Corbeau

Modérateur et Professionnel WA
  • Content count

    8512
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    27

3 Followers

About Corbeau

  • Rank
    Oiseau d'assez bon augure
  • Birthday 09/04/65

Previous Fields

  • Département (ex: 01):
    58
  • N° SIREN
    812 633 170

Contact Methods

  • Website URL
    http://www.lesarcsducorbeau.fr/

Recent Profile Visitors

4024 profile views
  1. Rien de dévalorisant de ma part dans le terme "artisan", au contraire ! Comme "on" qualifie trop souvent d'artistes les auteurs de machins dégueux vite faits mais soit-disant inspirés, je préfère le terme d'artisan, ou de maître-artisan en l’occurrence... Un peu dans l'esprit des chefs-d’œuvre des compagnons = ce qu'on peut faire de mieux pour démontrer un savoir-faire. De plus je ne saurais dénigrer mon camarade ex-officier mécano de l'armée de l'air (voir son blog), par principe, et parce que ses œuvres sont tout à fait incroyables...
  2. C'est vraiment magnifique cette passion ! Deux grands malades, l'artisan et le client... Bonne continuation camarade !
  3. Oui, ça c'est sympa pour du cytise...
  4. Chasseur fou, apôtre de la protection de l'acier par graisses animales +1
  5. Pas très claire leur étude : Pas de comparaison avec le bambou "cru" + voir le tableau de résultats où on peut avoir le même module avec des températures différentes, différentes contraintes maxi obtenues avec la même température, etc. Ha, les matériaux naturels... Sur le 1er lien que j'avais cité ils disent bien que le bambou durcit à la trempe. J'aurais du mal à imaginer que les moucheurs veulent une canne qui soit une chiffe molle même si elle ne se déforme pas... Je peux me tromper mais je pense que la trempe augmente le module (il faut plus de force pour une flèche donnée) ET l'élasticité (une flèche + importante sans déformation résiduelle). Quand un arc se déforme (suivi de corde), c'est le ventre qui s'est écrasé en compression. Supprime la zone écrasée et il se redresse. Quand on cuit le ventre la résistance en compression augmente. La canne en refendu qui reste déformée a dépassé la contrainte en compression admissible et le traitement thermique est supposé prévenir ça...
  6. Lance-toi dans l'enseignement, avec des idées c'est facile et gratifiant à coup sûr...
  7. En théorie tout bois peut faire un arc, il s'agirait juste d'adapter le design, par exemple faire plus long, plus mince et plus large pour les bois les plus faibles... En pratique on préfère utiliser des bois avec de bonnes caractéristiques mécaniques, ça évite bien des déconvenues. La plupart sont connus comme bons bois d'arcs, mais il est possible de trouver des essences peu / pas utilisées mais qui peuvent s'avérer très bonnes. Un bois candidat pour la facture d'arcs doit être assez dense, assez élastique, assez résistant en traction et compression - et il y a de grandes variations de qualités au sein d'une même essence.
  8. Superbe travail ! En revanche je ne suis pas fan du blanc, avec un tel couteau j'aurais tendance à préférer les tons naturels et que ce soit patiné.
  9. Attention à ne pas confondre élasticité (capacité à se déformer et revenir) et module d'élasticité (raideur).
  10. +1 sur tout. J'ai eu du noisetier excellent et de l'orme médiocre... Autant que possible il est bon de partir d'un arc un peu trop long et/ou trop large puis, en l'absence de suivi de corde, on peut raccourcir et affiner. Au sein d'une même essence - et même dans l'absolu - la densité est une bonne indication. Un test simple consiste à graduer une baguette de section constante en 10 intervalles égaux et à la faire tremper verticalement dans l'eau d'un récipient étroit. La lecture de densité est directe, par exemple si 7 intervalles sont immergés sur les 10, tu as une densité de 0,7. Bon naturellement ce n'est pas une mesure à 3 décimales...
  11. Cuit à point ! On en mangerait Tu as pesé avant après ? J'avais trouvé un écart de l'ordre de -3 g après cuisson d'un arc en orme, pas grand chose...
  12. Je crois que ça augmente l'élasticité réelle (capacité à se déformer et à revenir sans déformation) et surtout la dureté et la résistance en compression qui est la faiblesse du bambou. Les arcs yumis traditionnels sont faits avec du bambou traité thermiquement, de même que les cannes à pêche en bambou refendu. Effet sur le spine d'un fût bambou ? Très certainement, mais à quantifier.
  13. Un dessin, voire un montage mobile en carton pour bien visualiser... Je me rappelle même avoir utilisé un logiciel de dessin qui permettait de faire pivoter la lame sur son axe, mais je ne me rappelle plus ce que c'était. Très sympa ce couteau, la ligne et les proportions sont agréables.
  14. L'ipé aussi est récalcitrant à la vapeur et donne un spin très dur, c'est pourtant un bon bois d'arcs Il faut voir comment le bois sec réagit à la flexion progressive : casse-t-il rapidement et net sans prendre de déformation ? Ou au contraire se déforme-t-il beaucoup avant de céder ? EDIT :
  15. Au vu de tes résultats il est clair que ça marche bien, mais ça me semble un principe sain de garder un peu de matière souple d'un côté pour optimiser la répartition de la pression de serrage... Là par contre je ne le sens pas, ça pourrait induire du vrillage.