Jump to content

Le Paresseux

Membres
  • Content Count

    2334
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    18

About Le Paresseux

  • Rank
    hyperactif contrarié

Previous Fields

  • Département (ex: 01):
    46
  • Matériels (arc, flêches etc...)
    Bouts de bois...

Recent Profile Visitors

3132 profile views
  1. Ah ben ça pour sûr que ça pique ... Mais bon le gars a l'air d'exploiter un vrai gisement et là on part pas avec de l'if de second choix (enfin disons que si j'avais d'aussi belles billettes en ma possession, il y aurait comme un retour de motivation à l'idée de gratter à nouveau de l'if )...
  2. C'est peut-être un peu hâtif mais je me demande si cette différence de teinte bien marquée entre aubier et duramen ne constitue déjà pas en soi un critère de sélection ? Sut la grande majorité des images qui nous sont parvenues depuis l'époque médiévale, les arcs en if sont représentés franchement bicolores. En raison de contraintes techniques tel que leurs gabarits massifs, les warbows devaient être extraits de troncs refendus (et non de branches) à partir d'arbres sélectionnés ayant poussé dans certains écosystèmes bien particuliers. Je crois avoir entendu ou lu quelque part que les Angloys du temps jadis avaient fini par importer de l'if venant d'Italie après avoir épuisé les ressources de leur île...Et il y a en Italie des massifs montagneux qui offrent les conditions optimales pour produire de l'if poussant en altitude... Après il y a aussi la possibilité de se procurer de l'if chez un dealer (mode humour LOL), genre ici du bon if du Pacifique (bon faut un peu raquer et puis avec les grèves en ce moment c'est pas garanti que la billette arrive) : https://www.ravenbeak.com/staves.html
  3. Je vis à la campagne et je peux prospecter sur un terrain familial ou il y a beaucoup d'arbres. Les 2 derniers ormes que j'ai prélevés étaient en bordure de route (toujours sur le terrain) et ils auraient pu menacer une ligne téléphonique juste à côté le jour ou la maladie les aurait rattrapés. Je me suis donc contenté d'anticiper sur la taille "à l'arrache" que n'auraient pas manqué de faire les gars du département chargés de l'entretien du bord des routes. Comme je n'ai pas de gros besoin de matière première, je gère mon (tout petit) stock de bois sans chercher à le faire grossir davantage. Je n'aime pas couper pour rien. Sans compter que certains des ormes sains que l'on voit encore sont difficilement exploitables du fait d'être trop tordus. En me promenant, j'ai souvent repéré dans les champs des ormes qui étaient desséchés depuis longtemps, tués par la graphiose. La facture d'arc est un loisir plutôt confidentiel et il n'y a pas grand monde qui s'émeut de voir ce bon bois se perdre. Pour mon dernier prélèvement, je me suis contenté d'un cornouiller (qui a été écorcé dans la foulée et se trouve en cours de séchage) et également d'un assez joli tronc d'aubépine (ça fait 2 ou 3 ans que je l'avais repéré). On trouve également beaucoup de robinier dans les mêmes biotopes. Les anciens s'en servaient souvent pour faire des piquets durables et pratiquement imputrescibles (ils appelaient ça de l'acacia). Vu la nature plutôt invasive de cette essence, je n'aurai pas de remords particulier à en prélever un ou deux pour essayer, un jour... Le frêne est abondant lui-aussi mais j'ai été un peu déçu par ce bois (pas très nerveux) même si d'autres arrivent à en faire de bons arcs...
  4. +1 On espère que tu aboutiras. Je n'aurai jamais réussi qu'à faire un arc en if il y a pas mal d'années mais la puissance était vraiment très peu importante (les autres tentatives ont été vouées à l'échec mais je ne faisais pas grand chose dans les règles de l'art à l'époque)(concernant le séchage, le respect des cernes du dos etc.). Pour ne pas me dégouter trop vite de la facture d'arc (ou plutôt de la fracture), je me suis rabattu sur d'autres essences telles que le cornouiller ou l'orme que j'ai trouvées nettement plus gratifiantes.
