Jump to content
Sign in to follow this  
Lycan

Fabrication d'une arbalète rustique de type médiévale.

Recommended Posts

Fabrication d'une Arbalète « primitive » de type médiévale.

Je n'ai pas l'expérience de ce genre de construction, ma première et seule arbalète construite l'a été il y a de cela une bonne quarantaine d'année suite à la lecture d'un livre marabout junior sur la vie de Du Guesclin.

Il était coutumier de trouver à la fin du livre, quelques pages de bricolages ou autres inspirés du récit évoqué.

Dans le cas de Du Guesclin, c'était donc une arbalète très primitive fabriquée à l'aide de « baleines métalliques » de parapluie.

Mon propos n'est pas de réitérer l'expérience mais d'aborder plutôt la construction d'une arbalète de type médiévale assez rudimentaire.

Ma première expérience d'arbalète médiévale, je l'ai eu lors de rencontres au Château d'Havré en Belgique, la possibilité de tirer avec ce bel engin me fut donné... et il est vrai que je suis tombé sous le charme de « l'objet » proprement dit.

Esthétique, ingénieux et redoutablement puissant, quelques qualités qui me sont revenues à l'esprit lorsque tout récemment, dans le cadre d'un projet « éducatif », j'ai lancé l'idée avec quelques collègues d'un projet à long terme dont la finalité serait de réaliser localement une fête médiévale.

Dans la foulée d'idées sorties d'un « brainstorming », celle d'une initiation au tir à l'arc était venue sur le devant.

De cette idée, forcément, vu mon intérêt pour les arbalètes, j'ai donc proposé une initiation au tir à l'arbalète.

Petit problème, où trouver ces arbalètes ?

Comme on n'est jamais, mieux servi que par soi-même et après avoir fait pas mal de recherches, je me suis donc lancé dans la fabrication d'une arbalète relativement rudimentaire de type médiévale.

Si la construction du corps même de l'arbalète ne devait pas poser trop de problèmes, il restait le mécanisme de déclenchement et l'arc proprement dit.

J'ai donc opté pour le système d'une « noix » et d'une « gâchette » couplé avec un ressort.

Ne maîtrisant pas le travail du métal, j'ai dû choisir de construire l'ensemble en bois... il est certain que ce mécanisme à lui seul fera hurler les puristes de par sa fragilité.

La résistance mécanique du bois à la traction due à une corde sous tension est redoutable.

Mon idée étant premièrement de réaliser « facilement » et « bon marché » une arbalète capable de tirer des « carreaux » ou « traits » à une distance de 10 mètres, je me suis donc contenté de ces limites de contrainte.

Le fait de choisir aussi un arc métallique fabriqué dans une lame d'acier du « commerce » (c'est à dire relativement peu « élastique ») en lieu et place d'une lame d'acier plus spécifique (comme les lames de ressorts de voitures), n'ont fait que confirmer mon choix...

La fabrication de l'arbalète se divise en plusieurs étapes et points précis.

La plupart des matériaux sont issus des rayons d'un magasin « Mr.Bricolage » pour plus de facilité.

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'arc métallique :

L'arc métallique est fait à la base par une lame d'acier de 30mm de largeur, sur une épaisseur de 4mm et une longueur de 1 mètre.

Le premier prototype fabriqué utilisait ce type de lame, mais pour le second, celui qui m'a servi pour illustrer cet article, je me suis trompé et ai fait l'acquisition d'une lame d'acier plus étroite, 25mm au lieu des 30mm...

A première vue et après usage, cette erreur n'a pas influencé les performances de l'arbalète.

Pour le traçage de l'arc, j'ai recouvert la lame métallique par un ruban de cache autocollant

Partant du milieu de l'arc, c'est à dire de 500mm, de part et d'autre, je reporte une distance de 200mm.

