TrollHunter

Membres
  • Content count

    18
  • Joined

  • Last visited

About TrollHunter

  • Rank
    Visiteur

Previous Fields

  • Département (ex: 01):
    84
  • club, association:
    Les dragons du Luberon
  • ville:
    apt
  • Matériels (arc, flêches etc...)
    Arc Diamond Core Bowtech, fleches Easton Powerflight etc ...
  1. Bonjours, J'ai repris l'arc en janvier avec l'acquisition, pour la chasse, d'un compound Diamond Core de chez Bowtech (tout équipé viseur etc ...). Après des semaines d'entraînement dans mon jardin, je me suis inscrit à côté de chez moi dans un club de tir 3d et nature. Et, ayant vraiment pris le goût pour cette discipline, j'ai cherché un arc pour le tir instinctif, et j'en ai trouvé deux qui me laissent intérieurement en PLS lorsqu'il s'agit de faire mon choix. Le premier est un arc Gamemaster de chez Hoyt à 300€ (50lds de puissance), et le second est un arc longbow bambou/osage de Konrad Vögele démontable à 400€ et absolument magnifique. En terme d'esthétique les deux me plaisent vraiment beaucoup, mais n'étant pas Crésus, je dois en choisir un et c'est là que j requiert votre aide, avec lequel pourrais je apprendre et me perfectionner dans le tir instinctif ? Le longbow me paraît être un peu difficile pour un débutant (mais les branches en bambou m'ont fait craquer), mais j'ose espérer que mes bases solides au compound m'aideront (sans rire avec mon Diamond je place ma flèche où je veux entre 10 et 40 mètres), d'un autre côté j'adore les Gamemaster, ils sont rapides mais doux, parfaits pour la chasse. J'espère que vous pourrez m'aider à me dépêtrer dans ce choix cornélien
  2. oui effectivement c'est super intéressant, surtout si on le replace dans le contexte moyen-âgeux, l'honneur défendue par les chevalier devait en prendre un coup à force de se faire abattre à distance sans avoir des fois l'opportunité de sortir son épée. C'est un point qu'il faut que je creuse ^^
  3. Bon, après quelques grosses correction, je vous transmet la MàJ de mon texte (http://www.cjoint.com/c/GBdjllNAEKp). Les fautes majeures qui m'on valu la foudre et les flammes ont été retirées, certains points ont été affinés. J'espère qu'il n'y a plus de grosse coquille (je sais qu'il en restera toujours des petites mais bon). Je vous transmet également une partie de mes références bibliographiques, je vous passerai le reste quand je m'y serai retrouvé (http://www.cjoint.com/c/GBdjBfxZKwp) Cordialement
  4. Super intéressant, c'est marrant, mais ça me fait quand même vachement penser à l'arc d'Ulysse que seul lui pouvait bander, n'y aurait-il pas une vision virile de l'arc à cette époque? Un peu comme si un homme se devait de pouvoir bander son arc, sinon celui-ci n'en était pas un (j’extrapole). Si c'est vrai, c'est encore un argument contre cette idée que l'arc était complètement déprécié dans la Grèce Antique.
  5. Merci,enfin, c'est exactement à ça que je pensais à la base comme dynamique. Je corrigerai cette infos et, du coup je retirerai certaines des ref bibliographiques. Merci pour ces corrections.
