Jump to content

Médiéval_63

Membres
  • Content Count

    24
  • Joined

  • Last visited

About Médiéval_63

  • Rank
    Visiteur
  • Birthday 01/24/1989

Previous Fields

  • Département (ex: 01):
    03
  • ville:
    Saint Pourçain s/Sioule
  • Matériels (arc, flêches etc...)
    Surtout du fait main...
  • N° SIREN
    524 694 882 00019

Contact Methods

  • Website URL
    http://www.artisan-medieval.com/

Recent Profile Visitors

439 profile views
  1. Autrement le coup de l'arc unique au monde, c'est la goutte d'eau....je me suis tristement laissé séduire par ce côté "old timer". m'enfin, il faut de tout pour faire un monde....
  2. Je me permets de revenir sur le tilleul, vous pensez qu'il est à banir complètement?? Même pour un arc renforcé, il serait si mauvais? Et comme bois de support pour un composite avec cornes et tout et tout...?
  3. pour ma part, je me suis fabriqué récemment un banc d'âne aussi pour finir mon dernier arc ( )C'est très pratique pour tout le travail à la plane, et ça peut encaisser de grand coups, mais ce type d'établi a beaucoup de lacunes, surtout lorsqu'on fait des arcs plus sophistiqués que des longbows...la position de travail par contre est assez bonne si on donne le bon angle à la mâchoire inférieure, il faudrait juste rajouter un petit coussin si l'on reste assis longtemps. Mais pour beaucoup d'autres opérations, on doit se tourner vers d'autres types d'étaux et d'outils...ce n'est pas suffisant.
  4. hum pedro, tu n'as pas tort, même si les tendons sont juste posés en masse sans avoir étés mouillés etc.. c'est eux qui encaissent sans problème la grande allonge de l'arc. D'ailleur, je me souviens d'un des ses arc (qu'il dit être le seul au monde à avoir tenté...je trouve aussi ça bizarre), celui avec deux longues corne de springbock qu'il prend en main et tire un peu dessus; les branches ont l'air de plier avec une facilité surprenante, à le voir, on croirait qu'il fait 15lbs...et sur une telle longueur de corne, des tendons posés à la colle animale, auraient certainement ramené l'arc débandé à une forme quasi circulaire non? Et de plus, un tel arc, rien qu'encordé, doit déjà supporter une sacrée énergie de tension, et au vu des épaisseurs de corne et de tendons, sa puissance devrait être remarquable... En fait je commence à avoir de sérieux doutes sur l'utilisation de la colle à bois. Peut-être qu'il utilise les tendons pour faire "genre" mais qu'il ne s'agit réellement que d'un simple renfort?... Ah, c'est bien d'avoir des avis extérieurs, ça ouvre un peu plus les yeux! Mais n'allons pas trop vite, je vais tenter je pense de le contacter directement et de poser la question sur la colle, on verra bien la réponse!
  5. pour répondre de nouveau à pedro, il me semble que certain de ses arcs, notamment ceux en corne/tendons ont une couche impressionante de tendons, également plus d'un cm. Pourquoi alourdir autant un arc avec un simple renfort s'il ne joue aucun rôle? Je pense qu'il a sa technique, et qu'elle doit marcher (sûrement moins bien qu'avec la colle animale), mais nous ne connaissons simplement pas les détails de sa façon d'opérer au moment du collage, cela ne figure pas dans le reportage malheureusement.
  6. jolie organisation Redbow, c'est quoi l'espèce de pince en bas à droite? Tu t'en sert pour enlever le surplus de colle sur les tendons encollés (comme le font certains avec les doigts)? Pour ce qui est d'acheter sur internet, je sais que c'est possible, j'ai failli acheter de la colle de vessie natatoire d'esturgeon il y a un an, mais je n'ai plus eu le temps de m'occuper de mon projet composite...mais le sachet de colle dépassait je crois, les 50€! Cela reste plus cher que la colle à bois (même si c'est certainement incomparable). Mais de toute façon, je ferais des essais, et peut être que je maitriserais rapidement son utilisation avec les tendons...j'utilise déjà de la colle d'os pour des collages bois, corne ou os mais en coutellerie ou pour le cuir bouilli Je souhaiterais bientôt faire des premiers essais d'utilisation de tendons sur des arcs dans le style de ceux d'Ed, mais sans corne, juste renforcés. Le style deflexe, reflexe me plait bien. Pensez vous que le tilleul peut être utilisé pour ce type d'arcs? Est-il modelable à la chaleur? J'ai récupéré un très beau morceau de plus de 2m, à la fibre bien droite, de section bien ronde et don une moitié ne présente absolument aucun noeud, mais je n'en ai pas beaucoup entendu parlé en archerie, est-ce un bois correcte? (oui, je sais, cette dernière requête est un peu hors sujet...)
