Jump to content

Avalon

Membres
  • Content Count

    1254
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Everything posted by Avalon

  1. Avalon

    COUTEAU

    Les yeux fermés ! J'en aurais reconnu l'auteur, les yeux fermés........ ou presque ! Bien que cette lame ne soit pas tout à fait dans le genre habituel, c'est-à-dire à un seul tranchant, elle fait effectivement un instrument* d'estoc assez redoutable. Le damas est fin, la garde "écailleuse", la loupe bien veinée et de belle couleur avec, en cadeau, un pommeau pouvant s'avérer utile............ La recette est bonne ! Encore une réussite, Gilles ! A. * Je ne parle pas souvent en terme d'"arme" car le couteau, sous beaucoup de ses formes, est avant tout, pour moi, un utilitaire. C'est souvent comme cela que je désamorce le sentiment de recul de certaines personnes à qui je montre les couteaux que l'on me confie...... Bien obligé. :bhaoui..:
  2. Avalon

    COUTEAU

    Gilles, si tu reprends l'étui que j'ai fait pour David dans le sujet "Du liseron contre un if", tu constateras que je n'ai fait qu'une seule couture.............. Par contre, il faut tricher en occultant la reprise de la forme "nessmukienne" sur l'étui ! C'est la rançon ! :bhaoui..: A.
  3. Bravo pour le couteau à pivot, Patrice ! Pour le motif lui-même, tu y as mis beaucoup de sens artistique. C'est très beau ! Je comprend la réflexion de Luky.......... Il est vrai que, sans bordure, le design paraît bien moderne mais cela ne me choque outre mesure. C'est très féminin...... Tu as fait fort ! Un second grand Bravo !!! A.
  4. Le but n'est, évidemment pas de se faire concurrence. Je le répète, le cuir n'est pas du tout ma profession. Le seul hic que je pourrais émettre à ce sujet est, peut-être, que galvauder son travail et son talent ne doit sûrement rien apporter de bon à notre hobby. Il est heureux que le dérapage de la ligne de bord soit sous une couture et donc, invisible. Pour les bords, tu te compliques beaucoup la vie car un coup d'abat-carre et, après avoir mouillé la tranche, un coup de lissoir en buis suffisent amplement, si c'est fait avec application, à rendre tes bords présentables ! A.
  5. Avalon

