Jump to content

Ollivier

Membres
  • Content count

    194
  • Joined

  • Last visited

About Ollivier

  • Rank
    Membre actif

Previous Fields

  • Département (ex: 01):
    78
  • ville:
    Vaux/Seine
  • Matériels (arc, flêches etc...)
    Je fabrique mes arcs et mes flèches et ne tire qu'avec ça.

Recent Profile Visitors

361 profile views
  1. C'est largement plus que "pas mal" en effet, je n'ai aucun doute sur la qualité finale du résultat après collage ! Petite astuce pour le cintrage de la lame de ventre si tu n'arrives pas à tes fins, que j'applique pour mon cas mais que je soumets au passage aux "pros" pour avis: pour faciliter le cintrage au niveau de la forte pente des fondus je rend la lame dégressive (côté zone d'encollage) sur la zone de fondu (soit une douzaine de cm). En bout de lame je n'ai donc plus que 2mm d'épaisseur, ce qui rend le cintrage et l'ajustement à la courbe du fondu très facile avec un léger coup de décapeur. Apriori je n'ai pas vu d'impact négatif sur la solidité de la poignée (2 mois d'usage régulier, 3000 flèches environ)... mais je m'interroge sur la tenue à plus long terme ... un avis ? Sinon une question: comment as tu procédé pour tes fondus finalement ? jolie courbe bien régulière.
  2. La mienne, ouverte, il y a une éternité (au moins 5-6 ans), servie 2-3 fois puis refermée pour cause d'autres priorités, est encore tout à fait fonctionelle comme en témoignent les 2 derniers lamellé tout bois sortis cet été. Les dates de péremption sont là (pas que, mais un peu quand même) pour faire marcher le commerce... et avec la SO c'est comme pour les yahourts, on peut tirer (un peu) sur l'élastique sans trop de souci.
  3. Questions existentielles

    ici une idée du montage de la table et fausse semelle pour tirer des laminations (dégressives ou pas) avec juste une défonceuse équipée d'une fraise à surfacer. http://www.metabricoleur.com/t122p15-defonceuse-polyvalente Même principe pour les laminations de nos arcs.
  4. Questions existentielles

    Bienvenue, J'ai eu le même parcours à peu de chose près :-) Mon avis qui n'est que le mien... commencer par un / des lamellés-collés me semble être un challenge un peu compliqué. Indépendamment des talents de bricoleurs/ébénistes que tu as certainement par ailleurs vu ton équipement, faire plier un arc avec la "bonne" courbe et à la bonne puissance à la bonne allonge demande un peu de pratique que je te conseillerais d'acquérir en démarrant avec des "selfbows" basiques que tu peux rater / casser sans trop de regrets (enfin, ça fait toujours mal de rater un arc, mais le temps perdu avec un selfbow est quand même largement inférieur au temps perdu sur un lamellé collé raté) - or les premiers arcs sont rarement les meilleurs, voire rarement réussis. Par ailleurs si c'est pour tirer en billebaude ou dans le jardin avec les enfants, du moment que ça tire des flèches les enfants s'en foutent un peu de savoir s'il y a de la FDV ou pas... (enfin, les miens... ). Pour ce qui est de ta question sur le délignage et l'obtention des lames: la scie à ruban est effectivement très pratique mais pas indispensable, compte tenu de ton équipement tu peux y arriver. Plusieurs options que j'ai testé avec succès: - tu peux sortir assez facilement des lames de 4mm à la scie circulaire à partir d'une lame de parquet coupée dans la tranche. Il te faut juste fabriquer le gabarit de sciage qui va bien pour pouvoir scier dans l'épaisseur... un peu compliqué à décrire par écrit mais je peux m'y coller si ça t'intéresse, l'idée étant 1/ d'abord de tirer une première latte de 4cm de large et 2/ de la bloquer ensuite, tranche vers le haut, dans une table / gabarit spécialement fabriqué pour ça (avec butée au fond pour empêcher la latte d'être projetée vers l'avant) qui te permet de la scier dans l'épaisseur. Tu la finis ensuite à la ponceuse à bande montée à l'envers en stationnaire, ou à la défonceuse (cf ci-dessous). Avec un guide positionné avec précision pour ta scie circulaire tu peux aussi faire des lames dégressives. - sinon (plus long): à la défonceuse avec une fraise à surfacer. Là encore il te faut d'abord fabriquer un gabarit: d'une part une "table" (20cm x 90 cm) sur laquelle coller ta latte au double-face, avec sur les côtés des rails de guidage correspondant à la dégressivité / pente voulue - et d'autre part une fausse semelle qui viendra se fixer sur la défonceuse, et qui viendra en appui sur les rails de ta table ci dessus, pendant que la fraise affleurera la surface de la latte à usiner au dessous, pour la réduire en épaisseur. Il faut procéder en plusieur passes et y aller progressivement en profondeur, c'est long et génère beaucoup de poussières / copeaux, et bien veiller à ce que ta fausse semelle soit suffisamment large pour couvrir (sans basculer) toute la largeur de ta table. Il y a des tutos je crois ici ou ailleurs présentant le dispositif... l'idée n'est pas de moi. Très efficace pour sortir des lames dégressives fines. Efffectivement la scie à ruban est quand même le plus simple, ça permet de sortir une latte grossière de 4-5mm d'épaisseur, je finis généralement comme ci dessus à la défonceuse mais ça se limite à un travail de finition. Faire tout le dégrossissage à la défonceuse est possible mais si tu attaques trop épais / trop vite la latte a tendance à se décoller , donc gaffe... Sur ta question des épaisseurs: oui, coller l'extrémité la plus fine en bout de branche et la plus épaisse aux fondus.
  5. Le Guérec'h

