Jump to content
modl

Construction d'un bas fourneau

Recommended Posts

Bonjour à tous. Avec l'association de l'Amicale des Marteaux, sise dans le Nord Deux-Sèvres, on a décidé il y a quelques temps de faire un bas fourneau pour produire une loupe de fer.
Bien évidement, c'est expérimental et à l'arrache, et c'est d'abord pour comprendre nous même qu'on a fait ça, avec l'idée derrière la tête quand même de pouvoir en faire une animation un jour..
Je vais donc vous en faire le reportage rapide.
Ca commence avec la pose d'une sole en béton, de 45x45, qu'on cale sérieusement. Il va y avoir du poids dessus. Ce sont des briques réfractaires qui vont servir pour l'essentiel du bas fourneau, et le tout est assemblé au torchis (argile + eau + foin) en couche fine.

1.Sole posée.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'ensemble se monte tranquillement, en couches croisées. Comme on n'a pas de disque à brique, on a une structure un peu baroque... mais ça tient. On va monter comme ça 9 épaisseurs de briques.

2.maçonnage.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il faut à un moment donné boucher l'entrée du foyer, mais de manière à pouvoir ensuite ouvrir le four !!! 
3 briques réfractaires sont assemblées sur la tranche, au torchis, et une autre sert de linteau. Vous noterez à l'intérieur un enduit de brasque (poudre de charbon de bois et argile en poudre) qui va servir d'isolant thermique.

3.entrée bouchée.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une fois les briques et la tuyère (en graphite, de récupération) posée, on pose sur le tout des boisseaux en béton, assemblés là encore au torchis. A l'usage, ce qui semblait une bonne idée n'en est pas une : ils se sont fendus les uns après les autres, et il a fallu les armer avec du fil de fer, et reboucher les fissures au torchis là encore.
On le saura pour la prochaine fois. Il faut aussi noter que les boisseaux n'ont pas eu droit à un enduit à la brasque. Ca explique peut-être.

6.maçonnage boisseau.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

On en profite pour assembler la lunette -tube en Y tordu- à la turbine électrique, qui va alimenter en air le foyer.

7.tuyère et tuyau.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

La lunette vue d'en haut. Le tube droit est équipé d'un oeilleton qui dispose d'un verre de lunette de soudeur. Ca permet de surveiller le fond du bas fourneau. C'est assez impressionnant à voir et ça rend rien en photo... tristitude de la vie...

10.tuyère et support.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une fois le bas fourneau assemblé, on a une structure de 150 cm de haut à la louche, et de 125 cm de profondeur utile. Il faut allumer un feu au dessus de la cheminée, avec de la cagette.

8.premier feu.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce feu de cagette finit par choir au fond du foyer, et là on l'alimente avec des tasseaux de récup', qui descendent au fur et à mesure qu'ils brûlent...
Et fument !!! le bois de récup pas sec a fumé dans des proportions hallucinantes... Ca caillait dehors, mais on a tout ouvert pour survivre !!!

9.feu au fond.jpg

Edited by modl

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est bien d'avoir un bas fourneau, mais faut quand même des trucs à mettre dedans !!! On disposait de minerais de fer canadien, brésilien et libérien, offert par Tristan Esnault.
On a fait des mélanges, en gros 3 doses de canadien, 2 de brésilien et une libérien (et j'ai pas la moindre idée du pourquoi du comment...).
Une fois que c'est fait, pour éviter que la poudre de minerai s'envole avec la chaleur quand on le verse dans le bas fourneau, il faut l'amalgamer. Pour ça, mettez 2 kg de farine dans les 20 kg de minerai et vous obtenez de jolies galettes qu'on a mis à sécher au soleil.

5.brownies à sécher.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme ça ne sèche pas assez vite, on va accélérer tout ça. On sort le "rocket stove" de Christophe, une plaque à four (qui a pris cher sur le week-end...) et on cuit tout ça.

5.séchage brownies.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le dimanche, retour à la Forge de Pierre. Là, on rallume un feu sur le bas fourneau pour le remettre en chauffe et éviter une trop grande inertie thermique.
Pendant ce temps, on pèse des doses de minerais de 400g. Comme il faut 1,2 fois plus de charbon (en poids !!!), il faut une dose de 480g de charbon de bois (calibré en morceau d'environ 5 cm). Il faut donc prévoir des balances et des tares. Il faut aussi un chronomètre et un petit miroir pour voir le fond du foyer.

11.pot de 400g de minerais.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après une heure de chauffe, on remplit jusqu'à la gueule le bas fourneau de charbon de bois, on lance la turbine et ça commence sérieusement à chauffer. La flamme qui se dégage est impressionnante. 
Dès que le niveau de charbon va arriver à la moitié du boisseau du haut, il va falloir charger d'une dose de minerai et d'une dose de charbon de bois.