    COUTEAU

    Ayant eu en main le Nessmuk dont parle David (Turbotec), je confirme que ce couteau, notamment grâce au surplus de poids apporté par la pointe, transfert vers la lame une force propre à bâtonner. Une véritable hachette en second. J'avais bien constaté que le manche était, esthétiquement, un peu long mais, effectivement, tout cela se justifie largement. Un très bon outil de survie, Gilles ! Quant à l'if, le bois sacré des archers, il contribue à mettre en valeur cet ouvrage empreint d'Histoire............ Bravo ! A.
  6. ......... Et ce sera très bien, Sellig ! Il en faut pour se donner le volonté de se surpasser. En tous cas, entre les outils "fait-main" et ce repoussage original, il est normal que les compliments pleuvent ! Bravo ! Juste une dernière chose, et là, je serai bien plus intransigeant..... Réaliser un tel premier repoussage et se rater sur la ligne de bord à droite, c'est vraiment dommage car je le répèterai toujours, la finition contribue pour moitié à la réussite d'un ouvrage et éviter cette faute était largement à ta portée. Penses-y... A.
  7. Un "basket" ? Comme son nom l'indique, c'est un panier........... du cuir repoussé façon vannerie, quoi... :bhaoui..: Voilà du basket, Luky... Donc, je vais y penser sérieusement, David,............ à ce futur tuto ! A.
  8. Je profite d'un moment de répit, non seulement pour vous répondre, mais également pour vous remercier tous, les uns comme les autres, membres actifs importants ou personnages plus discrets........... les gauchers commes les autres ! Le fait que vous ayez tous lu ce sujet me prouve que je ne me suis pas trompé. Je constate, par là-même, que ce tuto était très pertinent, bien que très classique et que le temps pris pour le réaliser était bien employé. Quelques réponses s'imposent donc... Richard, pour ce genre de réalisation, même si de prime abord, j'emploierai un beveller lisse, rien n'empêche, si cela s'y prête un peu, d'utiliser un outil de fond, genre petits picots, pour figurer, en dégradé, la profondeur de la gorge, évoquant les côtés carnivore et dangereux si, d'aventure, c'était un ours, par exemple. Flêchevive, Modl, j'ai entendu maintes choses sur la profondeur de coupe... ne couper que la fleur ou, au contraire, couper sur la moitié de l'épaisseur. Cela étant, plus on coupe profond, plus le repoussage le sera mais, dans ce cas, il faut bien maîtriser le sujet. Pour le repoussage présent, j'ai coupé sur à peu près 1,5mm. C'est mon seul avis mais d'autres ne penseront peut-être pas de même... :bhaoui..: David (bsm), les quelques critiques pour ton repoussage seront, en premier lieu, que la profondeur est bonne car, bien souvent, pour ne pas trop s'aventurer, on fait juste une gravure de surface et on passe à côté de l'essence même de cette discipline. Secundo, il faut absolument, du début à la fin, respecter le dessin d'origine car on risque de passer à côté de subtilités, comme ici, certains replis de la feuille. Troisièmement, il faut que tes courbes soient plus douces, c'est évident et c'est la pratique qui t'offrira cela. Enfin, quatrièmement, tu as tout à fait saisi le mode d'emploi des poires à ombrer et , là aussi, un peu de pratique s'impose. Pour ce qui est des coupes décoratives, tu peux les rajouter maintenant, en veillant à en teindre, ou cirer, l'intérieur. Une chose encore, bien faire correspondre les nervures droites et gauches et les marquer plus en dégradé, vers le début autant que vers le bout de la feuille. Il est certain que, sur un étui, non seulement la place est réduite, mais le fait de replier le cuir sur lui-même peut occasionner l'ouverture de certaines coupures et c'est bien pour cela que je fais un prémontage léger à la colle, comme indiqué dans le sujet "Avalon, refuges des légendes..." ouvert par Lagroht dans la rubrique "Détails et finitions". C'est un truc que je tiens d'A. Vosse (le papa d'Upnorth). Luky... un autre tuto ? Pourquoi pas consacré à la façon de mener un "basket" à bien ? Les plus aguerris sauront de quoi je parle mais, peut-être que certains débutants sont interrogatifs à ce sujet ? Sans vouloir me faire prier, et si cela vous semble intéressant, parlez-m'en... Vraiment, merci encore pour votre participation à tous et pour vos commentaires si élogieux! A.
  9. Superbe réalisation, vraiment. Le repoussage est top. De belles proportions et un laçage de bonne qualité ! Pour la Supra C, je confirme............ car, moi-même, je l'utilise ! ;) Par contre, mais c'est une question de goût, j'apprécie un peu moins la teinture en négatif... :bhaoui..: Bravo ! A.
  10. Une seconde photo, peut-être plus explicite ? Un dernier travail avant sèchage, les coupes décoratives exécutées au couteau à pivot. Voilà ! Pour les finitions, chacun aura son p'tit truc ! Pour ma part, je n'ai teinté cet ouvrage qu'à la patine Eco-flo de chez Tandy (attention, son emploi est un peu délicat)......... On peut, cependant, mon cher David, accentuer certains creux avec un surplus de teinture dispensé au pinceau fin dans certains endroits stratégiques; puis, on termine avec un bon cirage. Cela dit, pour l'ensemble de ce repoussage, si l'on n'est pas tout à fait sûr de l'effet produit par un matoir, ou si l'on doute de la façon de s'en servir, il vaut mieux avoir, près de soi, une chute de cuir que l'on peut martyriser à loisir pour s'entraîner. Nono, ce travail a été exécuté à l'aide d'un maillet en aluminium qui donne une frappe sèche sans esquinter les matoirs mais je me suis longtemps servi d'un maillet en bois. Quant à la manière de pencher, ou non, les matoirs, et à la force de frappe, je crois que c'est à chacun de faire ses petits essais, pour sentir cela. C'est très difficilement explicable par écrit. Maintenant, je vais dîner....... A+ A.
  11. Merci, les copains ! Non, Patrice, ce n'est pas encore tout à fait terminé ! Je reviens à l'instant du boulot. Si vous êtes d'accord, je vais terminer le tuto et, un peu plus tard, je reprendrai vos questions. Ok ? Je continue.
  12. Si on sait pencher le matoir, frapper de façon dégressive en tournant assez régulièrement, ça le fait tout de suite ! Une feuille sans nervures n'en étant pas une, il faut donc lui en donner et là, également, le choix, pour une question d'échelle, notamment, est important ! C'est, à droite, le 794 I ? (la gravure n'est pas très lisible sur le matoir) qui s'y colle ! Il faut, ici également, veiller à pencher le matoir de façon progressive et faire de même au niveau de la frappe.
  13. Après avoir légèrement réhumidifié mon cuir, je vais travailler sur la nervure centrale et, pour cela, je reprend donc mon matoir de contour B204. C'est maintenant au tour des poires à ombrer d'entrer en scène ! Il en existe des lisses, des rayées dans les deux sens, des quadrillées. Là encore, leur usage permet de jouer avec la lumière. Chacun aura ses préférences mais la P367, lisse, est cependant celle qui donne les meilleurs résultats pour un débutant.
  14. Pardonnez-moi pour cette interruption mais une visite inattendue est venue bouleverser mon emploi du temps ! Merci pour vos encouragements ! Je m'aperçois que ce sujet est, bien qu'à peine entamé, déjà en épinglé........ C'est très plaisant et cela me conforte dans ma décision. Je remercie nos chers modos pour cela ! Maverick, la réponse à ta question est dans le commentaire, juste sous la toute première photo. Il faut donc remonter un peu. Je continue donc ! Poor adoucir et fondre ces empreintes marquées très durement, j'utilise les matoirs B936 ou B701. Leur quadrillage offre, également, l'avantage d'accrocher la lumière.
  15. Apparement très beau et très proprement exécuté. Cependant, on aurait aimé le voir porté.......... sur la "bête" ! Bravo ! A.
  16. Voilà qui est fait ! En me servant du "fer à contourner" B61, je rentre franchement sous la fleur du cuir pour accentuer certains reliefs. Attention ! Prendre bien garde car ce matoir, vu son profil, est tout à fait capable de traverser le cuir de part en part, en cas de frappe intempestive !
  17. 2/ Le couteau à pivot (swivell knife) me paraît indispensable pour couper le cuir mais certains s'en passent........ En tous cas, c'est un outil particulièrement bien adapté à cette fonction. Les "bevellers" permettent d'abattre les contours du motif. Pour ma part, suite à certains conseils d'A. Vosse, j'utilise surtout, maintenant, le B204, c'est-à- dire le second en partant de la gauche. Cela dit, les matoirs lisses, comme le troisième (B200) ou le quatrième (B935), ont eu longtemps ma préférence et je continuerai, malgré tout, à m'en servir selon les impératifs du repoussage choisi.
  18. 1/ Après avoir choisi un motif, comme ici, d'inspiration Tandy, par exemple... ... on choisit une pièce de cuir; un collet naturel, tanné végétal, bien entendu. On effectue deux passes rapides des deux faces, sous le robinet d'eau froide et on réhumidifiera, au fur et à mesure que le cuir sèchera, à l'aide d'une éponge, sur l'envers (la croûte). Pourquoi l'envers ? Pour ne pas que le repoussage déjà effectué, ou les coupes, ne regonflent, sous l'effet de l'eau. A l'aide d'un outil adéquat, ou d'un roller usagé, assez fin, on reporte le motif sur le cuir.
  19. J'ai longtemps hésité avant de réaliser ce didactitiel car, bien avant moi, d'autres, et non des moindres, s'y sont consacrés avec succès et il en existe également dans de nombreux ouvrages consacrés au travail du cuir. Malgré tout, il est possible que la pierre que j'apporte trouve une petite place dans ce vaste édifice. Et puis, ici, certains copains me l'ont demandé, alors... ... c'est donc un repoussage très académique, et relativement simple, que je vous propose de vivre maintenant...
  20. Avalon