  5. Sincèrement navré pour ton arc. Ce qui fait surtout râler, c'est de casser une pièce qui ne présentait pas de difficultés particulières à priori. Quand il s'agit d'une billette un peu compliquée, je trouve que la déception est moins grande en cas de casse.
  6. Salut ! Les quelques arcs dont j'ai aboutis sont de design mixte : long bows à section plate (faute de pouvoir travailler de l'if qui permettrait une section en D). Donc oui tu as la variante possible de l'arc pyramidal, qui est plutôt agréable à l'oeil, en gardant une section plutôt rectangulaire. Un bon exemple ici, signé de notre cher maître Corbeau qu'on ne présente plus :
  7. En tout cas, c'est ma soluce Sam Suffit et ça m'a bien réussi jusque-là. Effectivement, une lampe avec abat-jour n'est pas l'idéal pour pouvoir projeter l'ombre pile au dessus de ta pièce de bois. Perso je me sers de ce genre de spot (c'est bien d'en aligner 2 au dessus de la billette pour pouvoir projeter l'ombre la + nette possible)(je fais pas de la pub pour ce magasin, c'est juste pour donner l'idée du matériel) : https://www.leroymerlin.fr/v3/p/produits/lampe-scandinave-metal-noir-seynave-spot-pince-nomade-e1501694019?megaboost&gclid=Cj0KCQiAiNnuBRD3ARIsAM8KmlsxQ6USZ7D1slr0htfz9DVd8FNpLCD8wWaOL-BQAR3t8wF-glOGyw8aAv0KEALw_wcB&gclsrc=aw.ds
  8. Pour projeter une ligne droite sur une billette, je me sers d'un moyen tout simple : je tends une cordelette en attachant chacune de ses 2 extrémités à 2 points stables (le pied de mon établi d'un côté et le pied d'une chaise de l'autre côté)(il faut bien tirer la chaise pour que la cordelette soit en tension)(au besoin je rajoute un poids sur ladite chaise) et j'aligne la billette sous la corde, 10 cm en dessous. En rajoutant 1 ou 2 points d'éclairage pile au dessus de la corde, une ombre est projetée sur la billette et je n'ai qu'à reporter au crayon le tracé sur la billette. Simple comme bonjour (faut juste avoir assez de longueur de corde, 2 points stables et 1 ou 2 sources d'éclairage qu'on puisse fixer ou on veut) !
  9. Serait-il possible de connaître les caractéristiques des cernes du frêne utilisé pour la fabrication de cet arc : étaient-ils minces ou larges et quelle était la proportion bois d'été/bois de printemps ? Merci d'avance !
  10. En tout cas, quand je vois ce que tu fais avec du frêne, ça me donnerait presque envie de me frotter à nouveau à cette essence. C'est un peu bête mais je reconnais que je me suis laissé influencer par les casses que j'ai pu connaître au début avec certains bois (if, frêne)(et pas beaucoup d'expérience perso, il est vrai) alors que mes grattages de cornouiller et surtout d'orme ont été payants (et continuent à l'être vu que ces arcs m'accompagnent en tournoi). Du coup je délaisse depuis des années les restes d'un plateau en frêne (cernes très épais) et quelques morceaux d'if (franchement noueux) qui seraient peut-être exploitables (qui sait ?)... Après il faut trouver le temps d'aller se cailler les miches dans un atelier pas chauffé et tout ça après le boulot donc pas évident vu la froidure de la saison (et la bonne crève de l'hiver )... Mais bon je ne lâche pas l'affaire pour autant ... Je plussoie quant à la vision (disons réservée) de l'ergonomie et donc de l'efficience de l'arc viking mais bon : passé une certaine puissance, ces énormes poupées/poignées ne doivent pas avoir tant d'impact que ça sur le fonctionnement de l'arc. D'autant qu'on envoie du lourd quand on est viking. Qui sait si les vikings ne privilégiaient pas ce design d'arc (qui me semble particulièrement robuste) du fait de la rigueur des conditions de leurs expéditions ? S'embarquer sur un drakkar avec armes et bagages ne garantissait pas le confort du voyage dont les pertes et les bris de matériel divers ne devaient constituer qu'une des multiples péripéties... Pour résumer, je dirais que le risque de casse involontaire des poupées me semble limité vu leur épaisseur... Et l'arc est aussi facile à bander qu'à débander, la corde étant retenue par un moyen tout simple... Simple et rustique mais bien conçu !
×
×
  • Create New...