Jump to content
G-b.10

teinture

Recommended Posts

ceci est pour les grand amateur de thé qui connaisse beacoup de sorte

le principe est de frotté le thé sur l'arc pour changer sa teinte

personnelement je n'ai pas riqué un de mes arc pour le testé

pour la couleur voulu il sufi de choisir la bonne sorte et pour la teinte ,froté plus pour que sa sopit plus foncé et moin pour une teinte légere

plus vous connessez de sorte plus vous aurez un évantail de couleur grand

si quelequ'un essaye j'aimerais bien en avoir des nouvelles

:37:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'ai jamais essayé du thé sur un arc, mais je passe mes fûtous en bambou au café :P

C'est marrant, j'écris f.û.t.s et ça sort "fûtous" :05:

Edited by Mat's

Share this post


Link to post
Share on other sites

queste-ce qu'avait donné le café

moi j'aisairais bien le cacao sur un silple bout de bois mais je crain que se ne soit plus salissant que d'autre chose

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ma part je préfère réserver cafè, thé et autre cacao à leur rôle traditionnel : le p'tit dej'

Si vous voulez colorer du bois avec un produit naturel utilisez donc le brou de noix.

C'est vendu en supermarché, du coté des peintures, avec la thérebentine et le white spirit.

C'est un produit naturel, traditionel, que vous pouvez diluer avec de l'eau et qui ne coûte que trois sesterces le litre ... ..

Share this post


Link to post
Share on other sites

y en a des chose naturel ta qu'a y etre pouqoi pas faire un inventaire

et aussi comme idée :le clou de jorofe(désolé pour l'ortographe)

:perci

:paprica pour une teinte plus rouge

bof je supose

si il y a quelqu'un qui travail dans les finne herbe vous lui passerez le message :P

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'envisage aussi de teinter un arc car j'en ai assez de faire toujours des arcs en bois blancs, frene, accacia, noisetier, buis ... J'avais envisagé de mélanger l'huile de lin que j'utilise pour traiter mes arcs avec un pigment comme pour faire de la peinture à l'huile (genre terre de sienne brulé). Quelqu'un a-t-il déjà essayé et est-ce que ça tient dans le temps ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un gros problème, si tu veux faire de l'huile teinté, c'est que le produit de teinte doit être compatible avec l'huile.

Certaines poudres ne pourront pas se diluer, certains liquides non plus (brou de noix qui a comme solvant de l'eau se mélangera pas avec l'huile)

Procéder en deux temps :

- d'abord teinter et s'il le faut corriger la teinte

- puis passer le produit de finition (huile ou vernis selon ton goût)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pensais aux pigments de peinture. Pour peindre sur toile depuis Léonard de vinci on mélange des pigments avec de l'huile de lin. Quelqu'un à t-il fait le test sur un arc ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je teinte tous mes menuiseries avec une teinture que je fais avec de la chicorée, ça donne de beaux tons chauds. si ça interesse qqun je recherche la recette.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si ca intéresse qqu'un, j'ai plein de copeaux d'osage. Ca permet de teindre en jaune les étoffes et les peaux.

Gratos.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pour peindre sur toile depuis Léonard de vinci on mélange des pigments avec de l'huile de lin.

Ce n'est pas tout à fait exact. On peint sur toile depuis l'Egypte de la XII ème dynastie- soit 4000 ans avant le présent- mais pas à l'huile bien sûr.

On peint à l'huile sur bois depuis au moins la fin du X ème siècle de notre ère - Héraclius , De oleo, quomodo aptatur ad distemperandum colores,

Chapitre XXIX du livre III

C'est en 1434 dans les Flandres qu'est atesté la première mention de peinture à l'huile sur toile. Le futur grand Léonardo da Vinci commence son aprentissage de peintre dans l'atelier de Verrocchio en 1469 à Florence. Il fallu près d'un siècle pour que la technique de l'huile sur toile parvienne des Flandres à Florence.

Entre-temps Léonardo était en France avec François Ier, mais ceci est une autre histoire..... :37:

Edited by wendat

Share this post


Link to post
Share on other sites

On peut teindre les tissus avec des pelures d'oignons ,enfin l'eau dans laquelle elles ont bouillis. Je vais essayer avec des plumes blanches . On obtient des beaux ocres , du clair au foncé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

pour ma part au maxi j evite l eau la plupart des melange je les fait avec de l alcool ou de l acetone plus pigments naturel ou syntetique pour eviter de relever le fil du bois ou de faire gonfler quand je maitriserai les photo je posterai tout

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 19/12/2006 à 21:20, PEDRO a dit :

Si ca intéresse qqu'un, j'ai plein de copeaux d'osage. Ca permet de teindre en jaune les étoffes et les peaux.

