Jump to content

Picpic45

Membres
  • Content Count

    542
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    12

About Picpic45

  • Rank
    Pilier de forum

Previous Fields

  • Département (ex: 01):
    45
  • Matériels (arc, flêches etc...)
    Bowtech Fuel, Ragim Impala, Sheytan Lx

Recent Profile Visitors

1873 profile views
  1. Normalement, le pin est adapté au diamètre interne de la flèche et il se colle comme une pointe, donc s'il y a un peu de jeu (pas trop tout de même), avec le collage, cela passe. Par contre, un pin prévu pour une flèche de diamètre intérieur plus faible que le pin, ne doit pas être mis en place. Ne pas forcer ! s'il ne rentre pas, ne pas insister. Pour les encoches à insérer dans le pin, normalement c'est "standard" mais certaines encoches tiennent mieux que d'autres. Ne pas forcer une encoche qui ne rentre pas car risque de casse à la décoche. Si l'encoche ne tient pas bien, c'est gênant mais on peut trouver un moyen de la faire tenir (sans forcer pour autant). Normalement, on ne colle pas l'encoche sur le pin mais cela reste une solution possible pour une encoche qui ne tient pas bien. Au niveau de l'encoche, il y a 2 tailles stantard pour le diamètre de la corde. Ne pas forcer une encoche qui ne rentre pas bien sur le tranche fil. Si l'encoche est trop large (encoche pour poulie ou arc de forte puissance montées sur des flèches pour barebow avec une corde fine), on peut toujours ajouter une surépaisseur sur le tranche fil. Je prend toujours pour ma part des encoches larges et j'adapte l'épaisseur de mon tranche fil à mes encoches. Trop de casse et de risques de décoche à vide avec une encoche pour pin qui a été forcée (dans le pin ou sur la corde). Les encoches pour système pin sont fragiles. La marque Beiter est une bonne référence.
  2. Ce type d'affirmation est du niveau "cour de récréation" et du même type que "c'est moi qui ai la plus grosse !" C'est juste triste de lire ou d'entendre ce genre de phrase .... de même que les phrases opposées similaires d'ailleurs. Je ne vois pas où est l'attitude "zen" revendiquée lorsqu'on tient de tels propos.
  3. Personnellement, je tire avec tous les types d'arc et sur tout type de cible. Je trouve regrettable ces oppositions entre archers de cible et de parcours et entre archers qui n'utilisent pas le même type d'arc.
  4. Comme je l'ai dit précédemment, oui, les arcs chasse peuvent et doivent s'inscrire dans les compétitions actuelles s'ils veulent pouvoir faire valoir leur spécificité et accepter le classement en arc nu. Mais dire qu'il n'y a pas de problème n'est pas réaliste. Avec un arc récurve monobloc, oui, on peut, "réglementairement" placer ses doigts sur la corde où on le souhaite et faire une visée pointe de flèche mais ces arcs ne sont pas fabriqués pour cela la plupart du temps. Déjà une prise de corde sous l'encoche peut être limite pour l'intégrité des branches, alors pour le "pianotage" .... Faire une contre-visée à 18m, avec un arc de 40# ou même 35#, compliqué. Moi, avec mon arc de 50#, il faudrait viser le sol loin devant la cible. Prendre un repère dans la fenêtre d'arc, bof, et en plus est-ce autorisé ? Donc, tir instinctif ? On peut bien sûr atteindre le jaune avec cette façon de tirer, mais ... Avoir son "but en blanc" à 18m, c'est probablement possible mais avec un matériel spécifique "salle" et non pas celui que l'on utilise sur les parcours nature ou 3D. Moi, mon "but en blanc est à 35m" pour mon arc droit le moins puissant. Absence de repose flèche, de Berger, de réglage du Tiller, ....
  5. C'est beaucoup plus facile, surtout avec internet et les forum ou les sondages de râler, de manifester son opposition, que d'être acteur sur le terrain, prendre la peine de se déplacer, se lever tôt, faire de la route pour participer à une compétition, se confronter aux autres, ne pas performer comme on le voudrait, .... Il y a souvent une différence énorme entre le résultat d'un sondage et les personnes présentes effectivement le jour J.
