Jump to content

Picpic45

Membres
  • Content Count

    567
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    15

About Picpic45

  • Rank
    Pilier de forum

Previous Fields

  • Département (ex: 01):
    45
  • Matériels (arc, flêches etc...)
    Bowtech Fuel, Ragim Impala, Sheytan Lx

Recent Profile Visitors

1967 profile views
  1. Sans aller jusque là, chaque fois qu'un concours "nature" ou "3d" est organisé dans un espace ouvert au public, il y a maintenant pratiquement systématiquement des personnes qui font des réflexions et des remarques plus ou moins virulentes.
  2. Avec une poignée de clous pour finir, on a même les pointes intégrées.
  3. Oui. Après, cela peut également venir de ta prise de grip et du torque que tu donnes peut être à ton arc. Il se peut aussi que ton viseur ne soit pas parfaitement réglé dans le plan vertical, ce qui fait que lorsque tu changes de distance et que tu modifies la hauteur du scope, le réglage en latéral n'est plus correct. Je suppose que la bulle de niveau du scope est bien perpendiculaire à la corde.
  4. Pour ce qui est des cordes d'alpinisme, les données des fabricants correspondent à des protocoles bien précis et pour des cordes neuves au moment de leur commercialisation. Selon l'usage de la corde et son mode d'utilisation, les caractéristiques vont évoluer et l'élasticité va se réduire parfois rapidement et beaucoup. Je pense que c'est le cas pour la corde de l'arbalète qui doit avoir perdu son élasticité initiale. Voici un petit extrait de l'article de wikipédia sur les cordes de sport : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cordes_de_sport
  5. C'est plus une "capacité d'élongation" qu'une "élasticité". Lorsqu'une corde d'alpinisme subit une élongation supérieure à 5 à 10%, elle ne revient pas à sa longueur initiale et sa capacité d"élongation diminue fortement. Il faut la mettre au rebus car il y a risque de rupture ou de ne plus "amortir" la chute correctement. Je pense qu'avec la mise sous tension importante et répétitive d'une corde d'alpinisme, sa capacité d'élongation ne restera pas de 20%.
  6. Revoir le détalonnage (position du point d'encochage sur la corde) ou le band. Changer le spine dynamique en modifiant le poids de pointe ou la longueur du fût ne vas pas régler le problème constaté.
  7. Pour moi, c'est bon pour les photos maintenant. C'est vraiment un type d'arc très particulier à réaliser mais qu'est-ce qu'ils sont "Bow", à la fois débandés, bandés et armés. En plus, en général très souples à l'armement et tolérants pour l'allonge. En plus, , il faut de la patience pour le séchage des tendons.
  8. Tout à fait. Pour moi, le tir "instinctif" est un tir d'adaptation, c'est la raison pour laquelle ma pratique est variée avec des changements d'arcs, des changement de distances, des volées réduites ou avec de nombreuses flèches, des séances très ludiques, d'autres plus axées "compétition". Mes messages dans ce sujet ne sont que des témoignages en aucune façon une doctrine.
  9. Les remarques précédentes sont justes mais, en dehors du risque de casse augmenté, il peut aussi y avoir des intérêts à tirer à la suite un nombre de flèches important pour s'entraîner à rester concentré sur la durée sans faire une pose toutes les 2, 3 ou 4 flèches. On peut avoir plusieurs visuels sur la même butte de tir pour épargner ses flèches. La plupart de mes "robins", je les ai fait à la 2ème flèche tirée sur la même cible. Sur le plan du renforcement musculaire et de l'automatisation d'un geste, faire du volume peut également avoir de l'intérêt. Même dans une optique chasse ou la première flèche doit être la bonne, les programmes d'entraînement comprennent aussi des exercices avec un nombre de flèches successives tirées bien plus élevé.
  10. C'est bien. Je pense que tu vas bientôt pouvoir poster une photo d'un "Robin".
  11. Il ne faut en effet pas fuir les difficultés mais les affronter le plus sereinement possible. Si je préconise de pratiquer sur des visuels réduits (mais pas uniquement), c'est parce qu'en effet il est plus facile de se concentrer sur ce type de visuel, ce qui permet en général d'être plus performant et de se rendre compte que l'on peut être très précis même en tir "instinctif" lorsque les fondamentaux de la technique et la concentration sont là. Après, rassuré par la réussite et sur ses possibilités, il faut arriver à pouvoir se concentrer en toute circonstance sur un point précis (même virtuel), quel que soit le blason ou le type de cible. S'enfermer dans un entraînement qui pose trop de problèmes peut être contre-productif. Cela dépend du caractère de chacun. En dehors des blasons "anglais" qui perturbent parfois ma capacité de concentration mais que j'utilise aussi à l'entraînement, ma vrai bête noire, ce sont les buttes avec 4 trispot "campagne" (12 points jaunes répartis de façon homogène sur une surface réduite) . Autre idée : comme je suis également compétiteur, les blasons classiques (anglais ou campagne) même utilisés à l'entraînement sont associés pour moi aux conditions particulières des compétitions et en plus des problèmes de concentration évoqués plus haut, le "lâcher prise" n'est pas toujours aussi important qu'avec des visuels personnels variés.
