Jump to content
Laurent L.

Partage

Recommended Posts

c'est quand tu veux que tu viens en auvergne!!! c'est pas les maisons à vendre qui manque!! c'est le reste :whistling:

Ah, ça ne tiendrait qu'à moi, je serais déjà quelque part entre le Mont Dore, La Bourboule et St Nectaire ! Mais... pas avant les dix prochaines années, hélas ! :bhaoui..:

Share this post


Link to post
Share on other sites
[...] Je me tâte, je me tâte....Un tel manche, fait selon cette méthode, devrait donner un résultat assez sympa pour ce couteau.

Vas-y ! Le premier geste est difficile, empreint de doutes et d'hésitations, mais une fois que tu es lancé, il faut aller au bout ! C'est comme à chaque flèche : une remise en cause, un travail aussi sur soi et du plaisir lorsque c'est terminé ! :29:

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'aime bien ton travail,ça m'inspire,je crois bien que je vais tenter quelque chose d'ici peu.

merci pour ces superbres realisations.

Share this post


Link to post
Share on other sites

superbe laurent...

la préparation le laissait déjà penser, mais la réalisation l'a confirmé...

en tout cas, j'ai grace à cette méthode une bonne idée pour le prochain, qui devrait être plus composé que d'habitude...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ah, ça ne tiendrait qu'à moi, je serais déjà quelque part entre le Mont Dore, La Bourboule et St Nectaire ! Mais... pas avant les dix prochaines années, hélas ! :bhaoui..:

on s'y verra sûrement, ça reste une terre chère à mon coeur

St Nectaire :rolleyes:

rien que le nom ...!

à propos du manche du couteau, il est certes court, mais il ne fait pas "petit" ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très belle réussite, Laurent.

Je me pose juste une question: ce genre d'assemblage ne se prête-t-il pas mieux à un profilage plus uniforme?

Je veux dire sans "creux et bosses". Il serait moins ergonomique, mais p-ê simplement esthétique.

Je pense à ça, pcq j'ai l'impression que le profilage déforme le motif des collages, mais bon, d'après les photos bien sûr... et on sait que les photos...

Share this post


Link to post
Share on other sites

En effet, Michel, tu as parfaitement raison : ce genre d'assemblage se prête mieux que des lignes droites aux mises en forme peu "torturées".

Mais si courbes et creux révèlent d'agréables dessins sur des collages droits, si les collages courbes sont mis en valeur par des formes plus régulières, voire planes, j'ai voulu essayer de donner plusieurs angles de vue : latéralement, le dessin est celui "d'origine", mais en travaillant les volumes, j'espérais créer des associations ligne/volume différentes de ce que je fais habituellement.

Enfin, le n°8 "de jardin" est un peu plus petit au niveau du manche qu'un "8" classique. Je voulais, au départ, garder la forme de ce couteau, mais... j'ai testé, cela a été plus fort que moi :bhaoui..: même si j'ai su rester plutôt "sobre".

Bref, ce couteau est un essai. Un essai important, et comme pourrait dire GIL, un caillou sur le chemin. :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

alors un grand merci pour ce tuto extrement bien realiser

et felicitations pour le resultat final c est a tombe par terre sa donne vraiment envie de s y mettre

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à tous :)

Je viens de poser la deuxième couche de vernissage (Fondur polyuréthane bi-composant). Il y en aura 4 à 6 avant que je ne le ponce finement pour passer les deux dernières couches de finition brillante.

Le bois de rose semble avoir pris quelques "tons" avec le vernis, mais c'est difficile à évaluer précisément sous la lumière artificielle de la maison et avant polissage du vernis.

Certains bois changent plus que d'autres sous le vernis !

Il est enfin possible que je fasse une finition matte qui donne un "toucher" très agréable, assez proche de celui du bois. Mais cela ne dépendra pas seulement de moi : j'attends d'être un peu plus avancé dans l'estimation des résultats du vernissage et je demanderai à Claire en fonction de goûts de Monique.

Des images du couteau en cours de vernissage n'ont pas un grand intérêt : c'est plus ou moins granuleux et brillant, comme s'il n'avait pas été poncé.

Cela donne une apparence dans ce genre : post-2623-1202236910.jpg (Un manche que j'ai réalisé il y a pas mal de temps mais dont je n'ai pas d'images une fois terminé...)

Par contre, je mettrai une image du vernis dépoli : le bois est protégé et on dirait presque qu'il est "nature" (à l'usage, sous les frottements, il devient satiné par endroits, ce qui n'est pas sans charme !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cette fois, je suis scotché! D'habitude, je n'accroche pas vraiment à un style que je trouve trop chargé, mais là, j'aime beaucoup et je :115:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Icybones ! :)

Tu soulèves là une question que je me pose depuis quelques temps déjà, un désir que j'ai envie de re-explorer : le nombre d'essences présentes sur un manche.

En effet, si j'aime faire ce que j'essaie de réaliser, il m'arrive aussi de me dire : "Attention, n'en mets pas trop !" Car la surcharge risque de noyer la beauté de certains bois, de ne plus faire jouer le plaisir que sur le visuel (nombre d'essences, comptage des collages, etc...).

