brutus

travail de l'os

31 posts in this topic

Bonjour à tous,

j'ai commencé à travailler des fémurs et humérus de boeuf dans le but d'en obtenir des plaquettes.

C'est pas facile :05: : j'ai déssoudé une lame de scie à ruban :05: :05: et encrassé mes bandes de ponçeuse à bande (et puis ça avance pas vite !!!). Du coup, je me pose plein de questions :

- Quelqu'un sait-il comment faire ? Faut-il travailler sur de l'os frais ? ou ayant trempé dans l'eau durant une grande période ? le faire bouillir ? travailler au contraire sur des os biens secs ?

- Quels outils sont les plus adaptés ? personnellement, je suis revenu à la scie à main (à bois ou à métaux, c'est selon) et aux limes. De temps en temps le racloir... mais c'est long... j'ai même essayé la plane ! J'ai pas osé essayer la rabo-déguo, par pitié pour mes fers :whistling:

- Sauriez vous où trouver des métapodes de boeuf (c'est à priori cet os qui est traditionnellement le plus utilisé en tabletterie) ? Comme c'est la partie basse de la patte, elle n'est jamais livrée chez le boucher.

- Où acheter des plaquettes d'os déjà toutes faites ? ... pour pas trop cher :21:

Si les spécialistes du forum ont des tuyaux :bhaoui..: ben ce serait super !!!! :lol:

Edited by brutus

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une rape à bois bien affuté va très bien ensuite une lime demi-douce et si tu veux fignoler papier abrasif de granulométrie décroissante.

Pour les débit de départ le boucher utilise des scies à ruban spécifique. Si tu peux négocier... Pour ma part, j'utilise le ciseau à bois et un maillet. L'os éclate bien, mais je ne controle pas vraiment le résultat.

Je travaille sur des os qui on cuit, après nettoyage, un bain de blanchiment à l'eau de javel, et un séchage d'une semaine environ.

Share this post


Link to post
Share on other sites

pour faire couper les os en sections pour en faire des pointes et des plaquettes, je fais encore plus simple que toi!! j'amène le tout chez le boucher et je lui demande gentiment de me les couper suivant les marques que j'ai fait avant!!! :whistling:

il a une scie circulaire au top, et puis ça parfume le magasin au lieu de la maison :rolleyes:

:10::10::10: :109:

Share this post


Link to post
Share on other sites

pour moi scie a métau basique je colle sur mon fut puis je passe le tous au touret un vieux truc et cela je le fait loin de tous pour les os ils sèchent aux intempéries sur le rebord de la fenêtre a mon association pour le renfort d'encoche tous au touret je ne fait pas de plaquette

Share this post


Link to post
Share on other sites

pour moi meuleuse ébarbeuse pour la découpe puis je me serts du coté plat de la meuleuse pour aplanir à l'oeil puis lime douce et papier de verre. par contre de temps en temps faut raffraichir son disque de meuleuse encrassée en passant du fer ou de la pierre dessus. Attention l'utilisation de la meleuse ébarbeuse sans cache de protection ni lunettes ni masque ni gants est extrêmement dangereux :whistling::whistling:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ta scie a ruban prends un lame pour metaux non ferreux. La denture des lames pour bois est trop grossière.

Quand je récupère un tibia ou un fémur entier, sans machine, j'y vais à l'égoïne pour faire sauter les épiphyses ou bien j'y vais à la hachette mais alors risque de fente de la diaphyse.

Ensuite je cure la moelle et je mets l'os à tremper dans de l'eau quasiment bouillante avec des critaux de soude. Faut changer deux ou trois fois l'eau.

Après je gratte les restes de chair avec un petit couteau pour que ce soit propre

Pour la ponceuse, je travaille a très gros grain (du 40) et ça va bien.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour le traitement, je fais bouillir l'os dans l'eau additionnée de quelques gouttes de lessive pour machine à laver la vaisselle: même effet que la soude ou la potasse avec l'action détergente immédiate en plus.

L'os sort bien dégraissé et bien blanc.

J'ai la chance de posséder une scie à main chirurgicale pour les amputations; ça coupe bien pour débiter l'os en morceaux grossiers. Pour faire des plaquettes, j'utilise après une scie à métaux qui va très bien.

Ensuite, le touret à meuler meule sèche qui glace parfaitement l'os (attention à ne pas chauffer trop fort, cela rend l'os plus friable pour la suite) et meule à eau pour la douceur.

Pour le travail plus fin (sculpture, fine découpe....) les fraises de dentiste sont parfaites: je possède un vieux matériel portable de prothésiste dentaire avec réglage de la vitesse sur pédale.

Edited by Jihaif

Share this post


Link to post
Share on other sites
J'ai la chance de posséder une scie à main chirurgicale pour les amputations; ça coupe bien pour débiter l'os en morceaux grossiers. Pour faire des plaquettes, j'utilise après une scie à métaux qui va très bien.

Ensuite, le touret à meuler meule sèche qui glace parfaitement l'os (attention à ne pas chauffer trop fort, cela rend l'os plus friable pour la suite) et meule à eau pour la douceur.

Pour le travail plus fin (sculpture, fine découpe....) les fraises de dentiste sont parfaites: je possède un vieux matériel portable de prothésiste dentaire avec réglage de la vitesse sur pédale.