    COUTEAU

    Explosif !!!............. et superbement maîtrisé ! C'est, véritablement, un bonheur pour les yeux que ce damas ! La ligne est, comme d'habitude, très réussie.......... pour qui est, comme mézigue, un inconditionnel des puukkos. Le prunus, comme nous qui admirons cet ouvrage, a bien de la veine ! Quant à la bague, sans vouloir contrecarrer Pédro, je sais, comme Gilles, que sans elle, le manche, et même le couteau dans son ensemble, paraîtrait un peu fade, plus lourd............ mais c'est, également, une question de goût et si tu le vois comme cela, Pédro, je le conçois très bien. Bravo ! Trois fois fois bravo !!! A.
  21. Je vous remercie tous énormément et tout particulièrement, vous le comprendrez, Laurent (Lagroht) ! Me dédier un poème est très, très flatteur et je ne sais si je le mérite ou non, mais j'ai lu cela, ainsi que vos commentaires, avec beaucoup de plaisir et il n'en aurait pas fallu beaucoup plus pour que mon égo bascule du côté obscur. Quelques défauts, invisibles sur ces photos, subsistent néanmoins, bien malgré moi et je crois sortir gagnant de ce troc, cela involontairement, également. Je crois, cependant, que cet échange matériel est devenu, au fil du temps, bien secondaire et c'est ce qui est primordial. Merci encore ! A.
  22. Je trouve, pour ma part, ce premier "essai" très réussi ! S'il manque, peut-être, un peu de volume, c'est que c'est extrèmement difficile de faire ressortir du fond des contours qui, comme le pelage, ne sont pas nets. C'est un fait. Cependant, le repoussage est précis et il n'y pas de réelle déformation anatomique. Le regard est vivant. Bravo ! A.
  23. je crois que c'est fini: C'est toujours avec grand plaisir que j'habille un ouvrage de GIL........... surtout lorsque c'est pour quelqu'un de bien ! A.
  24. Il fallait donc bien ajuster pour centrer le motif et définir la ligne de couture: Après avoir joué du maillet et des matoirs........... et d'un peu de teinture:
  25. Bonsoir à tous ! La suite et la fin de notre petite histoire... La suggestion de Laurent pour ma partie à exécuter: Ma réflexion, à partir de là: J'ai préféré que Laurent conserve son bel étui en if:
×
×
  • Create New...