la traînée et la portance).

C'est ce que j'ai dis plus haut, une flèche est soumise aux lois de la trainée et portance ...

J'attends avec impatience le devis de airshaper ...

Citation

Quelle que soit leur forme ou leur taille, aucun n'offre un vrai profil aérodynamique et finit par devenir instable et plané au vent en raison d'instabilités aérodynamiques excessives à des vitesses exagérées. Cela rend très difficile le «réglage» du vol de la flèche à large pointe, car le consommateur moyen d’arbalète n’est pas capable de faire des ajustements minutieux à son équipement pour obtenir un vol de flèche cohérent (c.-à-d. Ajuster les câbles de bus).

Ils nous prend pour les derniers perdreaux de l'année, il faut une pointe bien centrée, correctement usinée et suffisamment effilée ...

Après, concernant les lames de chasse, c'est de la mécanique de précision, il n'y a rien d'abracadabrant ...

Sinon il y a la MHD (on tombe dans les ovnis et les extra terrestres :alien::alien:), ça doit être possible d'insérer un condensateur qui libère son énergie au moment du départ, pour contraindre l’écoulement autour du trait ... Il y a de quoi s'amuser pour un bricoleur,  à savoir que si la tension appliquée est suffisamment importante, non seulement cela permet de contrôler les écoulements, mais ça propulse aussi ...

On voit ici son efficacité sur un profil en complet décrochage, l'écoulement est recollé dès qu'il envoie le jus. Cette vidéo m'émerveille à chaque fois que je la vois :cool:

 

 

Edited by gibus369

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, gibus369 a dit :

Le meilleur moyen de connaitre l'énergie résiduelle, c'est de tirer sur un chronographe balistique ...  à 100 mtr ou 200 mtr il risque gros :hmm:

C'est comment la répétabilité des tirs sur 100 mtr, c'est un peu aléatoire ou on arrive à une précision relative ?

Sinon disposer un capteur derrière la cible, et enregistrer le choc avec un soft d'acquisition ;  j'en ai un, mais je ne sais pas si la fréquence d’échantillonnage serait suffisante ...

Il vaut mieux sacrifier un chronographe, les capteurs ça coûte cher ...

Avec le tableur excel que je t'ai fourni qui intègre la résistance de l'air, tu connais parfaitement la trajectoire de tes traits, et la vitesse résiduelle au point d'impact, donc inutile de sacrifier un chronographe 🤕.

Tu as juste à utiliser ton chronographe en sortie d'arbrier en laissant la longueur d'un trait  (pour ne pas mesurer une vitesse tronquée car encore en cours d'accélération si tu la mesures en sortie directe d'arbrier, of course).

Le SCx qui a été pris en compte dans le tableur excel est corrélé par l'expérience des professionnels ... via ce lien

http://www.bestcrossbowsource.com/arrow-speed-drop-crossbow-test-results/

C'est d'ailleurs grâce à ces courbes que j'ai pu déterminer la courbe hyperbolique qui permet de retrouver rapidement (pour du tir tendu uniquement puisque la vitesse freinée l'est idéalement dans un espace atmosphérique terrestre, mais sans la gravité) la vitesse freinée par rapport au temps. Dit autrement, le trait est freiné mais ne tombe pas, on n'a pas la courbure due à la pesanteur.

J'ai pris le temps de peaufiner les derniers réglages de ce tableur (même si la version que je t'ai transmise reste valable) et je te le renvoie en MP ainsi qu'à Chinook.

Done !

Edited by marco63

Share this post


Link to post
Share on other sites

Re re Merci 🙂

C'est pas que je n'ai pas confiance, mais les calculs de trainée ce n'est pas de la tarte,  il y a toujours un paramètre que tu n'arrives pas à connaitre avec précision ...

Calcul de la trainée, c'est 1/2 de la masse volumique de l'air (en kg, soit 1,2 kg par m3) X Vitesse au carré en mtr sec (ça c'est facile) X surface alaire (faisable avec les empennages en s'aidant de la CAO),  X le CX

Le CX à moins de disposer d'une moulinette virtuelle 3D performante genre Fluent, on ne le connait pas (encore que c'est loin d'être la panacée) .. et le calculer alors là, il faut tenir compte du Re , de la manière dont circule le fluide (laminaire ou turbulent) , la surface frontale etc .....