  6. Aussi simple que ça, je n'en suis pas persuadé. Je suis de ces archers "longbow" qui se sont "aventurés" sur les parcours de tir en campagne pour lesquels la fédé avait ouvert une catégorie spécifique (tir au piquet blanc) pour "tester". Quand on aime vraiment le tir à l'arc, on peut le faire même sans objectif d'être bien classé et encore moins d'être victorieux. Cela dit, au delà de cette problématique du classement, je n'ai pas toujours eu le sentiment d'être le "bienvenu" au regard de la réaction de certains arbitres ou de "spécialistes" de cette discipline. Si la catégorie a été maintenue à la suite de cette période de test, je pense que certains à la fédé ont du "batailler" pour cela car le nombre d'archers "longbow" n'a jamais été très important. C'est effectivement à nous d'être présents là ou ce n'est pas interdit si on veut que les choses évoluent. Tous ceux qui veulent tirer en salle à 18 m avec un recurve "chasse" peuvent le faire. Il seront classés en arc nu. S'il y avait autant d'arcs "chasse" ou d'arcs "droits" que d'arcs "nus" classiques sur la ligne de tir, peut être que les choses évolueraient comme c'est le cas en Espagne mais j'ai tout de même des doutes.
  7. Comme expliqué plus haut, à 14 m, si tu vises la cible avec ta pointe de flèche, c'est normal que tu sois bien trop haut. Si tu veux viser, il faut que tu vises un point situé au sol plusieurs mètres devant le pied de ta cible. C'est que que j'appelle une "contre visée négative". Mais tu peux aussi te forcer à ne pas regarder la pointe de flèche mais uniquement ta main d'arc en essayant de trouver la bonne hauteur. Après un grand nombre de flèches qui irons au début trop haut ou trop bas, tu vas éduquer ton cerveau pour que la bonne position devienne "instinctive".
  8. Tu peux toujours utiliser la pointe de flèche comme repère de visée mais il faudra ne plus placer la pointe de flèche en face de l'objectif mais faire une "contre visée", c'est à dire viser un point imaginaire (ou non) situé plus bas que l'objectif à atteindre (distance courte) ou plus haut que l'objectif (distance longue). La distance de la cible à laquelle la visée pointe de flèche en prise méditerranéenne correspond exactement au centre de la cible s'appelle le "but en blanc". Par exemple avec mon arc droit de 40# et avec mon allonge, mon "but en blanc" est à 35m. A 30 m, je dois viser environ 30 cm sous l'objectif et à 40 m, 30 cm au dessus. Avec une cible de 60 cm de diamètre, cela donne le jaune à 35 m, le bas du blason à 30 m et le haut du blason à 40 m. En dessous de 25 m (et même pour 25 m), je préfère utiliser une visée "instinctive" mais une contre visée reste possible également. Au dessus de 40 m, la difficulté est d'avoir un point de repère situé en dehors du blason et parfois, c'est compliqué. La contre visée, à droite ou à gauche est également un moyen de tenir compte du vent ou de pouvoir utiliser les flèches un peu trop raides ou un peu trop souples.
  9. La chiée : "Dans sa grande universalité, elle connote naturellement à la fois le dégoût, l’excès et le mépris." Bernard, ce n'est pas très sympa pour les adeptes du long bow.
  10. Ouep !! Ne pas prendre pour argent comptant ce que l'on trouve sur internet .
  11. Oui et non. La corde doit "s'échapper" des doigts comme tu l'obtiens en la plaçant sur la 1ère phalange et non pas au niveau de l'articulation mais il faudrait arriver à la même chose avec la corde comme tu la positionnais avant. Ce qu'il faut, c'est que l'ouverture des doigts ne se fasse pas par une action volontaire mais par un simple relâchement des muscles des doigts qui fait qu'avec la traction des muscles du dos la corde est libérée. C'est plus facile à obtenir si la corde est au milieu de la 1ère phalange mais il y a 2 problèmes : - un risque de traumatisme articulaire au niveau des doigts (cela peut devenir très douloureux et contraindre à un arrêt du tir pendant une période plus ou moins longue). - la position de la main avec cette prise de corde en bout de doigt n'est plus dans l'axe de traction.