De ces deux points, un à gauche et l'un à droite, je trace un trait légèrement en diagonale jusqu'au bord (un trait d'environ un peu plus de 300mm) à 5mm de retrait.(fig01)

Ces extrémités, de 25mm de largueur seront entaillées de part et d'autre pour la fabrication des poupées.(fig02)

Un coup de disqueuse (meuleuse) avec les précautions d'usage permettra et de couper l'arc en lui donnant sa forme aboutie et de finir les encoches des deux poupées.(fig03)

01-Tracage-de-l-arc-en-metal.JPG

02-Arc-en-metal--un-des-cotes.JPG

03-Arc-en-metal--entaille-de-la-poupee.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le corps central :

Le corps central est composé d'une part d'une planche (en pin) de 100mm de largueur, 18mm d'épaisseur et 800mm de longueur (vendue en planche de 2,7 mètres chez Mr.Bricolage, la chute sera employée pour fabriquer la gâchette et les noix... avec le reste on peut même se refaire une autre arbalète), et deux planches (en pin) , les côtés latéraux de 55mm de largeur, 12 mm d'épaisseur et de 800mm de longueur (le tout vendu en une seule planche d'environ 2,7 mètres).

Pour le traçage, je me suis inspiré de certains modèles trouvés ici et là, profitant des commentaires des internautes pour définir mes propres cotations.

Partant de la pièce qui composera le corps central, j'effectue le traçage de la forme générale et de l'encoche destinée au passage de l'arc métallique.

A distance de 100mm du bord « avant », je trace une « entaille » légèrement inclinée de 4mm d'épaisseur et de 30mm de largeur (25mm si comme moi on s'est trompé...) et cela à 10mm minimum du bord supérieur du corps central.(fig04)

A une distance de 350mm du bord « avant » et à 10mm minimum du bord supérieur (mais au final cela n'a pas vraiment d'importance pour l'instant), je trace une « croix », ce repère servira d'une part pour indiquer ou installer le mécanisme de la noix et en reportant une largeur de 55mm indiquera le début de la crosse de l'arbalète.(fig05)

Pour finir le traçage, la crosse abouti avec une largeur de 30mm.(fig06)

Je passe par la case « découpage » à l'aide d'une bonne vieille scie sauteuse pour obtenir un corps central grossièrement ébauché.(fig07)

A noter que si l'on parvient à garder la chute de bois qui provient de la découpe de la crosse (un morceau d'environ 450mm et faisant d'un côté +/- 70mm et de l'autre +/-45mm), nous avons la base de ce qui sera la gâchette (Rien ne se perd, tout se recycle...)

04-Tracage-corps-central--avant.JPG

05-Tracage-corps-central--milieu.JPG

06-Tracage--et-decoupage--corps-central--crosse.JPG

07-Decoupage-du-corps-central-de-l-arbalete.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les côtés latéraux :

Les côtés latéraux ont 55mm de largeur, 12 mm d'épaisseur et de 800mm de longueur (le tout vendu en une seule planche d'environ 2,7 mètres).

Ils serviront pour intégrer le mécanisme (noix et gâchette).

Pour le traçage, rien de plus simple que de poser le corps central sur un des deux côtés latéraux et de tracer pour repérer ce qu'il y a à enlever... (à noter que dans mon empressement, sur cette photo, j'avais oublié de couper l'avant du corps central).(fig08) et (fig09)

On reporte ce traçage sur l'autre côté latéral et on obtient alors deux pièces relativement identiques.(fig10)

08-Tracage-d-une-des-deux-parties-laterales.JPG

09-Tracage-d-une-des-deux-parties-laterales--cote-crosse.JPG

10-Tracage-et-decoupage-des-deux-parties-laterales.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les noix... :

Nous arrivons au cœur du problème de cette arbalète rudimentaire, la fabrication d'un mécanisme simple mais qui de par sa simplicité et sa rusticité sera fragile.

Pour cela, j'utilise un morceau de bois de 18mm d'épaisseur provenant soit de la planche qui a servi à fabriquer le corps central soit d'une autre essence de bois (après-coup, je me pose la question de savoir si en utilisant une espèce de bois très dur, chêne ou buis, je ne risque pas d'augmenter la résistance mécanique de la noix tout en gardant la facilité d'usinage).

A l'aide d'une scie cloche de 35mm de diamètre et munie d'une mèche de 8mm, j'effectue mes découpes pour obtenir ce que j'appellerai des « noix brutes ».(fig11)

A l'aide de la disqueuse (meuleuse), j'ébarbe et poli les noix pour obtenir au final un cylindre de 35mm de diamètre avec un axe central de 8mm et d'une épaisseur de 18mm.

Cette épaisseur de 18mm, je peux la réduire à 17mm pour laisser du jeu dans la rotation de la noix autour de l'axe et éviter ainsi qu'elle ne se frotte aux cotés latéraux quand ceux-ci viendront englober le mécanisme final.