Bref c'est quasi mission impossible, et de toutes façons ça change d'un trait à l'autre (je suis peut être trop pointilleux ?).

Ils ont du prendre le CX générique d'un disque ou d'une sphère correspondant à la section de la flèche, très éloigné de la réalité ... curieux de savoir ...

Le mieux c'est la veine de flux d'air avec un peson ... il faudrait déjà une soufflerie transsonique tapant mach 0,5, celles subsoniques ne dépassant guère mach 0.3, dans les 400 kmh. Je ne suis pas sûr que ce soit accessible en construction amateur ...

C'est quand même rapide :blink:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Coefficient_de_traînée

Citation

 

Si pour certains corps simples non profilés (plaque ou disque circulaire face à l'écoulement, figure ci-contre) le Cx{\displaystyle C_{x}}C_x ne dépend pas du nombre de Reynolds de l'écoulement, pour la plupart des autres corps il en dépend. De sorte que, pour tous ces autres corps, en plus de dépendre de leurs formes, le Cx{\displaystyle C_{x}}C_x dépend du coefficient de frottement, c.-à-d. de la forme du profil de vitesse dans la Couche Limite (profil « turbulent », profil laminaire), ainsi qu'éventuellement de la traînée induite par la portance, s'il en est.

Le coefficient de frottement dépend du nombre de Reynolds de l'écoulement sur le corps et du degré de laminarité de la surface de ce corps (voir l'article Couche limite).

 

Dans un des liens que vous avez posté plus haut ils disent clairement que la réduction de la vitesse se fait sentir dès 30 mtr de distance,, même à 350 fps,  pour moi c'est une preuve flagrante que la trainée est relativement importante, et ça n'a rien d'étonnant quand on voit le culot de la flèche et sa vitesse très élevée ...

 

Edited by gibus369

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, gibus369 a dit :

Dans un des liens que vous avez posté plus haut ils disent clairement que la réduction de la vitesse se fait sentir dès 30 mtr de distance,, même à 350 fps,  pour moi c'est une preuve flagrante que la trainée est relativement importante, et ça n'a rien d'étonnant quand on voit le culot de la flèche et sa vitesse très élevée ...

La principale source de traînée pour une flèche, c'est le vol en crabe. J'ai souvenir de tests qui avaient été fait et qui montraient qu'une flèche perd 30% de sa vitesse sur les premiers mètres mais qu'une fois stabilisée, la perte est relativement faible.

Ceci me fait penser que ce n'est pas en profilant le culot que tu vas gagner grand chose, peut-être même empirer les choses en rendant le vol instable. Je pense plutôt que c'est en t’assurant une sortie de flèche parfaite et que l'empennage assure la stabilité du vol en induisant un minimum de traînée que tu minimiseras la perte de vitesse de tes trais.

[edit]Ce n'est peut-être pas 30%, je dis ça de mémoire mais c'est vraiment sur les premiers mètres que les flèches perdent le plus de vitesse.[/edit]

Edited by MarcoP0l0

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, MarcoP0l0 a dit :

La principale source de traînée pour une flèche, c'est le vol en crabe. J'ai souvenir de tests qui avaient été fait et qui montraient qu'une flèche perd 30% de sa vitesse sur les premiers mètres mais qu'une fois stabilisée, la perte est relativement faible.

Ça prouve juste qu'il y a quelque chose qui cloche, mauvais équilibrage ou corde pas centrée parfaitement  ...

Qui a vérifié avec une machine de mesure tridimensionnelle la parfaite symétrie de l'arc ?

tube carbone insuffisamment rigide, trop long, diamètre trop faible, micros déplacements latéral de la corde pendant la détente ...

D'où mes doutes concernant le système de démontage rapide de l'arc sur les excalibur 400 - 420TD, avec forcément du jeux, même s'il est d'ordre micrométrique ....  Il vaut mieux des vis bien serrées, en V pour le centrage,  exit aussi les cames qui engendrent des micro-vibrations (d'après un tireur italien) ...

