Jump to content

Ollivier

Membres
  • Content Count

    243
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

About Ollivier

  • Rank
    Grand habitué

Previous Fields

  • Département (ex: 01):
    78
  • ville:
    Vaux/Seine
  • Matériels (arc, flêches etc...)
    Je fabrique mes arcs et mes flèches et ne tire qu'avec ça.

Recent Profile Visitors

665 profile views
  1. Ollivier

    Nouveau Robinier à Noeuds

    Merci infiniment, je ne connaissais pas ce site, super intéressant effectivement ! Bonne chance avec ton Orme qui m'a l'air du même tonneau que mon Robinier, reprise aussi du projet pour moi d'ici 7,5 jours ouvrés (and counting - Rhaaa ayé les vacances !!! ) Signé: Jean Peupudutaf
  2. Hello la Compagnie Histoire de m'occuper pendant les prochains congés, je me suis lancé quelques Défis de Facteur , dont un nouveau Selfbow en Robinier avec une pièce un peu compliquée (un autre à suivre dans une magnifique pièce d'if au deflex-reflex naturel). Pour le Robinier, l'ébauche actuelle fait 1m70, je vise 45# à 50# @ 27" (50# un peu ambitieux à mon avis, j'ai assez peu de largeur après dégrossissge hélas, or le robinier a besoin d'un peu de largeur pour éviter les plis de compression... mais je n'y suis pas encore, d'ici là j'ai un bel écueil à franchir). Pour répartir au mieux les efforts (je vais ne avoir besoin), je vise un "D-Bow" (equilibrage quasi circulaire, poignée un peu travaillante) Le Défi: De part et d'autre de son centre (symétriquement) il y a 2 gros noeuds espacés d'environ 50cm. Le premie est relativement facile à négocier, volumineux mais il ne m'inquiète pas trop. Le second en portrait ci dessous - j'ai besoin de vos lumières pour négocier la bête... Jamais fait d'arc-à-noeud jusqu'ici, je m'interroge notamment sur: - faut-il chercher à faire plier la zone de noeud ? ou pas ? sachant que par définition un noeud signifie un dos interrompu... Crac ? - faut-il creuser le noeud ou pas ? sachant que dans le cas présent le noeud est situé en plein dans la partie travaillante de la branche (environ 20cm sous la main d'arc) Image 1: latéral Image 2: Dos Image 3: Ventre
  3. Ollivier

    Un ipé /bambou 2 pièces

    +1 pour la photo du facteur !!!!!!!!!!!!!!!!!! MaDoué, le jour où je fais mon premier take down je pense que je ne ferai pas le fier au moment du sciage !!!!!!!! très bel arc et merci pour le partage technique ! Je remarque que ton Ipé est assez clair, y a-t-il une différence de qualité mécanique entre l'ipé foncé et l'ipé clair ? l'ipé foncé devient difficile à trouver.... Pour ton système home-made, si je décompose bien: 1 - tu fais la partie mâle dans un premier temps (sec, poncé, ajusté, forme en (très) léger "cône" j'imagine ... ?) 2- tu enduis la partie mâle de démoulant 3- tu façonnes ensuite directement la partie femelle sur la deuxième branche ET sur la partie mâle (+ démoulant) en même temps N'est-ce pas trop compliqué de bien aligner et fixer tes 2 demi-branches ? Enfin, le fais tu sur un arc fini-fini ? ou sur un arc à 80% fini ? (pour pouvoir ratrapper ensuite les éventuelles conséquences de l'assemblage sur l'équilibrage ?) As-tu, d'ailleurs, constaté que ceci changeait l'équilibrage ? beaucoup de correctifs en post-opératoire ? ou pas du tout ? Merci ☺️ Je fais souvent des aller-retours en train et l'idée du TD me trotte dans la tête depuis quelque temps (à moins que ça ne soit l'attrait du défi technique assez stimulant également 🙂 )
  4. Ouéééé magnifique !!! l'idée me trottait aussi dans la tête de raccourcir le ventre en Ipé pour gagner du poids... mais pour l'instant je "cale" avec mes courbures sur mes deux derniers "protos" (terme politiquement correct pour "à moitié raté"): léger vrillage. Quelle largeur mets-tu à la courbure ? Chez moi à 20cm de la poupée la branche fait 17-18 mm de large : à vue de nez la poupée prend 1,5cm en latéral, arc bandé.
  5. Ollivier

