Jump to content

Picpic45

Membres
  • Content Count

    382
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    8

Everything posted by Picpic45

  1. Je n'aurais pas utilisé le terme de rigidité ou de souplesse différente mais plutôt dit que la déformation de la flèche (paradoxe) provoquée par la poussée de la corde sera plus importante avec une flèche plus longue, ce qui se traduira en effet par un impact plus à droite (pour un droitier) avec la flèche plus longue. (différence entre spine "statique" et spine "dynamique") Il faut que les 2 flèches aient le même spine "statique" avec un même poids de pointe pour que la remarque ci-dessus soit valable. Ensuite, il faut bien préciser comment est mesurée "l'allonge de l'archer" pour savoir s'il faut (ou non ajouter 1" 1/2 à cette valeur).
  2. C'est mon coté "prof" ( défaut ou qualité ??) qui ressort parfois.
  3. Je ne suis pas "vegan" pour ma part et je trouve qu'un beau cuir "tannage végétal" c'est bien aussi. Cela dit, utiliser du "cuir" de liège (ou tissus de liège) pour se faire un beau carquois est une très bonne idée , à la fois d'un point de vue éthique, esthétique mais aussi pour les qualités propres du liège, principalement par rapport à l'eau et à l'humidité. C'est souvent moins compliqué qu'on le pense et c'est en faisant que l'on apprend. Même s'il y a des petits (ou plus gros parfois) ratés lors des premières réalisations, c'est très agréable et valorisant d'utiliser ou de porter des choses que l'on a fait de ses mains. Les professionnels ou les amateurs éclairés (et qui sont nombreux sur le forum), nous font des choses (arc, couteaux, accessoires en cuir, ...) qui nous font "baver" d'envie parfois. On est pas Crésus ou la place manque à la maison, donc on se contente de regarder sans acheter. Maintenant, même moins beau, moins bien conçu, moins efficace peut être, c'est aussi un très grand plaisir (et de fierté aussi) d'utiliser ses propres créations. Il faut juste avoir le temps (ou savoir le prendre) et se lancer.
  4. Même remarque que nono189. D'un point de vue anatomique, les tendons sont effectivement contenus dans une gaine dans laquelle ils coulissent et qui protège les fibres tendineuses. Dans la vidéo, après avoir retirer cette (grosse) gaine, on voit qu'il reste encore quelques fragments de gaine très fins qu'il a du mal à retirer. C'est peut être pour cela que les tendons défibrés n'étaient pas "vraiment propres" Quelques éléments d'anotomie ici : http://cicatendon.com/anatomie-du-tendon/ Ce n'est pas des tendons d'autruche mais il arrive parfois que l'homme "fasse l'autruche" alors leurs tendons respectifs se ressemblent probablement.
  5. "Très tendance, souple, solide, véritable cuir végétal, le tissu de liège s'utilise dans la décoration en murs tendus, dans l'ameublement, l'habillement, la chaussure ... et surtout l'accessoire ! Très recherché pour la confection de vos sacs et pochettes, il se marie à merveille avec de vrais cuirs ou des similis, des jutes, des grosses toiles cotons ou lins. Le cuir de liège est fabriqué à partir de l'écorce des chênes liège ; aucun arbre n'est abattu. L'écorce est récoltée tous les 9 ans, à la main. Bonus pour la planète : cette action permet à l'arbre de libérer 30 % d'oxygène en plus dans l'air que l'on respire. Le chêne liège vivra entre 200 et 500 ans, hérité générations après générations."
  6. Sur le modèle du site, il n'y a pas de réglage possible de l'angle d'inclinaison, c'est un modèle de type "field" ambidextre mais je pense que c'est envisageable d'en faire un avec réglage de l'angle . Les sangles de cuisse sont utiles en version "field" et pour marcher (ou monter à cheval) avec ce carquois mais pour une utilisation "salle", flèches vers l'avant et pas trop verticales, il faudrait peut être ne pas utiliser les sangles et pouvoir incliner plus le carquois. On peut même envisager de l'utiliser façon "carquois de poche".
