Jump to content

Recommended Posts

J'ouvre ce sujet pour vous présenter ici un travail de conception de vêtements se rapportant à ma vision de la vesture d'un homme de simple extraction, "quelque part au Moyen Age" . Évidemment dès cet instant, tout se complique : quel Moyen Age, quelle époque, quel contexte géographique etc.

Pour faire simple, je vais préciser la motivation première de ce travail : pouvoir renouer avec les tournois d'archerie dit médiévaux organisés depuis déjà pas mal d'années par beaucoup d'assos ayant notamment pour motivation l'envie de conjuguer le plaisir du tir à l'arc au sein d'un univers médiéval (univers impliquant donc de jouer le jeu d'un costume, d'un personnage, d'une histoire qu'on se raconte etc.)...

Je ne me considère absolument pas comme un reconstituteur même si j'essaie malgré tout de me rapprocher le + possible de cette démarche...

 

P1040746 (3).jpg

Edited by Le Paresseux

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai commencé par faire des recherches sur les braies, ce nom qu'on donne au pantalon des Celtes, et qui a été adopté par la suite par beaucoup (dont la pauvre Jeanne qui finit comme on sait :crying:). J'ai fait des recherches, j'ai comparé les différents patrons (citons au passage l'excellent Forum des Guerriers du Moyen Age, une mine d'infos pour ceux que ça intéresse) et puis j'ai commencé par faire un premier proto dans un tissu de seconde main avant de passer au lin... Les braies sont serrées par le braïel (=le cordon de serrage intégré) et il n'y a pas de braguette... 

tenue-med-2.jpg

Edited by Le Paresseux

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les chausses sont des sortes de grandes "chaussettes" couvrant la jambe jusqu'à mi-cuisse. Sur la fin de la période médiévale (XIV-XV°s), les 2 jambes finiront pas se rejoindre et on les nommera alors "chausses à fond plein" (le fond étant le fondement, le cul quoi :innocent:). On attache les chausses au braïel par des cordons (ici du lacet de chaussure mais on peut les tresser à l'ancienne avec des fils de laine et ça ressemble pas à autre chose)(vu sur une reconstit' d'un atelier de brodeurs époque Normande) 

tenue-med-3.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai copié ce système d'attaches : 2 billes de buis auxquels on attache les lacets eux-même attachés au braïel... A noter que chez certains (mais plutôt chez les "tardifs", troupes du Bas Moyen Âge), le bout des lacets est terminé par des aiguillettes, sorte de cônes métalliques très allongés qui ont pas mal d'allure (dommage qu'on ne les voit pratiquement jamais sous les bliauds/cottes/tuniques)(vocable différent suivant les troupes et les époques)...  

tenue-med-4.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ensuite je me suis occupé du haut. Confection d'une cotte ou tunique sans manches pour un gars de modeste extraction, travaillant probablement de ses mains quotidiennement (donc tunique ou cotte pas trop longue pour que le gars puisse être libre de ses mouvements s'il est par exemple paysan, artisan etc.). C'est en tout cas la longueur adoptée par les constructeurs du château de Guédelon qui bossent habillés comme ça même s'ils ont des pompes de sécu d'aujourd'hui aux pieds...

Patron ultra simple : celui d'un T Shirt XXXL sans manches (entre temps, j'ai remonté la couture sous le bras)... 

tenue-med-5.jpg

Edited by Le Paresseux

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, chasseur fou 25 a dit :

pas mal de boulot en perspective...........Tout en toile ?! pas de cuir ?

En fait j'ai recyclé les draps en lin de mémé et comme y en avait plein les armoires de famille, j'ai fait open bar :11:... Pour l'instant, j'ai mis pas mal de cuir couleur caramel de côté (dépiauté sur un vieux canapé à la poubelle) et j'ai quelques projets comme celui de fabriquer une aumônière et un brassard d'archer notamment... Dans le même temps, je trouvais intéressant de voir quelles étaient les possibilités du lin suivant ses différentes textures (de grossier à fin) et j'avais hâte également de savoir si j'allais parvenir à teinter certaines pièces avec des plantes tinctoriales... Du coup c'était intéressant de faire toute une session couture en lin blanc pour chercher à obtenir des pièces de couleurs différentes...  

