Jump to content

flofrap07

Membres
  • Content Count

    120
  • Joined

  • Last visited

About flofrap07

  • Rank
    Membre actif
  • Birthday 11/28/1993

Previous Fields

  • Département (ex: 01):
    38
  • Matériels (arc, flêches etc...)
    Kap Evolution II, Un Yellow Trophy de chez Big Tradition et divers selfbows

Contact Methods

  • Website URL
    http://

Recent Profile Visitors

385 profile views
  1. flofrap07

    choix corde et flèche pour un 1er arc

    C'est super ça ! Attention à ne pas trop t'améliorer non plus pour le deuxième, faudrait pas que l'ainé soit jaloux 😁
  2. J'essaierai de trouver la prise plus lente/produit le plus liquide possible + seringue, j'ai le temps du séchage pour me procurer ça ^^ Oui j'imagine qu'une fois sec un tel traitement donnerait des résultats imprévisibles...après lectures, au moment de l'application on peut apparemment changer la fluidité du produit à l'aide d'une chaleur modérée, mais avec d'autres effets secondaires hors de portée pour un néophyte comme moi... mais pas de souci, à priori un léger redressage serait à envisager au niveau de la poignée. A voir le tas de noeuds de la branche du haut je ne m'aventurerais pas sur le terrain des recurves...et puis je reprend tout juste la facture, alors j'irai mollo sur les design "élaborés" Merci
  3. Ah oui avec ses lanières et son double arc, ça doit "krouïnker" sévère xD. J'étais justement tombé sur ce sujet, car faire un de ces quatre ma version de ce que pourrait être un arc orque me trottait en tête, mais faudrait déjà que j'en finisse un qui tire avant J'ai hâte de voir ces flèches orcs alors !
  4. Pour la résine de pin j'ai essayé, avec du charbon et sans cire. une fois sec ça devient très brillant (un peu comme de l'obsidienne polie), par contre c'est cassant ^^ Apparemment la cire assouplit le mélange, et j'imagine que ça doit matifier le tout, je ferais de nouveaux essais car c'était une première ! En tout cas ça a l'air bien plus difficile à faire le brai, d'où ma recherche de comparaison 😊 Facile à appliquer je ne sais pas, dès que je chauffe la résine, ça coule de l'autre côté du fut hahaha ! j'ai pas encore pris le coup de main je pense. En tout cas leur aspect brut, efficace leur donnent une sacrée gueule avec la pointe Des flèches orcs haha ! je verrai bien quelque chose dans le genre, avec des marques d'outils sur le fût, de sinistres plumes noires abimées et cet aspect bitumeux, mais en grossier ^^ pour la déco (ou pas que) !
  5. C'est l'expression qui convient J'en ai des bonnes scies, mais à une heure du matin en vélo à 3km de chez moi, la précipitation l'a emporté... Pour résiner c'est peut-être mieux d'attendre que le bois soit sec à coeur non ? Quitte à aller en GSB pour la résine, je ferais le rayon à côté pour prendre ça au passage : C'est bien la même chose que : ? Si il faut être bien imbibé je préfère ne prendre aucun risque !!! Ne pas lésiner sur l'imbibation, ne pas résiner sa libation
  6. Pour l'ébénisterie il y avait notamment la colle de caséine (encore utilisée comme liant de peinture et aussi en marqueterie je crois) si je ne m'abuse ? on trouve quelques recettes à base de lait, de vinaigre et de farine. Pour les plumes je ne sais pas si ça accroche mais vaudrait le coup d'essayer si on cherche un rendu moins "goudron" (bien que j'aime assez haha) ^^ Sinon petite question, le brai de bouleau est-il plus souple que les colles de résine de pin ? En tout cas elles ont de la gueule tes flèches on les imagine assez aisément fichées profondément dans de la tôle anglo-saxonne (avec la viande derrière...la chasse au rosbif quoi !) Tu pars de quoi comme bout de métal pour la forge ?
  7. Ca marche j'ai noté et utilisé tes cotes . Aujourd'hui, pas très bonne nouvelle : une fente existante m'avait échappé. Ce n'est pas une fente de séchage mais d'abattage ; pour couper cette branche je l'ai creusée à sa base au couteau, l'ai couchée et l'ai tournée sur elle-même pour arracher les fibres restantes...en résulte une superbe fente de part en part de l'ébauche sur le bout de la branche du bas ... Je n'ai vraiment pas été soigneux et je le paye... plus de détails en dessin ; À gauche : côté ventre, à droite : extrémité du bas. En noir : le bois ; en bleu : le tracé actuel de l'arc ; en rouge : la fente. Du côté ventre, la fente est dans le tracé du bout de branche sur 1 pouce de long et à 2-3mm du bord. Côté dos, cette fente me laisse une marge de 15mm de large sur les derniers 5-6cm et semble ne pas aller plus loin d'un point de vue extérieur. Qu'est ce que vous feriez ? Pour ma part j'hésite entre trois démarches : 1) Colle/résine : J'ouvre légèrement la fente avec un couteau, je fais en sorte d'imbiber l'intérieur avec une colle/résine très liquide, séchage sous serre-joints, puis je continue à travailler comme si de rien n'était, puis ligature au moment des finitions ? 2) J'ôte toute partie non adhérente en atteignant des côtes quasi-finales (13*18mm), en décalant au passage le milieu de l'ébauche sur les 15 derniers cm (qui est actuellement sur le canal médulaire) ; cela constitue-t-il une violation des fibres du bois ? 3) Je fais sauter une paire de cernes pour gagner un ou deux mm sur la largeur du nouveau dos. Les deux dernières options ont un inconvénient : je n'ai qu'une idée relative de l'orientation de la fente en interne... Y-a-t-il un(e) chirurgien dans l'assistance ?
  8. flofrap07

