Jump to content

Picpic45

Membres
  • Content Count

    359
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    8

Posts posted by Picpic45


  1. Il y a 9 heures, ketene a dit :

    Oui Laurent, je croise les doigts pour que ça passe.

    J'ai bon espoir.

    Je suis malheureusement moins optimiste que toi pour que cela soit à nouveau reconduit en 2019-2020.

    Très peu d'archers ont saisi l'opportunité qui leur était offerte depuis trois ans.

    On se sent parfois un peu comme un chien au milieu d'un jeux quille et le corps arbitral n'est toujours pas au courant de l'existence de la catégorie "scatch arc droit" avec tir au piquet blanc.

    Au delà de l'accueil un peu "froid" sur certains concours, le rythme de tir en "campagne" ne me convient pas vraiment. Beaucoup trop d'attente entre les cibles ce qui ne me permet pas de rester dans le concours sur les 24 cibles. Dommage, car je pense que ce type de concours est un bon entraînement pour nos disciplines préférées (nature et 3D).

    Je vais tout de même faire 3 concours "campagne" en arc droit cette année mais je pense que quelle que soit la décision pour l'année prochaine, je ne participerai plus.


  2. Je pense que l'on peut s'inscrire dans toutes les catégories lorsque l'on utilise un arc droit. La catégorie "arc droit est la plus restrictive" car elle impose :

    - que la corde ne touche les branches qu'aux poupées

    - que les flèches sont en bois ou en bambou

    - que l'empennage soit en plumes naturelles

    - les carquois d'arc sont interdits

    - tapis d'arc obligatoire

    - aucun repère sur la poignée ou l'arc.

    - pas d'arc démontable en plus de 2 parties

    - prise de corde "cigarette" ou sous le point d'encochage sans pianotage ni face walking.

    Pour les autres catégories les restrictions sont moins nombreuses et qui peut le plus peut donc le moins.

     

    Tirer en catégorie "arc chasse" avec un arc droit est assez fréquent. Personnellement, je le fais souvent et sans utiliser obligatoirement des futs carbone.

    Quelques cadets tirent avec des arcs droits en catégorie "arc nu" (c'est obligatoire pour eux)


  3. il y a 2 minutes, bigfoot a dit :

    ben mon gars t'as eu de la chance !!!!

    Oui.

    Et la voie d'escalade située à coté de La Bérarde dans le massif des Ecrins s'appelle "Voyage dans l'eau de là" car elle est parallèle à un écoulement d'eau sur la parois.

    Je n'ai terminé aucun des deux voyages, dommage pour le premier (le nom de la voie) et heureusement pour le deuxième (celui vers l'au-delà).


  4. Il y a 1 heure, PhilB a dit :

    il me semble que c'est la nappe noire qui supporte l'effort.

    Peut être que la nappe noire est la première a être en tension mais elle va se serrer autour des 2 torons et donc s'allonger et ce sont alors les deux torons comprimés par la nappe noire qui vont à leur tour être en tension et supporter l'effort ?


  5. Pour ce qui est du matériel d'alpinisme et un peu de spéléologie, j'ai une certaine connaissance ainsi que de la pratique, donc je suis au courant pour tes explications. Cela fait un petit moment que je ne grimpe plus (ou plutôt que je ne peux plus grimper).

    Pour ma part, j'ai eu l'occasion d'avoir à assurer mes compagnons de cordée en tête comme en second et de devoir faire face à quelques dévissages. L'assurage dynamique, je connaît. Dans le cadre d'une formation, un exercice consistait à assurer un objet du poids d'un grimpeur qui chutait de 5 m au dessus de la dernière dégaine et cela sans être averti du moment précis de la chute. (un compagnon de cordée qui chute prévient en général). On était solidement assuré nous même avec plusieurs dispositifs.