Pour le traçage des entailles et encoche de la noix, je me suis inspiré des modèles trouvés sur le net.

C'est donc de façon empirique que j'ai trouvé ce qu'il me semble, provisoirement, le meilleur système pour mon modèle d'arbalète.

Avec énormément de précautions, utilisant la disqueuse (meuleuse), je taille donc la noix pour obtenir un objet fini... (fig12)

Premier essai avec un « prototype » de trait d'arbalète, le système s'emboite convenablement.(fig13)

11-Fabrication-des-noix-pour-le-mecanisme-de-tir.JPG

12-Travail-et-usinage-pour-la-fabrication-des-noix.JPG

13-Noix-et-carreau-d-arbalete-improvise.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas sûr que tes noix en bois tiennent longtemps , surtout en pin...............Tu te serais simplifié la vie en faisant un système de déclenchement type arbalète charavine.................

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le mécanisme de déclenchement :

A partir de la noix finie, je reporte celle-ci sur le corps central, au niveau de la « croix » tracé au préalable...

A savoir, comme je l'ai écrit ci-avant, que la distance de 10mm de la croix vis-à-vis du bord supérieur n'a plus d'intérêt pour déterminer le centre de l'axe de la noix.

Il faut placer judicieusement la noix de telle sorte que la base de l'entaille supérieure, effleure le bord supérieur du corps central.

Le tout dans une position « prête » au tir...

Je trace alors la zone qui « découpée » dans le corps central devra abriter la noix d'une part et la gâchette de l'autre.(fig14) et (fig15)

Après-coup, profitant de l'expérience acquise, je délimite cet espace à l'aide de la gâchette que j'aurais préalablement taillé dans la chute de bois issu de la crosse de l'arbalète.

Je découpe donc le corps central à l'aide d'une scie sauteuse.(fig16)

Disposé en vis-à-vis d'un des deux côtés latéraux, je dispose le tout et assemble le tout par des clous à « tête d'homme » (cloutage et collage sont aussi une autre solution).

J'obtiens alors une demi coque d'arbalète dans laquelle viendra se loger le mécanisme de tir.(fig17)

Dans l'espace libre obtenu, je redispose la noix pour définir l'emplacement idéal du trou de 8mm qui servira pour l'axe de rotation de la noix.

Il faut à nouveau placer judicieusement la noix de telle sorte que la base de l'entaille supérieure, effleure le bord supérieur du côté latéral.(fig18)

Je présume qu'avec l'expérience, je parviendrai a obtenir des cotations relativement sûres quant à la disposition de certaines pièces.

Je fore donc un trou de 8mm dans le coté latéral et puis y fait passer un boulon à tête plate de 8x60mm (...toujours disponible en pack de 6 dans les mêmes rayons de supermarché de bricolage...) sur lequel j'enfile la noix, je teste bien que celle-ci est libre de tourner autour de l'axe ainsi fabriqué.

Si il le faut, avec précaution, j'effectue des mouvements de va et vient de la noix sur l'axe, histoire que le filetage « use » par abrasion l'intérieur de l'axe de la noix.(fig19)

14-Tracage-sur-le-corps-central-de-l-emplacement-de-la-noix.JPG

15-Tracage-sur-le-corps-central-avec-vide-pour-gachette-et-.JPG

16-Decoupe-du-corps-central-avec-partie-laterale.JPG

17-Assemblage-corps-central-et-partie-laterale.JPG

18-Corps-central--derniere-verification-avant-de-fixer-la.JPG

19-Fixation-de-la-noix-avec-un-ecrou.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

La gâchette :

La gâchette est un autre moment assez complexe de la réalisation du mécanisme de tir.

En partant d'une pièce de bois issue de la chute de découpage de la crosse, je trace un modèle simple inspiré librement de ce que j'ai pu trouver ici et là comme idée.

Tracé et taillé au préalablement, la gâchette doit pouvoir venir se loger dans l'espace libéré tout en pouvant effectuer une rotation autour d'un axe (toujours ces mêmes écrous de 8x60) sans heurter ou se coincer avec des pièces de bois fixes (ici les arrêtes et autres découpes du corps central) et en ayant une épaisseur de +/-16mm (de quoi pouvoir se mouvoir sans se coincer).(fig20)

20-Mecanisme--noix-et-gachette.JPG

Parenthèse :

Après avoir défini les deux axes, celui de la noix et celui de la gâchette, j'enlève le tout et récupère la demi-coque que je mets en vis-à-vis du dernier côté latéral restant.