  6. Merci de cette réponse. Comme j'ai essayé de l'expliquer mainte fois, la raison pour laquelle je poste l'écriture au fur et à mesure que j'écris (et raison pour laquelle j'ai fini par partager le fichier Word sur lequel on peut mettre des commentaires) c'est que justement je sais que même en croisant des ressources bibliographiques il y aura forcément des erreurs. Dans la mesure où je bosse dans le milieu scientifique, j'en ai fait plusieurs fois l'expérience. Et c'est donc en toute humilité que j'ai choisi de partager ces recherches afin de bénéficier de vos connaissances et expériences à tous pour affiner les données et avoir un contenu le plus proche de la réalité. Après comme on me l'a fait judicieusement remarquer, il s'agit beaucoup de de traditions orales, souvent glorifiant la vérité, mais cela n'empêche pas de dégager un esprit propre à chaque peuple en fonction de sa région géographique et de son époque, ce que j'ai tenté (et je le sais bien n'y suis pas encore) de faire dans ce dossier. Pour résumer l'idée était de vous faire participer dans ce processus de recherche. Mais il faut jouer le jeu. Cordialement
  7. je répète, je suis en pleine écriture, j'essaye de vérifier mes sources, de croiser, recroiser entrecroiser, je n'ai pas la science infuse, des coquilles se glisseront au fur et à mesure et je les corrigerai du mieux que je peux. Après seul ceux qui ne font rien ne se trompent jamais. Avant de faire le point, je n'avais pas lu tout le fil de commentaire. J'avais imaginé que j'aurai un certain soutien pour faire ce dossier, du moins une aide constructive. Mais je déchante un peu, entre ceux qui me prennent pour un gogole qui cherche à réinventer le monde, ceux qui semblent me prendre pour un imbécile et ceux qui se moquent juste du fait que en faisant mes recherches je me trompe ... Sérieux je déchante. Ah au fait, Trollhunter, c'est en référence au film finnois du même nom. Les trolls sont des créatures mythologiques avant d'être des cons sur le net. En tout cas, merci encore pour les quelques uns qui ont su me conseiller, ce n'ai pas parce que je suis dégoûté de l’accueil qu'à pu obtenir ce projet que je balance vos conseils. Essayez juste de ne pas charcler la suite, j'y ai mi beaucoup de mien dans ce travail et ça fait franchement mal de le voir dévalué à ce point. Cordialement
  8. Je ne vois pas en quoi je "ramène ma science comme tu le dis", je n'invente rien, je ne fais que lire et rapporter ce que je lis en y mettant, à la limite un peu de forme. Je ne m'en formaliserai peut être pas, dans la mesure où il est difficile de mettre un ton et des intentions sur des lignes de caractères affiché sur un écran, mais je dois t'avouer que je ne comprend pas le but de ton message. Je dois même avouer me sentir légèrement jugé par tes propos, ce qui n'est, je te l'avoue pas fort agréable. Après comme je l'ai expliqué, je fais ce truc avant tout pour ma pomme, ne pas m'embrouiller étant donné la dose de connaissance à acquérir sur le sujet. Donc si effectivement ma démarche déplais ou vous semble obséquieuse, je peux, bien que cela me chagrinerai sincèrement, garder ça pour moi. Cordialement
  9. Bonjour, Tout d'abord, merci sincèrement à tous pour vos retours enrichissants. Je fais un peu le point aujourd'hui de vos critiques (ce n'ai pas un vilain mot pour moi tant qu'elle est constructive) mes corrections ainsi que ma progression dans l'écriture de cet ouvrage. Tout d'abords, je pense m'être mal exprimé quand à la motivation qui m'a pousser à faire ce travail (loisir ^^). Bien que je poste au fur et à mesure de son évolution, ce document m'est avant tout destiné, ayant un profil un peu maniac, c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour m'attaquer à des sujets complexes tout en ne foutant pas un bordel monstre dans ma tête. Donc c'est un peu un outils qui me permet de hiérarchiser et organiser les connaissances que je peux ingérer (je m'en sert dans mon travail, notamment pour apprendre et comprendre tout ce qu'il y a à savoir sur le comportement canin). Donc ça c'est le