Jump to content

Picpic45

Membres
  • Content Count

    429
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    10

About Picpic45

  • Rank
    Pilier de forum

Previous Fields

  • Département (ex: 01):
    45
  • Matériels (arc, flêches etc...)
    Bowtech Fuel, Ragim Impala, Sheytan Lx

Recent Profile Visitors

1577 profile views
  1. En effet, quand on te donne un nom pareil pour la pathologie dont tu souffres, tu as bizarrement plus mal qu'avant. Ce n'était pas le but de mon message. Ce qui est sûr, c'est que tout ce qui concerne les problèmes au niveau des tendons et des articulations, c'est rarement bien sympa et le repos et l'arrêt de l'activité est souvent le meilleur remède. C'est alors le moral qui peut en prendre un coup.
  2. Ce type de douleur me fait penser à une pathologie qui m'avait causé pas mal de soucis, non pas dans le cadre de la pratique du tir à l'arc (je n'étais pas archer à l'époque) mais avec l'escalade. Le nom de cette pathologie est la "Ténosynovite des fléchisseurs des doigts". Comme signalé par Baou dans ses messages précédents, une prise de corde sur la pulpe de la première phalange pourrait expliquer cette pathologie et ce qui est pervers, c'est que la douleur se localise au niveau du pli de l'articulation ce qui incite à ne pas utiliser cette prise de corde pourtant moins traumatisante.
  3. Oui, les spray silicone pour joints peuvent convenir mais éviter de se mettre trop les plumes sous le nez car les vapeurs peuvent être toxiques.
  4. et même un snake bow à sonnette(s).
  5. Principe de l'enfonce pieux mais inversé. Est-ce que le coulissement du poids n'abime pas le tube ?
  6. Pour compléter le sujet, les caractéristiques de ce matériaux, le bois, qui passionne certains d'entre nous, dans des domaines différents, ne sont pas figées dans le temps que se soit pendant la durée de vie de l'arbre (avant de devenir le duramen, les mêmes cellules étaient de l'aubier) mais aussi ensuite sous forme de grume, de branche, de billette refendue ou non (conditions de séchage, attaques d'insectes xylophages ou de champignons, phénomène de rétification à la chaleur ou au temps, ...) Tout un ensemble de réactions chimiques mais aussi des actions mécaniques plus ou moins complexes ont lieu au sein de cette "matière" qui peuvent selon les cas la fragiliser ou au contraire la renforcer.
  7. Ma remarque précédente ne remet absolument pas en cause tes propos, comme d'autres dans ce post, concernant le fait qu'une branche comme un tronc d'ailleurs peut être composé d'un "bois" dont la structure et la composition est très complexe et donc cela influe sur ses qualités (en fonction de l'utilisation que l'on souhaite en faire). Je pense que l'on est tous d'accord sur ce point. C'est en effet un problème de vocabulaire inapproprié que je soulignais. Juste à titre d'information (ou de formation) et non pas pour te critiquer. Cela me semble important d'utiliser le "bon vocabulaire", ce qui n'est pas toujours facile si l'on veut se faire comprendre sans ambiguité. Ma remarque aurait pu être la même pour l'adjectif "fibreux" qui est souvent associé à la notion de défaut alors que les défauts ne sont pas liés à la présence de fibres (bien au contraire) mais à la structure et la composition des fibres.
  8. Euh ! Comment dire, qu'il soit de bonne qualité ou non pour la facture d'arc selon les critères d'espèce et de croissance évoqués plus haut, du bois sera toujours "ligneux" donc ce ne sera jamais un défaut d'être ligneux. Source Wikipedia : La lignine (du latin lignum qui signifie bois) est une biomolécule, en fait une famille de macromolécules polymères polyphénoliques, qui est un des principaux composants du bois avec la cellulose et l'hémicellulose. La lignine est présente principalement dans les plantes vasculaires et dans quelques algues1. Ses principales fonctions sont d'apporter de la rigidité, une imperméabilité à l'eau et une grande résistance à la décomposition. Toutes les plantes vasculaires, ligneuses et herbacées, fabriquent de la lignine. Quantitativement, la teneur en lignine est de 3 à 5 % dans les feuilles, 5 à 20 % dans les tiges herbacées, 15 à 35 % dans les tiges ligneuses2. Elle est moindre pour les plantes annuelles que pour les vivaces, elle est maximum chez les arbres. La lignine est principalement localisée entre les cellules (voir parois pectocellulosiques), mais on en trouve une quantité significative à l'intérieur même de celles-ci. Bien que la lignine soit un réseau tridimensionnel hydrophobe complexe, l'unité de base se résume essentiellement à une unité de phénylpropane.