    Superbe ... jolies formes.
  6. ... ce qui permet de faire des arcs plus courts (intéressant pour la chasse ...) Inconvénient: un arc plus court barre plus vite en théorie. Solution: mettre des recurves comme ici pour maintenir un angle branche/corde pas trop aigu à pleine allonge. Double difficulté donc pour le facteur: les recurves d'une part, et le travail du bois au centre d'autre part, qui est le "pire" endroit pour enlever du bois et perdre de la puissance sans même y penser... Belle maîtrise de Corbeau d'un design plus compliqué qu'il n'y paraît à fabriquer Une question pour Corbeau: les recurves sont statiques ou pas ?
  7. Exact Au passage, le premier proto est bien parti finalement pour suivre le même chemin. La branche du bas a pris 8mm de tiller sur celle du haut suite à tir estival intensif (Et certainement rodage insuffisant en fabrication... voire erreur de centrage de la fenêtre de tir finale vs point de traction à l'atelier ... grrmmpff )
  8. Merci Je vois qu'il y en a qui sont en pleine forme Toujours en rodage, petite billebaude à la blunt ce matin avec mes 2 boys de 9 et 11 ans et leurs petits snakes en robinier pour l'ouverture de la chasse aux rouleaux de paille, on s'est bien amusés !! Pedro: hélas pas de longeur de chêne vert, juste de jolies bûches fendues en 50
  9. Hello Après quelques déboires initiaux relatés ici http://www.webarcherie.com/index.php?/topic/38707-cuisson-ipé/ j'ai achevé les travaux de ravalement de la façade du petit dernier. Finalement, d'un arc "raté" (je m'entend - 40# au lieu des 52# recherchés, à part ça il était plutôt réussi) j'ai tiré un truc inattendu et qui me plait fort... Dos: Bambou Lame centrale: ipé Lame de force: if (dont un côté mix duramen / aubier) Ventre: massaranduba Poignée: chêne vert Breton, en hommage à un vénérable ancêtre ayant rendu l'âme de manière inexpliquée cet hiver... pourvu qu'il n'y ait pas de maladie sur l'espèce... je n'avais jamais travaillé cette essence, énorme coup de foudre, veinage zébré très marqué très intéressant visuellement. Résultat en photos ci dessous, 52# @ 27" . Finition gomme laque et "Impénétrable" . Au tir, très bonne patate, très bonne sortie de flèche, côté vitesse difficile de juger faute de chrono et de point de comparaison... bonne souplesse à l'armement malgré sa puissance inhabituelle pour moi (plutôt habitué à 45# max) D'ores et déjà un grand merci aux contributeurs ( Maître Corbeau en particulier) du post ci dessus pour leurs conseils avisés.
  10. arc en sureau

    Oui 7% c'est probablement un peu bas pour une moyenne générale, et c'est à pondérer selon les essences ... D'après quelques lectures l'Hickory par exemple serait au top de sa forme à 6%, à 10% il prendrait un suivi de corde significatif (je n'ai jamais pratiqué cette essence toutefois - d'où le conditionnel). Je soupçonne fortement le Robinier d'être de la même trempe compte tenu de sa bonne réaction à la cuisson au décapeur. Par ailleurs l'humidité n'a pas le même effet en tension qu'en compression, donc là encore selon la nature du bois cela aura un effet différent selon que le bois est plutôt performant en tension ou en compression. A titre personnel n'ayant pas de testeur d'humidité, je fonctionne de manière empirique, si le bois ne perd plus de poids 2-3 jours d'affilée dans ma hot box je peux y aller - ce qui peut prendre une bonne semaine... Je n'ai jamais eu de casse, mais aucune idée non plus du taux d'humidité réel du bois.
  11. arc en sureau