    Si, je suis encore de ce monde, je le dois à l'efficacité d'une corde d'alpinisme. J'ai fait une chute en second, qui normalement n'aurais pas du avoir de conséquence, sauf que la personne qui devait m'assurer ne l'a pas fait correctement et a lâcher la corde. J'étais plutôt un grimpeur très sûr, mon binôme a pêcher par excès de confiance en mes capacités en plus de grosses fautes techniques. Chute de 15 m, rebonds sur la parois (le temps semble très long) et finalement arrêt en bout de corde dans le vide (il y avait un léger devers). Luxation ouverte de la cheville gauche, rupture d'artère et de tendons, amputation évitée de peu et pour arranger encore les choses, infection par un staphylocoque  doré à l'hôpital. Donc, fini, les courses en montagne pour moi.

    Pour la corde en image, ce n'est ni une corde d'alpinisme, ,ni une corde de spéléo. Je n'ai pas détoronné quoi que ce soit. et c'est la première fois que je vois ce type de contenu à l'intérieur de la gaine. Ce n'est pas simplement ironique si je me suis demandé si ce n'était pas un simple garnissage de la gaine avec des éléments disparates sans véritable raison (du recyclage en quelque sorte).

     


  6. il y a 23 minutes, PEDRO a dit :

    Le problème de l'arc, c'est qu'il ne tire pas tout seul. Il faut le binôme arc-archer, sinon rien ne se fait.

    Il existe des bancs d'armement et de tir principalement (et on pourrait même dire exclusivement) utilisés pour le réglage des arcs à poulies. Dans ce cas, l'opérateur n'est plus vraiment un archer. Ce matériel permet de contrôler la précision (groupement) de l'arc et de son "réglage".

    Le facteur "archer", n'existant plus, il y a bien, d'après moi, une précision de l'arc ou plus exactement de l'ensemble arc + corde + flèche (conception et réglages) dans ce cas et qui n'a pas de lien avec la puissance.

    Sinon, tu sembles penser que je ne suis pas d'accord avec toi, mais quand je lis tes remarques, je suis à 100% du même avis que toi.

    Je conçois sans problème toutes les difficultés qu'il peut y avoir à utiliser correctement et à pouvoir être précis avec un arc de 105# (ou simplement un arc trop puissant pour ses capacités) mais je maintiens que rien ne me permet objectivement de dire que l'arc de 105# présenté par Bruno n'est pas précis.

    Et je sais bien également que certains archers (ou archères) sont tout à fait capable de précision à grande distance avec des arcs peu puissants mais je m'autorise à penser qu'il devient tout de même plus difficile également d'être précis avec un arc peu puissant au delà d'une certaine distance sans contredire en rien, du moins, il me semble, le contenu de tes messages.


  7. C'est exactement le sens de mon propos, j'ai bien parler de précision de l'arc et non pas de précision de l'archer.

    Il est évident qu'il me serait certainement impossible d'utiliser un tel arc dans des conditions correctes et donc d'être,moi, précis avec lui. Dans ce cas, ce n'est donc pas l'arc en lui même et sa puissance qu'il faut mettre en cause mais mon incapacité à l'utiliser correctement.

    Ma remarque ne visait pas à contredire Le Paresseux, car je pense avoir compris qu'il exprimait la même idée que toi et moi : la difficulté d'utilisation des arcs "surpuissants"

    Ensuite, j'ai également voulu, faire remarquer que la notion de précision dépendait des circonstances. J'imagine que, même avec cet arc, en plaçant la pointe de ma flèche à 5 cm du centre d'une cible et si j'arrive à armer l'arc de quelques cm, elle devrait atteindre son but de façon "précise".

    Avec un arc peu puissant, je deviens très peu précis au delà d'une certaine distance, ce qui est également de mon fait et non pas la "faute de l'arc". Si par contre, la cible est hors de portée, alors, là le manque de précision (ne pas atteindre la cible) est bien lié à la puissance insuffisante de l'arc et pas uniquement à mes maladresses ou à mon allonge trop faible.

