Jump to content

Ollivier

Membres
  • Content count

    209
  • Joined

  • Last visited

About Ollivier

  • Rank
    Grand habitué

Previous Fields

  • Département (ex: 01):
    78
  • ville:
    Vaux/Seine
  • Matériels (arc, flêches etc...)
    Je fabrique mes arcs et mes flèches et ne tire qu'avec ça.

Recent Profile Visitors

411 profile views
  1. tir "instinctif"

    +1, Tout pareil que Ketene sur la méthode. Le regard dans la cible, rien que dans la cible. Coup de boule dans la cible . Le reste suit tout seul (en principe) ... et je me permets de repomper honteusement un extrait d'un des premiers posts, très très juste: ""plus on s'entraine, plus on a de la chance"" De ma modeste pratique (sans méthode formelle à part la mienne: si ça tape ou je regarde c'est bon :-) ) pendant des années, et qui donne des résultats plutôt corrects jusqu'à 20m: - Pratiquer la billebaude régulièrement est la clé du "vrai" tir instinctif (gestuelle + visée : éducation de l'oeil, du cerveau, et du corps à l'estimation instinctive de la "bonne" visée sur une distance inconnue à chaque fois. - Le bouquin de Fred Aspbell , découvert récemment, m'a franchement bien plu, je m'y suis bien plus retrouvé que dans mes différentes lectures sur la méthode JMC. Chacun sa religion... Néanmoins comme pour toute "méthode" infligée après avoir pris des (bonnes ou mauvaises) habitudes, la lecture d'Aspbell , JMC, et divers forums sur le sujet m'ont fait psychoter un moment alors que je cherchais à corriger trop de trucs à la fois. Classique. Par contre ça m'a aussi permis d'identifier de vraies mauvaises habitudes de tir (pas de visée) que je travaille à corriger depuis une par une (sous-allonge et snap shooting notamment) SANS CHERCHER à VISER. - Enfin même s'il y a des principes de base (qu'on retrouve d'ailleurs chez un peu tout le monde, notamment sur la vision périphérique), l'instinct est aussi une affaire personnelle issue de la pratique - et donc il y a forcément un peu de "méthode perso" dans chaque tireur tirant en instinctif, issue de leur propre expérience - et NON ça n'est pas sale !! La preuve JMC n'est pas Asbell et les 2 tiraient plutôt bien avec chacun leur approche. Contrairement au tir en salle à distance fixe et sur cible identique à chaque fois, et pour lequel l'objectif est la réplication à l'identique du bon geste, le tir instinctif vise à acquérir une capacité d'adaptation oeil / main / cerveau à une situation unique à chaque tir - et là chacun va réagir / apprendre différemment. Je m'applique une règle: ne pas changer un truc qui a fait ses preuves avec moi même si le voisin fait différemment. Le cerveau et le corps sont ainsi faits - ils sont souples, malléables, et très adaptables à leur environnement. Et c'est précisément ce que recherchent les tireurs instinctifs: obtenir de leur corps qu'il sache exactement quoi faire à chaque nouvelle configuration de tir. et là: retour à la ligne N° 1: "plus on s'entraine, plus on a de la chance" (je l'aime vraiment bien celle là ) Je reste pour ma part convaincu qu'entre A/ Coche/Asbell/consors, et B/ nous pauvres mortels, la différence ne tient qu'à une chose: le nombre de flèches tirées par jour et qu'avec le même niveau de pratique on pourra tous un jour écrire un bouquin
  2. Non c'était Patrick C. Il y a quelques temps j'avais aussi clairement repéré le Cumaru sur les fiches Tropix-Cirad du fait de sa très forte densité (comprable à l'ipé) et bonnes caractéristiques mécaniques, et j'étais tombé sur cet essai avec du Cumaru. Mais c'est le seul, et donne peu de détail sur l'arc lui-même. Peut-être faut-il un design plus tolérant ? aucune idée, mais en tout cas vu sa disponibilité en GSB ça vaut le coup de se pencher sur l'option.
  3. Branche d'if

