Comtedelanorena

Membres
  • Content count

    421
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

About Comtedelanorena

  • Rank
    Pilier de forum
  • Birthday 03/09/64

Previous Fields

  • Département (ex: 01):
    13
  • club, association:
    M.A.S Miniature Arms Society (USA)
  • Matériels (arc, flêches etc...)
    Aucun

Recent Profile Visitors

613 profile views
  1. Tout à fait d'accord avec toi cher ami, le vrai danger c'est l'homme et son incommensurable connerie. Concernant les armes, je préfère celles qui tuent mes ennemis que celles qui ont assujetti ou annihilé notre peuple et nos alliés (déformation professionnelle )
  2. Effectivement mon cher Pedro, ce sont des armes d'exception. J'éprouve envers elles, juste le malaise qu'elles aient été le "fer de lance" de l'infanterie Nazi qui nous a envahi en 39... Lorsque j'étais jeune, j'ai beaucoup fabriqué de maquettes au 1/72 (Heller Tamiya) de chars Allemands (Tigre, Panzer, etc.). Mon père (né en 32) avait connu les "joies" de l'occupation Allemande. Il regardait d'un air dubitatif mes créations...Surtout lorsque je disais "C'étaient des supers chars ça, hein Papa ?" J'en comprend maintenant la raison ! Une arme de guerre aussi sophistiquée et bien réalisée soit-elle, reste un objet destiné à donner la mort. Lorsque je reproduis un Spencer de 1865, je ne peux m'empêcher de penser que cette ingénieuse mécanique a tué plus d'Américain, d'Indiens et de gibiers divers que nécessaire ! C'est mon propre paradoxe, j’aime reproduire et utiliser (sur cible) des armes de guerre, mais je désapprouve la finalité de leur conception "tuer des hommes et des femmes" ! Surprenant pour quelqu'un qui fut pendant 25 ans militaire de carrière !
  3. Cela pourrait, c'est tellement bien réalisé, mais Michel ne cherchais pas spécialement à le faire, car il faut fabriquer des cartouches spéciales. L'utilisation de telles merveilles en "réel" use les pièces mécaniques, ternie les bronzages, abîme et salie les boiseries, je ne parle même pas des répliques Boutet aux canons incrustés d'or 24 Ct... Michel s'est concentré sur la réplique fidèle à l'original, le fait de tirer ne l'intéressait pas. Je suis dans une autre démarche, pour moi il faut que cela fonctionne avant tout, l'aspect "historique" m'intéresse moins.
  4. Michel Lefaivre, Un immense artisan m'a rendu visite ! Les copains ci-dessous copié-collé des 2 messages postés sur Poudre Noire suite à la visite de mon ami Michel Lefaivre. J'en suis encore tout émoustillé ! Salut les potos, j'ai eu l'honneur et l'immense plaisir de recevoir mon ami Michel Lefaivre ces 2 derniers jours à Istres. Nous nous étions jamais rencontré et cette entrevue a scellé définitivement tout le bon ressenti mutuel que nos échanges téléphoniques et courriels avaient laissé entrevoir. Je vous avais déjà parlé de Michel, de ses incroyables répliques réduites d'armes mythiques (Boutet, Luger, Mauser, etc.) et de ses nombreuses récompenses internationales.Premier prix au concours de miniatures du championnat du monde de la NRA au Texas en 2005. > http://www.chassons.com/news/chassons/m ... /armes.htmPremier Prix 2010 du meilleur artisan travail sur métal > http://www.craftsmanshipmuseum.com/lefaivre.htmTout en bas du lien ci-dessus vous trouverez des liens et articles en Français parlant des chefs-d'oeuvre de Michel .Que vous dire de plus...Et bien, un peu comme pour mes modestes créations, en miniature l'original est plus beau que la meilleure des photos. Lorsque l'on observe la photo macro d'une miniature, on se dit " Waouh c'est beau et chiadé" mais on ne perçoit pas le travail qu'il y a derrière... Lorsqu'on vous met dans les mains le tromblon de chasse d'Eugène de Beauharnais à l'échelle 1/3, que vous actionnez le chien au ressort parfaitement dosé que vous regardez les volutes du bassinet finement ciselées alors qu'elles font moins d'1 mm d'épaisseur vous êtes subjugués... Que dire des gravures dorées à l'or 24 Ct par un graveur MOF, c'est hallucinant.... Certains points, traits, volutes font 2 ou 3/10 maximum d'épaisseur, sublime !!! Le Mauser 98 K est