  7. Pour répondre à tous: Pierre, je sais qu'Ed Scott ne dit pas que des vérités mais ce qui est certain c'est qu'il n'emploie plus la colle de tendons, c'est ce qui a déclenché ma curiosité, même si au fond j'ai le sentiment que rien ne peut égaler la combinaison avec la colle naturelle. Pour "messy", je parle bien anglais, j'ai juste pas osé traduire par bordélique même si je l'avais compris ainsi. J'avais également lu sa bio, et bien qu'il soit vieux, il n'est pas aussi ancien dans le métier. Mais toujours est-il qu'il est quand même relativement talentueux. Pedro, je ne suis pas sûr qu'il n'y ait strictement aucune élongation ni élasticité des tendons avec une colle à bois, sinon il n'en mettrait pas une telle épaisseur inutilement, et puis ses arcs ne fonctionneraient pas...et on le voit aussi avec des ébauches en main qui on un sacré réflexe, il semblerait qu'il soit du au séchage des tendons. Je n'ai pas non plus l'impression que les peaux de serpent ou peaux crues servent à cacher quoi que ce soit, bien que le but de cette opération soit quand même pour les finitions...Il dit que beaucoup de gens lui demandent la peau de serpent. Aussi lorsqu'on voit plusieurs de ses ébauches avec du tendon apparent collé à sa manière, cela n'est pas si blanc que ça...mais je pense que peu de gens aiment avoir un arc avec juste les tendons à l'extérieur et un revêtement améliorera la protection aux intempéries ou autres altérations. PhilPlessis, je ne pense pas que ce soit non plus sa compagne qui râle, car il semble travailler dans son propre atelier... N'allez pas penser que le but de ce sujet était de créer un cult à Ed Scott, mais juste de demander des avis sur ses collages, car comme je l'expliquais plus haut, je n'ai pas vu de discussion sur le sujet dans le forum. J'ai peut-être mal cherché... Quand j'en aurais l'occasion, je pourrais tester moi même mes premier collages, et savoir qu'on peut faire des arcs avec tendons sans colle animale, est intéressant, car c'est une colle tout de même plus difficile à utiliser, car il faut trouver de la colle de bonne qualité (pas facile et cher) et parce qu'il faut parvenir à maitriser la bonne viscosité, garder le travail chaud... Bref, peut être que pour des premiers essais je tenterais d'abord avec la methode Ed, pour ne pas me mettre trop de difficulté, j'aurais un peu moins de risque de déception. Par la suite, j'aurais forcément envie de maitriser la méthode traditionelle millénaire...et de comparer les performances. Reste à trouver la bonne colle à bois et tester sa mise en oeuvre avec des échantillons.
  8. Je pense avoir lu tous les sujets traitants de la colle pour les arcs primitifs, et ce qui revient systématiquement, c'est que pour ce qui est du collage des tendons, c'est de la colle animale qui doit être utilisée. Cela parait tout à fait logique. Mais il est au moins un facteur d'arc au monde qui utilise, à ce que j'ai compris de la colle à bois (résistante à l'eau), ce n'est certainement pas le seul. Mais si je dis ça c'est parce que j'ai vu ce reportage sur Ed Scott, un facteur d'arcs traditionnels américain. Dans la troisième partie qu'on peut voir ici, http://www.youtube.com/watch?v=YyZcjRFjL94&feature=relmfu ,il explique qu'il n'utilise plus ( et non "pas) les colles animales pour le collage des tendons car c'est plus difficile à mettre en oeuvre, et il préfère donc utiliser des colle pour bois résistantes à l'eau. Au vu de ses réalisation, ce facteur d'arc n'est pas un débutant et il est reconnu. Je ne pense donc pas que l'utilisation d'une colle différente pour les tendons soit fantaisiste, car comme je l'ai dit plus haut, il y a au moins cet homme, de source sûre qui emploie cette technique, et qui plus est, à but professionnel. Et pour donner mon avis personel, j'aime beaucoup le personnage, et sa mentalité. La question par contre est de savoir somment il s'y prend précisément pour coller ses tendons? Sont-ils aussi trempés dans l'eau avant? Sa colle à bois est elle une colle vinylique? C'est la mise en oeuvre qu'il faudrait comprendre. Quelqu'un ici aurait-il entendu parler de ça? Il serait intéressant d'expérimenter cette technique. Ce qui m'étonne aussi, c'est que je suppose que certains archer du forum ont du déjà voir aussi ce reportage, mais pourquoi ce détail frappant n'a-t-il pas encore été discuté? (Sauf si je me trompe et qu'un sujet similaire m'a échappé...) Après, c'est sûr, il vaut mieux bien comprendre l'anglais, car le reportage n'est pas sous-titré, mais il est très intéressant à voir, je pense que toute personne ayant goûté à la facture d'arcs traditionnels se apprécierait ce petit film. De plus, ses arcs sont très beaux et le plus souvent commandés par des chasseurs donc très fonctionnels à cause de la demande.