Pour espérer taper un jour 600 kmh avec une bonne précision, j'imagine qu'il faut revoir tout ces paramètres ...:hmm:

Concernant le profilage, on verra avec l'étude de airshaper s'ils daignent me répondre, sinon je me tournerai vers Flow design d'autodesk  ...

 

On trouve dans cette thèse de Hélène Demailly (spécialité sciences industrielles) une étude intéressante sur les projectiles =>  https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00690639/document

Leur méthode des panneaux de papier pour analyser la balistique est étonnante ... Voir page 70 : Inventaire des efforts s'appliquant à un projectile ...

Impressionnant, elle analyse tout, trainée, portance, moment de tangage, roulis, accélération de Coriolis, force de Magnus ...

Lorsque le projectile tourne sur lui-même (vitesse de rotation de roulis) et se déplace avec un angle d’obliquité non nul, les forces de frottement créent un écoulement du fluide (air) asymétrique autour du projectile. Cette asymétrie induit une force transversale appelée force de Magnus ...

zorm.jpg

nteq.jpg

En plus aujourd'hui on peut aligner parfaitement les panneaux au laser ....

Le moment d’entraînement en roulis Comme son nom l’indique, le moment d’entraînement en roulis est responsable de la rotation du projectile autour de son axe longitudinal. Ce moment n’est pas induit pour les mêmes raisons sur les projectiles empennés que sur les projectiles gyrostabilisés. Les projectiles empennés sont stables statiquement, et n’ont donc pas besoin de tourner pour être stables en vol en théorie. Leur rotation est volontairement entraînée grâce à la mise en place d’ailettes biseautée braquées sur le corps du projectile afin de compenser d’éventuelles imperfections géométriques. En revanche, les projectiles gyrostabilisés sont stables gyroscopiquement, c’est-à-dire qu’il est nécessaire de les faire tourner pour obtenir un comportement stable en vol, et ce dès le début du vol. Pour cela, les tubes destinés à tirer des engins gyrostabilisés sont rayés.

Donc il n'y a théoriquement pas besoin de faire tourner le trait pour le stabiliser s'il est géométriquement parfait ?

Qu'en est il sur les traits excalibur et les autres arbalètes ?

Edited by gibus369

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voici une petite étude en CFD, il a utilisé Openfoam , un logiciel Opensource ...

mais pas grand chose sur la trainée de culot ...

 

Edited by gibus369

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Gibus,

J'ai visionné la vidéo, et regardé attentivement les courbes de trajectoires qu'il présente, dont celle qu'il dit qui ne colle pas à la réalité, et on le comprend, car il a pris en référence une belle parabole qui ne semble absolument pas tenir compte de la résistance de l'air, et ensuite, il juxtapose les courbes "réelles".

Si tu utilises mon tableur, tu verras que la trajectoire ne ressemble pas à une parabole pour des traits d'une 30 taine de grammes.

Pour avoir un semblant de parabole, il faudrait utiliser des traits assez massifs, de 250 grammes par exemple, la résistance de l'air devenant négligeable.

Et comme je te l'avais dit précédemment, les pertes de vitesse en fonction du temps ont été mesurées par les fabricants de flèches/traits.

Avec la modélisation, il suffit que tu fasses quelques itérations sur la valeur du Cx pour faire coller les trajectoires mesurées avec les trajectoires théoriques.

Quand les 2 matchent, tu as trouvé le bon Cx.

C'est ce qui a amené à proposer un Cx entre 1 et 1,2 ... loin d'être déconnant si on se réfère à ce qu'on peut trouver sur des barres ou même une demi sphère.

