Jump to content

Le Paresseux

Membres
  • Content Count

    2159
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    12

About Le Paresseux

  • Rank
    hyperactif contrarié

Previous Fields

  • Département (ex: 01):
    46
  • Matériels (arc, flêches etc...)
    Bouts de bois...

Recent Profile Visitors

2352 profile views
  1. Le Paresseux

    choix corde et flèche pour un 1er arc

    Le dacron est toujours déjà un peu ciré (en tout cas suffisamment pour que les fils adhèrent entre eux sans avoir à en rajouter). Sur la photo que j'ai posté, il s'agit d'une corde faite en lin qu'il faut nécessairement enduire de cire pour le même résultat question adhérence. Sinon je fais mes cordes exactement comme les tiennes avec une épissure en bas pour la 2eme boucle. Ta corde me semble nickel, y a rien d'anormal vu d'ici (manque juste le tranche-fil au milieu)...
  2. Le Paresseux

    choix corde et flèche pour un 1er arc

    Je suis loin d'être un spécialiste des cordes mais je dirai que si la corde a été bien faite et cirée comme il faut, il n'y a pas besoin de tranche-fil à cet endroit. Cela dit, perso je le fais systématiquement pour des raisons en partie esthétiques et aussi par ce que ça me tranquillise la vue... Tu vas faire une épissure ou un noeud d'archer pour la 2eme boucle ?
  3. Le Paresseux

    choix corde et flèche pour un 1er arc

    Comme les messages précédents : du Dacron blanc un peu foncé au brou de noix peut très bien convenir pour une corde d'inspiration "histo" (le truc étant d'éviter les couleurs vives qui jurent toujours un peu avec les arcs primitifs). Rien n'empêche de faire une deuxième corde avec du bon fil de lin (marque Barbour) pour la satisfaction d'avoir une corde davantage "histo" ...
  4. Le Paresseux

    Come back avec une branche de Cornouiller sanguin

    Il vaut mieux attendre que le poids soit stabilisé, en effet, et il faudra veiller à ne pas aggraver la fente tout en recollant les 2 parties, ce qui risque de ne pas être facile. Tu ne t'es pas facilité le début du chantier...
  5. Le Paresseux

    Come back avec une branche de Cornouiller sanguin

    Ah ben alors ! C'est pas bien, ça, de couper du bois comme un sagouin n'importe comment (une bonne scie, c'est quand même pas très cher )... Bon sinon, pour moi, c'est la soluce 1 : epoxy dans la fente + ligature au moment des finitions (sois généreux avec la colle, faut que tout soit bien imbibé : un peu comme Bob l'éponge, le pilier de mon bistroquet préféré ). Plus sérieusement, les fentes dans le sens de la longueur sont moins problématiques que celles en largeur donc il me semble que ça n'empêchera pas la finalisation de l'arc. Il vaut mieux éviter la solution 3 : sur du cornouiller, ça me paraît pratiquement infaisable sans passer à travers les cernes. A y est, c'était mon avis ... edit : attention cependant à ne pas devoir redresser après cette partie de branche à la chaleur, auquel cas je ne garantis pas le comportement de la colle portée à de très hautes températures (et donc peut-être que l'option 2 pas tip top pourrait s'avérer le seul compromis viable)(à moins d'aller chercher un autre morceau de cornouiller en le sciant proprement, bien sûr)...
  6. Le Paresseux

    Come back avec une branche de Cornouiller sanguin

    Ces taches ne me semblent pas de nature à endommager le bois. Certes, le morceau n'a pas assez "respiré" mais tant que des fentes n'apparaissent pas, tout se passe bien. Peut-être que le plastique est de trop ? J'avoue n'avoir jamais pratiqué cette méthode ... Ben justement je préfère garder au contraire le liber qui ne part pas. D'abord par ce que je trouve que c'est plus beau avec (spécialement sur le dos d'un arc en cornouiller dont j'aime bien l'aspect du dos zébré clair et foncé genre genre peau de reptile). Ensuite parce qu'on entame assez vite le cerne en dessous si on gratte trop (même avec une éponge métallique). Il faut prendre le temps d'observer la structure du bois en coupe à la loupe pour s'apercevoir que le bois est tellement compact que les cernes sont vraiment ultra ultra minces. Et même si passer à travers ne fait pas courir un grand risque à l'arc, je préfère éviter de le faire dans la mesure du possible...
  7. Le Paresseux

    Quel Matériel Avez Vous ?

    Ben justement à propos, je découvre l'arc à levier avec ce post. Quelles sont les spécificités de ce type d'arc et pourquoi le préférer à un poulie (question de néophyte) ?
  8. Le Paresseux

    Quel Matériel Avez Vous ?