De ce fait, fixé provisoirement avec des petits clous, je peux forer les deux trous symétriques dans le côté latéral et ensuite, d'une part, tailler le passage pour l'arc métallique (l'encoche de 30mm ou 25mm de largeur sur 4mm d'épaisseur) a l'aide d'une mèche à bois de 5mm et d'autre part, tailler dans l'axe de tir, dans le corps central, une «gorge» à l'aide de la disqueuse (meuleuse), le tout arrondi avec un ciseau à bois et du papier de verre (émeri).(fig21)

21-Le-corps-de-l-arbalete-avec-une-des-deux-parties-later.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

La gâchette (suite et fin):

Je reprends donc ma demi-coque, y enfile les deux écrous et la noix et je commence à m'attaquer à un détail relativement important, celui du ressort...

Toujours chez le même fournisseur, j'ai donc trouvé des ressorts de 10mm de diamètre.

Une mèche à bois de même diamètre et je fore environ 15mm dans la gâchette et je fais de même dans le côté qui est en vis-à-vis sans aller trop loin, histoire de ne pas sortir de la partie centrale.(fig22)

Le tout assemblé donnera cet effet... (fig23)

Voila l'ensemble du mécanisme sur le premier prototype (ce qui explique la taille des écrous qui eux venaient de mes réserves, par la suite j'ai opté pour des dimensions plus raisonnables). (fig24) et (fig25)

22-Gachette--trou-pour-ressort-de-10mm-de-diametre.JPG

23-Le-mecanisme-installe-et-fonctionnel.JPG

24-Detail-du-mecanisme--gachette--ressort-et-noix.JPG

25-Arbalete-detail-du-mecanisme-simplifie.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Assemblage :

Mine de rien, on arrive à l'assemblage final... on enfile sur les deux axes (les écrous), la dernière partie latérale qui était mise de côté et on referme avec les boulons fournis avec les écrous de 8x60mm sans trop forcer.(fig26)

Le corps de l'arbalète étant relativement fini, j'en profite pour faire deux autres trous de 8mm de diamètres, le premier vers l'avant et le second vers l'arrière.

Ces quatre écrous permettront d'une part d'assurer la solidité de l'ensemble, d'autre part de permettre un éventuel démontage pour remplacer des pièces cassées... (je vise le mécanisme de déclenchement tout bois...).(fig27)

Profitant de l'entaille déjà tracée dans la demi-coque, je continue celle-ci dans le côté latéral fraîchement fixé et on obtient l'arbalète « brute de brute », ici disposée avec l'arc métallique.(fig28)

A l'aide d'un marteau « léger », je fais passer l'arc métallique par l'encoche taillée.

Même si l'encoche était de 5mm, le bois a repris de son élasticité donc tout en laissant passer la barre métallique, la comprimera de façon naturelle.

Après avoir équilibré les côtés (environ 480mm de part et d'autres), nous avons donc une arbalète finie ou presque...(fig29)

26-Assemblage-de-la-seconde-partie-laterale--fermeture-du-.JPG

27-Le-corps-de-l-arbalete-fini.JPG

28-Les-deux-pieces--l-arc-et-le-corps.JPG

29-Assemblage-du-corps--l-arc-passe-par-l-entaille.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Archerie :

Mon but n'étant pas de créer un engin surpuissant, vu les contraintes mécaniques conséquentes (mécanisme en bois, fragilité des matériaux etc...), j'ai donc opté (provisoirement) pour de la corde en nylon d'un beau rouge (en fait ce que j'avais sous la main et qui ne me semblait pas ridicule).(fig30)

Par la suite, en passant chez Décathlon, j'ai testé avec une corde en « dacron » vendue en complément d'un kit « Startech ».

Si la longueur de celle-ci est supérieure à la longueur de mon arc d'arbalète qui fait 1 mètres (de poupée à poupée, 96 cm), en bricolant un peu, j'ai réussi à la fixer sur mon premier prototype (celui avec un arc d'une largeur de 30mm).

D'office le résultat est impressionnant... j'ai doublé la longueur du tir (20 mètres) mais en imposant des contraintes mécaniques à l'ensemble.