    Avec un arc puissant, qui peut le plus peut le moins (je parle de la portée de l'arc et de la possibilité de s'approcher davantage de la cible)

    Je pense que les arcs de Bruno sont de bons arcs, quelle que soit leur puissance et que celui-ci comme les autres est tout à fait capable d'être précis dans les mains d'un archers en mesure de l'utiliser correctement ( mais certainement pas dans les miennes).


  8. Ce n'est pas une corde d'arc mais une paracorde.

    Pourquoi cette complexité de fabrication ?

    paracorde.jpg.932b06a6102096f7ccd26628b1c7be11.jpg

    Une gaine tubulaire tressée avec à l'intérieur : une "corde" à 3 torons (à droite de l'image), 7 petites "cordes" fils de retors à 2 brins (au milieu de l'image) et 12 "cordes" non toronnées écheveaux(à gauche de l'image).

    Complémentarité pour aboutir à une corde plus performante ou assemblage inutile et nuisible à la performance ?

    Est-ce que l'on a pris tout ce que l'on avait à disposition sous la main à l'instant t pour remplir l'intérieur de la gaine ou est-ce le fruit d'un raisonnement scientifique ?

    C'est bien sûr du synthétique et non pas des fibres naturelles (lin, chanvre, ...)

    NB : J'ai mis le mot "corde" entre "" dans ma description pour les différents éléments à l'intérieur de la gaine de la corde (mais en est-ce bien une ?) Je n'utilise probablement pas le bon vocabulaire.

    • Confused 1

  9. Pourquoi, un arc ne pourrait-il pas être puissant et précis ? Il faut lui adapter les flèches qui vont bien et que l'archer soit régulier dans son geste (peut être en effet difficile après plusieurs tirs surtout pour l'allonge) ?

    Je suis pour ma part, aussi précis à 15 m avec mon arc de 50# qu'avec celui de 30# mais bien plus précis à 50 m avec le 50# car souvent, les flèches tirées avec le 30# n'arrivent même pas en cible à cette distance. Quel est l'arc le plus précis des 2 ?


  10. Il me semble; qu'à l'occasion d'un sujet précédent, ayant donné lieu lui aussi à la confrontation de points de vue différents, il avait été précisé que vouloir comparer la fabrication de cordes à partir de fibres naturelles dont la longueur individuelle est bien inférieure à celle de la corde que l'on veut obtenir avec la fabrication avec des fibres synthétiques (polymères) dont la longueur est pratiquement infinie n'était pas très judicieux.

    Ai-je raison de rappeler cela dans le cadre du sujet actuel ?

    Ensuite, ai-je également raison, de penser que ce que l'on attend d'une corde peut être différent selon les usages : solidité à la rupture en tension, solidité à la rupture aux chocs, solidité aux frottements, élasticité ou au contraire résistance à l'allongement ?

    N'existe t'il qu'un mode de fabrication permettant d'atteindre tous ces objectifs. Je ne le pense pas et pour tout dire je suis plutôt convaincu du contraire.

    Une corde utilisée en alpinisme, prévue pour amortir une chute en parois, se doit d'être suffisamment "élastique" mais doit être mise au rebus dès qu'elle a rempli son rôle lors d'un dévissage car sa résistance à la rupture devient alors insuffisante pour éviter l'accident lors d'une nouvelle chute. Cette élasticité absorbe le choc et évite la rupture de la corde. Ne jamais faire d'alpinisme ou d'escalade en cordée avec une corde non prévue pour cela.

    Une corde utilisée en spéléologie pour une ascension ou une descente sur corde, ne requière pas du tout les mêmes qualités.

    Ce sont des cordes fabriquée de façons différentes et chacune performante dans leur domaine.

    Attend-t'on les mêmes qualités de toutes les cordes d'arc ? Ne peut-il pas y avoir différentes fabrications possibles correspondant à des usages et des attentes différentes ?