moteur de départ. Après, il y a aussi l'envie que j'ai de partager avec vous afin soit de m'aider à comprendre un détail ou à démêler le vrais du faux (d'ailleurs l'aide apportée par la communauté de "Webarcherie" apparaîtra dans la version finale). Et pour finir, si un futur novice trouve de l'aide dans ce dossier afin de ne pas avoir en amont tout le travail de tri que j'aurai fait moi-même, ça sera une vraie récompense. Pour finir, sachez que la dernière partie de ce doc portera sur la fabrication/conception d'arc. Pour ce faire, je proposerai à des personnes ayant fabriqué des arcs de me proposer des dossier tutos pour trois ou quatre types d'arc (arc simple en bois massif, un composite à "l'ancienne", et un lamellé-collé moderne et si je trouve dans l'idéal un arc exotique comme un Yumi ou un arc amazonien). Pour ce qui est du doc, je vous le partagerai via un lien cjoint.com, comme j'ai commencé à poser quelques illustrations dedans, ça sera trop lourd à charger. Pour ce qui est des sources, soyez indulgent, j'ai 52 liens à transposer dans le chapitre "ressources bibliographique" je vous partagerai, si vous le souhaitez une liste plus ou moins exhaustive des différentes sources qui m'ont permis d'écrire tout ça. Je précise quand même que j'ai tendance à ne choisir que des textes venant de compagnies (les archers d'Audenge, compagnie Montauban, site FFTA etc ...). Lien du document dans sa version la plus récente: http://www.cjoint.com/c/GBcnTMxa88p Je vous remercie encore chaleureusement pour votre aide, ainsi que vos retours qui me poussent à avancer dans ce projet. PS: Pour ce qui est de la fabrication d'arcs: je suis actuellement en train de monter mon atelier (déménagement en vue etc ...) et comme je l'ai expliqué, je partirai avant de vouloir faire quelque chose de spécial, sur un bon vieux longbow anglais, si possible en if, sinon en noisetier. Je partirai après peut-être dans des projets farfelus, mais je tien à faire les choses étape par étape et m'y mettre vraiment sérieusement. D'ailleurs, pourquoi pas, me payer un stage chez un facteur d'arc (pro dans l'idéal ou amateur confirmé) pour apprendre les rudiments et les gestes. SI VOUS AVEZ DES INFOS? JE PREND. ENCORE MERCI VOUS ETES GENIAUX!!!!!
  10. Non malheureusement je n'ai pas trouvé le nom exact. En revanche je peux te dire qu'elle faisait partie des épreuves gymniques (nue). Pour ce qui est de la dépréciation de l'arc dans la Grèce antique, de nombreuses thèses réfutent cette vision, une thèse fort intéressante à ce sujet du linguiste Gilles Andrianne. Dans son "Regard interdisciplinaire sur le statut de l'arc dans la Grèce antique" il propose de chercher non pas des traces concrètes de l'usage de l'arc dans des écrits factuels, mais de sonder les écrits mythologiques afin de voir quelle était la vision que les grecques avaient de l'arc. Cette approche est fort intéressante, car on a pu voir au fil des siècles, que les éléments de mythes ou de légende reposent sur des vérité historiques. Comme on a pu le voir avec Robin Hood, né comme par hasard dans un pays où l'arc était une fierté nationale, comme les récits des capacités surnaturelles des samouraïs, reposant sur une connaissances approfondie des techniques martiales ou alors la fameuse "légende du Roi Arthur" qui reposerai sur l'histoire d'un seigneur anglo-saxon nommé Arth (ours en saxon). Et donc dans cette thèse, on peut observer que l'arc, malgré les idées reçues, était très présent et très important dans les récits d'Homère, les contes mythologiques etc ... Ce qui n'a, avouons-le, aucun sens, pourquoi porter en triomphe dans des poèmes (forme de récits de l'époque) une arme aussi mal considérée que l'arc. L'hypothèse proposée est que la dépréciation de l'arc en Grèce est une erreur d’interprétation que nous avons pu faire lors de nos recherches passées portant sur la civilisation grecque ancienne.
  11. Pour ce qui est de la taille en Amazonie, on la considère comme inconnue dans le sens ou quelques individus pratiquaient cet artisanat, mais il n'était pas réellement répandu.
