Jump to content
Flèche peinte

Tour À Flèches, On Passe À L'industriel...

Recommended Posts

Bonjour tout le monde,

Comme beaucoup parmi nous, je fabrique mes flèches. Le plus souvent j'achète en archerie mes fûts que je coupe, que je ponce, que je décore, que j'emplume etc. C'est assez cher et puis surtout on ne trouve que du cèdre ou du spruce et j'ai toujours envie d'essayer d'autres bois. Alors j'ai essayé la technique du rabot pour obtenir des fûts en abattant les angles de carrelets préparés à la scie sur table. Je dois dire que ça marche assez bien, mais c'est long ! En comptant le ponçage et le redressage pour obtenir un beau fût bien droit, on a du mal à s'en tirer à moins d'une demi-heure. En plus les dimensions ne sont guère précises d'une flèche à l'autre. Alors comme certains ici, je me suis acheté le célèbre outil "Véritas". C'est un taille crayon géant en fonte d'aluminium avec une lame qui se règle. On bloque l'outil dans l'étau, le carrelet dans la perceuse et on pousse le bois dans l'outil. C'est beaucoup plus rapide qu'au rabot mais j'ai trouvé que ce n'était pas très satisfaisant. En effet il est assez difficile de pousser le carrelet bien dans l'axe sans autre repère que le pifomètre et d'autre part lorsqu'il y a plus de 50cm de fût qui est sorti de l'outil, il se met à fouetter et casse assez souvent, c'est rageant. J'ai tenté quelques acrobaties d'atelier afin de contrôler le fût d'une main tout en poussant la perceuse de l'autre. Il faut une sacré envergure et pour le coup pousser bien dans l'axe devient très difficile.

Alors j'ai décidé de me fabriquer un tour à flèches. J'ai mis quelques semaines à réflèchir puis encore quelques semaines à trouver le matériel dont j'avais besoin et enfin encore quelques semaines pour réaliser la chose (mais j'ai aussi un métier sinon cela aurait été un peu plus rapide).

Ce soir j'ai terminé les derniers réglages après un week end presque exculsivement consacré au essais.

La machine fonctionne bien, alors je vous présente la chose.

Share this post


Link to post
Share on other sites

]D'abord j'ai surveillé les sites de vente de matériel d'occasion pour me procurer pour pas cher un tour à bois, modèle amateur, mais avec un banc assez grand (il me fallait plus d'un mètre). J'ai fini pas trouver mon bonheur pour une poignée de cacahuètes. J'ai acheté pour une vingtaine d'euros un gros mandrin de perçage, capable d'accueillir des carrelets d'1/2 pouce et j'ai dû m'adresser à un tourneur sur métaux pour réaliser la bague de raccord entre le nez du tour et ce mandrin. Ensuite j'ai monté mon outil veritas sur un chariot porte outil, lui même entraîné par une tige filetée placée sous le banc du tour qu'il a donc fallu relever de 5cm.

Voilà le bestiau :

post-2993-0-99604500-1341179215_thumb.jp

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme on peut le voir, l'outil est monté sur des tiges filetées ce qui permet de régler précisément la hauteur et l'orientation de l'axe du taille-crayon geant qui doit impérativement être identique à l'axe de rotation du tour. L'entraînement du chariot par la tige filetée se fait parun simple écrou encagé dans des goujons qui relient entre elles deux équerres d'acier de 3mm d'épaisseur (faut pas que ça se déforme sous l'effort). Voilà une vue de détail :

post-2993-0-96365600-1341179522_thumb.jp

Edited by Flèche peinte

Share this post


Link to post
Share on other sites

La tige filetée tourne sur des palliers faits maisons, c'est à dire des manchons d'acier plus dur que la tige filetée et qui s'engagent dans des pontets qui servent d'habitude à passer les écoutes sur les voiliers. Ces pontets sont percés sur le dessus, ce qui me permet de lubrifier à la burette chaque fois que le besoin s'en fait sentir. A ce stade de la fabrication, j'ai mis un volant à maneton en bout de ligne que j'ai fabriqué avec le tour avant de commencer à le modifier. Cela me permettait de peaufiner mes histoires d'alignement d'axe de rotation et de me faire une idée de la vitesse de rotation qui devrait être imprimée à la tige filetée pour avoir une avance assez lente du chariot.