  7. Il y a des choses très intéressantes sur le site mentionné. Le modèle ci-dessous pourrait être très sympa pour les parcours et pas trop compliqué à reproduire. et avec possibilité de modifier l'inclinaison des flèches (angle et direction vers l'avant ou vers l'arrière) et donc très polyvalent en fonction des disciplines et de la latéralité. Je le trouve à la fois sobre, simple et très bien conçu.
  8. Avec un field pour droitier porté à gauche (flèches vers l'avant), j'ai un peu peur que les flèches soient trop verticales et gênent un peu le tireur et non pas son voisin sur la ligne. Après, cela dépend surement du modèle. Le mieux serait de pouvoir essayer pour se rendre compte
  9. Et en concours parfois également. Avec un carquois "field", les flèches vers l'arrière (donc elle dépassent un peu dans le dos en effet) peuvent effectivement être un peu plus gênantes si 2 droitiers ou 2 gauchers sont cote à cote ou un droitier et un gaucher dos à dos. Cela dit, l'inclinaison est généralement moins importante que lorsque les flèches sont vers l'avant, donc cela reste possible sauf si vraiment très serrés à l'entrainement mais ce n'est pas l'archer qui est "devant" qui sera éventuellement gêné mais celui qui est derrière.
  10. Bonjour, il y aura probablement des avis différents mais je ne pense pas que ce soit de nature à donner lieux à des échanges houleux. De mon expérience avec les différents carquois, voici ce que je peux en dire: L'orientation des flèches vers l'avant permet de mieux visualiser les flèches que l'on choisies et la sortie des flèches du carquois est ( peut être) un peux plus facile qu'avec les autres modèles. C'est à priori le carquois destiné aux disciplines comme la salle ou le FITA. La position de tir est assez standardisée (debout) et le retrait des flèches de la cible se fait sans avoir à se baisser. L'orientation des flèches vers l'arrière dans le cas des carquois dit "field" permet de ne pas (ou moins) faire tomber ses flèches du carquois dans les disciplines de parcours. En effet certains tirs doivent parfois se faire "à genou" ou en cassant beaucoup le bassin (tirs en devers prononcés) et avec un carquois "de salle" les flèches vont ou risque de tomber du carquois. On marche aussi parfois beaucoup, en terrain plus ou moins accidenté,pour aller d'une cible à l'autre et un carquois field est bien moins gênant pour marcher avec qu'un carquois "de salle". Pour ce qui de gêner un autre archer qui serait devant toi, je ne comprends pas trop ta crainte. On ne tire pas les uns derrières les autres au sens physique du terme mais les uns après les autres (en tir nature actuellement) ou à coté les uns des autres (tir en salle, 3D, campagne). Normalement, chaque archers à assez de place pour ne pas (trop) gêner son voisin sur le pas de tir.
  11. Il semble que les gravures sont plutôt longitudinales (il me semble que cela n'est pas de nature à fragiliser trop l'arc ?), par contre on observe des zones de couleur plus claires et plus foncées qui elles sont perpendiculaires par rapport aux branches de l'arc (nature du bois ?, zones de contraintes différentes ? un peu comme les plis de compression qui se forment sur le ventre, d'ailleurs pas de photos du ventre de l'arc et c'est peut être là que se trouvait l'origine de la casse).
  12. Je suis bien d'accord et je ne posais pas vraiment une question. C'est juste que cette hypothèse, même s'il y a une logique, me semble très difficile à vérifier.
  13. Est -ce que l'on sait si l'arc a cassé au cours d'une utilisation normale ... ou pour une toute autre raison ? Par exemple une destruction volontaire ou accidentelle.
  14. J'ai fait la même chose avec des flèches bois cassées au niveau de la pointe et devenues trop courtes. Donc du recyclage pour moi avec mes chutes de découpe des futs alu 2315.