J'avais déjà documenté tout ceci précédemment 😉

Et pour illustrer ce que cela donne, à l'instar de la présentation vidéo de ce monsieur, je viens de superposer 3 courbes de trajectoires, l'idée étant de  pouvoir visualiser pour un tir balistique à 45°, avec une vitesse de 100 m/s, l'influence de certains paramètres comme :

  • L'absence de résistance de l'air (tir fictif à la surface de la Terre dans une ambiance de vide => Parabole parfaite) avec un trait de 27 grammes (=> la plus grande trajectoire).
  • En condition normale atmosphérique, avec le même trait de 27 grammes. (la plus courte trajectoire).
  • En condition atmosphérique normale, mais avec un trait de 100 grammes (la trajectoire intermédiaire) => nécessite une énergie de plus de 500 Joules 😰

 

Capture003.JPG

 

Il faudrait un trait de 1 kg sous les mêmes conditions atmosphérique (dans l'air ambiant), de vitesse (100 m/s) et d'angle de tir (à 45°) pour taquiner la performance de la trajectoire fictive du tir dans le vide à 95% de rendement près. Bien évidemment, pour arriver à cette performance délirante, il faut booster le tout avec un coup de pied à plus de 5000 joules 🥵. (Voir post suivant)

Edited by marco63

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour illustrer le propos précédent, juste pour le fun, en augmentant (fictivement) considérablement la masse d'un trait, on peut prétendre à taquiner la trajectoire (tout aussi fictive) dans le vide à la surface de la Terre.

On frise ainsi la parabole parfaite, la résistance de l'air devenant négligeable.

Capture004.thumb.JPG.bb6e203149ce119b94d7b42f9d1300bc.JPG

Reste plus qu'à fabriquer l'arbalète à 5 000 Joules, ainsi que le trait approprié de 1 kg (en uranium ?) et le tour sera joué !

Quelques précisions utiles :

  1. Toutes ces simulations ont bien entendu été réalisées avec la modélisation issue de mon tableur customisé ... en ajustant simplement les paramètres "énergie", "distance de la cible" (qui influe directement sur l' "angle de visée" en mode "forcé"), "masse projectile", et "coefficient globalisé de la résistance de l'air".
  2. Comme on n'est pas en tir tendu, la fonction hyperbolique qui permet de déterminer la vitesse adéquate ne fonctionne plus ... mais pour ne pas casser la mécanique Excel, il suffit simplement de donner de grandes distances à itérer pour encadrer la valeur qui donnera l'angle de tir forcé à 45°. (Par exemple, pour le tir d'un projectile de 1 Kg, il a fallu que j'entre # 1800 m pour que l'obtienne l'angle de 45° alors qu'en théorie, une distance de 1000 m  aurait pu suffire). Quant à l'énergie nécessaire, un rapide calcul à partir de masse - vitesse, of course ...
  3. Si on compare les courbes de trajectoires dans l'atmosphère terrestre, simplement en fonction de la masse du projectile qui diffère, pour une même vitesse de 100 m/s sous un angle de tir de 45°, on constate que plus la masse est importante, plus loin est le point d'impact, et plus il se rapproche de la trajectoire théorique "sans atmosphère" (et quelle que soit la masse du projectile dans ce cas, du moment que l'on dispose de l'énergie nécessaire pour le propulser à 100 m/s).
Edited by marco63

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

Si on compare les courbes de trajectoires dans l'atmosphère terrestre, simplement en fonction de la masse du projectile qui diffère, pour une même vitesse de 100 m/s sous un angle de tir de 45°, on constate que plus la masse est importante, plus loin est le point d'impact, et plus il se rapproche de la trajectoire théorique "sans atmosphère" (et quelle que soit la masse du projectile dans ce cas, du moment que l'on dispose de l'énergie nécessaire pour le propulser à 100 m/s).

C'est normal puisque vous augmentez aussi la puissance ... Mébon, ce n'est pas le but du jeux, une telle trajectoire n'est guère utilisable en cible ...

Si on veut faire du tir de précision "relativement" tendu jusqu'à 300 ou 400 mtr, il faut abaisser le poids du trait à disons 18 ou 20 grammes, utiliser des traits de 16 pouces (40,64 cm),  profiler au maximum le culot en matériaux très léger,  minimiser autant que possible la taille de l’empennage, adopter une pointe plus effilée, très légère, en matériaux comme du zycral ou de l'ergal  ... Ensuite sur l'arbalète, tenter d'augmenter un peu le power stroke, lubrifier le rail, virer tout ce qui est installé pour diminuer le bruit, et peut être remplacer la corde d'origine par quelque chose de plus fin (donc plus léger) ....