    Pour ce qui est de la corde montrée en photo. Moi, il me manque les extrémités pour avoir un avis sur le bien fondé ou non de cette façon de faire.
    J'aurais tendance à penser que la corde est en fait une corde torsadée à 2 torons (partie centrale) qui assure l'essentiel de la résistance. La partie en fibre noire, se comportant un peu comme une "gaine" ou un "tranche fil" avec des tours très espacés. Outre l'aspect esthétique particulier, ne peut t'elle pas renforcer la solidité de la partie centrale, en réduire l'élasticité, en maintenant les deux torons dans un contact plus étroit l'un avec l'autre ?

    Ne peut t'on pas voir dans ce troisième composant, un élément positif, plutôt qu'un élément forcément négatif, ne pouvant qu'affaiblir la corde car de nature différente des 2 autres éléments ?  Je n'ai pas la réponse pour ma part, juste des interrogations.

    Sans vouloir faire une comparaison très étroite, un peu comme les tiges de fer qui renforce le béton dans le cas du "béton armé" ou encore les alliages de métaux, le carbone et le fer dans l'acier, la paille et la terre du torchis, ...

    • Thanks 1

  11. il y a 54 minutes, Corbeau a dit :

    Impressionnant !

    Sur un concours "Nature", je tirais avec un poulies de 55#, j'ai fait le même genre de robin sur une flèche bambou avec encoche taillée et ligaturée. La flèche du poulies a fait un refus. La ligature de l'encoche taillée a juste cédé à l'impact. Pas d'autre dégât sur le fut. Le propriétaire de la flèche était le vendeur cité plus haut : Daniel Lacroix de Lx Archerie.
    Le bambou est très résistant si les impacts sont dans l'axe du fut. J'ai rencontré des tiges de fer dans les cibles ou des pierres sans jamais casser de flèches dans ces conditions. J'ai cassé ou abimé beaucoup plus de flèches carbone, alu ou bois que des bambous.
    Le bambou peut parfois se fendre longitudinalement (pas en biseau comme le bois) après plusieurs impacts un peu trop durs. J'ai pu prolonger la vie de ces flèches avec un footing en alu (tube de 2314 pour bambou de 5/16) mais vu le prix, on ne pleure pas si la flèche n'est pas récupérable.

    Pour ces qualités et aussi parce que cela vole très bien, pour moi, le bambou (de qualité) est définitivement adopté.

    Les flèches que j'utilise sont des 40-45# en diamètre 5/16".

    • Like 1

  12. Il y a 3 heures, Guilhemlink a dit :

    J'espère ne pas les casser aussi vite que les flèches en cèdre, ça me semble plus solide en tout cas.

    Oui, le bambou, ce n'est pas indestructible mais plus solide que le bois. Je n'en ai pas cassé beaucoup depuis que j'utilise ce type de flèches (je pense que les miennes viennent du même fournisseur que les tiennes).

    Cela résiste même aux robins.

    robin-bambou2.jpg.c8eb8a2d3823ecd42fc1d3cb03d909b9.jpg

    robin_bambou.jpg

    J'ai coller une encoche et la flèche est toujours fonctionnelle.

    • Like 1

  13. Il y a 1 heure, pat21 a dit :

    Mais ça reste quand même assez perturbant dans ma séquence de tir quand je doit relacher la tension pour revenir à la bonne allonge.

    Mon problème est plutôt une sous allonge. Donc, cela pourrait m'obliger à tracter jusqu'à percevoir le contact de l'external footing (ou des inserts pour pointes à visser sur mes futs bois) sur le tapis et ouvrir mes doigts qu'à ce moment là et pas avant.

    Il y a 2 heures, pat21 a dit :

    Du coup il va falloir que, soit racourcir l'external ce qui induit de démonter les flèches,  soit de refaire un nouveau jeux de flèches

    oui, il faut que l'arrière de l'external corresponde à l'allonge souhaitée.


