Jump to content

bigfoot

Membres
  • Content Count

    3505
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    37

Everything posted by bigfoot

  1. j'ai noté de rajouter des coins dans ma liste de matos à emporter pour le montage des cibles (original n'est-il pas ????) On commence à monter les cibles vers 9 h 30 donc il y aura des gens à l'accueil à la même heure, disons 10 h 00 pour qu'ils soient opérationnel bref tu arrives quand tu veux après le lever du soleil, mais si tu arrives très tôt penses à nos amis français qui seront arrivés la veille.... le réconfort d'un croissant pour lutter contre le dépaysement ne leur fera peut-être pas de tort :104:
  2. Pas con çà de demander du chauffage !!!! on annonce un temps moyen le samedi avec des ondées et plus de pluie le dimanche. J'ai refait le parcours hier après midi ..... pour le terrain c'est pas trop boueux, mais prévoyez quand même de bonne pompes .... en ce qui concerne les pas de tirs et les cibles je vous laisse la surprise. mais ca devrait plaire .... si vous prévoyez de rater des cibles n'oubliez pas qu'il y a une carrière et que les alentours des cibles sont rocheux !!!! ayez quelques projectiles en sus !!! :109:
  3. il est pas encore sur place qu'il pense déjà à dormir ..... Vieillirai tu Pedro ???? Ceci dit, hier après midi on a terminé les cibles en prenant le temps de jeter un oeil au parcours ....... enfin je n'en dit pas plus vous verrez samedi plus que 5 fois dormir :P
  4. infos et envoi des inscriptions : arc@ramioul.org à consommer sans modération localisations et renseignements sur le site : http://www.ramioul.org reveillez le primitif qui est en vous ....
  5. pour moi autorisé !!! bienvenue chez les fous ..... je prédis que dans quelques temps tu seras aussi atteins que les autres .... le virus commence à faire des ravages ... A cette (notre) maladie mon cher il n'est point de thérapie ..... Tout au plus peut-on encore espérer vivre quelques décennies :109: sinon techniquement parlant un fin fil delin convient parfaitement et une ligature plus longue comme l'a fait remarquer link donnera une meilleure solidité.
  6. pour ce qui est de déteindre la laine je ne sais pas en ce qui concerne l'eau de javel (normalment pas) mais le formol sera moins risqué (quoique moins évident à trouver à part en droguerie ....) pour le grattoir pas de problème si il est émoussé tu risques moins de faire des trous dans la peau mais au pire ca te prendra plus de temps surtout pas la plane ! un couteau pas trop tranchant et tenu presqu'à 90° de la peau peut faire l'affaire. en ce qui concerne les poils il ne faut pas se faire trop d'illusion si en tannerie on distingue les peaux à fourure et les autres c'est parce qu'il y en a qui ne garderont jamais leurs poils ... il tiendront quelques années mais ils partiront quand même. c'est le cas des peaux de chèvres, vache, chevreuil daim cerf etc. les annimaux à fourrures (renard par ex) eux viont donner des peaux qui gardent leur poils beaucoup plus longtemps mais en ce qui concerne le tannage des peaux en fourrures je n'ai guère d'éxpérience. Quand je tanne pour faire du cuir j'épile la peau en la trempant (après écharnage) dans une solution de lait de chaux (attention lors de la dissolution de la chaux vive dans l'eau !!!! risque de brûlure par fort échauffement et projection de chaux vive). Après 4 ou 5 jours dans le lait de chaux les poils s'éliminent facilement, mais avant de tanner la peau ilf aut alors la ramener à un pH moins basique avec du vinaigre (si tu tannesà l'alun il faut revenir à un pH de 4 à 5)
  7. les invitations papiers (pour ceux qui n'ont pas d'adresse mail) sont parties hier ou avant hier, les envoi par mail aujourd'hui si tout va bien .......