Par sécurité, je suis donc revenu à cette belle cordelette rouge... qui après quelques arrangements me permet des tirs à quinze mètres quand même.

Après un travail de finition, tendance « disque abrasif » sur une meuleuse pour rendre l'aspect un peu plus rustique et une teinture avec un vernis acrylique, j'obtiens donc cette arbalète...(fig31)

Comme projectile, pour l'instant je teste divers « engins » entre traits, flèches et autres, mais cela est une autre histoire...

30-Un-des-deux-prototypes-non-fini-.JPG

31-L-arbalete-finie-avec-un-carreau.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas sûr que tes noix en bois tiennent longtemps , surtout en pin...............Tu te serais simplifié la vie en faisant un système de déclenchement type arbalète charavine.................

Effectivement, mes premiers essais n'ont pas été concluants, une noix en bois n'est pas le top mais mon but n'étant actuellement pas de construire une arbalète puissante et complexe, je me suis rabattu sur une solution relativement simple.

Le système étant facilement démontable, mes prochaines recherches vont être de trouver un paliatif, soit en réussissant à fabriquer une noix en métal ou en d'autres matières plus résistantes.

Il reste l'option d'une noix dans un bois extrêment dur comme le buis.

J'en profite aussi pour remercier tout ceux qui sur ce forum ont posté des idées, des astuces et autres trouvailles concernant la fabrication et des arbalètes et des projectiles divers.

La liste est longue...

Merci.

Share this post


Link to post
Share on other sites

bonjour, pas mal pour s'amuser .c'est super bien expliquer :good: pourriez vous me dire la puissance avec cette arc merci

Hum question "piège" pour un novice comme moi...

Je n'ai pas fait de mesures précises puisqu'en somme je ne cherchais qu'à avoir un résultat d'un côté esthètique et de l'autre une "portée" d'une dizaine de mètres.

Sur le coup, il faudrait que je me renseigne sur le forum sur le comment et le pourquoi des divers étalonnages.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

Belle initiative, le résultat semble pas mal pour les matériaux utilisés.

Tu pourrais sans doute affiner la détente, pour avoir un ensemble plus esthétique et ergonomique.

Après bon, le mécanisme en pin, et l'arc en acier qui me semble venir d'une barre lambda vendue en grande surface (qualités élastiques mauvaises) .. Ça restera forcément limité à de l'amusement/découverte (démonstration du principe ...).

Si tu veux passer à quelque-chose de plus "tirable", il existe beaucoup d'alternatives simple ne nécessitant pas beaucoup plus de matos : noix "composite" (empilement collé à l'époxy de rondelles d'acier et de boix), détente en acier (tu peux la faire dans du profilé carré qui se trouve aisément, un pliage à froid suffit), et arc en bois (typiquement noisetier, parfait pour débuter).

Edited by Robin 60

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

Belle initiative, le résultat semble pas mal pour les matériaux utilisés.

Tu pourrais sans doute affiner la détente, pour avoir un ensemble plus esthétique et ergonomique.

Après bon, le mécanisme en pin, et l'arc en acier qui me semble venir d'une barre lambda vendue en grande surface (qualités élastiques mauvaises) .. Ça restera forcément limité à de l'amusement/découverte (démonstration du principe ...).

Si tu veux passer à quelque-chose de plus "tirable", il existe beaucoup d'alternatives simple ne nécessitant pas beaucoup plus de matos : noix "composite" (empilement collé à l'époxy de rondelles d'acier et de boix), détente en acier (tu peux la faire dans du profilé carré qui se trouve aisément, un pliage à froid suffit), et arc en bois (typiquement noisetier, parfait pour débuter).

ok merci pour ta reponse ,et a 10 metre tu arrive a etre precis ou c'est pas terrible?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si tu veux passer à quelque-chose de plus "tirable", il existe beaucoup d'alternatives simple ne nécessitant pas beaucoup plus de matos : noix "composite" (empilement collé à l'époxy de rondelles d'acier et de boix), détente en acier (tu peux la faire dans du profilé carré qui se trouve aisément, un pliage à froid suffit), et arc en bois (typiquement noisetier, parfait pour débuter).

Merci, en fait ce sont donc deux prototypes réalisés en quelques heures avec du matériel "tout-venant" et quelques notions empruntées ici et là, surtout ici :whistling: .