  9. Et bien le sujet a fait du chemin! Quand je disais que le sujet restait ouvert, d'ailleurs, c'est bien ce que je voulais dire: il y a eu des réponses intéressantes, mais il reste certainement beaucoup de choses à dire et d'expériences à échanger quant aux produits d'entretient des arcs...( en gros,le sujet du titre). Pour mon dernier arc, j'ai laissé tomber la cire teignante, je l'ai enduit de 2 couches de brou de noix au chiffon puis graissé avec un produit que j'utilise pour le cuir sur lequel est marqué: "cires de parafine et microcristalline, huile minérale, parfum." Mais j'ai l'impression que ça pénètre vraiment très peux et laisse l'arc très gras et donc glissant. Pensez-vous qu'il est possible de retirer le produit et recommencer avec de l'encaustique? Peut on tenter de dégraisser un arc avec de l'acetone? Pour mon vieux Longbow brisé, en fait j'ai tout de suite pensé comprendre que ma mauvaise conception avait fini par fatiguer une zone trop courte des branches jusqu'à ce que le bois ne puisse plus encaisser. L'arc avait déjà depuis longtemps de très fortes lignes de compression dans les zones très stressées. La cassure a été douce, l'arc n'a pas volé en éclats, le ventre s'est détaché du dos alors que je voulais tenter de le tirer à allonge d'archer Anglais, l'arc a alors craqué puis cédé en restant attaché par les fibres du dos qui elles n'ont pas craquées. J'ai d'ailleurs été beaucoup surpris au début quand ce facteur d'arc ma dit que les lignes de compression étaient dues à l'utilisation de l'huile de lin... Mais peut être n'avait-il pas suffisamment observé l'arc pour voir si l'équilibrage des branches était bon, il a du se dire qu'un arc qui a tiré des centaines de flèches depuis 1 an devait être bien conçu, mais ce n'était pas le cas...
  10. merci pour vos réponses, c'est intéressant, mais le sujet reste ouvert. Ou peut-on trouver de la graisse de canard pure, Lyvelinois?
  11. merci pour ces premières réponses. Pour l'huile de lin, je suis bien certain que c'est un facteur d'arc, que vous connaissez même peut être...mais je préfère ne pas citer de nom. Il a dit que l'huile de lin est une huile trop acide et qu'il ne l'aimait guère, car en plus de jaunir un peu plus le bois à chaque couche, elle a tendance à le dessécher, paradoxalement...Peut-être que cela n'est valable que pour le frêne? Et que pensez-vous de la cire d'abeille? Le produit rentre-t-il en profondeur ou est-ce seulement un imperméabilisant de surface? Ou encore les cires antiquaires pour meubles? Et même pourquoi pas des cire teignantes? Cela serait d'un bel effet sur du frêne blanc! Je pose aussi toutes ces questions car je viens juste ce après midi de terminer un autre longbow de type médiéval toujours en frêne, et je voudrais pouvoir l'entretenir avec un produit sûr. D'autant que c'est mon arc le plus réussi à ce jour je pense! L'idée de cire teignante me plait beaucoup, certains on déjà essayé? Merci pour vos réponses.
  12. Bonjour a tous, peut être n'ai-je pas encore passé assez de temps à tout lire, mais j'ai l'impression qu'il n'y a pas encore eu de discussion spécialisée sur ce sujet. Je m'explique: Lorsque vous venez de finir un arc (commençons par un exemple simple: un longbow d'un seul morceau), le traitez-vous avec quelque chose avant de commencer à tirer des flèches par dizaine, et de commencer sa dure vie stressée... J'ai déjà entendu maintes choses sur le sujet, mais rien ne vaut l'expérience. Cire d'abeille ou encaustique, graisse animale, huile de lin...??? L'éventuel traitement dépend-t-il du bois utilisé? De la forme de l'arc? Le traitement est-il différent pour les arcs renforcés? Pourriez-vous tous me donner vos expériences sur le sujet, qu'elles soient bonnes ou mauvaises, tout peut faire évoluer le débat! J'ouvre le bal: je n'ai pas réalisé encore beaucoup d'arcs, mais habituellement je ne les traite pas. Hors, j'ai cassé un longbow en frêne de 80# sur une foire médiévale après presque un an d'utilisation et un facteur d'arc était là, il m'a dit que ma grosse erreur était de l'avoir fréquemment enduit d'huile de lin. L'huile de lin serait à banir? Qu'en pensez-vous?