    Attention au décapeur avec l'if. Expériences douloureuses en ce qui me concerne, j'aurais même tendance à complètement proscrire le décapeur pour l'if au vu de mes expériences mais je m'y suis peut-être mal pris. Vapeur beaucoup plus appropriée à ce bois capricieux par nature AMHA .
  4. Tiens-nous au courant, tu n'es pas seul à déplorer la rareté de l'ipé... et dire que tout le parvis extérieur de la Grande Bibliothèque à paris est en Ipé... à pleurer. Au passage, j'ai fait récemment de très bons arcs avec du Maçaranduba en alternative à l'ipé. Franchement très nerveux, pas de plis de compression ni de suivi de corde, assez facile à travailler aux outils electrique... J'ai un projet en cours de test comparatif Ipé/Maça , précisément dans l'objectif de mieux quantifier les différences / éventuelles pertes de performances (ou pas...) . Je sacrifie mon dernier carrelet d'Ipé acheté chez Leroy-Pimpin il y a 10 ans... J'en suis encore aux collages donc pas de posts pour l'instant, tes essais avec le Cumaru m'intéressent vivement C'est clair que l'ipé en ce moment c'est introuvable, rien à faire nulle part sauf achat en gros chez les spécialistes de la terrasse, qui ne sont pas intéressés par la vente d'1 ou 2 planches pour un pov'facteur d'arc amateur... et je suis en région Parisienne, ce ne sont pourtant pas les spécialistes de la salle de bain design en bois issus de la déforestation tropicale qui manquent...
  5. Okay merci ! Affaire à suivre 😊 pour l’instant j’en suis au collage des lames centrales. Ca avance doucement faute de temps + 1 seul moule pour 3 arcs en parallèle mais je devrais pouvoir commencer les équilibrages de la triplette d’ici une dizaine de jours . Objectif 3 « clones » pour comparer les perfs des combos if-ipe, robinier-ipe et robinier-massa avec un dos en bambou... ma femme me regarde avec desespoir 🤪
  6. J’ai opté pour maçaranduba pour la lame de force et chene vert pour la poignée, ca devrait déjà être moins cassant que l’if qui finalement est bien capricieux. Qu’entends-tu par renfort de fenêtre ? Latéral ? Ou overlay sur le dos ?
  7. Merci - et comment travailles tu les flancs du plancher ? Bombé aussi j'imagine ? Je suis arrivé à la même conclusion du plancher bombé plongeant vers l'arrière en tâtonnant sur mon arc précédent, mais en travaillant les flancs j'ai au passage fragilisé la poignée. En effet pour avoir un center-shot à -2 ou -3mm, la partie de la fenêtre côté dos de l'arc arrive facilement à -5 (= flanc bombé lui aussi) . Avec un "dos" particulièrement fin ( entre 5mm et 1cm, je n'ai pas l'arc sous les yeux). Du coup j'ai d'abord eu un léger "Ttttick"... à l'armement... j'ai tout stoppé et bricolé à l'arrache un overlay en "UD" maison façon tendon - finalement invisible in fine. Puis quelques séances plus tard c'est l'intérieur de la fenêtre (en if, c'est joli mais visiblement pas adapté sur une poignée) qui ont commencé à avoir des points de faiblesse - mon center-shot ayant clairement abouti à une poignée travaillante (probablement explosive à terme...) - rebelotte renforcé à la FDV, mais résultat final très moche (bulles ... taches blanches... tissu pas assez imprégné) mais cela semble pour l'instant avoir stabilisé l'affaire. J'aimerais obtenir un center-shot tout bois sans FDV - à l'extrême rigueur j'accepte un éventuel overlay sur le dos de la poignée histoire de ne pas prendre des risques stupidement inutiles... mais sur le principe j'aimerais rester 100% tout bois Je vais peut être laisser plus de matière sur le côté opposé... moins symétrique visuellement, mais plus sécurisé... ça doit être possible, j'ai un 54# similaire qui ne bouge pas... (pour l'instant... !)