    Vernis

    Ah oui j'avais zappé que tu ne faisais pas / plus du "tout bois". Du coup je ne m'avancerais pas trop à utiliser des solvants sur de la FDV... surtout de l'alcool, sachant que les composants individuels initiaux de l'epoxy sont, précisément, nettoyables à l'alcool. Je sais qu'après catalyse la molécule a changé, mais dans le doute...
  6. Ollivier

    Vernis

    Shellac ou Gomme-Laque: c'est costaud (si épais) MAIS c'est extrêmement fin en usage "normal". L'objectif n'est pas de protéger des chocs. Cela apporte surtout un fini très naturel, a priori étanche à l'humidité d'après diverses lectures (le shellac est uniquement soluble dans l'alcool)... et est très facile à appliquer effectivement. Par ailleurs ça ne coûte pas grand-chose... Il suffit de mélanger des flocons de gomme-laque dans de l'alcool à 95° (mélange à 10% ou 15%). ça donne un vernis très liquide qui s'applique au pinceau ou au "tampon". Autre avantage: séchage instantanné ou presque (évaporation de l'alcool), ce qui permet d'enchainer les couches rapidement. Usage: juste en bouche-pore (1 ou 2 passages) ou en vernis (il faut néanmoins bien 8-10 couches pour avoir une épaisseur suffisante et un rendu "laque" ). Inconvénient: coloration rapide du bois en fonction du nombre de couche. On aime ou pas... teinte jaune-brun légère au début, ça donne une "chaleur" naturelle au bois et fait incomparablement mieux qu'un vernis PU resortir le grain du bois, sans la finition "plastique" d'un vernis industriel (au plan tactile, conservation aussi du toucher naturel du bois, compte tenu de l'épaisseur très réduite du vernis), mais avec l'empilement des couches la teinte au bois change vraiment. Tolérable en bouche-pore, mais plus ou moins rédhibitoire selon les essences (essences claires en particulier qui deviennent vite "chêne moyen")... Finition ensuite: huile dure, cire... L'intérêt est que c'est 100% naturel, pour ceux pour qui ce point est important... pour un usage "amateur" c'est ma finition préférée depuis quelque temps, autant pour mes arcs que pour les quelques meubles que je bricole de temps à autre: quelques couches de gomme-laque (une bonne fois pour toute) puis une popote maison huile dure / cire d'abeille / thérébentine, à renouveler au chiffon de temps en temps. Néanmoins pour un usage commercial, je ne m'engagerai pas sur la résistance aux chocs et à l'humidité, notamment pour un arc de chasse... Les paillettes de gomme-laque s'achètent au kilo chez color-rare notamment, et l'alcool à 95° au rayon solvants de Castomachin (attention l'alcool à brûler ne convient pas).
  7. Ollivier

    érable (de lap1...)