Au vu du résultat, probant, je compte bien réitérer l'expérience mais en choisissant d'autres matériaux plus résistants aux contraintes éventuelles, voire utiliser les astuces de fabrication glanées sur le forum.

Merci pour le conseil concernant la fabrication de la "noix" proprement dite, même si mon arbalète est facilement démontable, je voudrais augmenter l'espérance de vie de la "noix", soit en la fabriquant en "buis" (idée retrouvée ici) ou alors, avec effectivement cette méthode de "collage" acier-epoxy (j'ai même vu que dans les arbalètes médiévales, certaines noix étaient fabriquées en "bois d'animal" :108: )

Maintenant, l'élasticité de la lame d'acier est relativement faible, celle-ci ayant tendance à se tordre, il faut bien admettre que ce n'est seulement que pour des démonstrations et non une recherche de "puissance".

Dans ce cas, il reste toujours l'option "lame de ressort" de voiture à dénicher quelque part en lieu et place de la lame d'acier made-in-Mr.Bricolage.

Pour la gachette, idem... l'idée fait son chemin, qui sait... une prochaine réalisation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

ça fait curieux de voir un mecanisme tout bois, ça me rappelle des souvenirs (salut "Birke" :23: )

bravo pour ton proto, ça me rappelle que les pièces de mon 2eme proto sont éparpillées à gauche et à droite.

Share this post


Link to post
Share on other sites

ok merci pour ta reponse ,et a 10 metre tu arrive a etre precis ou c'est pas terrible?

On va dire que je touche la cible à 10 mètres <_< et que à partir de 15 mètres c'est le hasard qui fait le boulot !

Le résultat reste aléatoire entre le type de "corde" et le type de "projectile" utilisé.

Entre "traits", "carreaux" et autres, il y a des données que je ne maîtrise pas encore.

Dès demain, je vais faire des essais à l'extérieur (si la météo le permet !)

Share this post


Link to post
Share on other sites

avec une arbalète à 10 m , une pièce de cinq francs doit recevoir les carreaux, dans le cas contraire, il y a pas mal de chose à revoir.

Dans ma région ou il reste quelques clubs de tir à l'arbalète ,on tire à 16 ou 21m avec une arbalète de cent livres, le centre de la cible doit bien faire 5 cm , et peu de monde pour en sortir!!!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

ça me semble normal, vu que l'arc n'est pas fixé à l'arbrier dans les règles de l'art et que son band semble insuffisant, il doit osciller pas mal à la décoche ..

Share this post


Link to post
Share on other sites

belle bête :20: mais pouquoi ne fais tu pas une noix en fer ? :whistling:

Tout simplement parce que je ne "maîtrise" pas encore le façonnage de la noix et même si la structure est simple, en réaliser une, en métal, n'est pas encore dans mes "compétences".

Sur le coup, je commence à revoir certaines techniques de fabrication "autres" comme les matériaux composites (bois et rondelles métalliques, résines dans un moule etc...).

Sinon, je tiens à rappeler que ce ne sont que des modèles ressemblant question certaines cotations, à une arbalète médiévale, mais que je ne prétends pas rivaliser avec les résultats de certaines fabriquées ici.

Mes derniers essais me donnent une portée de 15 mètres, avec un impact à dix mètres... ( en soirée, je monte une cible pour voir ce qu'il en sera...)

Je présume qu'en changeant certaines cotations, matières et autres (passer de la barre de 4mm à de la barre de 6mm, passer du sapin blanc au chêne ou autre bois dense, renforcer le mécanisme et utiliser alors de la corde en "dacron" ...), je pourrais améliorer l'ensemble.

De même que pour l'instant, j'essaie de trouver le "projectile" idéal pour ces deux arbalètes (rapport poids et taille etc...).

Edited by Lycan

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Ton travail est magnifique Lycan, le résultat est superbe.

Je viens de terminer mon arbalète faite sur ton modèle ; je te remercie d'avoir fait ces plans et ces explications, assez simples à comprendre. Je ne pensais pas être capable de faire une arbalète mais grâce à toi j'ai réussi ; MERCI :good:

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'ai déjà faite une longue bow avec une racine de tilleul et j'ai bien réussi. Maitenant, j'ai regardé pour faire une arbalète rustique de médiéval, le bois utilisé sera du tilleul et l'arc sera faite avec l'aubier en deux parties laminé. Je commence bientôt, bye les amis, Laval

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

×