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, chasseur fou 25 a dit :

heuuuuu, rassure moi, c'est bien la tenue..............d'été ? :14:

Oui bien sûr : j'ai fait des photos avec une ou plusieurs épaisseurs sur le jambon pour voir ce que ça donne suivant la saison...

J'ai aussi cousu une chemise.... Le patron est très simple : ce ne sont que des rectangles et il y a un carré de rajouté sous l'épaule pour l'aisance... Ce type de patron était optimisé pour rentabiliser au max les lais de ce précieux tissu si patiemment obtenu (nos ancêtres ne jetant rien)... 

tenue-med-6.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, chasseur fou 25 a dit :

je comprends mieux. Je ne vois pas de boucles métalliques..........peur des portails de détection ?

Oh ben pour ce qui est du portail de détection, tant que la porte du castel est ouverte, y a plus qu'à foncer en hurlant comme un boeuf :biggrin:... J'ai bien un coustal planqué quelque part dans le sac (pas eu le temps de peaufiner le manche et pas d'étui non plus) et une belle botte de flèches qui te feraient quand même biper le détecteur (sûrement trop de trucs pointus en fer pour prendre l'avion mais vu qu'on est avant Leonard de Vinci, la question ne se pose pas:pardon:)  

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, chasseur fou 25 a dit :

 Je ne vois pas de boucles métalliques

Sur des sacs, je démonte ce genre d'anneaux des bandoulières. Ça peut toujours servir à faire une boucle de ceinture ou autre... Sur la photo, une a été limée pour revenir à la couleur fer... Il est toujours possible le cas échéant de commander une boucle de ceinture histo (ou pas) sur les sites spécialisés mais je voulais avant tout rester le + simple et basique possible pour pouvoir choisir le moment venu les accessoires qui customiseraient au mieux ma tenue... De toutes façons, tout est en évolution, rien n'est figé et tout en devenir... Un vrai chantier permanent...

tenue-med-7.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me suis aussi fabriqué un sac. Le modèle est celui dont étaient équipés les pèlerins de St Jacques, notamment, mais ça peut aussi être le sac qui contient le casse-croûte du gars qui pars bosser pour la journée à son champ et qu'il accrochera à une haie pour être libre de ses mouvements. On les voit souvent faits en lin blanc dans les fêtes med' mais j'ai préféré utiliser des vieux sacs gris de meunier. Pour avoir vu de l'ortie tissée, je ne saurais pas dire quelle est la nature exacte de la fibre du sac (sûrement du chanvre) mais ça y ressemblait comme 2 gouttes d'eau... 

tenue-med-8.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai prévu des poches dans l'intérieur du sac pour pouvoir aussi y caser quelques menus objets (en particulier tout ce qui est moderne et doit être dissimulé)... Je me suis appliqué à renforcer les coutures le temps nécessaire en étant assez généreux au niveau de la consommation de fil... Je voulais du solide et je suis en particulier très satisfait de ce sac besace rustique qu'il m'arrive d'utiliser dans la vie ordinaire... Ici la photo a été prise en cours de couture...

tenue-med-9.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
PEDRO   

Ça sèche sur la bête!

Le seul reproche que je peux faire à l'ensemble, c'est la "mincitude" de l'arc..............mais bon, tu feras fois la prochaine mieux, et pis voilà tout.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, chasseur fou 25 a dit :

ha ben quel boulot dis donc.

une question : as-tu envisagé une protection "pluie" et en quelle matière ?

Merki :beer: !

Je me suis cousu un chaperon à partir d'une vieille couverture militaire que j'ai doublé de lin à l'intérieur et sinon j'ai également hérité d'un gambison de mon ancienne troupe mais bon c'est surtout pratique contre le froid et pas vraiment contre l'humidité. Ici je porte les 2...

tenue-med-10.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 14/05/2017 à 19:53, PEDRO a dit :

Ça sèche sur la bête!

Le seul reproche que je peux faire à l'ensemble, c'est la "mincitude" de l'arc..............mais bon, tu feras fois la prochaine mieux, et pis voilà tout.

Je suis bien d'accord avec toi, Pedro ! Mais bon, je peux quand même savourer le fait de participer avec l'arc que j'ai fabriqué, ce qui faisait partie du challenge... J'avais fait un autre tournoi avec un turco mongol acheté et ça n'était pas non plus le même plaisir... Mais vu que je suis mordu par la facture, je vais m'y remettre et essayer de faire mieux...