  12. Je prend note de vos commentaires. Pour les jeux olympique oui l'arc y était pratiqué, on peut voir des représentations sur des amphores. Je précise cependant que je suis dans la phase initiale d'écriture un entrecroisement des sources sera fait avec le plus grand soin, pour l'instant je me concentre sur l'écriture et la trame. Merci pour vos réactions.
  13. Etant en pleine découverte de l'archerie, son histoire, ses secrets, je tenais à vous faire partager mes recherches au fur et à mesure de ma progression. En espérant soit vous faire découvrir des choses, soit vous apporter un ouvrage intéressant et clair sur l'archerie. Je suis bien sûr ouvert à toute critique tant qu'elle est constructive. Cordialement Découverte de l’archerie Parcours d'un novice Cet « ouvrage » a pour vocation de rassembler les recherches et observations que je peux faire à propos de cette discipline. Nous nous concentrerons sur les aspects traditionnels (chasse et art martial) du tir à l’arc, bien que toute la dimension sportive moderne ait une place prépondérante méritée dans la mesure où c’est cette pratique qui a permis à la discipline de survivre à son obsolescence. I. Histoire de l’arc et de l’archerie a. A quelle époque l’arc a-t-il été inventé ? Dix mille ans avant notre ère, des peintures rupestres montraient déjà des chasseurs utiliser l’arc contre des mammifères sauvages. Des arcs fossilisés ont été retrouvés, ils dataient de huit mille ans avant notre ère et étaient en bois d’if peu travaillé. Tout d’abord, les flèches étaient lancées à la main, puis à l’aide de « propulseurs ». Leur extrémité était armée d’éclats de silex ou d’obsidienne, quand la taille de la pierre était connue, sinon, la pointe était en bois taillé et solidifié à chaud. Malheureusement, les arcs étant composés de matières organiques non durables, il ne reste que très peu de trace quelques milliers d’années plus tard. On estime donc son apparition à il y a environ 20 000 ans, c'est-à-dire à la fin du paléolithique. b. De l’arc de chasse … N’ayant, de nos jours, plus que des pointes de flèches à étudier, on ne peut que déduire, en observant la finesse apportée à leur réalisation, que le même soin était apporté à la confection des arcs eux-mêmes. Surtout lorsque l’on comprend l’aide que cela pouvait apporter, notamment à la chasse. c. … à l’arc de guerre Dès l’époque Mésolithique (de 8000 à 4500 av. J.C.), des squelettes sont retrouvés avec des fractures témoignant de l’utilisation d’arcs et de flèches sur les champs de bataille. Ces blessures attestent de la violence des combats, mais aussi de la puissance des arcs. On estime, étant donné la trajectoire directe de la flèche, ainsi que les organes et parties du corps touchées, que les flèches disposaient déjà à l’époque d’un empennage. d. Dans l’Antiquité Durant l’Antiquité, les utilisations de l’arc se diversifient et, en plus de son usage à la chasse et à la guerre, l’arc devient un objet de sport et de divertissement, tout d’abord lors de démonstrations motivées par la rivalité de clan à clan, mais SURTOUT avec l’apparition des Jeux Olympiques. e. L’arc et son équipement L’arc, ainsi que son équipement (flèches, pointes, carquois …) sont constitués de matériaux présents dans la nature, leur confection dépend donc des ressources locales. Par exemple, si le bois d’if était largement utilisé en Europe, les asiatiques, eux, utilisaient du bambou pour leur arc composites. La région dans laquelle exerçait le facteur d’arc influait non seulement le matériau utilisé mais aussi la technique de fabrication (bois massif, composite, lamellé-collé etc…). Cependant, certains détails techniques, aujourd'hui encore employés dans L'archerie moderne verrons le jour à cette époque : - Les pointes de flèche en forme de Laurier ou d'amande, créée à