    choix corde et flèche pour un 1er arc

    Hello Amaury, tout d'abord bravo de t'être lancé là-dedans et pour ton arc qui envoie des flèches Sur un arc simple basique (tout bois, sans contre-courbures) bien équilibré, on considère généralement que le bois est trop sollicité quand l'angle entre la corde et le bout de tes branches (au niveau des poupées) dépasse 90°...bien qu'on puisse observer des exceptions (ça peut être avant, ça peut être après), à l'approche de cet angle tu auras la sensation que l'arc "barre" à l'armement : sensation de rigidité, impression de ne pas pouvoir tirer plus loin), et c'est généralement le point où le bois morfle et peut garder des séquelles...voir t'exploser à la figure, ce qui fait tout drôle ! Ce point de tension maximale est du coup plus difficile à définir si ton arc présente un défaut d'équilibrage (plie trop à la poignée, en milieu ou en fin d'une ou des deux branches) En prenant pour référence cet angle maximal (cale toi un peu en dessous quand même ^^), tu pourrais déterminer à quelle "allonge" (distance entre le dos de l'arc et le point d'ancrage de ta flèche sur la corde armée) maximale tu pourrais amener ton arc, ce qui t'aidera pour choisir la longueur de tes flèches ...mais ça reste théorique, ton bois peut atteindre sa limite mécanique avant cet angle ! le mieux est de rester vigilant par rapport à ce calcul et de te fier à tes sensations ! Derrière tes trois questions il y a beaucoup de notions qu'il est difficile d'expliquer dans un message, tu pourras trouver ça dans les multiples guides du forum, ainsi que glaner des infos dans les sujets déjà existants, un peu de lecture en perspective Si tu veux continuer à fabriquer ton matériel, il serait confortable pour toi que tu apprennes à mesurer : ton allonge à toi, et la puissance des arcs que tu fabriques (ce qui jouera sur ton choix de cordes et de flèches, à l'achat comme à la fabrication). Ainsi tu pourras adapter tes prochaines fabrications à ta morphologie ! Je dirais comme Josh ; si tu veux acheter, prend toi un jeu de flèches d'initiation en grande surface de sport, elles auront le mérite d'être homogènes et prêtes à l'emploi... ...et prépare-toi un bon fagot de rejets de noisetier (entre 7 et 9mm de diamètre) que tu pourras travailler après séchage ! A bientôt
  9. Tu entends par-là : 2-3mm de plus qu'une ébauche sur d'autres bois ? ça réduit beaucoup au séchage le cornus ? Merci pour ton retour d'expérience
  10. Le combo 20-25°C + air stagnant + plastiques a sûrement été plus que favorable aux champignons ^^ Effectivement c'est délicat à enlever, les parties de liber restantes sont souvent entre deux "arêtes" de bois. Déjà sans chercher à l'enlever j'ai mis quelques accrocs dans le cerne (très très légers, rabattus au racloir et poncés légèrement au grain 240). Perso j'aime bien ce côté canelé, ou encore reptilien comme dit Paresseux , mais effectivement l'éponge métallique doit mieux s'adapter aux reliefs..tu utilises ça pour dégrossir, ou tu obtiens également ta finition avec ? Ceci dit ça doit rester plus simple de l'écorcer vert si on veut un dos blanc ( m*rde à toute logique chromatique ). Je retiens pour l'antifongique si vraiment ça devait s'étendre, mais c'était vraiment juste en surface sur un demi-mm, j'ai déménagé les copeaux au compost, là ils pourront rose-grisailler ce que bon leur semble, sans nuir à mon possible-futur-arc, non mais oh !
