Jump to content

Picpic45

Membres
  • Content Count

    382
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    8

Everything posted by Picpic45

  1. Je ne sais pas si tu es habitué aux carbon express mais les chiffres ne correspondent pas au spine avec cette marque, c'est inversé. La 150 est plus souple que la 250 qui est plus souple que la 350. La version chinoise n'est bien évidemment pas une vrai maxima mais une contrefaçon (très éloignée, je pense) qui reprend juste le visuel de la maxima. Ce n'est pas pour autant une mauvaise flèche. Les flèches chinoises ne sont pas mauvaises mais le coté contre-façon me gène beaucoup pour acheter ce type de flèche.
  2. +1 Comme je ne suis pas assez constant dans ma technique de tir j'ai plusieurs types de flèches dans mon carquois (dont des flu-flu même pour la cible) et ce ne sont pas les mêmes flèches qui vont le mieux tous les jours. Je sais que cela vient de moi et non pas des flèches mais je prend celles qui me semblent les mieux adaptées à ma technique du jour. Le plaisir que l'on peut prendre en tirant à l'arc dépend tout de même un peu de la réussite de nos tirs.
  3. On veux maintenant des flèches les plus légères possibles, pour ne plus avoir de parabole ou le moins possible et tirer de la même façon à toute les distances, mais le propre d'un bon archer, n'est t'il pas justement de savoir gérer ce paramètre et d'adapter sa posture du bras d'arc pour donner l'angle initial qui fera que la flèche ne sera ni trop courte, ni trop longue en cible.
  4. Sans vouloir me comparer à Howard Hill et sans être parfaitement régulier dans mon geste, force m'est de constater que certaines flèches volent correctement et d'autre non, et ceci de façon assez flagrante lorsqu'on les tire sans empennage. Comme dit plus haut, c'est ma façon de choisir mes flèches. Une flèche qui part à droite pourra être raccourcie si j'ai de la marge et finira à un moment par voler correctement. Il suffit de la raccourcir très progressivement. Une flèche qui part à gauche, ne pourra pas être rallongée mais en augmentant le poids de la pointe, elle finira, elle aussi par voler droit, toujours en augmentant progressivement le poids de pointe. Enfin troisième constatation : une flèche qui vole mal en fut nu, peut avec l'empennage ( possibilité de lui coller 2, 3, 4, ... plumes plus ou moins longues) devenir bien plus disciplinée et retrouver une trajectoire rectiligne. Une flu_flu avec une pointe lourde vole pratiquement toujours bien droit (quelle que soit sa longueur et le spine initial) mais pas très loin (c'est le but) et retombe très vite pratiquement à la verticale.
  5. C'est surtout la longueur des flèches qui est différente. Un écart de 2cm est important car c'est le spine dynamique qui conditionne le vol des flèches et un spine de 900 avec une longueur de 66,5 et un spine de 600 avec une longueur de 68,5, ce n'est peut être pas très différent. De plus l'empennage corrige aussi la déviation que l'on aurait avec des futs nus. Les observations faites en échangeant vos flèches ne me choquent donc pas.
  6. Moi aussi, ma gestuelle n'est pas toujours correcte mais j'ai remarqué qu'une flèche qui a la bonne longueur (pour un poids de pointe donnée) vole parfaitement bien sans ses plumes (et même parfois mieux). Cela se joue à quelques millimètres près (pas des cm). C'est le spine "dynamique" correct qui produit ce résultat. Si la flèche est trop courte ou trop longue, cela se voit très bien au niveau du vol à partir de 10 m de distance. La flèche part à droite (trop souple) ou à gauche (trop raide) car je suis droitier. Le fait d'ajouter les plumes ne fait que sécuriser la trajectoire en cas de libération de corde moins bien réalisée. Pour le foc, les pointes plus lourdes, associées à un spine plus élevé ou des flèches plus courtes pardonnent également mieux mes erreurs mais chutent plus vite sur les distances longues ce qui en tir instinctif me fait parfois être trop court. Ce ne sont que des constatations de ma part et un simple retour d'expérience. Mes flèches bois et bambou sont configurées individuellement et elles n'ont pas toutes exactement la même longueur car contrairement au carbone elles n'ont pas exactement le même spine ni le même poids au départ (je fais des lots les plus homogènes possibles tout de même). J'ai plusieurs lots car je ne tire pas tous les jours exactement de la même façon (allonge, posture, lâcher de corde) et je prend le lot qui va le mieux le jour de l'entrainement ou du concours (parfois ce sont les futs bois et parfois les futs en bambou). C'est probablement différent avec un archer bien routiné et plus constant que moi.
