Jump to content

Le Paresseux

Membres
  • Content Count

    2289
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    18

About Le Paresseux

  • Rank
    hyperactif contrarié

Previous Fields

  • Département (ex: 01):
    46
  • Matériels (arc, flêches etc...)
    Bouts de bois...

Recent Profile Visitors

2778 profile views
  1. Salut ! Désolé que personne ne t'aie encore répondu. Je suis un peu étonné concernant ce qu'on a pu te dire concernant la vulnérabilité des arcs lamellés en milieu tropical mais si ça permet d'éviter des mauvaises surprises, il est préférable d'écouter tous les sons de cloche avant de se faire une idée. Le mieux serait peut-être de se rapprocher d'autres archers pratiquant dans ce même type de milieu pour se faire une idée du matériel le plus adapté. J'imagine que tu connais des clubs pas trop loin de chez toi... Encore désolé de ne pouvoir être plus précis mais je connais très mal la vie en milieu tropical et il y aura peut-être d'autres avis qui seront plus documentés que le mien sur la question ?
  2. Ah toutes mes confuses, il me semblait bien que tu avais déjà réalisé ce design. J'aime bien les différents profils que peuvent prendre ces arcs (notamment le passage du triangle à la courbe) : faut dire que la géométrie était la seule matière qui m'intéressait dans les maths quand j'allais au bahut, ceci doit expliquer cela !
  3. Le design de leur arc egyptien est vraiment sympa. Je me souviens m'être rendu au Louvre il y a un bail et j'avais pu voir un arc retrouvé dans une sépulture égyptienne (entre autres objets très bien conservés) mais il s'agissait plutôt d'un long bow en rotin. De mémoire, les hampes des flèches étaient creuses (roseau ?)... À l'époque, je n'avais hélas pas d'appareil numérique pour photographier tout ça... Apparemment, les égyptiens utilisaient plusieurs types d'arc mais ce design "triangulaire" est franchement typique et vraiment plaisant à l'oeil : une piste pour une prochaine inspiration ?
  4. Superbe boulot comme d'hab' ... J'ai craint un moment pour la sécurité des poules qui se baladaient dans l'axe de tir mais la video se termine par un happy end donc tout va bien... Chez nous, on voit moins la neige que par chez vous mais les flèches ont la fâcheuse manie de vouloir disparaître dans tous les types de terrains, et donc aussi dans l'herbe (même coupée en brosse) ...
  5. Et il n'y a rien de mieux qu'un empennage "balai de chiotte" pour freiner une flèche !
  6. Excellent , faudra bien que je tente à nouveau de refourguer sur LBC ma guitare Cort electro acoustique pour gaucher (avec un laïus du même tonneau) !
  7. Beau boulot ! J'aime beaucoup le design des arcs assyriens !
  8. Oui, hein ? Je pense que la faute en incombe notamment au cinéma et à tous les trucs invraisemblables qu'on a pu voir dans les films dès que des archers faisaient partie du scénario (genre le gars qui en braque un autre pendant 5 minutes avec un arc à plein armement tout en taillant le bout de gras ). Personnellement, je n'obéis jamais à ce genre d'ordre lors du tir au drapeau. Je n'arme jamais à pleine allonge (disons au 4 cinquièmes au grand max) et j'attends l'ordre de décocher pour finir le geste et la décoche. Ça me fait tirer avec un léger contre-temps mais ça reste minime. Évidemment, si je tirais avec un lamellé, je me permettrais un peu plus de liberté...
  9. Ce n'est pas le fait que le gars arme les arcs à 32 pouces qui me dérange (surtout si ils ont été conçus dans ce but : merci pour le rappel ) mais surtout qu'il les laisse armés à cette allonge un temps qui me semble un peu trop long (j'ai chronométré une vingtaine de secondes à 32 pouces pour le 2eme arc soit 20 fois plus de temps qu'il n'en faut pour prendre une photo histoire d'apprécier l'équilibrage)... Ben justement j'ai l'impression que tout se fait sans transition mais heureusement c'est de l'osage comme le dit Bruno (et les cotes sont généreuses donc ça passe). Je connais un archer dont l'arc (LB en if) a pété sur un tir au drapeau. Tout le monde avait armé à pleine allonge et attendait l'ordre de décocher (qui n'est pas venu pendant d'interminables secondes et là CRAC...ça a été le drame )... Et cet arc était d'une taille respectable (en longueur)(plus grand que l'archer)... Bon il faut aussi relativiser en acceptant que le destin de cet arc était peut-être de se briser un jour ou l'autre et éventuellement en tournoi mais en tout cas l'archer en question en avait un peu gros sur la patate, comme on dit (tout en imputant la casse au fait d'avoir trop longtemps attendu à plein armement)...