Ici avec le chaperon sur la tête...

 

P1040772 (1).jpg

Edited by Le Paresseux

Share this post


Link to post
Share on other sites

Travail de l'après-midi à partir d'un sac en cuir chiné à Emmaüs : il n'y avait quasiment rien à faire car il avait déjà un look médiéval... Je l'ai juste diminué en taille (la partie découpée au premier plan) et recousu l'attache (je l'ai aussi personnalisé avec le triskell en médaillon)... A côté le porte-monnaie histo compatible dont je me sers au quotidien (sorti d'un cuir de canapé)... Pour ce qui est du cuir, je me suis attaché sur le fait de ne pas trop en abuser... Le cuir était cher à l'époque et je ne suis pas sensé rouler sur l'or (un peu comme dans la vie :blink:) d'où l'idée de faire un max de choses en tissu (y compris une ceinture)... Mais bon il y a des objets pour lequel le cuir reste quand même le + approprié...  

tenue-med-12.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui donne ça une fois à la ceinture (ici en cuir)... Bon il va falloir que je fasse des photos en meilleure luminosité pour vous faire partager le résultat de mes recherches en teinture végétale (la cotte verte et les chausses bleues ont été teintées par fermentation à froid dans des bains tinctoriaux de diverses fleurs, baies, écorces, copeaux, feuilles etc.) sans rien de salopiaud pour la nature :23:

tenue-med-13.jpg

Edited by Le Paresseux

Share this post


Link to post
Share on other sites

ben, si les teintures tiennent à la pluie...........................

j'imagine déjà le gazier au garde à vous sous la rincée avec des irisations multicolores qui lui dégoulinent des guiboles...............:16:

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est pas faux... La cotte de maille qui a rouillé sous l'averse, ça donne comme un style, aussi :laugh: !

tenue-med-14.jpg

Edited by Le Paresseux

Share this post


Link to post
Share on other sites
PhilB   
Il y a 8 heures, chasseur fou 25 a dit :

ben, si les teintures tiennent à la pluie...........................

et les vêtements en contact avec la peau, déteignent ils sur la peau avec la sueur ? y a-t-il des procédés pour fixer les teintures ?

Ce serait intéressant de faire un sujet sur les teintures naturelles …

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 15/05/2017 à 08:24, PhilB a dit :

et les vêtements en contact avec la peau, déteignent ils sur la peau avec la sueur ? y a-t-il des procédés pour fixer les teintures ?

Ce serait intéressant de faire un sujet sur les teintures naturelles …

Je prends soin d'essorer du mieux possible le tissu pour qu'à la fin, l'eau de rinçage du textile ne rejette quasiment plus du tout de couleur. Pour ce qui est de l'incidence de la sueur, je n'ai pas encore d'expérience pour pouvoir répondre à cette question. J'observe juste que les fameux "hommes bleus" (les touaregs, pas les schtroumpfs :biggrin:) sont ainsi nommés en raison de la décoloration sur leur peau de la teinture végétale (faite à l'aide de la plante indigo) de leurs vêtements (les températures du Sahara doivent être de nature à faire transpirer sans avoir à bouger le petit doigt).

En teinture naturelle, on utilise généralement un mordant qui permet précisément de faire "mordre" chimiquement et donc d'accrocher durablement le pigment au textile. Un des mordants les plus connus est l'alun (on le trouve notamment sous forme de bloc translucide dans les déodorants dit "déoroches"). Cela dit, les mordants sont généralement toujours + ou - polluants et la fermentation à froid peut permettre "normalement" de s'en passer : c'est la pratique que j'ai adopté... 

La teinture naturelle est pour moi un domaine au moins aussi passionnant que la facture d'arc. C'est une activité qui requiert énormément de curiosité, d'observation et de pratique. De +, elle fait appel à une sorte de 6° sens, d'intuition ou de sens artistique car on est assez proche des recettes de cuisine : on peut respecter la théorie mais c'est surtout la pratique qui permettra d'engranger de l'expérience (on peut même l'aborder de façon méthodique en notant dans un carnet le process adopté pour obtenir telle ou telle teinte, en y incluant à chaque fois des échantillons de textile)... 