  11. Hello hello tout le monde ! Quelques news (désolé de la qualité des photos, je n' ai pas d' appareil convenable à disposition ces jours-ci) : J'ai vérifié l'état de mon ébauche hier, et en retirant les plastiques troués censés ralentir la sèche des "zones à risques" (poignée, gros noeuds), je me suis retrouvé face à de magnifiques tâches roses, auréolées de gris... Ci-dessus l'aspect du bois ; on distingue vaguement quelques grisaillements sur la partie de droite, j'ai remis un coup de plane à gauche pour comparaison. Moi qui croyait que le principal danger pour ce bout de bois serait la canicule...en fait, c'était le manque d'aération de ma cave (j'avais pourtant fait beaucoup de trous sur les plastiques), donc : je refais le ventre (sur le dos l'écorce ne montre pas de symptômes de moisissures - surface crevassée, donc plus aérée certainement- , ni le bois en dessous) et je poursuis le séchage à côté d'une fenêtre au Nord (constamment ouverte ces temps-ci). Pour étayer ton propos, j'ai trouvé la semaine dernière un tronc de cornouiller de 8cm x1m, abattu au printemps (à voir la taille des rejets de la souche), et laissé sur place depuis, dans un endroit exposé plein sud... On peut alors parler de séchage violent (extérieur, plein soleil + canicule dernièrement)... au niveau des fentes ça donne ça : Pour l'une des plus grosses (il y en avait 3 ou 4), fortiche le cornouiller Vu que celui-ci est déjà sec, j'ai fendu en deux, on verra bien s'il est possible d'en faire quelque chose Tchuss
  12. Les différents lots de pointes bodkins que j'avais eu entre les doigts avaient une fourchette de poids assez variée..on trouve des lots à 100 grains (~ 6g) comme du 250 grains (~ 16g), j'avais notamment des bodkins longues (4-5cm hors douille il me semble) à trois faces, qui pesaient 8 grammes... donc n'abandonne pas, il y assez de choix pour s'équiper pour 70# . Par contre je suis un peu rouillé, donc je ne saurai pas te dire quel poids de pointe convient à telle longueur/spine..
  13. Okay, je décide...d' écouter vos conseils je garde l'écorce côté dos, et j'emballe les zones à risque (j'ai dû me retenir pour ne pas emballer toute la branche ), J'ai un peu repris l'ébauchage aujourd'hui, je me suis servi des cotes pour flatbow données dans le livre de G.Bonjean. Même si mon bout de bois à moi présente une section assez arrondie, (ne sort pas d'un tronc de 30cm), ça aide. En gros ça donne 1"* 1"3/4 en sortie de fondu jusqu'à mi-branche , et un carré d' environ 3/4" aux extrémités. ça ploie très légèrement (de l'ordre de 2-3") en y mettant tout mon poids...ébauche terminée ? J'ai pu ressortir la plane...j'avais oublié comme cet instrument est agréable à utiliser !