  8. Pour ce que j'ai tanné comme peau (un peu àl'alun et à la cervelle) je peux te dire que la préparation de la peau avant tannage a beaucoup d'importance !!! pour moi, même avec du sel tes peaux risquent de commencer à se putréfier et ca ira d'autant plus vite qu'il restera de la chair dessus. Il faut donc les écharner au plus vite ! quand elles seront écharnées tu as le choix : soit les sécher et les conserver comme ca avant de les tanner (mais alors tu devras les reverdir en les trempant 1 jours ou 2 dans de l'eau salée avec un peu de formol ou d'eau de javel pour éviter les développement bactériens soit tu attaques le tannage tout de suite (ou un jour ou deux après écharnage) et la tu peux garder la peau humide. De toutes façon il faut savoir que le sel limite (mais 'arrête pas) les développements de bactéries .... A tout prendre si tu n'as pas le temps de les écharner rapidement, il vaut mieux les maintenir immergées dans un seau, un bac ou un récipient fermé rempli d'eau additionné de formol ou d'eau de javel Pour ce qui est du tannage végétal je peux juste te dire que ce n'est pas facile de trouver des écorces de chênes séchées et réduite en poudre mais si tu as un filon ... et en plus il n'est pas non plus facile d'éviter les développement de bactéries ... Si tu n'as jamais tanné tu peux essayer à l'alun ca se fait en quelques jours et ca donne pas mal (un des seul défaut est de donner des cuirs blancs qu'il faut alors fumer ou teinter)
  9. il n'y a pas des figurations d'archers sur la colonne trajanne à Rome ???? ceci dit, si il y en a, je ne sais pas si les carquois des archers sont représentés il y a eu un dossier d'archéologia sur la colonne trajanne il y a (ou la la) ... (je pense que c'est dans les années70 ou 80), si je me souviens bien l'entirèeté de la colonne y était présentée en photo c'est peut-être une piste si tu connais une bonne bibliothèque autre piste mais ca ne veut pas dire charette, on connait une ou 2 pierres tombale gallo romane avec une figuration de ce qu'on interprèete comme une arbalète, je pense qu'il y a un carquois figuré .... C'est pour une arbalète bien sûr, mais faute de grive .... on mange des merles comme dit le proverbe
  10. Salut Cécile, Je peux te fournir les blasons version papier ou si tu connais quelqu'un (un architecte par ex ou une firme qui effectue des tirages de plan sur papier de 90 de large) je peux te fournir les fichier en format pdf mais ceux de Ruelsporp sont déjà sur WA. vois ce qui est le moins couteux pour toi !!
  11. Je confirme, que cela vient sans doute de la corne car (j'ai oublié de le préciser) l'alignement des syiah était correct après el collage sur l'âme en bois c'est après le collage des corne et en cours de séchage (pas au début) que c'est apparu. Ceci dit (même au repos) mille merci maître zol :07:
  12. Ecoutez donc cette bande de jaloux !!!!!!!!!! <_< Ca prend vraiment belle allure, moi j'admire !!! :29: Le mien n'est pas encore dans cet état là, jai collé les cornes il y a quinze jours, je surveille son poids (pour avoir une idée du séchage) et comme il ne perd plus de poids, je crois que je vais pourvoir m'attaquer à la suite : mise en forme définitive des branches et de la poignée etc. ... Mais (car il y a un mais) j'ai un petit problème pour lequel j'aimerai avoir l'avis de maître Zol (loué soit son nom jusqu'à la 100 000e génération) :115: : j'ai un léger voilage entre les siyahs :05: (ca se voir sur la photo qui n'est malheureusement pas géniale). Sachant que j'ai laissé mes syiahs assez longs (pour pouvoir adapter leur longueur lors de l'équilibrage afin d'avoir à plein armement un angle syiahs/corde proche de 90° voir la rubrique à popos des syiahs sur WA pour ceux qui ne seraient pas au fait de mon délire angulaire ...) dois-je : - envisager de les raccourcir tout de suite (ce qui limiterait le voile final) ? - est-il envisageable de corriger ce voile à chaud ? - ou vaut-il mieux prévoir une petit excés de tendon sur les cotés opposé au voile afin de redresser l'engin au séchage ?