  7. Est-ce que ce sont les chiffres (spine, longueur du fut, poids de pointe, ...) qui sont importants ... ou le fait que la flèche vole droit et arrive en cible correctement. Pour moi, c'est le vol de la flèche le primordial ... même si ce vol dépend des paramètres cités plus haut. Je procède de façon inverse à la tienne. (sans prétendre avoir raison) Je pars d'une flèche (non empennée) plutôt trop longue, je met une pointe pas trop légère (100 gr ou 125gr en fonction du spine) et je raccourci progressivement jusqu'à un vol parfait. Une fois les plumes collées, le foc est une conséquence du reste et non pas un choix délibéré.
  8. Des arbitres plus ou moins tolérants, cela existe. Cela ne veut pas dire que j'approuve (sans pour autant leur jeter la pierre).
  9. Si le réticule est visible sans la pile, cela reste jouable mais j'ai quand même des inquiétudes pour l'archer avec certains éclairages et les reflets sur le verre si le point lumineux n'est plus présent au moment de la visée mais c'est lui, en situation, qui pourra s'en rendre compte. Après, le fait d'accepter ou non ce viseur en concours dépendra vraiment du niveau de tolérance des arbitres.
  10. Est- ce que avec la pile retirée, il y a encore un point de visé (ou le cercle), sinon, cela risque d'être un peu compliqué. Est-ce que le réglage de la hauteur est facile et rapide sur ce viseur car pour la chasse, on tire à faible distance (15 - 20 m maximum pour ma part) et on fait un réglage de la DRO pour ne plus faire varier le réglage du viseur ensuite. En parcours, surtout nature, il faut faire l'estimation de la distance, régler le viseur en conséquence et cela à deux reprise dans un temps limité (45"). Pour mon expérience personnelle, j'ai commencé les parcours nature avec un viseur chasse multi-pins sans lentille. Je n'avais donc pas de réglage à faire sur le viseur, juste choisir le bon pin ou me mettre entre 2 pins. J'ai fait parfois des erreurs dans ce choix qui m'ont couté des pailles mais avec ce viseur et son grand champs de vision, j'étais très à l'aise en retrouvant mes sensations de la chasse. Je suis ensuite passé avec un viseur de cible avec scope (Arrowtech 42mm) avec ou sans la lentille. C'est pourtant un bon scope pour les parcours, mais je n'ai jamais refait mes scores du multi-pins alors que je pensais au contraire les améliorer. Cette année, je vais essayer le scope super D de Speciality qui est très lumineux et surtout avec le même champs de vision que mon multi-pins. A l'entraînement c'est super mais c'est à l'entraînement donc à confirmer en concours. Pour un chasseur, qui veut faire du parcours nature et 3D (pas du campagne), un multi-pins (3 suffisent avec un arc de chasse réglé entre 55# et 60#) fera très bien le job sans perte de temps et de concentration avec les réglages des distances. On en trouve des pas trop onéreux à l'achat et parfois d'occasion.
  11. Pour la chasse, c'est probablement un très bon choix par contre. Donc, le conseil du vendeur était juste incomplet dans ce cas.
  12. S'il n'est pas chasseur, c'est en effet regrettable de ne pas avoir été prévenu au moment de l'achat et il risque d'être embêté sur les compétitions s'il veut en faire avec ce viseur. Je ne connaît pas ce modèle en particulier mais d'une façon générale, les dispositifs de type "point rouge" ne sont plus utilisables (correctement) sans la pile ou avec une pile déchargée et il vaut mieux en avoir une de rechange à portée de main. Peut être reste t'il le cercle de visée lorsqu'on retire la pile. Pour du parcours, un scope "ordinaire" et "pas cher" ce n'est pas forcément terrible, justement à cause des conditions d'éclairage en extérieur. Se tourner plutôt vers l'occasion et prendre un diamètre assez grand avec une lentille de bonne qualité (ou même sans lentille).