Avec une excalibur 440 ça me semble possible, elle frise déjà 450 - 455 fps aux tests, la monter à 470 fps doit être faisable, le profilage de la flèche faisant le reste en symétrisant la courbe sur longue distance ;  c'est de toutes évidences très théorique, mais il faudrait essayer ...

Les branches risquent de ne pas aimer, mais on peut aussi les considérer comme du consommable ...

=>  C'est ce qu'il est possible de faire avec relativement peu de moyens, je ne prétends pas que ce serait la panacée mais on se rapprocherait du but initial de ce poste, le tir à 300 mtr ...

=>  Pour aller plus loin il faudrait plancher sur une toute nouvelle arbalète, ce n'est pas le même coût .. A titre amateur c'est à mon sens de la folie, à titre professionnel au sein d'une petite entreprise, c'est un engagement faisable mais lourd en terme de R&D, d'investissements temps et argent, avec sans doute peu ou pas assez de "rentabilité" à la clé ... (chasse interdite chez nous, trop peu de pratiquants etc ... )

J'ai lu quelque part sur un forum anglais qu'au Canada ils étaient limités à 500 FPS, au delà ça passait en catégorie nécessitant une licence de tir (ce qui expliquerait la limitation actuelle),

mais rien vu chez nous, rien de rien, apriori une arbalète à 600 FPS resterait en catégorie D ... à moins qu'il y ait une limitation en joules ?

 

 

 

Edited by gibus369

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, gibus369 a dit :

J'ai lu quelque part sur un forum anglais qu'au Canada ils étaient limités à 500 FPS, au delà ça passait en catégorie nécessitant une licence de tir (ce qui expliquerait la limitation actuelle)

...Donc la MANTIS 😏 avec ses 600 fps 😏  nécessite une license de tir pour être utilisée Canada... 

PZ8W4.jpg

PS J'ai lu (je ne sais plus où) qu'elle pouvait atteindre sa cible jusqu'à 350 m !!!!!

Edited by Chinook

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, gibus369 a dit :

C'est normal puisque vous augmentez aussi la puissance ...

Je m'attendais à cette réflexion, mais la réponse est "Non", absolument pas, car pour propulser un trait de 1 kg dans le vide, sous un angle de 45°, à la vitesse de 100 m/s, avec une énergie de 5000 Joules, on aura exactement la même trajectoire que la petite masse de 27 g propulsée sous les mêmes conditions de 45° à 100 m/s avec 135 joules pour la pousser. Or ce que cette démonstration avait pour but de mettre en évidence, ce sont les notions de performance, ou de rendement.

Car le constat est le suivant :

  1. Dans le premier cas, le trait de masse de 27 g aurait une trajectoire dans le vide qui le plongerait à 1020 mètres de distance de son point d'impact, avec 135 joules aux fesses. Alors que dans l'air ambiant, cette même masse de 27 g toujours propulsée avec 135 joules irait à seulement 400 mètres de distance, soit une performance d'environ 40% en distance (par rapport au vide), pour 32 joules restitués à l'impact, soit une performance de 25 % en rendement énergétique (par rapport au vide)
  2. Dans le cas du trait dont la masse est de 1 kg (en uranium, diamètre 9 mm, longueur 80 cm pour garder le même Cx) poussée avec 5000 joules, celui-ci aurait la même trajectoire que ci-dessus, i.e. à  1020 mètres de distance du pas de tir. Alors que dans l'air ambiant, cette même masse de 1 kg toujours propulsée avec 5000 joules irait tout de même à 970 mètres de distance, soit une performance de 95% en distance (par rapport au vide), pour 4500 joules restitués à l'impact, soit une performance de 90 % en rendement énergétique (par rapport au vide)

Conclusion, dans l'air atmosphérique, plus les traits sont léger, pour une même vitesse initiale, moins loin ils iront.

Certes, à énergie de propulsion équivalente (mais en faisant toutefois attention aux transferts d'énergie entre le trait, la corde et les branches de l'arc), plus on allège le trait, plus vite il ira, mais en dégradant toutes les performances générales, et même dans certains cas, la distance maxi atteignable peut être moins bonne qu'avec des traits plus massifs.