  13. bonjour, j'ai fabriqué trois arcs en ski déjà, le premier est fait dans des vieux ski de fond assez larges (en utilisant environ 60cm en partant des spatules) les branches ainsi préparées sont fixée sur une poignée en bois sur laquelle sont fixés des logement pour branches en acier. (faits dans de la tôle de 2mm) les branches partent avec déjà un angle fort en arrière, c'est donc surtout la spatule qui travaille en se déroulant. Le but était de faire un arc un peu de style fantastique avec une poignée assez spéciale (à laquelle je voulais même rajouter des cornes...) l'arc marche sans problèmes depuis des années et il doit faire dans les 25lbs Le second est tout aussi particulier, car je me suis servi de skis de fond encore comme base mais pour en faire un arc de type mongole, cette fois, les deux spatules sont jointes bords à bords sur une poignée en bois dur exotique droite donc sans set back. Et au bout des spatules, sont fixées deux siyahs en frêne (avec butées de type mongoles). Le travail des siyahs était le plus complexe, car il fallait les concevoir d'après la courbure de la spatule donc y découper une fente courbe...j'ai donc collé ces siyahs à l'époxy une fois "enfilés" sur les spatules, j'ai reforcé le collage par des ligatures, elles servent aussi à cacher le collage. La poignée elles aussi est entièrement ligaturée, et j'y avais utilisé en plus de la colle des vis à bois. L'arc obtenu marche aussi depuis des années mais a été modifié, (ce n'est pas du tout la meilleure variante mais ça marche et c'est très joli): les leviers des siyahs font perdre toute la pêche qu'on pourrait tirer des branches car ces dernières en carbone sont extrêmement légères, et donc le poids du frêne au bout se fait beaucoup sentir et donne des secousses au tir. Pour arranger cela, j'ai donc apliqué un "ventre" supplémentaire pour aider les branches, c'est tout simplement deux lattes de pins collées et ligaturées, et elles ramènent la puissance de l'arc à environ 18lbs donc résultat très faible. Si on laissait les branches travailler seules dans la même position sans syahs ni ventre, je pense qu'on obtiendrait quelque chose de bien plus nerveux. Et enfin je me suis essayé au ski alpin un jour car je n'avais pas de skis de fond sou la main. c'est en effet très fastidieux, car il faut amincir de ski dans sa longueur en retirant des deux côtés une bande de matière car le ski est bien trop large et il y a les carres en acier sur les bords qui sont très gênant pour le travail. Le ski était fait des divers matériaux laminés contrairement aux skis de fond que j'avais déjà utilisés, les branches de l'arc sont donc plus lourdes mais très nerveuses, car on a aussi plus d'épaisseur. Cet arc là fait une 30aine de lbs. J'oubliais, il est monté sur une poignée comme le mongol: branches bord à bord sur poignée droite en frêne mais juste collé et ligaturé cette fois. en gros, un longbow recurve. Ce qui lui donne aussi plus de puissance que les skis de fonds, c'est la largeur des branches, qui, même une fois retaillées sont encore bien larges. Bref, mes conclusions sont les suivantes: l'arc en ski, ça marche! Et on peut en faire même des choses intéressantes car finalement, ils sont construits sur le même principe que les branches d'arc, et donc souvent leur mécanique s'y prête bien. Mais pas pour tous les skis! Pour cela je sais comment les choisir car je suis également un skieur de longue date et je sais à peu près comment ils sont réalisés. Le ski est un moyen extrêmement rapide si l'on veut fabriquer un arc qui marche bien, qui soit durable, et sans avoir des connaissances de facteur d'arc. C'est très ludique à réaliser et je pense que si le corps du ski est poncé et recouvert d'une très fine peau (serpent, poisson etc...) on peut même en faire de très beaux. ça peut aussi permettre de faire un premier arc sérieux pour un enfant qui veut commencer sans aller sur un premier prix de Décath-truc... Je pense personnellement en faire d'autres et peut être exploiter la technique pour faire des arc de Jeu de Rôle Grandeur Nature car les arcs en ski gardent une puissance raisonnable... voilà, j'espère que j'ai un peu fait avancer le sujet sur les arcs en ski.
×
×
  • Create New...