  13. De plus, ce modèle, contrairement à d'autres, n'est pas un simple scope "éclairé" à l'aide d'une petite lampe qui éclaire la fibre et qui peut être retirée de façon très visible. Il s'agit d'un dispositif électronique alimenté par pile qui matérialise un point rouge (ou vert) d'intensité réglable sur le verre du viseur. Donc hors règlement selon moi (mais je ne suis pas arbitre). Bien sûr sans la pile, l'électronique ne fonctionne plus et sans la pile, plus de point de visée, donc ???. Réserver ce type de viseur pour la chasse, comme d'ailleurs des modèles qui ont un télémètre intégré et réglage automatique de la visée en fonction de la distance (le prix est en conséquence). Après, on peut chercher à réduire par tous les moyens (autorisés ou non) les difficultés liées à une épreuve sportive mais ou est l'intérêt "sportif" de la chose. On veut tous faire les meilleurs résultats possibles mais cela n'autorise pas tout. Bientôt, le 11 en 3D, le 6 en campagne, la petite zone tuée en nature ne suffiront plus à départager les meilleurs en tir "libre".
  14. Comment vérifier que la pile n'est pas remise en cours de compétition ? Surtout pour des cibles ou l'éclairage pénalise les autres types de viseur. Normalement les autres archers du peloton devraient être garants du respect du règlement mais ....
  15. Le mieux serait encore une belle tranche de foie, du boudin noir ou de la viande rouge ... mais peut être un peu trop cuits à l'arrivée.
  16. Vu la forme de l'arc avec les deux deflex de part et d'autre de la poignée et la corde lâche, il ne plie encore pas beaucoup. Moi, je gratterais aux endroits indiqués en rouge pour obtenir une courbure à la place des segments linéaires. Mais attend d'autres avis pour confirmation.
  17. C'est exactement ça ! Cela me rappelle mon premier robinier. Il devenait de plus en plus fin mais restait toujours très raide et puis lorsqu'il s'est décidé enfin à se courber plus gentiment, cela va très vite et il faut devenir très méticuleux et précis dans le "grattage" qui doit se faire "caresse" en choisissant bien le bon endroit. Et c'est là que l'expérience (que je suis loin d'avoir) prend tout son sens. Je n'ai pas réussi à éviter les plis de compression fréquents avec cette essence mais ce bois (ma billette avait au minimum 30 ans de séchage en grange) chante comme du cristal lorsque l'on frappe sa surface. Elie, prend bien ton temps et n'hésite pas à mettre des photos en ligne pour que les facteurs aux yeux de Lynx t'indiquent les endroits à amincir et surtout ceux qu'il ne faut plus toucher. Au vu de ta photo, il faut que tu régularise la courbure des branches de ton arc en continuant à le gratter mais aux bons endroits.
  18. Pour sécuriser mon arc de 50#, ne trouvant pas de flèches carbone assez lourdes à mon goût et pas trop chères, j'ai longtemps utilisé ce type de tube amortisseur. Cela fait le job mais détériore quand même un peu le comportement des flèches. Donc je trouverai dommage de faire ça avec des Maxima Blue. Autant rester avec les Ted Nugent sans tube amortisseur.
  19. Il y a 2 Oneida gaucher d'occasion à vendre en ce moment. Le bleu est magnifique. Les RPM ont l'air d'être également des arcs à leviers digne d'intérêt.
  20. Je ne sais pas exactement ce que tu veux dire par mode "chasse". Dans le vocabulaire de l'archerie, la catégorie "chasse" correspond à l'utilisation d'un arc sans viseur mais également sans repose-flèche ni berger. L'utilisation d'un arc recurve sans viseur mais avec repose-flèche et berger correspond à la catégorie "arc nu" ou bare bow. Pour ce qui est des arcs à levier, ce n'est pas facile en effet d'avoir l'occasion de pouvoir en essayer un.