post-2993-0-37531700-1341180054_thumb.jp

Edited by Flèche peinte

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'étape suivante a été consacrée à la motorisation de l'avance du chariot. Le problème n'était pas simple et j'y ai passé beaucoup de temps. En effet il me fallait un moteur électrique fonctionnant sur 220 volts, avec variateur de vitesse et surtout un inverseur de marche, car le chariot doit pouvoir reculer aussi bien qu'avancer. En plus il fallait que ce moteur soit doté d'un axe sortant sur lequel je puisse fixer une poulie d'entraînement. j'ai passé des heures à me prendre le chou sur des moteurs de machine à laver avec plusieurs bobinages différents et donc des branchements d'une complexité atroce (pour moi qui n'y connait pas grand chose). Et puis un jour, de guerre lasse, j'ai téléphoné à mon vieux brigand de père pour lui soumettre le problème (l'ancien est assez technique). Je me suis fait rire au nez et traiter d'andouille. Ensuite il m'a expliqué que mon cahier des charges correspondait exactement à celui d'une perceuse et que j'allais trouver ça pour une poignée d'euros dans n'importe quel Bricomachin. En effet, j'ai trouvé ce qu'il fallait pour la somme colossale de 8,80€. Après avoir conçu un support pour ce moteur, J'ai fabriqué et posé sur la tige filetée des poulies en contreplaqué (le tour à bois étant transformé ne pouvait plus m'offrir ce service), entraînées par une courroie de ventilateur de bagnole, elle-même reliée à la perceuse par un vieux mandrin hors d'usage et désossé qui sert de poulie à gorge. La mise en route se fait par un câble de vélo relié à une commande de moteur de bateau.

post-2993-0-36671000-1341181470_thumb.jp

Edited by Flèche peinte

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme je n'ai qu'une confiance limitée dans le ressort qui est dans le poussoir de mise en route de la perceuse, j'ai rajouté un ressort de rappel derrière le commande de moteur de bateau. En effet si le chariot ne s'arrête pas avant d'arriver soit sur le nez du tour soit sur le palier arrière, ce serait une jolie catastrophe avec destruction certaine de mon beau travail.

post-2993-0-84686100-1341181776_thumb.jp

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les essais de vitesse de déplacement du chariot ayant été conduits à leur terme, il fallait s'attaquer à un autre problème. La vitesse de rotation du tour, même en le réglant sur le minimum est assez elevée. Il était donc prévisible que j'allais rencontrer le célèbre phénomène de fouettage du fût et la casse consécutive dès qu'une certaine longueur de bois serait sortie à l'arrière de l'outil. Le phénomène est bien connu des tourneurs qui posent sur le banc du tour un guide pour les pièces longues afin de les empècher de fouetter. Ils apellent ça une lunette. Comme le banc de mon tour est maintenant consacré au déplacement du chariot, pas question d'y poser quoi que ce soit. J'ai donc fixé cette lunette (encore un pontet d'écoute de grand voile) au bout d'une tige de 30cm elle-même fixée sur le chariot porte-outil et soigneusement alignée dans l'axe de rotation du tour. Mon chariot est donc maintenant prolongé par une queue qui lui donne vaguement l'air d'un scorpion à roulettes.

post-2993-0-98205600-1341182587_thumb.jp

Share this post


Link to post
Share on other sites

Enfin, ultime étape avant les essais, installer une tirette pour commander l'inversion de marche du moteur de la perceuse et remettre mon volant en bois en bout de ligne. C'est utile pour les maneuvres d'approche ou d'un éventuel déblocage en cas de pépin. J'ai quand même retiré le maneton du volant pour ne pas créer un balourd en bout de ligne qui aurait pu occasionner des vibrations malsaines (et non pas des good vibrations).