  13. Sorry de revenir si tard sur le sujet mais la question du brassard fait l'objet de discussion ...... j'ai lu (survolé en fait) dernièrement un article sur une étude des "brassards" dispersé unpeu partout en Angleterre et d'après l'auteru il n'est pas du tout sûr qu'il s'agissait de brassards fonctionnels Les archers du campanifomes auraient porté des bijoux d'archerie .... grandes folles !!!!! PS faudra quand même que je relise l'article à fond un de ces 4 matins ... sinon je suis d'accord avec pierre les pointes armoricainessont fort différentes, plus en ogive que les campaniformes qui sont plus "courtes" et d'aspect plus trappues que les armoricaines qui sont très allongées dans les 2 cas c'est du beau travail
  14. Pour le reste, et au risque de déplaire à beaucoup d'archers, je pense qu'en reconstitution médiévale il ne faut pas perdre de vue que les archers (même dans l'armée anglaise de la guerre de cent ans) ce sont les trouffions de base !!!!! (même les hommes d'armes sont mieux soldés qu'eux) et comme dans toutes les armées, les trouffions de base on les équipes au moindre prix (regardez pour vous en convaincre l'équipement de base du fantassin des 2 dernières guerres ....dans toutes les armées). L'archer moyen c'est donc un pauvre, très éloigné de la classe des chevaliers. Moi personnellement, je le vois équipé de vêtements robuste et bon marché et si il porte du cuir ce n'est pas (à mon avis) pour son carquois mais pour ses grolles !!!!! (N'est ce pas de Napoleon qu'on a dit qu'il gagnait ses batailles avec les pieds de ses soldats ????). Il semblerait d'ailleurs que les élements de protection corporelles font complètement défaut aux archers au début de la guerre de 100 ans et que ce n'est que vers la fin de celle-ci que certains d'entre eux (à mon avis jamais tous) seront équipé de brigandine ou de jacques (mais là je ne suis pas un spécialiste). Pour la question des sacs à flèches, il s'agit à mon avis d'un "sous contenant" si je me souviens de ce que j'ai lu : les flèches auraient été stockées par lots de 24 dans des fûts ou des coffres (plus pratique pour le transport). Excusez moi de refaire des comparaisons avec les soldats actuels : un peu comme les balles sont stockées par pack de 5 ou 10 sur des lames chargeurs, elles mêmes rangées dans des caisses pour le transport. Je ne crois pas non plus que ces sac à flèches aient été réalisés en lin (fibres des riches et du clergé) mais plutôt en chanvre (c'est d'ailleurs essentiellement de chanvre et laine qu'étaient habillés les gens du communs jusqu'à la révolution industrielle). Pour la question de la commodité de préhension des flèches dans les sacs et particulièrement pour leur faire passer le disque en cuir, je pense qu'il faudrait se baser sur le diamètre des trous pratiqués dans les disques de cuir par rapport au diamètre des flèches. Comme on les extrait depuis la pointe, l'empennage suivra (avec sans doute quelques risques pour son intégrité; mais c'est la méthode la moins dommageable et la plus rapide) il faut aussi préciser que ce qu'on attend de l'archer sur le champs de bataille c'est de créer une grande densité de feu. Désolé de malmener une fois de plus nos fantasmes, mais les archers du moyen-âge ne sont pas utilisé comme des snipers on attend d'eux d'être des mitrailleuses..... à Crecy comme à Azincourt ce qu'on leur demande c'est de tirer dans le tas. Je ne dis pas qu'ils n'étaient pas de bon tireurs (il y en avait sans doute de très bons comme partout) mais quand on les envoyait au turbin c'était pas pour faire de la dentelle !!!! Pour la question des pointes avec ou sans collage et les bourses des archers qui contenaient des pointes..... Je n'ai aucune certitude sur le sujet et comme dit Pierre il faut rester prudent, mais la récupération des flèches est attestée; une illustration des Chroniques des expéditions Outre mer (j'ai peut-être un peu massacré le titre de l'ouvrage) montre des ramasseurs de flèches, les flèches récupérées devaient souvent être souvent dépourvues de pointes restées dans le sol, la bourse de pointes pouvait alors servir à remettre en état des flèches sur le champ de bataille. La même illustration montre des auxilliaires amenant les flèches en brouettes !!!! A quoi pouvait donc bien servir les carquois ???? Un dernier point concernant les disques de cuir et les pointes, j'ai lu une étude (dans la SAA symposium 2002) un article sur une estimation du personnel nécessaire pour faire fonctionner un atelier de fabrication de flèche (Sint Briavel Castle) en se basant sur des documents comptables de l'époque et en les corrélant avec les sites médiévaux où une partie de la production de l'atelier a été écoulée. Il semblerait que les pointes de guerres les plus courantes étaient du genre bodkin (ou variantes) celles qui passeraient le mieux dans les disques de cuir. (pour la petite histoire la production annuelle de cet atelier se chiffrait en 1257 à 50 000 projectiles !!!) En ce qui concerne les disques en cuir de la Mary Rose les pointes qui auraient été montées sur les flèches seraient des "types 16" (barbelure latérales assez refermées). A mon sens elles auraient pu être montées sur la flèche et celle-ci enfilée sur le disque de cuir depuis la pointe, mais pour l'en faire sortir il aurait sans doute été plus commode de passer l'empennage au travers du disque de cuir Personnellement cette procédure ne me semble pas impossible à pratiquer avant le combat, dans le feu de l'action ca peut-être différents mais je crois que là nous resterons sur notre faim . Les archers étant à l'époque de pauvres trouffions ils n'interressaient par les "chroniqeurs reporters" de l'époque qui n'ont pas jugé bon de nous documenter sur leur quotidien .... Regrets eternels ..................
