Jump to content

Picpic45

Membres
  • Content Count

    363
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    8

Everything posted by Picpic45

  1. Cet aspect "sécurité" ne doit de toute évidence pas être négligé.
  2. Ce que j'ai voulu tester avec mon morceau de carton, ce n'est pas une visée à travers le trou mais un tir sans visée "pointe de flèche", que ce soit pour le "but en blanc" (alignement oeil, pointe flèche, point à atteindre) ou pour une contre-visée. Ce n'est pas ma façon de tirer. Je suis bien incapable de dire où se trouve ma pointe de flèche lors de la décoche. Donc, pour moi, les seules choses que je voulais tester, c'était le passage de flèche à travers un trou de faible dimension et les éventuelles conséquences sur le résultat en cible avec ma façon de tirer. Flèches un peu à gauche (une dizaine de cm pour un tir à 15m avec groupement correcte si bonne libération de corde) pour les premiers tirs mais ensuite, j'ai naturellement (instinctivement ?) corrigé la chose lors des tirs suivants. Il se peut que cela ne vienne ni du trou (la flèche passait sans être déviée, me semble t'il), ni de l'aspect différent de ma poignée dans mon champs visuel mais de mes flèches un peu "souples" pour mon arc.
  3. L'idée concernait plus le fait de tester la taille du trou que le fait de faire passer une flèche dans un trou. ll m'arrive d'être un peu niais parfois et de poser des questions "idiotes" mais ...dans une certaine limite tout de même. Enfin, je pense. Je voulais également voir quel pouvait être mon ressenti (c'est personnel bien sûr) pour du tir instinctif avec ce type de passage de flèche. Pour les arcs à poulies, ambidextres ou non d'ailleurs, le passage pour la flèche est de taille assez importante, centré et les flèches utilisées sont plutôt rigides et rapide (donc paradoxe réduit). Ce n'est pas la configuration que je voulais tester. Pour certains arcs d'initiation, l'objectif d'avoir une flèche captive et qui ne tombe pas du repose flèche peut être une option intéressante de même que le fait d'avoir une poignée ambidextre. Je sais également que cela existe déjà. Je sais aussi que certains chasseurs utilisent des repose flèches à capture sur leurs arcs tradi récurves mais ce type de repose flèche (de type biscuit) est conçu pour ne pas gêner (trop) le passage de la flèche, c'est un peu différent que d'utiliser un élément naturel dans une billette (un noeud évidé) pour y faire passer la flèche au niveau de la poignée d'un arc monoxyle selfmade. Mon petit essai cherchais juste à se rapprocher de cette dernière configuration mais en reste encore éloigné par bien des aspects ... mais pas autant que pour les arcs du message précédent. Et comme je l'ai déjà dit, je vais regarder de façon un peu différente certain "bouts de bois" et peut être qu'un défaut qui m'aurait semblé rédhibitoire vas devenir une opportunité pour tenter une facture d'arc d'un type un peu particulier. J'aime beaucoup pour ma part tous ces arcs originaux, parfois improbables sans avoir aucun mépris pour autant pour les modèles un peu plus sages et conventionnels.
  4. C'est vrai que je pourrais faire ma première coupe en biais et la seconde sur mon support de tube. Cela réduirait le nombre de passes. Je tenais juste le tube à la main au début moi aussi mais avec les disques que j'utilise (très fins et fragiles), je les cassais souvent dès que je ne gardais pas le même axe de coupe. D'où mon système de translation et de maintien du tube toujours perpendiculaire au trait de coupe.
  5. Sous un autre angle. Les plumes frottent sur les bords du trou. Le carton utilisé est plus souple qu'un trou dans du bois mais les flèches passaient bien. Puissance de l'arc 45#. Flèches alu Gamegetter 500 avec pointe de 125 gr coupées à 78,5 cm pour le spine. Plumes naturelles en 5". Avec un arc moins puissant et des flèches plus souples ce serait probablement moins évident. Un avantage évident : la flèche ne risque pas de tomber du tapis d'arc. Et je n'ai pas été très gêné pour tirer en instinctif.
  6. Esprit joueur et curieux ce soir. J'ai fais ce petit bricolage et tirer avec. Et bien , ça le fait ! avec des flèches qui vont un peu trop à gauche mais le trou n'est pas centré ni latéralement ni avant - arrière. Ne pas jeter trop vite les billettes avec des départs de branches ou des gros noeuds, il y peut être moyen de s'amuser avec .
  7. C'est bien ce que je fais. Et mon petit soucis n'a rien de vital et ne m'empêche pas de dormir ni de couper mes tubes à la bonne longueur. J'ai pensé à une rallonge de la tige qui porte le disque de coupe mais il faudrait un palier intermédiaire pour que la rotation reste correcte. Avec le flexible des mini-perceuses, le système de serrage a le même diamètre que celui de la perceuse en directe donc même problème mais il suffirait simplement d'avoir un disque juste un peu plus grand que le mien dans le cas ou le flexible serait relié au moteur.