post-2993-0-86337100-1341182992_thumb.jp

Share this post


Link to post
Share on other sites

Donc c'est parti ! Les essais en vol ont duré tout le week end. J'avais préparé un stock de carrelets de 13mm de côté (à peu près 1/2 pouce et c'est le maximum qu'accepte mon mandrin) et 85cm de long, sachant que j'allais beaucoup gâcher j'avais fait ça en pin douglas, ça ne peut pas faire de bonne flèche mais pour régler la machine, c'est bien suffisant. Comme je m'y attendais j'ai rencontré de nombreux problèmes. Il a fallu rectifier l'alignement de la tige filetée qui n'était pas exactement parallèle en hauteur à l'axe de rotation du tour, donc ça forçait et le chariot bloquait en s'approchant du nez du tour. Le principal obstacle à été un phénomène de résonnance des vibrations à certaine vitesse, ça faisait danser le chariot de façon inquiétante. J'ai dû lui rajouter des stabilisateur latéraux qui coulissent sous les barres du banc. Mais depuis la fin d'après midi c'est parfait ou presque. Il faut moins de 10 secondes pour usiner un fût. Quand tout à été bien en place, j'ai fait des essais avec deux carrelets de coudrier et un de sureau, ceux là vont être les premières vraies flèches sorties de la machine.

post-2993-0-90351300-1341184924_thumb.jp

Edited by Flèche peinte

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une fois les fûts usinés, je recule le chariot au maximum et j'installe sur le banc une boite à poncer qui se règle par des tiges filetées pour venir exactement suporter le fût sur presque toute sa longueur. Celui ci prend place dans une rainure aménagée dans la partie supérieure de la boite. La surface est en bois dur (de l'ipé). Vers l'arrière, un petit couvercle sur charnière me permet de laisser tourner le fût sans avoir à le maintenir à la main. Je remets le tour en marche et je passe une cale à poncer sur toute la longueur.

post-2993-0-41296900-1341185267_thumb.jp

Edited by Flèche peinte

Share this post


Link to post
Share on other sites

Enfin, l'ultime étape de la finition du fût, après un bon coup de soufflette pour bien dépoussièrer. Je laisse tourner et je passe sur toute la longueur un autre morceau d'ipé en appuyant fortement. La surface du bois est comprimée et prend un aspect lustré dur et brillant.

Ici, sur la photo c'est un fût en sureau.

post-2993-0-34889900-1341185542_thumb.jp

Edited by Flèche peinte

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et bien voilà, on va pouvoir essayer de fabriquer des fèches en plein de bois différents (j'ai déjà quelques envies de choses luxueuses, comme l'if ou l'osage). Et en appuyant un peu sur le ponçage, rien de plus facile que de faire des fût coniques, plus fins à l'arrière qu'à l'avant. Je dois préciser que j'ai bénéficié pendant la réalisation des sages avis de Jihaif. Il devrait venir voir tourner la machine le week end prochain, faut que je prépare des carrelets.... et une bouteille !

Share this post


Link to post
Share on other sites
mar04   

Salut. Ton tour a fleche est sympas mais où a tu acheter l'outil taille crayon veritas? Je suis aller voir sur le site où ils vendent tous ces outil mais je n'ai pas trouvé.

Share this post


Link to post
Share on other sites
modl   

Tu as un post de Patrice B qui explique comment le fabriquer, le "taille crayon" géant.

Flèche Peinte a quitté le forum il y a quelques temps, à notre grand regret à tous. :(

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui , je me suis posé la question du pourquoi ?..... mais j'ai pas voulu mettre les pieds dans le plat ! .... j'ai remarqué que le post arbalètes a deux arcs a disparu , lui .....

Edited by shivamindi

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×