  15. je vais essayer de ne pas oublier de faire quelque photos de détails monté / demonté, mais rangé ca donne l'impression d'un fagort de chevron en 6X5
  16. Te casse pas trop la tête si tu regarde les illustrations de Froissart dans ses chroniques de la guerre de 100 ans les archers n'utilisaient pas beaucoup de carquois..... ils passaient les flèches dans leur ceinture, ou les plantaient à terre ..... On ne sait pas trop pourquoi mais il ya quand même quelques pistes de reflexion : - on ne leur confiait les flèches que sur le champ de bataille (ils auraient été trop dangereux autrement ....) - vu leur cadence de tir même avec un carquois de 24 flèches ilsn'auraient pas tenu plus de quelques minutes .... Pour la tapisserie de Bayeux où il y a quelques archer, si je me souviens bien ce sont surtout des carquois de tailles d'apsect cylindrique
  17. Sorry la photo est trop volumineuse ................ la photo demandée...
  18. Je confirme, mais dans certains cas c'est pas mal de pouvoir le ranger, et donc le démonter la photo ci après montre un "douillet petit nid de froisart" .... On s'en sert depuis 5 ou 6 ans et on les démonte à la fin de chaque journée, l'assemblage se fait avec des écrous papillons. On a juste prévu une corde qui enserre les 3 pieds et qui rigidifie l'engin. Le seul problème rencontré c'est le soulèvement intempestif en cas d'effort violent (un lest à l'arrière compense ....)
  19. D'expérience, pour en avoir fabriqué plusieurs et pour les utiliser régulièrement pour des apprendre à d'autres personnesà faire des arcs, cet établi fonctionne bien mais si il n'est pas assez massif il à tendance à basculer en avant..... Dans ces cas là un bon lest sur l'arrière (genre sac de sable) améliore bien les choses .... à moins que vous n'ayez l'occasion de le fixer au sol
  20. Aura-t-on suffisamment d'yeux pour cela ????? j'ai bien peur qu'une vie n'y suffise pas .... mais comme disait l'autre il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer .........
  21. Jihaif, Redbow à raison, quand il dit que l'arc composite plie essentiellement près de la poignée, les photos jointes à son propos sont éloquentes. Sur les arcs de Zol j'ai été frappé au début de voir sur quelle faible section de la branche s'effectuait la flexion. en fait sur le schéma que tu viens de poster je crois que ton erreur est de concevoir l'arc composte comme un arc simple. Dans l'arc simple la section (surface) de la branche diminue de la poignée vers la poupée, ce n'est pas le cas dans un arcs composite. Cela m'intriguait au début sur les arcs de Zol, je lui ait posé la question et il m'a cofirmé le fait entre la poignée et le siyah, la branche ne change quasiment pas de section. Pour ceux que ca interesse j'ai vu sur Atarn (je crois) un article sur un arc composite chinois qui a été coupé en tranches de 2 pouces (barbare !!, mais je crois que c'était un arc cassé) c'est assez éloquent au niveau des rapports de volume , corne, bois et tendons Tout ceux qui ont déjà regardé d'anciennes gravures mettant en scène des archers asiatiques ou turcs avec des arcs composites auront remarqué que les arcs sont représentés avec une flexion très prononcées de la base de la branche. Ceci dit je ne suis pas forcément d'accord avec Redbow sur l'idée de copier humblement. Je suppose qu'il à voulu dire qu'il y avait assez à glaner dans ce qui a déjà été fait. mais on n'est pas des petit singes !!!! On peut essayer de comprendre ca aide beaucoup à la copie !!! Ca me semble d'ailleurs essentiel si on veut faire autre chose que des copies ... Zol dit d'ailleurs lui -même qu'il faut toujours observer regarder et se remette en question .... l'observation et le questionnement sont pour moi des voies royalles pou y arriver