  12. Je vais reprendre en partie les réponses données par JMG. Il existe des arcs dit "évolutifs" dont les plages de puissance et d'allonge sont très larges ce qui permet d'adapter l'arc à la morphologie et aux caractéristiques de l'archer. Il faudrait plutôt s'orienter vers ce type d'arc pour débuter en commençant par une puissance faible et en adaptant l'allonge pour être à l'aise. Mais un arc à poulie est un peu complexe à régler et il faut souvent du matériel spécifique (presse) ainsi qu'une compétence technique pour faire ces réglages soit même. Un arc à poulies a un poids pas toujours négligeable, certaines vibrations traumatisantes pour les articulations et avec une faible puissance, pour la stabilité, le let-off (effort de traction très faible à l'allonge) ne facilite pas les choses contrairement à ce que l'on peut penser. Personnellement, je ne pense pas que ce soit une meilleure option pour ton fils qu'un arc d'initiation classique de faible puissance. Mais je ne suis pas spécialiste au niveau médical, juste un utilisateur des différents types d'arc, ce qui me permet de pouvoir comparer.
  13. Si le tir à l'arc était un sport facile, cela se saurait, mais ... Oui, il faut continuer à trouver du plaisir, quelle que soit la pratique et le TA est très addictif. Oui, mais à condition que l'instructeur soit à la fois compétant, exigeant et rigoureux mais également pas trop sectaire vis à vis des archers "traditionnels". Ce n'est malheureusement pas toujours le cas.
  14. Même, si, comme notre ami a pu le constaté, un tir rapide donne en général, au début, des résultats encourageants, ensuite ce type de tir peut entraîner des défauts qui seront difficiles à perdre s'il veux changer d'arc (classique arc nu ou avec viseur, compound). S'il est actuellement un peu moins précis en maintenant son ancrage, je lui conseillerai cependant comme vous l'avez fait dans les post précédents, de privilégier cette façon de faire plus exigeante et de veiller (en se filmant ou mieux avec un regard extérieur) à éviter les écueils cités dans mon message précédent. Bien pousser sur son bras d'arc, tracter avec les muscles du dos (sentir les omoplates qui se rapprochent dans son dos), maintenir l'ancrage quelques secondes mais conserver la traction vers l'arrière, détendre ses doigts de corde de façon à ce que la traction entraine la libération de la corde mais ne pas décocher en "ouvrant" les doigts. La main de corde doit glisser le long de la joue, frôler l'oreille en direction de l'épaule. Mais, c'est plus facile à dire (ou à écrire) qu'à faire.
  15. En dehors de la difficulté éventuelle à tenir l'ancrage si la puissance de l'arc est un peu élevée et que l'on utilise pas assez (ou pas du tout) les muscles du dos, le problème peut aussi venir de la libération de corde. Avec un tir "rapide", la décoche est plus facilement dynamique avec un mouvement qui se prolonge vers l'arrière dans le prolongement de la traction. Après s'être focalisé sur le point visé, il est également plus facile (en visée "instinctive") ne pas se laisser distraire par l'environnement. Le bras d'arc reste davantage en poussée vers l'avant. Avec un maintien de l'ancrage pendant quelques secondes, si la technique n'est pas là, il va y avoir plusieurs problèmes (accentués si l'arc est trop puissant): Le bras d'arc perd de sa stabilité, la décoche n'est plus obtenue par la traction et la détente des doigts de la main de corde mais par une ouverture des doigts et, souvent observé, une main de corde qui va en avant ou sur le coté et enfin, en visée "instinctive", une perte de focalisation sur le but à atteindre qui se déplace sur les "obstacles" à éviter, et c'est là que finira la flèche. Le risque avec le tir "rapide", c'est de ne pas aller à la même allonge à chaque flèche avant la libération de la corde. C'est ce point qu'il faut surveiller pour avoir une bonne régularité.
×
×
  • Create New...