 

Edited by marco63

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 12/09/2020 à 10:56, marco63 a dit :

Conclusion, dans l'air atmosphérique, plus les traits sont léger, pour une même vitesse initiale, moins loin ils iront

 

C'est normal qu'ils aillent moins loin puisqu'il y a moins de joules, et ça ne prouve en rien que les records de vitesses et de tir de précision longue distance doivent se faire avec des traits lourds .. au contraire ...

Sinon comment expliquez vous que dans cette vidéo ils tapent presque 600 mètres avec un trait de 363 grains, soit seulement 23,5 grammes ?

l'arbalète est une excalibur 440 ...

 

Edited by gibus369

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 11/09/2020 à 22:34, Chinook a dit :

...Donc la MANTIS 😏 avec ses 600 fps 😏  nécessite une license de tir pour être utilisée Canada... 

PS J'ai lu (je ne sais plus où) qu'elle pouvait atteindre sa cible jusqu'à 350 m !!!!!

Je n'ai vu aucun test en vitesse avec un chrono balistique, si vous avez un lien ?

A contrario les excalibur sont clairement testées vidéos à l'appui (plusieurs vidéos sur youtube) ....

et quelques haut de gammes comme Ten point , Scorpyd  ... Ravin je ne sais pas ...

Je vous conseilles de vous abonner à cette chaine, il y a pas mal de tests effectués ... https://www.youtube.com/channel/UC-1CV5EKQw7uBixZyo04vzQ/videos

Ici le test de la scorpyd 450 fps ...

 

Edited by gibus369

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, gibus369 a dit :

C'est normal qu'ils aillent moins loin puisqu'il y a moins de joules, et ça ne prouve en rien que les records de vitesses et de tir de précision longue distance doivent se faire avec des traits lourds .. au contraire ...

Sinon comment expliquez vous que dans cette vidéo ils tapent presque 600 mètres avec un trait de 363 grains, soit seulement 23,5 grammes ?

l'arbalète est une excalibur 440 ...

Bonsoir,

  1. Je constate que vous n'avez pas compris l'influence de la masse sur la résistance de l'air, alors passons, je ne vois pas comment je peux mieux expliquer ...
  2. Pour la Bulldog, quand on fait des tests de ce genre, on essaye de na pas tricher avec les paramètres, tous les paramètres.

La densité de l'air, je ne sais pas où a été tournée la vidéo, mais admettons qu'elle soit de 1.2 kg / m3, ce qui n'a rien d'exceptionnel à 20°C.

Par contre, si en distance, on peut leur faire confiance, qu'en est-il de la déclivité du terrain. Ravin nous a déjà fait le coup avec son tir à 620 mètres (680 yards) dans un ballon, avec une centaine de flèches pour y parvenir, sur un terrain en forte déclivité bien sûr.

Vous voulez un premier indice? Bah il suffit de redresser l'angle de la vidéo pour se mettre à plat avec la toiture des bâtiments en arrière plan.

Maintenant que vous avez ce premier élément d'appréciation visuel, qui est à l'avantage de la vidéo (si on ne redresse pas, l'angle du terrain paraît encore plus prononcé), vous constaterez que la déclivité n'est pas si anodine que ça.

Dans le post suivant, la trajectoire ...

Angle du terrain 02.JPG

Edited by marco63

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après avoir renseigné les paramètres connus dans le tableur, voici la trajectoire telle que modélisée.

1264073730_Capturetrajectoire.JPG.8426a080c343e79783d6d4ffe42ec0f3.JPG

 

A noter que la portée sur terrain plat est quand même de 540 mètres, donc assez proche des 585 mètres (640 yards mentionnés dans la vidéo).

La pente (descendante) à 8° permet de gagner une 40 aine de mètres.

J'ai ajusté le Cx à 1.1 (j'utilise habituellement 1.2,  sachant que comme je l'avais indiqué dans un post précédent, la réalité oscille entre 1.0 et 1.2)

Pour la densité de l'air, à 20° C, elle est de 1.2 kg/m3, mais en fonction des régions et température, ça peut fluctuer généralement entre 1.1 et 1.3.