L’âge de bronze subsistent encore de nos jours. - Les empennages en plume d'oie, popularisés par les Achéens qui ne Les élevaient que pour empenner leurs flèches. - En Asie centrale où le bois se faisait rare, les archers durent concevoir des arcs dits « composites » : une âme en bois ou en bambou de forme aplatie. Le dos était renforcé avec du nerf ou du tendon, Le ventre, lui était garni de corne. Ces arcs étaient à double courbure. Cette conception repose sur le principe que la corne est compressible tandis que le tendon est élastique. f. L'arc de par le monde i. L’Orient En Orient, l'archerie, étant principalement employée à usage militaire, elle bénéficia d'un soin particulier au point de produire des arcs parmi Les plus puissants du monde et Les archers les plus efficaces. Dans certains pays, l'archerie est pensée afin de répondre à des contraintes ou à des besoins dont les solutions sont encore remarquables de nos jours. - l'utilisation conjointe de plusieurs matériaux afin de gérer aussi bien les contraintes mécaniques de l'arc (tendon, nerf, corne, lames de bambou...) que l’absence de bois arcable dans la région. - la création d'arcs adaptés au tir à cheval (les arcs japonais étaient asymétriques pour faciliter le passage d'encolure) En plus de bénéficier d’une importante modernisation en termes de conception, les arcs orientaux prenaient par fois une dimension philosophique, sociale et même parfois, mystique. Un soin tout particulier était donc apporté dans leur ornementation. - Pour les Mongols, l’arc symbolisait le roi et le pouvoir, la flèche était son ambassadeur. - Les Huns utilisaient des pointes de flèches « sifflantes » (des petits trous étaient percés dans la pointe provoquant ainsi un sifflement pendant le vol), utilisées pendant les diverses guerres menées contre la Chine, ces pointes servaient à déstabiliser l’ennemi sur les champs de bataille. - En Chine, l’arc et la flèche étaient des marques de commandement, une flèche accompagnait encore les sentences de peine de mort prononcées par la justice Mandchoue. Il faisait partie de la vie quotidienne, un carquois accroché au-dessus d’une porte d’entrée servait à annoncer la naissance d’un garçon dans la famille. - Au Japon, le tir à l’arc faisait partie intégrante des arts martiaux enseignés aux samouraïs, ils utilisaient des arcs longs asymétriques dont la poignée se trouvait sur le tiers inférieur. - Pour certains peuples d’orient, l’arc était un outil divin. Lorsque les Kalmouks juraient, ils léchaient leurs flèches et les plantaient dans la terre pointe vers le ciel. Les Kantalis eux, pensaient que le tonnerre fertilisait la terre, ils faisaient offrande de leur flèches en les décochant vers les nuages. Ils enterraient leurs guerriers en position assise, un arc bandé et tenu entre leurs mains. En plus d’avoir été un acteur influent de l’archerie au travers des âges, l’orient a comme caractéristique de préserver avec ferveur l’archerie traditionnel, comme tout autre élément de leur culture. Au Japon et en Chine le tir à l’arc traditionnel est très pratiqué et nous offre l’opportunité de voir apprendre et comprendre cette vision ancestrale de l’archerie et son évolution. ii. Les Amériques Après avoir découvert l’archerie orientale, globalement destinée et perfectionnée pour la guerre, nous allons nous tourner vers une évolution radicalement différente, car plus orientée vers la chasse. En effet, les indigènes des deux Amériques connaissaient l’arc, mais préféraient cependant s’en servir à la chasse plutôt qu’à la guerre. Ces arcs étaient droits, ceux des « Peaux-Rouges » étaient globalement plus courts et, bien que généralement en bois massif (monoxyle), certains étaient en matériaux composites (bois et tendon de bison). Entrant dans le processus de chasse, les arcs