Ce serait dommage.

Certains assemblages vraiment complexes proposent une harmonie qui sied parfaitement au manche et à ce que veut faire ressentir celui qui l'a façonné (je pense bien sûr à Bruno chaperon mais aussi à certains manches de Lionel Fobert et Michel Montlahuc). Car il y a une intention derrière le dessin.

J'ai pourtant de plus en plus envie de me diriger vers ce que mon cœur appellerait "the songs of wood" :23:

J'entends par là... travailler des manches se rapprochant de ce que réalise Michel Franck et Gert van den Elsen

9VRN%20bois%20argent.jpg

: une essence principale juste mise ne valeur par des apports qui ramèneront toujours l'œil sur le bois et son histoire. Que le manche ne soit pas forcément dans un bois aux veines exceptionnelles mais aussi à l'origine "exotique" faisant travailler l'imagination, au destin particulier, dans une intention chargée d'émotion... bref, que cela soit autant un couteau "du cœur" que des yeux.

Je suis déjà allé vers cette sobriété là. Toujours pour offrir à des personnes pour lesquelles j'avais des sentiments forts.

Mais souvent j'essaye des idées mâtinées de complexité et/ou de contrastes... Le travers de celui qui est encore très loin de la sagesse sans doute. ;)

Il ne faut pas oublier ce qui est essence-iel...

:37:

(PS : l'image vient su site de Michel Montlahuc)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci et bravo pour ce tutoriel. Quel beau travail, "very inspiring" !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Espérons que ce tuto fasse des émules, ça serait marrant.

Laurent, tu me flattes, ton travail dépasse largement ce que j'ai pu réalisé!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Michel, tu as su réaliser des manches d'une grande sobriété aux ajouts de bois discrets mais donnant une "touche de classe" indéniable. Chacun son style me diras-tu mais je dois toujours apprendre, et aussi apprendre à faire "simple".

Hors, la simplicité n'est qu'apparence et sa réalisation demande parfois une maîtrise certaine ! Ainsi, c'est fou ce que de multiples filets droits m'aident dans le travail des symétries là où un manche uni ou aux couleurs dissymétriques me demande bien plus d'attention...

:37:

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est vrai, on discute, on parle, et on oublie le travail ! :whistling:

Ben, la cinquième couche de fondur sèche. Je fais un essai de ponçage léger demain soir. Si tout apparaît comme je le veux, je mets "aussitôt" l'avant dernière couche, la première de "finition".

Dimanche, championnat de Ligue en Dordogne (départ à 6h30, j'vais être complètement flapi...).

Mercredi, cela devrait être terminé et le verdict final tombera ! ! !

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'avais pas remarqué au premier abords, mais il a même fait un guillochage ( nouveau mot dans mon dictionnaire ) sur l'opinel :P

Share this post


Link to post
Share on other sites
J'avais pas remarqué au premier abords, mais il a même fait un guillochage ( nouveau mot dans mon dictionnaire ) sur l'opinel :P

ben ouai, moi aussi... :109:

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'avais dit que je vous montrerais jusqu'au bout, alors allons-y !

L'image ci-dessous représente une étape importante de la finition. Les cinq couches de "fondur" polyuréthane sont sèches (J'en mets parfois six. J'utilisais avant une colle cyanoacrylate de marque connue qui donne des résultats excellents et peut largement se passer de vernissage de finition après polissage, mais cela revient cher au litre...). Elles doivent être poncées très finement pour recevoir les deux couches de vernis de finition.

Ce travail est long, doit être fait tout en douceur et seulement lorsque tout est bien sec. Impatients s'abstenir. Cela m'a d'ailleurs parfois valu de bonnes petites crises d'auto-injures de n'avoir pas su attendre assez longtemps, car il faut... recommencer. Et donc reponcer doucement jusqu'au bois. C'est long...

Si d'aventure, lors du ponçage, on va un poil trop loin, si la couche de vernis n'était pas homogène, le bois peut apparaître. Et là, il faut recommencer. :05: :bhaoui..:

J'utilise de la toile émeri (là, je n'ai pas le n° sous les yeux mais environ du grain 120) et du papier de carrossier.

Légère la main, doux le poignet...

Et on va descendre jusqu'à utiliser de la paille d'acier triple zéro.

Il faut éviter les crevasses, les bosses, les rayures dans le vernis.

S'il y en a (elles se cachent bien parfois et il est important de travailler sous une lumière vive et de tourner et retourner le manche dans tous les sens), et bien... on recommence ! :107:

img-1943577nbf4.jpg

Le vernis de finition, haut de gamme, se tend relativement bien. Il pourra toutefois parfois nécessiter lui aussi un ponçage ultra fin suivit d'un passage à la pâte à polir. On peut le passer au pistolet si on maîtrise la chose, cela évite certains soucis liés aux pinceaux.

J'utilise des pinceaux.

Voilà, je vous laisse, le travail n'attends pas, non plus que les tâches ménagères, lesquelles, comme chacun sait, ne sont pas sans noblesse... :109:

Edited by Lagroht

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...