Quant au trait, son angle d'incidence à l'impact n'est pas vertical, mais s'en rapproche (comme sur la capture vidéo).

Enfin, comme il n'a plus que 30 Joules d'énergie à restituer à l'impact, il s'enfonce assez peu dans la terre, ce que montre la aussi la vidéo.

Vous allez me dire qu'il manque 5 mètres à mes 580 pour faire les 640 yards. Rassurez vous, ils y sont, les 580 m sont à l'horizontale. En prenant la déclivité de 8°, soit 80 mètres à la verticale, on arrive  à une hypoténuse de ... 585 mètres.

 

Ceci étant, force est de constater que ces tirs ne permettent que d'évaluer la zone de dangerosité du joujou, parce que question précision, quand on touche le ballon, c'est qu'on a un gros coup de bol à cette distance.

Edited by marco63

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, gibus369 a dit :

Si vous avez un lien de test vitesse de la Ten Point 470, je suis preneur :original:

On peut effectivement avoir envie de visualiser la vitesse sur un chronographe, mais TenPoint a réglé le problème puisqu'ils donnent directement les infos de vélocité des traits en fonction de leurs masses, ainsi que l'énergie cinétique qu'ils embarquent (exprimée en Foot Pounds - Kinetic Energy)

https://www.tenpointcrossbows.com/product/vapor-rs470/

Tenpoint  confirme ainsi que plus le trait est massif, meilleur est le rendement, puisque plus d'énergie embarquée ... respectivement 247 J (24 g), 255 J (26 g) et 259 J (29 g).

Capture Vapor Specs.JPG

Edited by marco63

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 15/09/2020 à 15:28, gibus369 a dit :

Sinon comment expliquez vous que dans cette vidéo ils tapent presque 600 mètres avec un trait de 363 grains, soit seulement 23,5 grammes ?

l'arbalète est une excalibur 440 ...

Bonsoir Gibus,

Voilà une autre démo, avec les caractéristiques de ma propre arbalète, pour une utilisation avec des traits de 24 grammes puis de 34 grammes.

279284987_Capturetraits24et34g.JPG.8248a6b5d979d203c0bf898c06261c95.JPG

Pourquoi le trait plus lourd a un rayon d'action plus grand que le trait plus léger ?

Explications :

  1. L'énergie potentielle de l'arbalète, pour mettre en mouvement arcs et cordes, reste la même, quelle que soit le projectile utilisé.
  2. Quand on tire à vide, cordes et branches d'arcs peuvent casser parce qu'ils encaissent toute la libération de l'énergie potentielle de l'arbalète en fin de course de la corde. 180 joules à digérer en 1 millième de seconde  ... Ça fait mal !
  3. Quand on tire un trait léger, le trait part plus vite qu'un trait plus lourd. Donc la corde et les branches se déplacent plus vite aussi.
  4. A contrario, avec un trait plus lourd, le projectile part moins vite, la corde et les branches d'arc également. A énergie potentielle équivalente de l'arbalète, il y aura donc moins d'énergie qui va passer dans la corde et ces branches, l'écart va donc passer au bénéfice du projectile. Voilà pourquoi le trait plus lourd embarque plus d'énergie que le trait plus léger. C'est une question de transfert d'énergie dans le mécanisme et le projectile, mais au départ, l'énergie est la même.
  5. A profil aérodynamique identique, un trait plus massif sera moins freiné par la résistance de l'air. C'est l'histoire de mon trait de 1 kg comparé à celui de 27 grammes, même s'il fallait une énergie colossale ... l'idée était de comparer à vitesse de propulsion identique l'influence de la résistance de l'air sur un corps plus massif qu'un autre.
  6. Bilan des courses, si le trait plus lourd part moins vite, il embarque plus d'énergie, il en restitue plus à l'impact, car sensiblement moins freiné par l'air que son cousin 10 grammes plus léger, il arrive plus vite que lui, et il lui met 21 mètres de plus dans la vue, comme la tortue avec le lièvre.

J'espère qu'avec ces précisions, ça deviendra plus clair.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...