13.belle flambée.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voilà Pierre G qui charge en charbon, juste après qu'on ait chargé en minerai. Le chargement se fait d'abord toutes les 4 minutes, et rapidement on va descendre à 3 mn. Ca veut dire d'abord que le rendement est bon, mais aussi qu'il va falloir se relayer !!!
Parce que c'est répétitif et ça devient vite fatiguant... Mais on est plusieurs et ça se passe dans la bonne humeur. Pascal, qui n'en est pas à son coup d'essai, note l'heure de chaque dose sur des feuilles, ce qui permet de voir l'avancement et la vitesse.

12.remplissage de charbon.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après presque 3 heures et des brouettes, vers 13h30, on a une fuite de laitier !!! C'est assez spectaculaire, et j'ai la chance de le voir sortir en direct (et en couleur !!!) étant occupé à calibrer le dernier sac de charbon de bois. Ca veut dire qu'on a des trucs qui se passent au fond !!!

14.coulée de laitier.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après presque 4 heures de charge, on arrive au bout du minerai. Là, on charge 6 ou 7 fois de suite uniquement du charbon pour être sûr que tout est descendu, et on attend...
Pascal, surnommé "Maître" pendant ce week-end, surtout parce qu'il est aussi compétent que modeste et à horreur de ça, décide qu'on peut ouvrir le bas fourneau.
Pétard de bidulette, on est comme des gamins au matin de Noël !!!
Faut casser la porte, sortir les briques, et virer les scories. Prévoir gants et protections thermiques, ce que nous n'avions bien entendu pas fait...

15.sortie des scories.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

A grands renforts de cris et d'encouragement, on arrive à extraire la loupe incandescente du bas fourneau. Ca brille comme un soleil, et ça chauffe encore plus !!! Il faut la prendre à deux avec des pinces, pour la lever et la poser sur une enclume.

16.sortie de la loupe.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

On s'y met à plusieurs pour essayer de fendre la loupe en deux, avec tranchets et masses. 
Il faut refroidir l'enclume à grande eau toutes les 30 ou 40 secondes pour éviter de la détremper.
Selon Lorraine, notre forgeronne pro, il faut y aller avec enthousiasme avec ce cri de guerre "FRAPPE AUSSI FORT QUE T'ES CON !!!". 

Bon, ben on doit pas être assez con parce qu'on n'a pas réussi à la couper en deux. Elle a refroidi trop vite...

17.refroidissement de l'enclume.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après quelques dizaines de minutes, la loupe est suffisamment refroidie pour qu'on puisse la toucher. Bon, c'est pas vrai, elle est trop chaude, mais on est comme des gosses devant un gâteau et on peut pas s'en empêcher.
On commence quand même à pouvoir la meuler. Les étincelles sont belles, et on doit avoir du bon acier dans cette loupe qui fait quand même 5,55 kg.
Pour une première, on est tous très fiers de ce qu'on a fait.

J'espère que mon petit reportage vous a fait plaisir et pourra vous inspirer.
On avait des mines de fer du côté de la Ferrière-en-Parthenay, et on espère bien un jour arriver à trouver notre propre minerai, faire notre propre charbon, pour pouvoir sortir nos lames et autres objets du quotidien avec du métal qu'on aura produit nous même de A à Z.

18.trace d'acier .jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, modl a dit :

Pour une première, on est tous très fiers de ce qu'on a fait.

Vous pouvez ! C'est magnifique. :thumbup:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Attention! Mao avait décidé que chaque famille devait avoir un bas fourneau et fondre de l'acier de récup pour exporter et avoir des devises.........Alors tout le monde s'y est mis et on a négligé le champs et les rizières........d'où une famine colossale...........

Allez pas vous laisser crever de faim, les enfants

Et bravo pour cette réalisation , j'aimerais bien voir en vrai.

S'il y a une suite avec la loupe, vous nous tenez au parfum, hein......

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pedro, la prochaine fois je t'invite !!! Tu verras qu'on ne se laisse pas mourir de faim... même si c'est pas forcément équilibré!!! 😛

Dés qu'on travaille sur la loupe je vous fais un petit reportage, promis. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Félicitation modl !!!! Pour un premier essai c'est chouette ! Pas facile d'obtenir une loupe et de pouvoir la forger.......

Dans la région il y a un PCR avec Florian Téreygeol qui bosse sur ce genre de chose (l'été) aux mines d'argent......Je ne sais pas si ça se fait encore car ça fait un moment que je les  avais vu ....Bon je suppose que ce garçon du CNRS a du publier et que ça doit se trouver .....Si ça peut t’intéresser pour continuer ....En tout cas, oui, dis nous si vous arrivez à forger la loupe, ça serait chouette !!!

PS: à quant le bas fourneau tout en torchis ?  😉

Edited by Delphine79

Share this post


Link to post
Share on other sites

Faut de la brique Delphine. On a un bouquin de Moretti qui explique tout ça. C'est un furieux, qui fabrique lui même ses briques !!! Là, il y a quand même près de 200 litres de charbon à calibrer, plein de trucs à faire... 
En tout cas c'est super sympa. On en fera peut-être un à notre prochaine fête du feu !!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×