  9. Il faut toujours y croire, sinon, on ne ferait rien. Prend bien ton temps pour l'équilibrage et ne cherche pas une puissance trop importante qui au bout du compte ne sert pas souvent à grand chose si l'arc n'est pas destiné à la chasse. On croise les doigts pour toi.
  10. Pas très "normal" cette zone noirâtre entre l'aubier et le duramen ? Attaque fongique ?
  11. Tous les Ifs que ce soit à l'état "sauvage" ou non sont des Taxus baccata mais au sein de cette espèce, il existe des différences génétiques qui font que l'on trouve selon leur milieu naturel des "variétés" présentant des caractéristiques morphologiques différentes (comme le port des branches, la taille des sujets adultes, la grosseur et l'abondance des baies, ...). Pour des raisons esthétiques (ou autre), l'homme a repéré dans la nature des sujets (variétés) qu'il jugeait plus intéressants que d'autres et il les a multiplié souvent par clônage (bouturrage) ou les a hybridé entre eux pour en faire des "cultivars" ou "variétés horticoles". Dans la nature, on peut trouver aussi bien des ifs communs (sauvage) que des ifs horticoles issus de graines transportées par les animaux (oiseaux). Cela, c'est pour les caractéristiques "génétiques". En fonction du terrain, du climat, ... deux individus, même génétiquement identiques, n'auront pas la même vitesse de croissance donc leur bois n'aura pas les mêmes propriétés mécaniques.
  12. L'if est UNE espèce. Par contre, il peut y avoir des "variétés" différentes en fonction de la sélection naturelle excercée par les conditions de milieu et les fécondations croisées entres individus. Je ne sais pas s'il existe des "cultivars" qui sont des variétés crées par l'homme dans l'espèce if. L'if est assez proche du Thuya ou du Cyprès de Leyland en particulier au niveau de la structure du bois et cela fait un moment que j'ai envie de tester le Thuya comme bois d'arc, juste par curiosité et sans rien en attendre de particulier. EDIT : Une petite recherche rapide m'a permis de trouver de nombreux "cutivars" d'If, ce qui n'est pas surprenant du fait de l'utilisation ornementale de cette essence d'arbre. Il y a une variété horticole ou cultivar : l'If fastigié ou if d'Irlande (Taxus baccata 'fastgiata') et cette "variété" ressemble beaucoup à l'arbre de mon jardin utilisé pour mes 2 arcs en if. L'if que l'on trouve en forêt est la variété If commun (Taxus baccata) ou If à baies.
  13. J'ai peut être tord d'essayer d'étudier ma théorie sur la cause de rupture des arcs en if en la poussant jusqu'au bout de ma reflexion. Difficile de dire en effet où se situe l'amorce de la rupture mais la forme de la rupture du dos fait penser à un excès de traction (arrachement des fibres avec un bord irrégulier) alors qu'en effet, sur le ventre, la rupture est bien plus franche et droite donc plus brutale et pour moi, elle s'est produite en dernier. Expérimentalement, il faudrait pouvoir utiliser les "restes" de cet arc pour faire des essais de rupture, pouvoir les filmer en slow motion pour voir ce qui se passe dans la structure de ce type d'arc.
  14. Est-ce que vous ne trouvez pas que cette rupture ressemble à une sorte de "délamination" entre l'aubier et le duramen qui serait à l'origine (ou la conséquence ?) de la rupture du dos puis du ventre ? A quoi correspond exactement le trait plus foncé que l'on visualise dans l'épaisseur de l'arc ? Je continue de penser que le séchage différentié entre le ventre et le dos de l'ébauche qui a eu comme conséquence le reflex de cette ébauche a pu entrainer des contraintes longitudinales qui ont désolidariser l'aubier et le duramen en rendant cet arc très fragile par la suite. Pour rejoindre les commentaires précédents sur la qualité du bois d'if au regard des conditions de croissance, je pense que ce n'est pas contradictoire avec mon analyse. Il me semble également pour en avoir observé une ou deux, que les délaminations sur les "lamellés" se produisent également à cet endroit de l'arc, de part et d'autre des fondues de la poignée.
  15. Du coup, en renforçant le dos avec un backing, on ré-équilbre les caractéristiques du dos et du ventre sans perdre l'intérêt du duramen de l'if en ventre. Ce que l'on ne peut pas faire avec du robinier par exemple car sa faiblesse, c'est plutôt la compression du ventre. Ventre plus large que le dos pour du robinier et l'inverse avec de l'if ?
×
×
  • Create New...