prenaient une dimension sacrée. Par exemple, même si les femmes participaient à la préparation des matériaux (notamment les tendons qu’il fallait mâcher longtemps pour les assouplir), elles ne pouvaient le toucher une fois fini, on pensait qu’un arc touché par une femme perdrait de sa puissance et de sa précision. Il était également interdit d’enjamber un arc posé à terre car cela romprait le lien magique entre le corps et le ciel. Un arc orné de plumes et de peintures faisait partie des rituels et danses sacrées. Les arcs « Peaux-Rouges » étaient en Kichory, les cordes elles étaient faites de fibres végétales et les lanières étaient en cuir ou en tendon de coyote. Leurs flèches, polie à l’aide d’un caillou portaient un empennage collé ou ligaturé. Les pointes étaient soit en bois effilé durci au feu, ou garnies d’un bout de silex ou d’obsidienne. Les arcs des aborigènes d’Amazonie étaient nettement plus longs (2m à 2m80), droits et très puissants (25 à 28 kg). Les flèches aussi étaient très longues (1m à 1m70). Leurs pointes variaient en fonction du gibier désiré : - Feuille de laurier : pour le gros gibier - Barbelé : pour le poisson - Tronc de cône : pour ne pas abimer le plumage des oiseaux Pour la chasse aux fauves, la pointe était empoisonnée, souvent avec du cyanure. Les aborigènes d’Amazonie ne connaissaient ni la taille de la pierre, ni le travail du métal. Ils se servaient de coquilles de mollusques ou de coquillages de rivière. Les cordes étaient en fibre d’écorce de palmier, qui était également utilisée pour ligaturer les empennages qui étaient en suite collé à la cire d’abeille chaude. Ø L’arc d’aujourd’hui : Aux USA, l’archerie commence à d’organiser au XIXème, des arcs de plus en plus puissants et de plus en plus précis virent le jour. Vers 1920, un arc droit contrecollé en bambou atteignit 110lbs. Aujourd’hui cette évolution technique reste en constante évolution (arcs à poulies, takedown, carbone, kevlar …)
  14. Ayant lu vos conseils et vos avis, je vais donc créer un sujet que j'appellerai "parcours d'un novice" dans ce sujet que je garderai à jour au fur et à mesure, je détaillerai mes recherches en vous les partageant plus ou moins au jour le jour. Cela aura, je l'espère, deux avantages: - le fait de vous donner pratiquement en temps réel l'avancée de mon "apprentissage". - Cela permettra à d'autres néophytes de profiter de mon travail de recherche. Je précise avant toute chose que c'est une découverte de l'archerie dans son ensemble, son histoire, ses méthodes et technique, la fabrication etc ... De cela ressortira un dossier que je transmettrai une fois achevé (je prend également tout texte ou document que vous souhaiteriez joindre avec grand plaisir) Sur ce on se revoit vite!! ^^
  15. Bonjour chers amis, Voici mon cas. J'ai repris depuis peu le tir à l'arc (à la base comme complément du tir sportif) et j'y ai, peut être, à vous de me dire ^^, un peu trop repris goût. J'ai donc actuellement un compound de folie (diamond core pour ceux qui connaissent) avec lequel je m'amuse comme un petit fou, mais je souffre de deux maladies compulsives, primo : la collection et deuzio: le besoin maladif de fabriquer des trucs. Du coup je souhaite ardemment me lancer dans la confection d'arc afin d'avoir le plaisir absolu de n'avoir qu'un compound acheté dans le commerce et que des arcs fait main à la maison. Et c'est là que je requiert votre aide bienveillante. J'ai circulé un peu sur les différentes pages du forum, j'ai pris des notes, j'ai potassé beaucoup de choses, mais j'aimerai avoir votre avis pour m'y mettre bien. Le minimum d'outils à acheter/fabriquer, les étapes de construction (commencer par un selfbow, puis un lamellé-collé?). Comme je vous l'ai dis, j'ai faim de connaissances et je prends tout conseil avisé. Cordialement