  15. C'est déjà une bonne puissance capable d'envoyer des flèches "lourdes". Personnellement avec mes arcs tradi (j'ai également un arc de 50# à 28), je trouve que les flèches lourdes sont plus agréables à tirer, traumatisent moins l'arc et sont moins sensibles aux erreurs de décoche. Pour cette raison, j'utilise aussi les héritages car ce sont à la base déjà des flèches lourdes. Sur des distances courtes, je ne vois pas vraiment de différence avec des flèches plus légères. Sur des longues distances, la flèche plonge rapidement en fin de trajectoire lorsqu'elle perd de la vitesse, ce qui peux faire louper la cible. Après, le tir instinctif est une affaire de sensations et ce qui convient mieux aux uns ne convient pas forcément aux autres. Pour configurer mes flèches, j'utilise le spine dynamique adapté à mes arcs et c'est en faisant varier la longueur des futs et le poids de pointe que j'adapte mes flèches pour qu'elle corresponde à ce spine dynamique qui me permet d'avoir un vol correct et surtout un impact en cible le plus perpendiculaire possible aussi bien verticalement qu'horizontalement (indispensable selon moi pour une efficacité optimale en utilisation chasse). J'utilise le logiciel "Dynamic Spine Calculator" et non pas les tableaux des fabricants car chaque arc(et archer) demande des flèches avec un spine dynamic adapté. Mes camarades de club ou de peloton sur les parcours, sont souvent surpris de la pénétration de mes flèches dans les cibles et de la difficulté à les extraire, ce qui est la conséquence de flèches lourdes avec un impact bien dans l'axe.
  16. Le spine et le poids de pointe et d'insert sont importants pour obtenir une flèche qui sorte correctement mais la longueur de la flèche est également très importante. Le test "futs nus" demande une bonne décoche pour pouvoir être interprété correctement. Avec un arc de 50# des heritage 250 pourraient convenir mais avec un poids de pointe plus élevé et des futs plus longs (mais c'est compliqué pour le moins de rallonger des flèches trop courtes). Pour ma part, je commence toujours à tirer des flèches pleine longueur que je raccourci progressivement jusqu'à obtenir un vol correct des futs nus. Si la flèche est trop raide dès le début du test, j'augmente le poids de pointe pour trouver la bonne configuration.
  17. Comme expliqué ci-dessus, le savon glycériné est avant tout un "savon" pour l'entretien du cuir des selles et des arnachements. Ce n'est pas fait pour assouplir. C'est la première étape de l'entretien destinée à "nettoyer" la surface du cuir d'une façon pas trop agressive. L'eau sert juste à humidifier le savon et non pas au lavage. Cela élimine la transpiration et la poussière déposée sur les cuirs. Pas de rinçage. Ensuite, le graissage s'effectue avec des produits plus ou moins gras selon l'état du cuir et les parties à traiter. Moi, j'utilise du "Sapo" (le plus gras) et du "Brekenell" (pour les parties en contact avec les vêtements et le tapis de selle, les mains du cavalier et la peau du cheval). Pour "récupérer" des cuirs anciens mal entretenus ou du cuir neuf bas de gamme, j'utilise l'huile de pied de boeuf. J'ai été formé comme cela par un ancien militaire du cadre noir, et l'entretien des cuirs (comme celui des chevaux) n'était pas à prendre à la légère.
  18. Certains l'on sûrement fait mais c'est beaucoup plus simple de faire une poignée pleine (et plus solide probablement) et de choisir une flèche adaptée qui contournera la poignée et aura malgré tout une trajectoire qui la conduira au point visé. C'est aussi plus rapide pour positionner la flèche sur l'arc.
  19. Le passage par le "trou" peut aussi l'empêcher de trop fléchir et limiter les risques de casse. Cela va frotter, taper sur les bords du trou (donc pas glop) mais en même temps limiter le flambage sauf s'il se produit entre la corde et l'entrée du trou et là... danger. Donc ma remarque lors de mon premier post reste valable. Il faut un trou pas trop grand pour que l'aspect visuel soit sympa mais suffisant quand même pour les raisons de sécurité évoquées au dessus. Et concevoir un arc assez puissant et rapide pour accepter des flèches assez rigides et solide sachant qu'avec un tel arc, le bois serait le bien venu pour les flèches.