Gratos.

Salut moi aussi j'ai des copeaux. Tu fais comment ta teinture ? 

Merci

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tiens c'est marrant... Je me demandais justement si il etait possible de teindre des fils de lin de façon a faire une corde bicolore a partir d'1 seule bobine sans en modifier les propriétés mécaniques..

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Lap1 a dit :

Tiens c'est marrant... Je me demandais justement si il etait possible de teindre des fils de lin de façon a faire une corde bicolore a partir d'1 seule bobine sans en modifier les propriétés mécaniques..

Je me suis déjà posé exactement la même question.

Les fibres végétales (lin, coton etc.) "capturent" la couleur beaucoup plus difficilement que les fibres animales telles que la laine. Mes petites tambouilles de teinturier très amateur me l'ont vite confirmé.

Cela dit, le lin peut tout de même se teinter avec des matières naturelles (copeaux, fleurs, feuilles) mais il faut se dire qu'un beau rouge offert par la garance sur de la laine donnera au max du rose un peu fade sur du lin. Les baies de sureau hièble donneront un bleu très délavé etc. Ce qui tendrait à corroborer l'idée qu'on ne teignait pas le lin au Moyen Age (ou alors c'était dans une proportion nettement inférieure à la teinture de la laine) du fait des couleurs obtenues qui étaient très peu soutenues.

Sans oublier que les vêtements de dessous (braies=pantalon, chemise) se devaient d'être les plus clairs possibles en raison d'une certaine morale voire une vision religieuse. Les sous-vêtements en coton sont restés blancs jusque dans les années 60  malgré les progrès de la teinture chimique pour possiblement les mêmes raisons (je renvoie à la lecture de Michel Pastoureau qui l'explique mieux que moi).

Pour revenir à la teinture du lin, on obtient surtout des tons pastel avec des matières végétales.

Un truc qui a bien marché a été de tester la galle de chêne. Ce sont des boules très légères qui résultent de l'infestation du chêne par un insecte. Ces galles contiennent énormément de tanin et ça permet de pré-teinter le tissu (on obtient une sorte de brun clair). Par la suite, passer ce même tissu pré-teinté (ou mieux "mordancé", terme de teinturier) dans un autre bain par exemple de jaune (les fleurs de genêt en sont gavées) m'a permis de faire un péter un orangé ma foi pas trop vilain.

Il y a également le vinaigre de clous (acétate de fer) qui fonctionne bien pour faire virer une teinte mais là on part plutôt vers les tons froids (verts, bleus). Les teinturiers anglophones parlent de "saddening" (attrister).

Pour ce qui est des propriétés méca du lin qui aurait été teinté par des matières végétales, je n'ai aucune idée si ça les amoindrirait (ou pas).

En revanche, le mordançage de la laine par l'acétate de fer peut endommager quelque peu la fibre du fait de l'acidité du bain qui ronge un peu la kératine de la laine.

Ce n'est pas bien grave si les dommages restent modérés dans la mesure ou on ne demande pas forcément à du fil de laine d'être assez solide pour pouvoir en faire des cordes d'arcs.

Une question qui me taraude depuis longtemps est de savoir si les paysans représentés en train de moissonner (enluminure qui suit) sont vêtus de lin ou de laine.

C'est la saison des moissons, il fait chaud et peut-on raisonnablement imaginer des moissonneurs portant sur eux du tissu de laine pour effectuer un tel travail physique et harassant ?

Si ce n'est pas le cas, on peut supposer qu'ils ne portent sur eux que des vêtements de lin que l'enlumineur a choisi de représenter en couleurs pour 2 d'entre eux. Et on peut voir que le bleu et le rouge sont quand même assez délavés.

Je n'affirme rien et ne dit pas que ceci est une preuve mais ça m'interroge quand même un peu sur les probabilités que le lin ait quand même pu être teinté dans les temps anciens :hmm:(image extraite des miniatures des Très Riches Heures du duc de Berry,  XVeme siècle)...

miniatures-duc-de-berry (1).jpg

Edited by Le Paresseux

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les teinturiers utilisait du "mordant" avant la teinture. Je n'en sais pas plus.

Nota bene : la teinture sur soie donne de très bons résultats, sur les plumes banches aussi, mais c'est un peu cher.

Edited by Lyvelinois

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...