  8. OK pigé, merci Pat. Sur mon dessin A et B ont effectivement le même point d'appui de la flèche (côté dos). Par contre le point d'appui pour D est côté ventre, soit "en arrière" par rapport au point d'appui de la main. Pas bon pour cause de band trop élevé à mon avis, c'est comme ça que je faisais à mes débuts et les arcs n'ont pas aimé (stressant pour les branches à long terme). J'en était aussi arrivé à la conclusion qu'un "profil" bombé etait le meilleurs compromis, mais en regardant dfférents arcs de facteurs sur le web on voit beaucoup de shelf "plats" (enfin, apparemment, difficile de juger sur photo ... Bauman les fait clairement bombés)
  9. Hello j'ai un nouveau projet de Deflex-Reflex lamellé 100% bois en cours - pour la poignée desquels j'aimerais éviter les tâtonnements comme sur mes 2 précédents projets, sur lesquels j'ai pu constater la forte variabilité de la précision des tirs en fonctions de mes bidouillages hasardeux du côté du tapis d'arc... Sachant que je cherche à me rapprocher d'une fenêtre "center shot", j'aimerais clarifier un point: y a-t-il une règle pour tailler avec précision la fenêtre et surtout le "shelf" (plancher d'arc) - notamment au regard du point d'appui de la flêche par rapport au point d'appui de la main sur la poignée (= point de pivot)... Au plan théorique, il me semblerait qu'un point d'appui de la flèche aligné (verticalement) avec le point d'appui de la main d'arc sur la poignée permettrait la plus grande tolérance aux erreurs de main d'arc. Mais ceci au détriment du band... Vrai/faux ? Question subsidiare: quel meilleur design pour précision et régularité maximale des tirs (objectif chasse, pour autant que ça influe d'une manière ou d'une autre, disons que foirer un tir à la chasse est plus lourd de conséquence, et qu'en tir sous "stress" je cherche un arc plutôt tolérant à mes erreurs...) J'en arrive à 4 scenarios, cf croquis ci dessous: - Cas A: Shelf parfaitement à 90° de la corde. Dans ce cas avec un détallonage positif le point d'appui de la flèche est à l'extrémité extérieure (côté dos) de l'arc. Avantage: permet probablement de réduire le band, donc moins stresser l'arc (ici "tout bois"). Inconvénient: ce point d'appui de la flêche est à l'opposé du point d'appui de la main sur la poignée - et donc rendra probablement l'arc plus sensible aux erreurs de main d'arc... (?) - Cas B: variante de A, avec légère pente ascendente, mêmes avantages / inconvénients que A, réduit le détallonage ... intérêt ou pas ? - Cas C: plancher bombé. Avantage: L'appui de la flèche (tangent au sommet du "plancher") recule vers l'intérieur de l'arc. Avantage: meilleur alignement du point d'appui de la flèche avec le point d'appui de la main d'arc = arc plus tolérant aur erreurs de main d'arc (?). Inconvénient: augmenter le band (?) - cas D: inverse de A et B. Avantage: le point d'appui de la flèche est rigoureusement aligné avec le point d'appui de la main d'arc. Neutralisation maximale des erreurs de main d'arc - MAIS probablement nécessité d'augmenter significativement le band... (?) Ou... Autre scénario ? Merci !!
  10. Attention - les renforts de Bickerstaffe sur la video sont des renforts de type ELB (tubulaires), qui tiennent déjà plus ou moins tout seuls grâce à la traction de la corde - la qualité de la colle est moins importante dans ce cas. Rien à voir avec les contraintes subies par les renforts collés "à plat" pour la plupart des autres types d'arc... Compte tenu des contraintes en cisaillement et du choc à chaque décoche, j'ai quand même un doute sur la Cyano pour ce type de renforts... J'ai même eu des décollements avec de l'Araldite (OK dégraissage probablement un peu limite de ma corne aussi ...), alors depuis je fais comme PatrickC: EA40. Après, cela va aussi dépendre de la puissance de l'arc - chez moi ça tourne plutôt autour de 50# que 30# alors forcément je sécurise un peu plus les poupées... et pis pour les arcs d'enfants c'est moins grave, ils cicatrisent vite à cet âge là
  11. Dosage précis EA40