  8. En tir instinctif, je ne sais pas s'il est facile de s'habituer à ce type d'arc mais sûrement rien d'impossible. Un peu plus long aussi pour positionner la flèche.
  9. Le problème se situe ici Et il faudrait un disque bien plus grand pour que le tube puisse passer librement le long du corps de la mini-perceuse.
  10. Voici mon montage pour comprendre le principe. La translation se fait perpendiculairement au disque jusqu'a une amorce de coupe (épaisseur du tube environ), puis, je tourne le tube pour faire la coupe complète. Mon problème est que le diamètre de mon disque par rapport à celui de ma mini-perceuse m'oblige à couper des tronçons d'au maximum 3 cm environ. Sinon cela fonctionne bien. J'ai un aspirateur avec un embout adapté bricolé qui vient en général ( lorsque je coupe plusieurs tubes) aspirer les poussières et servir de protection du disque. PS : la photo que j'ai publier dans mon message plus haut est celle du système de Herve1267, pas le mien
  11. Quel disque utilisez-vous sur la mini perceuse ? Sur mon montage la flèche est fixée sur un support qui permet une translation vers le disque mais le diamètre de celui que j'utilise fait que je dois faire ma découpe en plusieurs tronçons successifs lorsque je commande des tubes non coupés. C'est plus long et un peu embêtant. Il faudrait que je puisse monter un disque de plus grand diamètre pour ne pas être gêné par le corps de la perceuse.
  12. Pour revenir au sujet de départ. Le trou dans cet arc en Osage ne sert "à rien" mais lui donne en effet, en plus de ses "ondulations" beaucoup de caractère. Petite suite du hors sujet. Pour le paradoxe, on remarque que la première déformation se fait vers l'intérieur de la fenêtre ( rôle du ressort du Berger sur les arcs classiques) puis vers l'extérieur au centre de la flèche et enfin à nouveau vers l'intérieur pour l'arrière de la flèche. Le spine "statique" modifie cette déformation mais la vitesse de la corde au moment de la poussée également d'où la notion pour moi très importante de spine "dynamique"
  13. Moi, je raisonne un peu différamment. A savoir que le choix d'un spine dynamique élevé (donc paradoxe important) permet de contourner la fenêtre d'arc. Avec une fenêtre déportée à gauche pour un tireur droitier et des flèches trop raides, le paradoxe augmente peut être un peu plus mais reste cependant trop faible et les flèches arrivent à gauche du point visé. Le challenge n'est donc pas simplement de faire passer une flèche à travers un "trou" dans l'arc, mais que la flèche arrive ensuite au bon endroit. Ce qui complique un peu les choses.
  14. Sur ces arcs, je pense que la flèche est "centrée" par rapport à la poignée ... et pourtant. Et je ne pense pas que les libérations de corde aient été volontairement mauvaises pour les besoins de la vidéo mais ...
  15. Oui, bien sûr. Et on peut réduire l'effet produit par les doigts au moment de la libération en utilisant un décocheur et prendre des flèches très rigides. A présent, j'ai mentionné que faire un arc avec un passage pour la flèche au centre des branches est tout à fait envisageable mais si ce n'est pas le choix le plus fréquent, il y a probablement un certain nombre de raisons.
  16. Avec une image publiée sur un autre forum, c'est un peu plus clair.
  17. Il faut tout de même un "trou" d'une dimension suffisante pour tenir compte du paradoxe mais c'est en effet envisageable. Sur le snaky en Osage, le trou peut probablement en effet servir de repère pour une colonne de visée mais pas comme passage de flèche vu sa taille et sa position. Cela dit, comme ceux qui ont posté des messages avant moi dans ce sujet. je trouve cet arc plein de caractère très "sympathique".
  18. Si on sort une phrase de son contexte, on peut lui faire dire tout autre chose que l'intention d'origine. Entre les 2 phrases citées, il s'est écoulé presque 1 mois et un certain nombre d'échanges. Pour avoir suivi le sujet dans son ensemble, je ne vois pas pour ma part de contradiction : "Je fabrique en amateur" (au présent) et "j'ai été professionnel" (au passé). Cela dit, c'est malheureusement assez fréquent sur les forum que les échanges par clavier interposé dérivent vers des querelles inutiles à partir d'un ressenti qui n'est pas le bon ou de phrases mal interprétées. Cool , les amis !
  19. Alors, c'est un effet d'optique de la prise de vue. Oui, il faut que la corde passe par le centre de l'arc au niveau de la poignée.