Tu as aussi une villa à Gambay?

:32:

Share this post


Link to post
Share on other sites

faire bouillir l'os pour détacher tendons ,cartilage et viande , on gratte

au lave vaisselle !!!! et ensuite la scie égoïne

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tu as aussi une villa à Gambay?

:32:

Gambais (c'est pas loin de chez moi :whistling: et Mme Ishi y a travaillé dans une maison de retraite.... :rolleyes: ... de la RATP <_< )

Il me semble assez logique que l'outillage électro destiné au bois ne soit pas bien adapté au travail de l'os, pendant que l'outillage bois à main est parfaitement utilisable. C'est surtout une question de vitesse et de collage du copeau à l'outil. En technologie d'usinage, les angles de coupe et de dépouille et la distance entre les dents d'une fraise ou d'une scie sont directement liés à la nature du matériau.

Quand on usine à vitesse faible (à la main et pas comme un bourrin, par exemple) on peut utiliser des angles plus "aigus" que lorsque la vitesse augmente. Quand la matière est plus "sèche" on peut utiliser des angles moins aigus que lorsqu'elle est "grasse" ou collante. Etc...

Il y a des règles parfaitement établies et vérifiées expérimentalement pour tous les métaux et le bois utilisé en menuiserie industrielle. Il y en a sûrement aussi pour les métiers de la boucherie comme pour la chirurgie :oups:

Pour avoir (très peu) travaillé l'os et le bois de cervidé, il me semble qu'il vaut mieux éviter l'électro (portatif ou non) sauf pour la ponceuse à bande qui est très efficace en finition... à l'air libre. :pfff:

Une scie égoïne à bois à denture fine ou une scie à métaux à denture grosse font à peu près également le même boulot sur l'os.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pareil que tout le monde. D'abord, ébouillage avec lessive de soude (c'est la lessive qu'on verse dans l'eau et pas l'inverse), en gros une bonne heure à fremissement.

Ensuite, séchage, coupage à la scie à métaux.

Quand l'os va bien, je le passe à la ponceuse à bande à l'envers, gros grain.

Pour les plaquettes, faut être précautionneux, mais on peut débiter des lamelles à la scie à métaux dans l'os.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'utilise une scie égoïne vendue pour couper les tuyaux de descente d'eau en PVC.

La denture est fine, elle ne s'encrasse pas, elle est large cela m'aide à guider la coupe sur de grandes longueur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ma part je travaille en direct avec des bouchers qui travaillent les bêtes en carcasse. Je dois pouvoir avoir n'importe quel type d'os.

Donc lequel(s) faut-il demander pour faire des pointes par exemple ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pour ma part je travaille en direct avec des bouchers qui travaillent les bêtes en carcasse. Je dois pouvoir avoir n'importe quel type d'os.

Donc lequel(s) faut-il demander pour faire des pointes par exemple ?

Des gros nonosses, fémur, tibia..................

les os à moelle vont parfaitement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pour ma part je travaille en direct avec des bouchers qui travaillent les bêtes en carcasse. Je dois pouvoir avoir n'importe quel type d'os.

Donc lequel(s) faut-il demander pour faire des pointes par exemple ?

mais pour les plaquettes, c'est le métacarpe :bhaoui..:

Merci à tous pour vos réponses. :115: :115: :115:

Edited by brutus

Share this post


Link to post
Share on other sites
Des gros nonosses, fémur, tibia..................

les os à moelle vont parfaitement.

:07: . C'est noté !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Toutes ces techniques sont intéressantes mais j'aimerais utiliser une façon plus moyenâgeuse afin de travailler l'os devant le public.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Bonjour...

Râpe à bois et limes fonctionnent très bien et sont présentables en public...

1 person likes this

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas mal le déterrage..... 8 ans quand même   :3dflagsdotcom_franc_2faws:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 19 heures, Eustache1198 a dit :

Toutes ces techniques sont intéressantes mais j'aimerais utiliser une façon plus moyenâgeuse afin de travailler l'os devant le public.

 

pierre de meule ronde tournée à la main, c'est "moyenâgeocompatible"; sinon, une pierre abrasive plate et l'os frotté dessus.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et les bois de cerfs ? C'est aussi de l'os... Des conseils pratiques particuliers ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est moins cassant que l'os.........il me semble me souvenir que le laisser tremper une nuit dans l'eau permet de travailler plus facilement avant que ça ne sèche et redurcisse.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Corbeau a dit :

Et les bois de cerfs ? C'est aussi de l'os... Des conseils pratiques particuliers ?

Le bois de cerf à une composition analogue à l'os : matrice minérale maintenue en forme par un "squelette" protéinique, mais le rapport entre la partie minérale et la partie protéinique est différents (le bois de cerf contient un plus grand pourcentage de protéines ce qui le rend un peu moins cassant que l'os) 

Je me souviens avoir lu une étude sur le sujet (in english ..) mais je ne remets par la main dessus ....

 

pour le trempage du bois de cerf ; effectivement ça l'assoupli mais il faut compter 4 à 5 jours d'immersion avant travail ... pour l'os c'est moins évident

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now