  14. Bon en vrai j'ai un peu exagéré, il doit y faire dans les 25 °C max en milieu de journée... Beaucoup de variables derrière cette question anodine en tout cas...ça me rappelle mes essais dans du prunier sauvage...écorçage/ébauchage partiel, total, nul, rien n'y avait fait, toutes mes branches s'étaient couvertes de dizaines de fentes profondes sur toute la longueur malgré un séchage non-violent.. merci pour vos éclaircissements Je pense que je vais écorcer celle-ci et affiner encore l'ébauche (= soit ça sèche vite sans broncher, soit ça pète vite et je patiente jusqu'au prochain bout de bois, en somme : je gagne du temps, ou j'en perd...). Et puis, vu que c'est le seul morceau dont je dispose pour l'instant, autant savoir ce qui se trouve sous l'écorce maintenant plutôt que dans trois mois. Si j'ai bien compris ce que vous avez écrit, faire sécher l'ébauche avec l'écorce reste le moins risqué pour le cornouiller ? Dans le cas inverse, c'est sous réserve d'ébaucher près des dimensions finales ; en largeur seulement, ou en épaisseur également ? Je vais quand même me constituer un vrai stock dans lequel je testerais les diverses options de séchage (branche brute/juste dégrossie/ébauche fine + écorçage). Je prend note de tous vos bons conseils (ralentir le séchage, ré-hydrater si besoin, etc) , juste, quand on parle de séchage "sous contrainte", ça veut dire : serres-joints+support pour redresser la poignée (dans ce cas, je ne suis pas encore assez outillé) ? ou : ébauche ficelée contre un tasseau (ça je peux) ? Beaucoup de questions de ma part, merci beaucoup pour votre patience
  15. Merci de ta réponse ! Je vais suivre ton conseil et placer ce départ de branche bien centré, sur le ventre. À ce stade devrais-je écorcer le dos, ne serait-ce que grossièrement ? Il fait encore un peu frais à c't'heure, faites entrer la hachette EDIT : "Sympa ce sujet... Et en plus avec du cornouiller, un de mes préférés (de bois d'arbre) !" C'est vrai que c'est beau sur pied, notamment par son écorce, qui a son charme À travailler c'est une première pour moi, du fait que je n'en avais jamais vu là où j'étais lors de mes premières fabrications (Ardèche centrale). Là où je vis en Isère j'en ai finalement trouvé de véritables mines...de sanguin du moins, bien que j'aie repéré quelques spécimens de cornus mas, auxquels je compte bien retourner faire un coucou...bien aiguisé Ca à l'air sympa à travailler en tout cas, ça me fait penser au buis...les ampoules sanguinolentes sur les mains en moins ! J'ai donc dégrossi côté ventre, et affiné légèrement en bout de branche (section 1*1") en gardant le canal médulaire au centre, pour suivre au mieux les fibres du bois. Une légère vrille est observable in situ, je ne vois pas de raisons qu'elle ne s'accentue pas au séchage, mais elle peut aussi se gommer à l'armement (si j'arrive jusque-là), ce genre de choses est-il également rattrapable à la vapeur ? En rouge : milieu approximatif de la branche Vu le peu de marge dont je dispose en longueur (ébauche de 66") je pense encoller de nouveau les extrémités afin d'éviter les fentes à ce niveau...bien que je me dise que si ça doit fendre, ça fendra bien quelque part de toute manière...retour au frais à la cave en attendant.
×