  20. La largeur au niveau des poupées semble importante, c'est peut être un problème de centrage de la corde qui provoque le vrillage des branches. Simple hypothèse de ma part.
  21. Le renforcement de l'avant-fut évite l'éclatement au niveau de la pointe mais, à la suite d'un impact trop important, une flèche carbone peut subir des dommages et devenir potentiellement dangereuse lors d'une future décoche. Il faut vérifier l'intégrité de la flèche sur toute sa longueur et parfois les dégâts sont peu visibles. Prudence est mère de sureté. C'est très ludique et formateur de tirer dans les bois sur des cibles improvisées. Je pense que cela n'enlève rien au plaisir de choisir des zones d'impact capable d'absorber l'énergie de la flèche (cette recherche de cibles potentielles peut même compléter agréablement la ballade). Avec des pointes à la place des blunt, la pénétration dans un morceau de bois fait souvent moins de dégât (sur la flèche) même si le retrait de la flèche est parfois compliqué ensuite.
  22. Qu'appelles-tu une souche tendre ? Un souche c'est assez long avant de pourrir et cela reste dur longtemps. Si tes flèches ne sont pas très solides (il y a de tout en qualité de carbone et tes blunt un peu larges, c'est pratiquement assuré que tes flèches vont éclater. Si tu veux tirer avec des blunt dans du bois, il faut qu'il soit déjà bien pourri pour ne pas éclater les flèches. Les blunt c'est plutôt fait pour tirer sur un objet comme une balle de tennis, un vieux ballon qui va pouvoir absorber le choc en partant (comme un carreau à la pétanque). Sinon, tu peux tirer dans la terre des taupinières s'il y en a sur ton terrain d'entraînement. Mais comme le fait remarquer JMG, il nous manque beaucoup d'infos pour pouvoir te répondre correctement. Remarque personnelle, je ne trouve pas très bon pour l'environnement de casser ou de perdre des flèches carbone dans la nature, mais cela m'arrive aussi (notamment en concours lorsque que je ne tire pas très bien et que les cibles sont mal ou pas protégées). Je préfère quand je le peux, utiliser des flèches en bois, bambou ou aluminium pour aller jouer dans les champs ou les bois. Une autre remarque me vient également à l'esprit, si tes flèches ne sont pas bien adaptées (choix du spine) et arrivent en biais sur la cible, c'est également une casse quasi certaine au moment de l'impact (au niveau de la pointe sur une flèche en bois par exemple)
  23. On s'arrête peut être parfois trop vite à la suite d'un premier essai qui s'est traduit par un échec surtout lorsqu'il existe des valeurs sûres comme les associations du bambou avec l'ipé ou l'osage vers lesquelles on peut se tourner. Pour l'if, la tendance sera également d'en faire un monoxyle en exploitant la particularité de son aubier et de son duramen.
  24. En tout cas, moi, c'est comme cela que je l'ai interprété. Du coup, je n'oppose en aucune façon la remarque de Shiv concernant ses réserves sur l'association bambou (dos) / if (ventre) dans le cas ou il serait utilisé 2 lames d'épaisseur et de largeur identiques avec un plan moyen situé au niveau du collage et le fait qu'avec une plus grande épaisseur de duramen d'if en ventre que de bambou en dos l'association puisse fonctionner comme le dit hopi33. Les échanges sur les forum sont parfois propices aux malentendus. Ce qui m'avait davantage interpellé, c'est l'hypothèse émise sur les probables plis de compression sur le duramen d'if. Je pense aussi que le profil de l'arc, ventre plus large que le dos peut d'une certaine façon rééquilibrer les différences de comportement dos/ventre. C'est le conseil que m'avait donné Pedro pour mon arc en robinier suite à l'apparition des plis de compression sur cet arc.
  25. C'était un peu mon intention pour mon projet. Je pense que la position du plan moyen permet d'équilibrer les trop gros écarts entre les qualités du dos et du ventre et en effet comme pour les monoxyles en robinier, avoir un ventre plus large que dos devrait aussi limiter les problèmes. Pour le suivi de corde avec l'if, j'ai en effet un arc en if qui a pris beaucoup de suivi car travaillé pas assez sec à mon avis (mais il tire bien quand même) mais par contre, je n'ai pas eu de plis de compression avec cet essence. Cela dit, je n'ai pas pas des dizaines d'arc en if à mon actif et l'association bambou/if pour faire un lamellé n'est qu'un projet en ce qui me concerne. Donc, les différents avis que je peux lire sont tous intéressants pour moi. Ayant de l'if et du robinier à disposition, c'est sûr que ce n'est pas du robinier que j'utiliserai pour le ventre avec un dos en bambou.
×
×
  • Create New...