  21. Un autre aspect doit également être pris en compte avant l'achat d'un arc à mécanisme. Les réglages et la maintenance (changement de la corde et des cables sur un compound) doivent être fait par des personnes compétentes et disposant du matériel nécessaire et adapté. Cela peut être fait par l'archer lui même à condition de disposer du matériel (presse adaptée au modèle d'arc, banc d'armement, ...). Il y a de bons tutos disponibles mais c'est un peu stressant la première fois que l'on exécute une mise sous presse. Sur mon Boss, l'allonge est en principe modifiable sans mise sous presse ... sauf que pour le réglage qui me convient, les vis à retirer pour faire pivoter le module d'allonge se trouvent derrière les branches et une clé basique ne passe pas. La mise sous presse est donc indispensable contrairement à ce qui est écrit dans la doc. (je pense que ce petit défaut a été corrigé pour les modèles plus récents) Un bon archer doit savoir aussi entretenir et régler son matériel et pas simplement tirer avec.
  22. 70 livres en poulie. Si c'est pour des compétitions, ce sont donc des tricheurs car le maximum autorisé est de 60#. Pour du tir sur cible avec viseur et à distance connue, je ne vois pas trop l'intérêt d'une telle puissance. Pour les disciplines de parcours, cela permet de ne plus avoir à faire l'effort d'estimer les distances car la trajectoire de la flèche devient très tendue. Comme il n'y pas beaucoup de contrôles sur le terrain (et certains savent très bien tricher aussi avec le peson en cas de contrôle) des archers sont probablement tentés par cette TRICHERIE qui ne fait pas d'eux de VRAIS sportifs (petit coup de gueule de ma part). Si c'est pour la chasse à l'arc, cela peut se comprendre, mais reste tout de même discutable.
  23. La puissance (ou énergie) restituée correspond à la surface sous la courbe d'armement. Il ne faut pas confondre avec la force nécessaire à l'armement. Pour se faire une idée du gain apporté par les arcs à mécanismes, sur le schéma précédent, un arc droit avec une courbe poids/allonge linéaire donnerait une droite entre le point 0 et le point 70#-28.5". La différence de surface est très importante et se traduit principalement par une vitesse de sortie de flèche bien plus rapide, une trajectoire bien plus tendue et une plus grande pénétration en cible. Et pour être précis, le cycle de retour (celui qui pousse la flèche) n'est pas exactement le même que celui de l'armement. Si je peux me permettre, voici un lien vers un autre forum : http://archasse.com/forum/index.php?/topic/38527-glossaire-des-compounds/ Si quelqu'un a la courbe pour un arc à levier, je suis preneur de l'info.
  24. Le risque de blessure n'est pas uniquement une question de puissance trop forte même si ce facteur joue évidemment.
  25. Si un arc, quel qu'il soit fait 40#, il faudra l'armer à 40#. Par contre, c'est le cycle d'armement qui sera différent et la force nécessaire à l'ancrage sera plus faible (let off de 60 à 80% selon les modèles en poulies ou arc à leviers). Je ne connaît pas la sensation des arcs à leviers dans la phase d'armement et à l'ancrage. Avec les arc à poulies, la sensation dépend vraiment du modèle d'arc et surtout des cames (poulies). Le passage du pic peut être très tardif et "brutal" avec une vallée très profonde (let off de 80%) ou au contraire plus tôt dans l'armement et avec une vallée plus large et moins profonde (let off de 65%). J'ai un Bowtech Boss (poulies) qui offre trois possibilités de réglages sur un même arc et c'est le jour et la nuit entre le premier réglage (doux) et le 3ème (Hard) avec des sensations à l'armement très différentes pour une même puissance (mais pas la même vitesse de sortie de flèche). Il ne faut donc pas se faire une idée sur un type d'arc à partir d'une seule expérience qui peut être négative. (comme avec un compound trop "viril" lorsqu'on essai ce type d'arc pour la première fois). Les trois cycles d'armement pour une même puissance (70#) et trois sensations très différentes pour le passage du pic.
×
×
  • Create New...