    Il y a plein d'espèces d'érable... difficile sans voir les feuilles... il n'en reste pas qui trainent au pied ? Je répond là ou je peux... sachant que je n'ai pas travaillé l'érable sauf pour... 1 - ... avoir abattu (bois de chauffage) un érable sycomore, c'est peu sensible à la fente au séchage, je pense que tu peux fendre, ébaucher, et laisser finir de sécher tranquile. par contre ça ne m'a pas donné envie de faire un arc avec... très cassant... 2 - à 28" d'allonge moi je ferai 65"... flatbow ou pyramidal, pas trop d'incidence côté bois AMHA, c'est juste la méthode d'équilibrage qui diffère. J'ai personnellement une préférence pour le "semi-pyramidal à pointe raide": 20 cm de partie travaillante parallèle, puis pyramidal ensuite jusqu'au bout, en veillant lors de l'équilibrage à ne pas faire travailler les 25 derniers cm. La première partie parallèle permet de ne pas trop solliciter un bois plus fragile, et réduit le suivi de corde. L'extrémité non-travaillante réduit l'angle branche-corde par rapport au design "traditionnel" circulaire, et donne un arc qui barre moins. 3 - Pour avoir tenté et explosé un bambou-robinier (qui est plus résistant en compression que l'érable), je te déconseille un bambou-érable. Avec le bambou en dos il n'y a guère que les bois tropicaux qui résistent en compression au bambou (Ipé, massa, jatoba...). Par contre l'érable en lame de coeur sur un trilame bambou-érable-I/M/J est probablement un bon choix à tester: bois léger qui te fera probablement gagner en vitesse par rapport à une lame de coeur en bois tropical.
  8. Hello la Compagnie J'ai en tête un nombre certain de questions sur les combinaisons de bois pour mes lamellés tous bois, auxquelles je tente de répondre par l'expérience... je me suis donc lancé dans 3 arcs, deflex-reflex avec du Bambou en dos, profils identiques, largeurs identiques, équilibrage identique (aïe là ça coince déjà...) et en unique variable les essences de bois en lame de coeur et lame de ventre. Le bambou est issu du même chaume, les noeuds sont au même endroit. Essences testées en lame de coeur: If vs Robinier. Pourquoi ? je souhaite tester l'hypothèse qu ioppose légèreté des branches vs qualité mécanique du bois. En partie parce qu'un jour j'ai commis par accident un Bambou-ipé (en coeur)-massaranduba (ventre) et on m'a dit que l'ipé, très lourd, allait réduire les performances de mon arc. Sauf que à ce jour c'est mon arc le plus "nerveux". Je suppute donc qu'on sous-estime les qualités et les apports mécaniques de la lame de coeur. L'if a pour avantage d'être très léger, mécaniquement pas trop mauvais, mais plutot fragile. Le Robinier est lourd, mais mécaniquement très nerveux et beaucoup moins cassant que l'if. Ce ne sont que mes hypothèses, et elles sont là pour être débattues et contredites Essences testées en ventre: Massaranduba vs Ipé. Pourquoi ? L'ipé est excellent, MAIS en raréfaction, est sur les listes rouges des espèces menacées, devient vraiment dur à trouver en GSB... alors que le Massaranduba est encore facile à trouver en GSB.... Par ailleurs j'ai souvent lu que le Massa était "moins bon" que l'ipé... or ses qualités mécaniques sont (sur le papier) au moins aussi bonnes que l'ipé voire meilleures, et a beaucoup moins de contre-fil. Par ailleurs, le même arc ci-dessus Bambou-ipé-Massa , est très, très honorable en performances "ressenties" (je n'ai pas de chrono), malgré un raté total côté design de ma part (il est essentiellement "deflex" (-8cm) à cause d'une lame de force beaucoup trop epaisse. Bref, si le Massa est finalement au moins aussi bon que l'ipé, pourquoi se priver ? Hélas mes tests ne seront pas 100% concluants, même s'ils m'ont appris plein de trucs. - j'ai eu des déboires avec mon bambou. Chaume de faible diamètre, lames pas assez large, fortement bombées, j'ai du me limiter à une largeur de 25mm aux fondus et de surcroit j'ai eu du mal à avoir une épaisseur identique sur les 3 lames - résultat: le ratio dos/coeur/ventre n'est pas le même sur les 3 arcs , avec, pour tous, un dos trop épais et un ventre trop fin à mon goût. Donc, probablement une comparaison à prendre avec certaines précautions. - j'ai des déboires de "vrillage" (les profils sont limite "recurve" et mes extrémités de branches sont TRES fines (type Holmegaard). Mauvaise combinaison. Donc... J'ai commencé par un "B-I-I" - bambou - if - ipe. Pas de photo. Cet arc était celui qui avait le bambou le plus épais. Conséquence: très peu d'ipé sur le ventre (2mm) malgré une tentative d'équilibrage latéral / trapézoidal (sur le bambou essentiellement) pour conserver le maximum de ventre. J'ai pu tirer une 50aine de flèches, nervosité extraordinaire, arc très léger... (du fait de l'équilibrage latéral, j'ai beaucoup appris, et re-re-lu "tillering by mass" de TBB4 pour pousser la logique jusqu'au bout - excellent principe à méditer... ). Mais... il a explosé sur l'arbre pendant les finitions. Pas de photo hélas. J'accuse: bambou trop sec (cassure nette). ça m'apprendra à laisser mes ébauches trop près du radiateur... + mauvais joint de colle (serrage trop fort ou mauvais dépoussiérage ? j'ai une zone de 15cm sur laquelle l'if et le bambou se sont juste "décollés". J'ai du mal à incriminer l'if, même si, avant l'explosion, j'avais une fissure de 5cm qui commençait à apparaitre en fin de fondus (écrasement ?) j'avais déjà eu un cas similaire sur une lame de force en if sur un arc précédent. Ceci dit, ce n'est pas à ce niveau que l'arc à explosé, néanmoins cela semble quand même indiquer que les efforts en compression radiale (terme exact ?) subis par la zone du coeur sont au moins aussi importants que les efforts en compression / tension axiale du dos et du ventre... et que donc la qualité mécanique du bois de coeur n'est pas à négliger. J'ai ensuite enchainé sur un "B-R-M" - Bambou - Robinier - Massa. Déception là encore: vrillage des extrémités, je vais probablement devoir contrer le mouvement / renforcer avec de la FDV sinon l'arc risque de ne pas être très durable... Néanmoins, performances intéressantes, arc très nerveux, très facile à armer (mini recurves), 48# @ 27" pour 162cm et 26mm de large aux fondus (vraiment limite... je n'ai pas réussi à conserver autant de reflex que je l'aurais souhaité - je suis à zero, ce qui est quand même honorable, la lame de force faisant 15mm (ce qui est trop à mon goût, 8-10mm devraient suffire )) Le dernier sera un "B-R-I" - Bambou - Robinier - Ipé... j'attaque l'équilibrage ce week end. A suivre !! Photo à pleine allonge du BRM:
  9. Ollivier