    Pour avoir des souvenirs des vieux à la ferme qui tuaient le cochon par égorgement (et qui n'a jamais entendu le cri de cet animal qui se voit mourir ?), je me dis que c'est pas pire. Et je raconte pas quand il faut partir aider le paysan de voisin pour séparer les petits veaux de leurs mères (avec pour unique direction : l'abattoir) dans les beuglements affolés des mères et les petits qu'on fait monter dans le camion en trébuchant et en leur cassant les pattes... C'est à ce prix que revient le steak au supermarché... D'autres partent chasser, certains pêchent et d'autres encore deviennent végétariens ...
  9. Le Paresseux

    Hello à tous

    Bienvenue sur le forum !
  10. Le Paresseux

    Come back avec une branche de Cornouiller sanguin

    J'avais mis une fois de côté un très joli morceau de cytise dont le séchage a été une vraie cata : fissures partout. Pourtant j'avais cueilli la billette en plein coeur de l'hiver (il faisait un froid de canard), les extrémités du morceau avaient été enduites de mastic à cicatriser tout ça tout ça. Mais ce bois contenait tellement de sève que ça pissait comme de l'érable et pour finir j'ai royalement loupé mon affaire snif ... Donc tout peut arriver (même quand on fait attention)... L'option séchage du morceau dégrossi (en gardant quand même des marges confortables au niveau des côtes générales) et non écorcé est sans doute le plus raisonnable par ces temps de canicule. Pour avoir déjà fait sécher du cornouiller, je n'ai jamais connu de gros problèmes de fissures avec ce bois excepté pour les gros morceaux (genre 10 cm de diamètre). Là c'est effectivement plus risqué et du plastique enroulé autour des parties sensibles peut calmer le processus (Corbeau l'a souvent pratiqué). Pour ce qui est des contraintes, j'essaierai effectivement de ficeler la branche contre un tasseau épais et droit mais bon ça n'est peut être pas possible à faire vu qu'elle est encore épaisse et qu'elle ne voudra peut-être pas encore vouloir se faire "corriger"... Ne te retiens pas de poser des questions. Aucun de nous n'a la science infuse et ça fait longtemps qu'il n'y a pas eu de sujet dans la rubrique "arcs primitifs" donc on sera tous contents d'échanger des points de vue sur la bonne façon de procéder avec ta billette. Au final, c'est toi qui restes le patron du chantier et qui prend les décisions ...
  11. Le Paresseux

    Come back avec une branche de Cornouiller sanguin

    Oui je plussoie naturellement... Les départs de micro fissures, ça peut partir très vite mais d'un autre côté tu peux toujours rattraper le coup si ça se met à partir en sucette... Il m'est arrivé de stopper le processus en immergeant (brièvement) le bois tout entier dans l'eau pour y parvenir. Si la cave de Flofrap07 est vraiment aussi fraîche qu'il le dit, une branche de cette taille même écorcée, why not ? Maintenant on peut aussi privilégier l'option plus classique et laisser sécher avec l'écorce. Dans tous les cas de figure, j'essaierai perso de déjà contraindre le bois tant qu'il est vert et de le laisser sécher ainsi ...
  12. Le Paresseux

    Come back avec une branche de Cornouiller sanguin

    Ah l'écorçage du cornouiller en vert, oui ou non ? Éternelle question... C'est sûr qu'il est facilité d'écorcer en vert (plus simple à faire en tout cas)... Mais écorcer en sec est faisable aussi (ça a été le cas sur tous mes arcs en cornouillers) mais dans ce cas c'est surtout avec du ponçage qu'on parvient à enlever (seulement en partie) l'écorce. L'écorce du cornouiller présente en effet la particularité d'adhérer très fortement sur le bois en dessous. J'hésite à parler d'aubier tant cette essence de bois est homogène et drastiquement compacte. Pour résumer, en vert c'est plus facile et je ne pense pas que ça craigne dans la mesure ou ta branche est plutôt une branchette et que sa (relative) petite masse devrait minimiser le risque de départ de fentes (si elle reste au frais avec contrôles réguliers).
  13. En fait, je disais ça parce que je bosse sur un profil similaire (avec un arrondi au niveau de la poignée)... D'ou ma question...
  14. Le Paresseux

    Come back avec une branche de Cornouiller sanguin

    Salut ! Sympa ce sujet... Et en plus avec du cornouiller, un de mes préférés (de bois d'arbre) ! Franchement, si tu peux éviter des noeuds embêtants par un bon tracé, n'hésites pas... Quitte à devoir redresser par la suite l'ébauche à la chaleur (faut pas en avoir peur mais le faire au feeling). Bon il est vrai que c'est surtout de l'orme que j'ai redressé jusqu'à présent (et jamais du cornouiller)... Tant que le bois est vert, tu pourrais essayer de le faire sécher en lui donnant déjà une forme intéressante (il n'est pas trop tard mais surtout il faut mettre la branche au frais et au sec)(et surveiller le séchage )...
  15. Tu ne crains pas d'avoir des difficultés à travailler un bois aussi dur (émoussage des outils, usure des lames etc.) ?
×