J'ai énormément recherché d'infos sur les techniques anciennes de teinture naturelle (dans lesquelles on conseille la plupart du temps de faire chauffer les bains de teinture et d'y rajouter des mordants) mais j'ai eu comme une sorte de déclic quand je suis tombé sur ce site qui présente succinctement les différentes approches possibles (avec les avantages et les inconvénients : https://www.martha-herba.com)...

Il ne faut quand même pas oublier que les fibres animales (telles que la laine) prennent beaucoup + facilement la couleur que les fibres végétales (chanvre, lin, ortie etc.) qui sont + rebelles et sont donc beaucoup + difficiles à teindre. Cela s'explique (d'après ce que j'ai compris) par le fait que la laine est finalement proche du poil ou du cheveu : la kératine qui la constitue est faite d'écailles qui s'ouvriront dans de l'eau chaude (on le voit souvent dans les images de cheveux en 3D des pubs pour les shampoings) et qui se refermeront ensuite grâce à l'eau froide en "emprisonnant" la couleur à l'intérieur du poil (comme la teinture capillaire). A l'inverse, les fibres végétales possèdent comme une sorte de pectine qui "cire" cette même fibre et empêche cette dernière de bien reçevoir la couleur. Généralement, il vaut mieux bouillir au préalable le lin neuf au moins une fois pour s'en débarrasser avant d'essayer de teindre (en +, ça fait rétrécir le tissu et on peut découper son patron après sans crainte de rétrécissement supplémentaire). Quand on recycle de vieux draps, on n'a pas à le faire car nos mémés le faisaient systématiquement.

At last but not least, il existe des petites tambouilles qui permettent de faire virer les teintes : notamment l'acétate de fer, un nom bien compliqué pour le "vinaigre de clou". Il s'agit de laisser des objets métalliques (vieux clous etc.) dans du vinaigre blanc dans une boîte de conserve pendant quelques jours et ça permet de faire virer un bain de tanin (par ex d'écorces et/ou de galles de chêne) qui va passer du brun au gris. Ce bain-là a toujours une incidence sur un tissu déjà teint et c'est ce qui m'a permis de "révéler" mon bleu et mon vert.

Le bleu a été obtenu à l'aide d'un bain contenant principalement des baies de sureau hièble et les restes d'une vendange (raisin : très efficace :icon_super:). Pour le vert (difficile à obtenir), j'ai fait un bain de : noix vertes, feuilles de noyer fraîches et séchées à l'ombre (pour ne pas qu'elles virent au brun), restes de tontes de gazon, feuilles de figuier, orties, rumex et je dois en oublier...

Enfin, il ne faut pas être impatient et se dire que la teinture par fermentation ne sera gratifiante que si l'on passe par plusieurs bains successifs (j'en en fait près d'une douzaine pour la cotte verte :sweatingbullets:) avec de soigneux rinçages + séchage à l'abri des UV (hyper important), qu'il y a plein de paramètres à prendre en compte (normalement, il ne faudrait utiliser que de l'eau de pluie) et qu'il est préférable d'évaluer grosso merdo le PH de l'eau (on peut aussi "jouer" avec des alternances de bains acides, neutre et alcalin pour fixer la couleur).

Je reste assez confiant sur la bonne tenue de mon vert au soleil mais il se peut que mon bleu s'affadisse et se grise en revanche (auquel cas, les chausses auront droit à un autre bain)(je fais pousser du pastel en ce moment : ce sera l'occasion de tester cette plante)...

De façon générale, on considère qu'on cherchait jadis surtout à teindre la laine et pas le lin même si l'on peut voir sur des enluminures des paysans aux moissons qui semblent porter des chemises bleues ou roses (vraisemblablement passées par des bains de pastel et de garance)(à moins évidemment qu'il ne s'agisse pas de lin mais de tissu de laine mais bon il faudrait manier la faux en vrai en plein cagniard estival pour voir quel textile est le + adapté)...        

tenue-med-15.jpg 

La moisson au vieux temps s’effectuait en ch'mise,

ici et même ailleurs,

en pays de Berry,

et l’on avait pu croire comme l’enlumineur,

à l’effet tricolore des livrées des faucheurs.

Edited by Le Paresseux

Share this post


Link to post
Share on other sites
PhilB   

La majorité des gens voient les matériaux des époques anciennes dans leurs couleurs brutes, alors qu'il semble que depuis des temps immémoriaux les hommes ont recherché la couleur. Un de ces jours je vais essayer de faire quelques réalisations.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×