  12. La cible à atteindre ne doit pas être obligatoirement de petite taille, c'est le visuel sur lequel on focalise son attention qui doit être restreint. Le ballon en mousse est très bien pour valider de façon positive tes tirs. Avec un bouchon sur ce ballon, par exemple, ce n'est pas un échec de ne pas atteindre le bouchon du moment que l'on arrive à grouper ses tirs dans le ballon. C'est peut être personnel, mais avec un blason "anglais" et ses cercles de différentes couleurs, je n'arrive pas à me focaliser correctement sur le centre jaune et je ne groupe pas très bien. Si je prend uniquement un centre jaune (autocollant) de la même dimension que je colle sur un carton sur lequel je dessine une zone plus large, je groupe beaucoup mieux soit dans le jaune ou alors très près. Si je prend comme visuel un fil mince tendu soit horizontalement, soit verticalement, je ne toucherais pas le fil à tous les coups mais je n'en serais jamais bien loin. Pour les chasseurs dont je fais partie (nul n'est parfait!), on dit que pour faire une belle flèche (celle qui prendra la vie du gibier rapidement et sans souffrance) il ne faut pas se focaliser sur l'animal (et encore moins sur ce qu'il y a à coté de lui) mais sur la tête d'un pou accroché à l'extrémité d'un des poils dans la zone "vitale" du corps de l'animal. Plus facile à dire qu'à faire, mais cette capacité à se focaliser dans toute la phase de tir sur ce pou "virtuel" est une des clés du succès en tir instinctif de chasse.
  13. Oui, le blason "anglais" avec ses cercles concentriques n'est pas un bon visuel pour faire du tir instinctif. Les blasons pour le tir en campagne sont mieux adaptés. Un visuel, le plus restreint possible (type bouchon ou balle de ping-pong) fonctionne mieux car on se focalise bien mieux sur le but à atteindre ce qui est primordial en tir "instinctif". Il ne faut surtout pas chercher à "faire des points" mais se fixer un objectif de "zone". Une cible qui réagit à l'impact est très ludique et valorisante. Cible basculante, cible suspendue, .... Il faut être le plus positif possible, privilégier la réussite à l'échec en augmentant ses exigences au fur et à mesure de ses progrès et ne pas hésiter à "revenir en arrière" en réduisant la distance ou en augmentant la taille de la zone de réussite lorsque l'on devient moins bon. Personnellement, j'aime beaucoup les cibles rectangulaires que je peux positionner verticalement pour travailler ma libération de corde et le latéral ou horizontalement pour travailler la hauteur en faisant varier la distance de tir. Avec une bouteille d'eau vide remplie de plastique suspendue au bout d'une ficelle, cela fait une cible qui réagit à l'impact.
  14. Salut Foufouche Oui, aucune divergence de fond entre mes remarques et les tiennes. Même sur le 3ème point on est aussi d'accord. Un écart d'un cm au niveau de l'ancrage aura obligatoirement une incidence sur la distance et donc la hauteur en cible. Maintenir l'ancrage permet d'être plus constant. Après, en tir instinctif, je suis plus dans des tirs à distance "chasse" (20m grand grand maximum) avec un arc rapide, alors qu'en BB je tire à 18m (distance salle) mais également à 50m et là sans ancrage correct et une bonne décoche, la sanction est importante sur la distance ou/et le latéral. C'est la raison pour laquelle le BB m'oblige à être encore plus rigoureux sur l'ancrage et l'allonge, ce qui me sert ensuite en tir instinctif. Pour mes flèches, ce n'est pas un conseil que je donne aux autres archers et en concours, je tire des flèches identiques pour chaque volée (c'est obligatoire) et les plus proches possible en poids et foc. A yippee kaï, Le spine dynamique assure un vol de flèche correct mais pour que les flèches arrivent toutes au même endroit, il faut également que le poids, le foc, le diamètre, l'empennage soit identiques, donc, ce n'est pas très "normal" ou "conforme" d'avoir des flèches différentes au cours d'une même volée. Si je fais un travail sur ma libération de corde pour ne pas avoir de latéral, ce n'est pas très important que les flèches n'arrivent pas au même niveau de hauteur. Par contre si je travaille le point d'ancrage et l'allonge et que c'est la hauteur en cible qui doit être la même, il faut que les flèches soient identiques comme foufouche l'a fait remarquer à juste titre. Après avec l'habitude, je parviens aussi à adapter de façon plus ou moins consciente ma visée panoramique et donc mes tirs en fonction des flèches que j'utilise, soit parce que je les identifie visuellement ou même avec leur poids. Parfois, cette adaptation "bugue" et mes flèches légères partent trop haut ou mes flèches lourdes plongent trop tôt en fin de trajectoire. Ce serait plus simple et plus sûr d'avoir des flèches toutes semblables comme avec des futs carbone ou alu.
×
×
  • Create New...