  22. en ce qui concerne les angles entre la corde et la poupée voici quelques schéma qui illustrent les forcesà appliquer à la corde en fonction de l'angle que celle-ci fait avec la poupée. le trait noir schématise l'extrémité de la branche ou du siyah; le vecteur rouge la force (traction) à apliquer pour amener la flexion; la flèche bleue le sens effectif de traction (en fait la corde) le vecteur vert est la résultante de la force à appliquer (vecteur rouge) pour amenre la flexion reportée selon l'axe de traction Pour la facilité de comparaison entre les schémas, dans tous les cas, j'ai gardé la même orientation pour la branche, et la même force à appliquer pour amorcer le mouvement de la branche (vecteur rouge), la seule chose qui change c'est l'angle entre la branche (trait noir) et la corde (flèche bleue). Dans la réalité, en fonction de l'ouverture de l'angle corde/branche, le vecteur rouge devrait devenir de plus en plus long (puisque la force progresse) is ce qui nous interesse dans ce cas-ci c'est la progression du rapport vecteur vert sur vecteur rouge (force à fournir/force nécessaire). On voit clairement que le meilleur angle est 90 ° avec un rapport 1 pour 1. une fois passé 90 ° on voit de nouveau les efforts croîtres de manière excessives par rapport à l'effet recherché. Ces schémas confirment aussi , si necessaire, la constatation de Jihaif qui parlait d'un arc difficile en début d'armement mais qui procure en fin d'allonge un confort relatif. Physique et sensation semblent se rejoindre Alleluia !!!!!! :) J'ai modélisé ceci via un parallélogramme de force parce que le résultat est plus visuel que si j'avais joué avec des formules faisant intevenir des expressions trigonométriques ....
  23. Je reviens sur le dernier schéma de Jihaif concernant l’angle branche/ corde ou branche/ siyah. Je trouve le dernier schéma de Jihaif en contradiction avec son schéma sur les poulie excentrée ou alors quelque chose m’échappe (ce qui est fort possible au demeurant !!). Pour être plus clair, j’ai mixé les deux schémas : En fait ce qui (à mon sens) complique encore la compréhension c’est que le siyah forme avec la branche un levier brisé. Les points de référence AOB ne sont pas alignés. C’est aussi le cas de la poulie décentrée (à gauche). Dans le cas du levier classique illustré à droite les trois points AOB sont alignés Dans le cas du levier brisé le rapport (et donc le facteur de division de force) entre les deux bras du levier correspond à la droite AOB’ qui forme une ligne droite dans le prolongement de AO. Donc le calcul de l’effet de levier ne se fait pas entre AO et OB mais entre AO et OB’. Mais le point d’application de la traction reste bien positionné en B c’est donc l’angle entre la corde qui est prépondérant et pas l’angle entre la corde et B4’ Faite le test avec un levier brisé analogue : en utilisant un pied de biche pour arracher un clou : ce qui compte n’est pas l’angle de traction dans le prolongement de la base fourchue du pied de biche (celle qui saisit le clou) mais bien l’angle de la force appliquée au sommet du manche de l’outil. Donc pour moi l’angle de corde optimal ne doit pas être proche de 90° par rapport à l’extrémité flexible de la partie branche mais proche de 90° au point d’accrochage de la corde sur le siyah.
  24. Que tu parles d'énergie potentielle accumulée par l'arc lors de l'armement ou d'énergie cinétique transférée à la flèche lors de la décoche ne change pas grand chose à la question qui est pour moi essentielle dans le fonctionnement des arcs à poulies ou à siyah, plus la vitesse de retour de la corde (on parle souvent de vitesse de retour des branches mais en fait il faut parler de vitesse de retour de la poupée qui induit celle de la corde) sera importante, plus du pourra communiquer d'énergie à ta flèche. Dans ce domaine, les arc à siyah présentent un avantage important sur les arcs droits du fait de leur mouvement double : lors de la décoche la branche se redresse et en même temps, le siyah acquiert une vitesse de rotation les deux phénomènes conjugués permettent un transfet d'energie plus important à la flèche qu'un arc droit. Je ne dit pas cela pour dénigrer les arcs droit (j'en ai fabriqué suffisamment, et je les utilisent très régulièrement) mais il faut reconnaître qu'ne termes purement technique la conception des arc à siyah est une amélioration de l'arc simple voici le schéma dont je parlait les jours derniers pour illustrer l'amplification devitesse crée par la rotation du siyah. Lors de la décoche, le point E (encoche) a un chemin à parcourir plus important que le point A (axe de rotation). Ces deux points ont la même vitesse angulaire (en °/s) mais la vitesse linéaire (en m/s) de E est beaucoup plus élevée que celle de A, d'où une accélration accrue du projectile.