  14. Il y a 2 heures, pat21 a dit :

    J'ai en partie ( seulement) résolu le problème avec un external footing qui fait office de clicker en sorte...

    Une utilisation en effet très astucieuse des "external footing" pour contrôler et régulariser l'allonge lorsqu'on a une décoche dynamique sans véritable ancrage. J'ai quelques flèches avec lesquelles je vais pouvoir essayer de surveiller ce repère d'allonge.

    Sans vraiment le faire volontairement, j'utilisais les élastiques freins de mes flèches de chasse au lièvre comme repère, mais je n'ai jamais penser à cela avec des flèches de cible.


  15. il y a 14 minutes, pat21 a dit :

    Et quand au poulie, quand il est bien réglé...ce qui est loin d'être toujours le cas, c'est pas 25 grains en +/- la tolérance, 

    C'est 3 spines de fleches différents que ça avale sans broncher !

    Pour le poulie, je suis entièrement d'accord avec toi. Quand l'arc est parfaitement réglé sans nock travel, j'ai le même groupement avec des spines de 500 à 350.

    Pour ton tradi, je suppose que c'est un arc plutôt puissant et rapide et que ta libération de corde est très bonne. Tes plumes sont courtes mais tu en colle 4, cette plume en plus n'est pas sans incidence. Moi, il m'arrive aussi d'en coller 5 ou 6 de faible hauteur pour ne pas trop freiner et cela redresse bien le vol des flèches.

    Pour ce qui est des futs nus, je ne fais que faire part de mon expérience personnelle avec tous mes défauts de libération de corde et comme je configure toutes mes flèches de cette façon, je cumule un nombre de tirs qui me semble suffisant pour valider (pour moi en tous cas) le constat que la variation du poids de pointes (je ne parle pas de lames) ou de la longueur (même faible) me donne un vol de flèche et une arrivée en cible très différente.

    il y a 33 minutes, pat21 a dit :

    Avec un arc moins rapide c'est plus tolérant

    Un arc moins rapide demande un spine plus élevé qu'un arc rapide, un écart de poids de pointe ou de longueur du fut aura plus d'incidence me semble t'il qu'avec un spine plus faible. J'ai tendance à penser (mais j'ai peut être tord) que plus l'arc est lent et la puissance faible, plus il faut soigner son set-up de flèches alors qu'avec un arc puissant et rapide on peut être un peu plus "approximatif" sans faire n'importe quoi tout de même. Par contre, c'est sûr, que les erreurs d'allonge, de positions de main d'arc et de libération de corde sont moins tolérées avec les arcs rapides et puissants.


  16. Il y a 2 heures, pat21 a dit :

    avec le bon spine tu t’apercevras que les légères variations de poids total ou de pointe ne changeront rien au vol de la flèche....surtout si la fenêtre est centrée.

    Pas totalement d'accord avec le fait que le poids de la pointe (passer de 125 à 100gr par exemple) n'a pas d'incidence car c'est le poids de la pointe et la longueur du fut qui détermine le "bon" spine dynamique.
    La fenêtre centrée donne une marge de tolérance pour le spine plus grande mais avec une décoche manuelle ce n'est tout de même pas la même chose qu'avec un compound et décocheur.

    Avec un bon spine, la longueur des plumes a moins d'importance, mais si le spine est trop faible ou trop élevé, alors là, oui l'empennage peut pardonner les erreurs de libération de corde. Il suffit d'essayer des flu-flu avec des futs plus ou moins raides pour s'en rendre compte.

    et à l'inverse, tirer des futs nus pour voir qu'on peut faire voler droit une flèche non empennée, mais avec le "bon spine dynamique" qui est propre à chaque arc et à chaque archer.