    Arbre à equilibrer

    Bah zut , même pô un p’tit résumé ?! désolé pour ce post effacé... bon en attendant j’ai modifié mon arbre, appui sur 3cm uniquement, déjà récupéré 2 arcs, 1 gravement atteint qui a perdu 3 livres au passage mais c'est pas plus mal, il avait pris du muscle avec l'âge (surprenant d'ailleurs... ou bien peson mal taré, pas impossible non plus), l’autre beaucoup moins atteint, et 3 gratouilles ont suffit. Ouf, il m'avait donné du fil a retordre...
  10. Ollivier

    Arbre à equilibrer

    Merci à vous deux - effectivement c'est suite à quelques photos en situation réelle de tir que j'ai commencé à avoir des doutes sur mon équilibrage - pourtant sans défaut à l'atelier sur l'arbre / quadrillage, poupées parfaitement alignées et tillers réglés au mm. J'utilise aussi la photo pendant l'équilibrage, très pratique effectivement ! Clairement, ma zone d'appui de la poignée sur l'arbre est trop large (10cm) et verrouille trop l'arc, l'empêchant notamment de basculer librement vers la branche trop forte. J'ai repassé tous mes arcs à l'arbre: équilibrage "correct" (appui sur toute la poignée, et ce même si l'axe de traction est aligné avec le point d'appui de la main, ce qui est théoriquement correct...), mais dès que je les positionne sur un point d'appui moins large (3cm) qui rend l'arc plus "libre", là ça cause différemment. Bascule à droite systématique, (cette "bascule" est absente sur le support de 10cm de large), le point de traction "d'équilibre" pour retrouver un arc symétrique est plutôt 6-7cm sous le nockset. Donc a priori branche haute trop forte sur tous mes arcs... Je vais déjà commencer par corriger cela. YipeeKai: sur ton dessin, ton axe de traction du peson est aligné sur la flèche, et décalé par rapport au point d'appui de la main d'arc. Une raison particulière à cela ? Même avec un doigt au dessus de la flèche l'essentiel de mon effort de traction se fait avec les 2 doigts sous la flèche... donc axe de traction décalée vers le bas, sur une zone de environ 3-4cm sous le nockset et non répartie symétriquement de part et d'autre du nock set. Sachant que le nock-set est lui même 1cm au dessus du tapis, et que le tapis est 2-3cm au dessus du point d'appui de la main d'arc, j'ai donc centré ma poulie sur le centre du support de l'arbre, je positionne le point d'appui de la main d'arc au droit de la poulie, et j'accroche le peson 3-4cm sous le nockset (point qui, de fait, est aligné avec le point d'appui de la main d'arc). Erreur ?
  11. Ollivier

