Le Paresseux

Membres
  • Content count

    1100
  • Joined

  • Last visited

About Le Paresseux

  • Rank
    Posteur en chef

Previous Fields

  • Département (ex: 01):
    46
  • Matériels (arc, flêches etc...)
    Bouts de bois...

Recent Profile Visitors

941 profile views
  1. Bienvenue à toi !
  2. Après l'avoir laissé l'arc encordé 1 petit moment à l'air ambiant, on peut aussi armer et décocher en sous allonge pour les premières volées (un peu comme pour les tout premiers tirs d'un selfbow sorti de l'atelier), le temps de mettre le facteur/archer en confiance (et de vérifier ce qui cloche le cas échéant : corde mal encochée etc.). Ne pas ramener l'arc encordé en intérieur et le débander 2 h après si l'on passe d'un milieu humide et froid à un milieu chaud et sec : avec un arc en frêne, c'est le meilleur moyen de prendre du suivi de corde !
  3. Pas mieux... Certains préconisent même de tirer sans protection pour se forcer à travailler le bon geste... Sinon un APN en mode vidéo peut être utile pour étudier toute la séquence de tir... Et 45 lbs, ça commence quand même à tracter un peu si on en a pas l'habitude : peut-être essayer un arc un peu moins puissant ?
  4. De mon côté, j'avoue n'avoir jamais compris non plus le shema dans Arcs 1 (chap. "la naissance de l'arc") faisant la différence entre un LB dit asymétrique et 1 flat symétrique ... Même si mes capacités de compréhension sont limitées, la raison vient peut-être aussi du fait que c'est mal expliqué... Toujours est-il qu'à l'usage, je ne procède pas autrement que toi avec un passage de flèche juste à 1" au dessus du centre symétrique de l'arc... Comme il y a toujours une branche qui donne l'impression de s'ouvrir légèrement + qu'une autre, ça devient la branche du haut et je m'en contente... Sinon, je n'ai jamais essayé de construire 1 flat donc zéro expérience sur le sujet ...
  5. A y est... Voir le plan 1 peu + bas cité par Corbeau...
  6. L'ami Corbeau avait mis un lien vers le plan de Jim Ham (que je ne retrouve pas dans les archives) et ça m'a bien rendu service de mon côté. Les cotes pour un long bow sont peut-être un peu excessives (largeur notamment) mais ça permet de ne pas trop se rater (en tout cas avec une essence de type frêne aux cernes hyper réguliers ; tiré d'un plateau en scierie) et de ne pas être trop déçu question puissance. Il me semble bien (de souvenir) que ses cotes pour une poignée sont plutôt de 6", toujours fondus compris...
  7. avec des fondus, bien sûr...
  8. Et 6" pour un long bow ne me semblent pas excessifs ...
  9. Cet arc...rhâââ lovely (Gotlieb, si tu nous regardes de là haut)... La moto est pas mal non plus mais j'aurai bien vu en sus 2 sacoches à l'arrière (genre faites en testicules de diplodocus, par exemple)(ah mais on me dit à l'instant que les dinosaures avaient déjà disparu à l'époque de Capitaine Caverne : un mythe s'effondre ) !
  10. Joli !
  11. Salut Stéphane ! Avec un aussi faible diamètre de billette au départ, je pense que j'aurai attaqué perso direct à la plane sans chercher à fendre (vu qu'à priori il n'y a qu'un arc de réalisable). Mais bon tu as eu du bol et l'opération s'est bien passée, tant mieux ! Le morceau est assez sympa et les 30# visés réalisables !
  12. Les mésanges sont particulièrement friandes des récoltes de noix entreposées sur les claies lors du séchage (mois d'octobre en Périgord) et j'ai assisté plusieurs fois à leur manège. Le stock de noix est entreposé en hauteur et il est grillagé sur tous les côtés pour éviter les razzias inopportunes mais cela n'empêche pas ces charmants volatiles de s'y introduire pour peu que la porte d'accès (grillagée elle aussi) soit à peine entrouverte (bien obligé pour pouvoir y vider les sacs de noix fraîchement lavées et triées) et là c'est le drame la curée... A se demander si quelques unes ne restent pas volontairement près de la porte pour pouvoir avertir le reste de la bande dès que le bipède récoltant et forcément mécontent se pointe... De véritables cailleras, je vous dis !...
  13. Au rayon bibliophilie, je me permets de signaler ce livre sorti il y a 1 ou 2 ans : L'attrapeur d'ombres / La vie épique d'Edward S. Curtis (Timothy Egan, ed. Albin Michel). On connaît tous les photos, mais un peu moins le bonhomme, décrié par certains pour ses excès de mises en scène... Apparemment, il ne s'est pas contenté de photographier mais a aussi produit des films. Bouquin très intéressant, en tout cas !
  14. Par chez nous (Sud Ouest), on en voit encore. Pour ce qui est de la survie en milieu semi-urbain, elles me semblent de toutes façons beaucoup plus futées que ces pauvres rouge-gorge, un mets de prédilection pour les minets de tout poil ...
  15. Paresseux dit que : "de toutes façons, les couvertures infestées de variole ont certainement fait autant de mal aux populations autochtones que les décès par arme à feu... " Je pense qu'on est tous d'accord pour dire que les couvertures infestées de variole et délibérément distribuées aux indiens n'ont pas fait autant de mal que les décès par arme à feu. Ca c'est la légende... Oui, je reconnais humblement avoir écrit à la va vite l'affirmation citée plus haut sans avoir pris le temps nécessaire de me renseigner plus amplement sur un sujet que je connais mal, à savoir la distribution volontaire avérée ou non de ces fameuses couvertures contaminées à la variole dans un espace-temps précis. Du coup la controverse suscitée par mon propos m'a en tout cas permis d'en apprendre davantage, ce qui est aussi la vocation d'un forum, me semble-t-il, non ? Concernant l'impact des "alliés invisibles"(dixit ce même chercheur, prof d'anthropologie à l'université de l'Illinois, Chicago) que furent, je le cite, "virus, bactéries, graines de plantes et mammifères", ils "entraînèrent un taux de mortalité infiniment supérieur que les conquérants humains qui progressaient dans leur sillage"..."Ainsi, les estimations les plus hautes du nombre d'Aztèques morts au combat lors de la conquête espagnole (du fait, notamment, des alliés Indiens des Espagnols) frôlent le chiffre de 100 000, alors que les pathologies introduites tuèrent au moins 4 millions de personnes et peut-être plus de 8 millions de Mexicains centraux dans la décennie qui suivit. Dans ces nouveaux mondes, les groupes indigènes allèrent fréquemment jusqu'à perdre entre le tiers et la moitié de leurs populations au cours de la seule épidémie initiale. Il était donc évidemment plus facile de dominer des adversaires qui venaient tout juste d'assister à la disparition de la moitié de leurs camarades et de leurs familles en raison d'une maladie importée et non curable ou de voir étouffer - par les mauvaises herbes et les bêtes sauvages de l'envahisseur - les éléments essentiels de leur économie. Crosby en conclut que les victoires remportées par les petites armées de Cortès et de Pizarre sur les empires Aztèques et Incas très peuplés, étaient 'en grande partie le triomphe du virus de variole'". L'auteur cité par Keeley est Alfred W. Crosby mais pour le coup je n'ai pas lu ces ouvrages. Un lien vers la page Wiki : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_W._Crosby