    Il y a un bon article sur ce sujet dans un des TBB il me semble... de mémoire (à moins que cela soient des réminiscences d'anciennes discussions sur PA...) le bon indice d'hygrométrie du bois pour travailler un arc est autour de 7-8%. Au dessous ça pète, au dessus ça prend du suivi de corde. Même en Dordogne, l'hygrométrie ambiante est suffisamment importante pour être "excessive" pour avoir les 7-8% théoriques idéaux. Mes constats sur la base d'une ébauche stockée plusieurs semaines en intérieur raisonnablement chauffé (19-20°) et bien aéré (VMC) : et bien dès le 1er jour l'arc perd plus de 20 grammes dans ma "hot box" (bête boite faite avec 4 plinthes et une ampoule de 80 wats, environ 40° à l'intérieur, gaffe quand même au risque d'incendie... c'est allumé en permanence... ) et il faut ensuite plusieurs jours à ce rythme (dégressif bien sûr) pour stabiliser. Je ne travaille l'arc qu'une fois stabilisé. Et dès que tu laisses l'arc plus d'une journée en dehors de la boite, il reprend du poids doucement. Attention quand même avec cette méthode à travailler très progressivement et bien faire "travailler" l'ébauche au fur et à mesure des coups de lime - ne pas chercher la pleine allonge trop vite sinon c'est sanction immédiate (paf)
  12. Hello magnifique réultat ! petite question: c'est un "tout bois" ? ou bien il y a de la fibre ? question au regard du reflex trèèèèèès significatif de l'arc déband... ! impressionnant, bravo !
  13. arc en sureau

    D'accord sur le 1er point, pas sur le second Un de mes auteurs favoris de Science Fiction a dit un jour "The only way of discovering the limits of the possible is to venture a little way past them into the impossible" (Arthur C;Clarke) Faut juste y aller avec précaution et profiter du voyage - au pire on apprend des trucs :-) En tout cas ton arc me fait réfléchir au sureau, jusqu'ici je le broyait en BRF pour mon potager... (pas taper... ) je crois que je vais préserver quelques rejets à la prochaine taille (quel chiendent quand même... surtout au pied de mon compost ...) Pour ton suivi de corde: est-ce que tu sèches bien ton bois ? ("hot box" - boite avec une/des ampoule(s)...) - perso je le fais toujours, et je stocke ma billette en permanence dans la boite chauffée tant que je travaille dessus, et je n'amène JAMAIS mon ébauche à sa puissance maxi tant qu'il perd du poids (pesée tous les matins sur la balance de cuisine...) - l'hygrométrie du bois est la cause N°1 du suivi de corde (après bien sûr l'erreur de façonnage - exclue ici, très belles courbes). Moi j'aime bien faire plier les branches rapidement après les fondus ... c'est un design à part entière - ça permet de garder les extrémités moins travaillantes, et d'avoir un arc plus souple et qui ne barre pas à pleine allonge (angle branche/corde moins ouvert). Le danger toutefois est double: effectivement est une perte rapide de puissance au moindre coup de lime en trop... et un suivi de corde d'autant plus important s'il est proche de la poignée...
  14. Cuisson Ipé

    Non effectivement en conservant 100% de l'ipé au droit de l'encoche on sera à 12mm. Merci infiniment pour la précision de ta réponse - résultat après les premières flèches Sympa aussi la branche en photo - je n'avais pas pensé à réduire le massa latéralement pour laisser un contour noir d'ipé... finalement un ratage initial pourrait donner un truc sympa
  15. Cuisson Ipé

    Oui on est bien d'accord... mais je n'avais pas prévu non plus de faire un trilame, et je dois aussi avouer qu'à un moment je m'étais dit que je ferai sauter l'ipé sous l'if, et puis ça m'est sorti de la tête... Pour l'effet visuel "if/ipé/massa", dois-je comprendre ton propos dans le sens où non seulement tu biseaute le massa mais aussi l'ipé ? Dans mon idée je ne faisais sauter que les 2mm de massa et je laisse l'ipé jusqu'au bout. Probablement possible de faire sauter 5cm d'ipe, puis 10-15cm de Massa... Mais si je fais sauter aussi l'ipé je serai à 5mm de bambou + 5mm d'if à la poupée. Soit quasiment une section carrée 10x10 jamais fait aussi fin , j'aurais peur de l'explosion à la moindre décoche à vide... non ? ça ne m'est jamais arrivé mais personne n'est à l'abri...
×