    Arbre à equilibrer

    Oui c'est tout à fait dans la logique de ce que je cherche, merci. Ton point d'appui fait quelle largeur environ ? Je pensais repartir sur 4-5 cm, mais du coup ça devient inutilisable avec un arc dont la poignée est finie. Une sangle peut-être ? ça éviterait au passage les dérapages intempestifs sur un appui trop fin...
  12. Ollivier

    Arbre à equilibrer

    J’ai bien un quadrillage en arrière plan, c’est effectivement indispensable... mais insuffisant pour juger de l'horizontalité de la poignée une fois l'arc bandé (une variation imperceptible (1mm sera invisible sur une zone aussi courte) correspond à 2-3 cm en bout de branche. Or comme le principe est d’enlever et remettre l’arc sur l’arbre à de nombreuses reprises au fil de l'équilibrage, il faut être 100% certain , pour pouvoir comparer des choses comparables, 1/ que le décalage observé sur une branche soit bien dû à un mauvais équilibrage, et non à un défaut de positionnement de la poignée sur l’arbre et 2/ qu’a chaque fois qu'on remet l’arc sur l’arbre il soit bien dans la même position (poignee 100% horizontale) que la fois précédente . Si la poignée n’est pas 100% horizontale, le quadrillage peut montrer une corde faussement alignée / horizontale, alors qu’en realité on aura une branche déséquilibrée ... je me suis fait avoir . Le système de cale plate "large" (la mienne fait 10cm) garantit, certes, à la fois horizontalité et reproductibilité , mais génère des appuis différents vs position de la main en conditions de tir, et in-fine un arc "faussement bien équilibré"... En tout cas: mon constat sur tous mes arcs.
  13. Ollivier

    Arbre à equilibrer

    Aïe... C'est bien la conclusion à laquelle je suis arrivé, et tu confirmes mes craintes: ça pivote méchamment. Mon système actuel "masque" complètement cette "envie" de pivoter. En clair, je peux avoir un arc parfaitement équilibré sur l'arbre, en appui sur toute la longueur de la poignée sur sa cale de 10cm mais quand je (tente de) le mettre sur son point d'appui "réel" il bascule complètement vers la branche haute. Mais dans le cas d'un point d'appui très réduit, comment t'assures tu que l'arc est bien horizontal en position de départ ? (ou plutôt pour être exact : comment t'assures-tu que la tangeante au dos de l'arc en son centre soit bien horizontale, à chaque fois que tu remets l'arc sur son arbre ? )Tu compares les Tillers droite et gauche ?
  14. Ollivier

    Premier arc Flatbow robinier

    Non je ne crois pas, pour plusieurs raisons: - la version empirique: expérience perso, quand on scie à la main du bois rétifié on sent une vraie différence de résistance, ça se coupe trop facilement pour être honnête. Je n'ai clairement pas envie de faire un arc dans ce genre de bois. Complètement instinctif et irrationnel.... mais mon nez est généralement fiable - Si les chiffres ci dessus indiquent résistance à la rupture en compression (ce n'est pas précisé) : il semble qu'on soit à des coefficients de moitié inférieurs aux standards "non-cuits", exemple du chêne qui est à 58N/mm2 normalement en compression (Tropix/Cirad), qui chute ci dessus à 24N/mm2 avec 190° et 15N/mm2 traité à 210°. - Si les chiffres ci dessus sont les modules de rupture en flexion, c'est encore pire. Donc bois rétifié = pas bon du tout en archerie à mon très humble avis.
×