  25. Qu’est-ce qu’un arc ? Ce n’est pas un simple levier. C’est un dispositif qui stocke de l’énergie potentielle pour transmettre à une flèche de l’énergie cinétique, avec le moins de pertes possibles. Si si ! Un arc qui possède un angle de corde important à pleine allonge "barre" et est moins efficient, c’est un fait. L’effet de barre est certes une sensation perçue par le tireur, mais il est aussi visible sur la courbe poids/allonge : ça grimpe sec, la courbe est "creuse" et délimite moins d'énergie. L’effet provient d’un manque de "démultiplication" de l’effort : quand on recule la flèche pour armer, le bout de branche recule aussi beaucoup. On est en "prise directe", si l’on peut dire. Et ça c'est peut-être bon pour courber à bloc les branches avec le moins possible de cm d'allonge, mais pas pour stocker de l'énergie en vue de propulser une flèche. Un arc qui possède un angle de corde faible à pleine allonge est plus progressif à armer, même pour un poids maxi identique : la pente de la courbe poids/allonge est moins raide, plus "pleine", elle délimite plus d'énergie potentielle. L’effort est dans une certaine mesure "démultiplié" : quand on recule la flèche pour armer, le bout de branche recule assez peu. Je peux me tromper, mais je pense que rechercher un angle de corde de 90° à pleine allonge est un leurre. C’est parfait si le but est de faire travailler le plus possible les branches. Mais est-ce cela le but d'un arc, ou bien de propulser des flèches efficacement ? J’ajouterais que l’effet de « barre » est nuisible à la précision : à la moindre variation d’allonge, on obtient des variations importantes de sortie de flèche. Attention Corbeau, on est bien daccord, l'arc est un dispositif (je dit souvent un ressort) qui stocke de l'enregie potentielle mais dans le cas de l'arc à siyah on ajoute au bout du ressort un levier qui te permet de tendre plus facilement un ressort plus court donc plus dur. la courbe poids/allonge dont tu parles décrit les sensations du tireur pas forcément les forces qui seront réellement transmises à la flèche à la décoche. Si tu veux avoir des infos de rendement à ce niveau il faudrait attacher un dynamomètre à la poupée et mesurer sa progression en fonction de la flexion de la branche et puis il faudrait pouvoir mesurer l'energie transmise à la corde lors de la décoche. Tu confonds (et c'est très courant chez les archers) puissance de l'arc à l'armement et rendement au tir. On pourrait faire des arcs de 200 livres de traction à l'armement mais qui ne restitueraient aucune énergie il suffirait pour cela de lester copieusement les poupées ... mais là on s'écarte du propos Quand tu parles d'énergie il ne faut pas oublier que l'energie cynétique se calcule selon la formule e = (m. v²)/2 ou m égale la masse et v la vitesse. Plus la vitesse de retour des poupées sera rapide, plus elles developperont de l'énergie !!! cette énergie sera alors transmise à la flèche par la corde. Il est donc indispensable d'avoir des poupées rapides Dans le cas des arcs à siyahs, le levier qu'est le siyah va diminuer la force à fournir lors de l'armement en parcourant un chemin plus long que pour une poupée normale, pas la force emmaganisée dans l'arc. résultat : à la décoche la poupée située au bout du siyah aura un chemin plus important à faire et procurera donc à la corde (et à la flèche) une accélération accrue. Comme la force que l'archer aura pu tenir à plein armement sera plus imortante que pour un arc normal à cause de l'effet de levier des siyahs on popurra faire des arcs puissants qui restent confortable Pour parler autrement de l'amplifiaction de vitesse par le siyah on peut dire que tout le siyah aura une même vitesse angulaire, mais la vitesse "linéaire" de l'extrémité du siah (celle de l'encoche sera la plus importante) et c'est cela qui permettra une vitesse plus importante de la flèche et donc plus d'énergie de celle-ci (voir formuleplus haut)
×
×
  • Create New...