  10. Ouch, en effet, on frise la torture sur selfbow en danger (je m'attendais à tout moment qu'un des arcs finisse par lui péter à la gueule) ... En tout cas, en voilà un à qui je ne suis pas prêt de prêter un de mes bouts de bois...
  11. Oui très beau cadeau (ça m'aurait trop fait plaisir à son âge) !!!
  12. Je me suis déjà posé exactement la même question. Les fibres végétales (lin, coton etc.) "capturent" la couleur beaucoup plus difficilement que les fibres animales telles que la laine. Mes petites tambouilles de teinturier très amateur me l'ont vite confirmé. Cela dit, le lin peut tout de même se teinter avec des matières naturelles (copeaux, fleurs, feuilles) mais il faut se dire qu'un beau rouge offert par la garance sur de la laine donnera au max du rose un peu fade sur du lin. Les baies de sureau hièble donneront un bleu très délavé etc. Ce qui tendrait à corroborer l'idée qu'on ne teignait pas le lin au Moyen Age (ou alors c'était dans une proportion nettement inférieure à la teinture de la laine) du fait des couleurs obtenues qui étaient très peu soutenues. Sans oublier que les vêtements de dessous (braies=pantalon, chemise) se devaient d'être les plus clairs possibles en raison d'une certaine morale voire une vision religieuse. Les sous-vêtements en coton sont restés blancs jusque dans les années 60 malgré les progrès de la teinture chimique pour possiblement les mêmes raisons (je renvoie à la lecture de Michel Pastoureau qui l'explique mieux que moi). Pour revenir à la teinture du lin, on obtient surtout des tons pastel avec des matières végétales. Un truc qui a bien marché a été de tester la galle de chêne. Ce sont des boules très légères qui résultent de l'infestation du chêne par un insecte. Ces galles contiennent énormément de tanin et ça permet de pré-teinter le tissu (on obtient une sorte de brun clair). Par la suite, passer ce même tissu pré-teinté (ou mieux "mordancé", terme de teinturier) dans un autre bain par exemple de jaune (les fleurs de genêt en sont gavées) m'a permis de faire un péter un orangé ma foi pas trop vilain. Il y a également le vinaigre de clous (acétate de fer) qui fonctionne bien pour faire virer une teinte mais là on part plutôt vers les tons froids (verts, bleus). Les teinturiers anglophones parlent de "saddening" (attrister). Pour ce qui est des propriétés méca du lin qui aurait été teinté par des matières végétales, je n'ai aucune idée si ça les amoindrirait (ou pas). En revanche, le mordançage de la laine par l'acétate de fer peut endommager quelque peu la fibre du fait de l'acidité du bain qui ronge un peu la kératine de la laine. Ce n'est pas bien grave si les dommages restent modérés dans la mesure ou on ne demande pas forcément à du fil de laine d'être assez solide pour pouvoir en faire des cordes d'arcs. Une question qui me taraude depuis longtemps est de savoir si les paysans représentés en train de moissonner (enluminure qui suit) sont vêtus de lin ou de laine. C'est la saison des moissons, il fait chaud et peut-on raisonnablement imaginer des moissonneurs portant sur eux du tissu de laine pour effectuer un tel travail physique et harassant ? Si ce n'est pas le cas, on peut supposer qu'ils ne portent sur eux que des vêtements de lin que l'enlumineur a choisi de représenter en couleurs pour 2 d'entre eux. Et on peut voir que le bleu et le rouge sont quand même assez délavés. Je n'affirme rien et ne dit pas que ceci est une preuve mais ça m'interroge quand même un peu sur les probabilités que le lin ait quand même pu être teinté dans les temps anciens (image extraite des miniatures des Très Riches Heures du duc de Berry, XVeme siècle)...
  13. Ah je me répète... Alzheimer, déjà ?... Bon, j'vais faire des mots croisés pour stimuler les neurones !
  14. L'arc en cornouiller était prévu pour une allonge maxi de 27 pouces ? Dans cette mésaventure, le propriétaire aura quand même réussi à se faire rembourser le prix de l'arc (je n'ose pas imaginer la tête du gars qui vient de te péter ton arc et qui se débine, l'air de rien, en sifflotant genre "ben quoi ?")... Remarque perso : il est peut-être hasardeux de prendre à la lettre les enluminures et dessins d'époque médiévale pour en déduire des tailles d'arc ayant vraiment été utilisés (je dis ça en pensant à la démarche du client, il va de soi que je ne remets pas en cause ton savoir-faire).
×
×
  • Create New...