    Il y a 1 heure, lapinarcher a dit :

    je vais tenter de couper un peu pour améliorer le spin

    Tu parlais de réduire d'1". C'est beaucoup, 1/2 cm de moins, cela change déjà beaucoup de chose sur le vol d'une flèche futs nus, alors 2.5 cm

    Hier, j'ai configuré quelques flèches en bambou (méthode futs nus avec pointe de 120gr), mes flèches volaient droit après quelques raccourcissements progressifs mais je n'avais pas visser mes pointes à fond. Lorsque j'ai raccourci les flèches de moins d'1/2 cm, simplement en vissant et collant mes pointes à fond, elles sont devenus un peu "raides" car légèrement plus courtes et elles se plantent un peu à gauche. Je pense qu'avec l'empennage de type coréen, cela ne se sentira plus mais mon spine dynamique n'est pas optimal.


  17. Il y a 7 heures, MarcoP0l0 a dit :

    Un truc tout bête, c'est de faire un vidéo

    Oui, et avec un logiciel de montage, on peut faire défiler"image par image" et voir les déformations au cours de l'armement de façon dynamique et visualiser ainsi un travail différent des deux branches pendant l'armement et donc pendant la propulsion également.
    Un facteur d'arc y arrive probablement également "à l'oeil" avec l'expérience lorsqu'il fait varier l'allonge avec un système de poulies sur le banc d'équilibrage.


  18. Il y a 2 heures, MarcoP0l0 a dit :

    doivent se trouver du bon côté

    Pour moi la traduction serait "the good side". Right associé à side signifie le coté droit.

    En plus il y a "his arrows" (ses flèches)

    L'emplacement de l'épée du coté gauche pour les droitiers est logique.

    C'est également pour cette raison que l'on monte à cheval par le coté gauche de l'animal.


  19. il y a une heure, Titanix a dit :

    " First of all his arrows must be on his right side, as his sword is on his left. "

    Tout d'abord, ses flèches doivent se trouver du côté droit, son épée étant du côté gauche.

    La traduction laisse plutôt à penser qu'il s'agit du carquois et non pas de la position de la flèche sur l'arc.

     


  20. Oui, le poids des encoches peut jouer sur le spine dynamique.

    Quelle est ta prise de corde ?. Ne pinces tu pas davantage tes encoches jaunes que les autres si tu es en prise cigarette ? Comment les encoches jaunes se désolidarisent-elles de la corde par rapport aux autres ? Dans l'idéal, une simple "pichenette" sur la corde (flèche verticale vers le bas) doit suffire mais la flèche ne doit pas tomber seule.


  21. Il y a 14 heures, paradis a dit :

    je vais essayer de me trouver un gars qui tire en gaucher dans mes puissances et serait assez sympa pour me faire essayer son hybride

    Oui, ce serait bien pour toi. Il y a quand même pas mal de gauchers parmi les archers. J'ai eu l'occasion de tirer avec plusieurs modèles d'hybrides et je n'ai pas eu le même ressenti avec chacun d'eux. Ne pas obligatoirement se faire un avis définitif, si jamais, le modèle essayé ne te convenais pas parfaitement.

    Il y a 6 heures, Corbeau a dit :

    Au fait, merci de veiller à éviter les fausses citations car je n'ai pas dit ça :

    Je te présente toutes mes excuses pour cette erreur (citation d'un extrait de citation contenu dans un de tes messages mais qui t'était attribuée malencontreusement).
    Cela méritait-il, d'écrire en si gros caractères pour le faire remarquer ?

     

     

    Pour ceux qui sont curieux, qui n'ont pas peur du mal de crane ou qui ont une bonne réserve de paracétamol :

    http://arcacademie.nursit.com/

    http://dans-le-mille.fr/balistique-exterieure-archerie.html

    Des infos intéressantes sur la balistique des flèches en fonction de leur vitesse initiale et de leurs caractéristiques aérodynamiques.

×
×
  • Create New...