    Merci pour les infos - sur ma boite il n'est indiqué que les dosages en volume. C'est clair qu'en poids c'est plus pratique... Je ne pensais pas que l'EA40 était aussi tolérante sur les dosages, ça évite les prises de tête effectivement, en attendant de finir mes pots . Pour la Sicomin: quelle référence utilisez vous ? idéalement viscosité assez forte et transparente pour futurs essais de lamellé-collé avec FDV... Je n'y suis pas encore mais je sens que ça commence à titiller le neurone La 5700 a l'air de correspondre au cahier des charges, j'ai bon ?
  12. Hello je poste ici faute de savoir où... c'est un endroit qui sent bon l'epoxy je ne devrais pas être trop hors-sujet ! Comment faites vous pour doser précisément vos colles bi-composant à forte viscosité ?? (type EA40, qui se mélange à 50/50 en volume) - notamment pour les petites quantités... comment être certain des volumes utilisés ??? Sachant que la colle est bien visqueuse, j'y vais au plus précis de mon pifomètre mais la marge d'erreur est certainement importante. Ma méthode qui ne me satisfait pas: Pour les grosses quantités: petites cuillers à café en plastique jetables, remplies "rases" et grattées propres avec une raclette de fortune. Une cuiller pour le durcisseur, une cuiller pour la base. Jamais eu de déboire au collage mais franchement casse-pied pour travailler proprement et éviter que les excédents baveux inévitables ne faussent trop les mesures... Pour les petites quantités (2-3 gouttes de colles...): je me replie avec dégoût sur l'Araldite-de-base-qui-ne-durcit-plus-vraiment-à-fond (mais dont les seringues doseuses sont quand même bien pratiques et économiques). Quand EA40 vraiment indispensable (renforts de poupées en corne, l'Araldite ne tient pas): je fais mon dosage à la petite cuiller, en prélève 3 gouttes, et je mets 95% du mélange à la poubelle. Franchement au prix de cette colle ça m'énerve et en plus c'est pas bon pour la planète de mes enfants, ça pollue pour rien. Bref si vous avez des astuces pour doser précisément, proprement et facilement cette excellente colle bien visqueuse je suis preneur
  13. Ahhh la SmoothOn Grand Cru Classé 2007, une excellente année, ça c'est de la colle de garde !!! bravo, belle cave
  14. Non, la dégressivité démarre au début du fondu, donc, est "accompagnée" à mesure que la pente du fondu augmente - aucune zone vide. Par ailleurs , sans cette dégressivité, un fort cintrage (on est quasiment à 80° de pente en début de fondu) aboutit souvent à une rupture des fibres sur l'extrados, là où la zone d'étirement est la plus sollicitée et si ta lame est un peu épaisse - en réduisant l'épaisseur de ce côté j'élémine ce risque . Enfin je n'avais pas trop le choix: en l'occurence je ne travaille pas avec de la FDV donc ma lame de ventre est à la fois un peu épaisse ET en bois très dur (Ipé ou Massa) et c'est quasi impossible à cintrer sur un fondu sans "tricher" avec les épaisseurs. Avec un ventre en FVD la lame de "ventre" peut être plus fine et en bois plus coopératif...
  15. entre désespoir & renouveau

    Magnifique billette, très prometteuse !!! bon courage avec tous ces noeuds, il promet d'être superbe !! Quel âge avait ton osage ? à vue de nez 25-30 ans non ? j'aimerais bien en planter / semer maintenant pour occuper mes vieux jours mais je n'ai pas trouvé de pépinière en proposant... une piste ? Pour ton Cytise, plutôt qu'une ligature as-tu essayé un overlay en tendon ? (voire en FDV si tu n'y es pas allergique) j'ai sauvé quelques arcs comme cela avec de la FDV posée en unidirectionnelle dans le sens des fibres (et non perpendiculairement comme avec une ligature) en "remplacement" des fibres brisées. On perd un peu le côté authentique de l'arc tout bois, mais entre 10cm de FDV et le risque d'un bel arc explosé j'ai vite fait mon choix... et ça tient. Et c'est quasi invisible.
×