  20. Cet aspect "sécurité" ne doit de toute évidence pas être négligé.
  21. Ce que j'ai voulu tester avec mon morceau de carton, ce n'est pas une visée à travers le trou mais un tir sans visée "pointe de flèche", que ce soit pour le "but en blanc" (alignement oeil, pointe flèche, point à atteindre) ou pour une contre-visée. Ce n'est pas ma façon de tirer. Je suis bien incapable de dire où se trouve ma pointe de flèche lors de la décoche. Donc, pour moi, les seules choses que je voulais tester, c'était le passage de flèche à travers un trou de faible dimension et les éventuelles conséquences sur le résultat en cible avec ma façon de tirer. Flèches un peu à gauche (une dizaine de cm pour un tir à 15m avec groupement correcte si bonne libération de corde) pour les premiers tirs mais ensuite, j'ai naturellement (instinctivement ?) corrigé la chose lors des tirs suivants. Il se peut que cela ne vienne ni du trou (la flèche passait sans être déviée, me semble t'il), ni de l'aspect différent de ma poignée dans mon champs visuel mais de mes flèches un peu "souples" pour mon arc.
  22. L'idée concernait plus le fait de tester la taille du trou que le fait de faire passer une flèche dans un trou. ll m'arrive d'être un peu niais parfois et de poser des questions "idiotes" mais ...dans une certaine limite tout de même. Enfin, je pense. Je voulais également voir quel pouvait être mon ressenti (c'est personnel bien sûr) pour du tir instinctif avec ce type de passage de flèche. Pour les arcs à poulies, ambidextres ou non d'ailleurs, le passage pour la flèche est de taille assez importante, centré et les flèches utilisées sont plutôt rigides et rapide (donc paradoxe réduit). Ce n'est pas la configuration que je voulais tester. Pour certains arcs d'initiation, l'objectif d'avoir une flèche captive et qui ne tombe pas du repose flèche peut être une option intéressante de même que le fait d'avoir une poignée ambidextre. Je sais également que cela existe déjà. Je sais aussi que certains chasseurs utilisent des repose flèches à capture sur leurs arcs tradi récurves mais ce type de repose flèche (de type biscuit) est conçu pour ne pas gêner (trop) le passage de la flèche, c'est un peu différent que d'utiliser un élément naturel dans une billette (un noeud évidé) pour y faire passer la flèche au niveau de la poignée d'un arc monoxyle selfmade. Mon petit essai cherchais juste à se rapprocher de cette dernière configuration mais en reste encore éloigné par bien des aspects ... mais pas autant que pour les arcs du message précédent. Et comme je l'ai déjà dit, je vais regarder de façon un peu différente certain "bouts de bois" et peut être qu'un défaut qui m'aurait semblé rédhibitoire vas devenir une opportunité pour tenter une facture d'arc d'un type un peu particulier. J'aime beaucoup pour ma part tous ces arcs originaux, parfois improbables sans avoir aucun mépris pour autant pour les modèles un peu plus sages et conventionnels.
  23. C'est vrai que je pourrais faire ma première coupe en biais et la seconde sur mon support de tube. Cela réduirait le nombre de passes. Je tenais juste le tube à la main au début moi aussi mais avec les disques que j'utilise (très fins et fragiles), je les cassais souvent dès que je ne gardais pas le même axe de coupe. D'où mon système de translation et de maintien du tube toujours perpendiculaire au trait de coupe.
  24. Sous un autre angle. Les plumes frottent sur les bords du trou. Le carton utilisé est plus souple qu'un trou dans du bois mais les flèches passaient bien. Puissance de l'arc 45#. Flèches alu Gamegetter 500 avec pointe de 125 gr coupées à 78,5 cm pour le spine. Plumes naturelles en 5". Avec un arc moins puissant et des flèches plus souples ce serait probablement moins évident. Un avantage évident : la flèche ne risque pas de tomber du tapis d'arc. Et je n'ai pas été très gêné pour tirer en instinctif.
  25. Esprit joueur et curieux ce soir. J'ai fais ce petit bricolage et tirer avec. Et bien , ça le fait ! avec des flèches qui vont un peu trop à gauche mais le trou n'est pas centré ni latéralement ni avant - arrière. Ne pas jeter trop vite les billettes avec des départs de branches ou des gros noeuds, il y peut être moyen de s'amuser avec .
×
×
  • Create New...