son plus long chantier, il a nécessité 2200 heures de travail, la complexité du système de verrouillage de culasse est une des rasions.Je vous laisse découvrir l'oeuvre de Michel cela vaut le détour > http://www.hostingpics.net/album/ElZurdo-311925.html Michel est un grand maître dans le domaine de la miniature d'armes artisanales. Il faut une abnégation sans faille, de grandes qualités manuelles et un savoir-faire extraordinaire pour réussir de telles prouesses. Je suis assez fier de moi, car Michel a été bluffé par ma machine à rayer les canons, par mon adresse à dessiner (il m'a dit que mes plans étaient plus beaux que les siens, il est très courtois !) et par mon ingéniosité à résoudre les problèmes de fabrication des cartouches (il a pris quelques-uns de mes croquis conceptuels). Il m'a dit qu'en persévérant ainsi, j'aurais un jour la reconnaissance de mes pairs. Ce qui est la plus beau compliment que l'on puisse faire à un bricoleur de mon acabit. Voici la suite de ses créations, Michel a eu la gentillesse de m'amener le Top 4 de ces plus belles créations. Voici maintenant le Mauser 98 K 1/3 et le Luger Marine 1/2,5.> http://www.hostingpics.net/album/ElZurdo-311959.html
  5. Allons mon bon Shiv tu n'as pas à t'excuser, tes remarques sont tout à fait pertinentes ! Je donne parfois l'impression de pérorer tel un maître de chaire dans un amphithéâtre, mais je suis ignare dans le domaine de la cire perdue. Je pense, ou plus exactement comme tout rêveur "j'espère" que j'arriverais à maîtriser cette délicate technique pour parvenir à mes fins. Le seul bémol reste la réussite de la coulée de l'acier à 1500°C (ce n'est pas de l'or ou de l'argent...) Mais je garde espoir, quand je vois le travail d'un bijoutier de la classe de Rick Metz, ses ébauches en cire sont sublimes et le résultat final obtenu est à la hauteur du travail d'orfèvre qu'il pratique sur la cire. Je suis assez "persistant" (à défaut d'être patient), soit assuré que mes modèles de cire seront très travaillés. Je reste convaincu que si le modèle en cire est bon, que les phases de recouvrement de plâtre et de coulée sont bien maîtrisées, le résultat final doit être bon. Je subodore que les bijoutiers qui utilisent de très nombreuses fois les mêmes moules en caoutchouc pour dupliquer des pièces s'exposent beaucoup plus que moi au problème de dérive des côtes et de défauts des modèles de cire. Enfin, la grosse différence entre ton fabricant de bijoux et moi, c'est que je ne vise (pour le moment) aucune rentabilité financière. Mon but premier est de faire beau, fonctionnel et fiable, si par bonheur un jour l'équilibre financier est de la partie ce serait du pur bonheur ! ici une vidéo publicitaire pour les silicones Castaldo Ici le travail à la "chaine" des bijoutiers Indiens la finesse des filigranes et le résultat après coulée des arbres non retouchés est assez bluffant !
  6. Salut Shiv, tu as parfaitement raison les moules caoutchouc génèrent des pertes dimensionnelles et des défauts de coulée au même titre que tous les autres moules non usinés en matériaux solides et stables. Il ne faut pas perdre de vue que le but d'un moulage est de dégrossir le travail. Dans le cas présent nous parlons de moules qui vont permettre de créer le modèle en cire et non la pièce définitive. Il est bien plus facile de reprendre un modèle de cire pour lui donner du volume, affiner une côte, redresser 1 angle, corriger de menus défauts ou éliminer des bavures que sur une pièce en acier... n'est-il pas ? D'immenses progrès ont été faits dans ce domaine, le silicone est en train de surpasser le caoutchouc naturel vulcanisé en terme de restitution des détails et de préservation des côtes dimensionnelles. Enfin, à contrario d'un bijoutier qui va garder ses moules en caoutchouc plusieurs années (voire décennies) dans des tiroirs pour pouvoir couler une bague désuète revenue à la mode je ne compte pas stocker mes moules pendant des siècles ! L'idée est de m'avancer le travail, faire le boitier culasse tout à la lime et en assemblage mécano-soudé me prendrait au minimum 100 heures. Avec un moule qui me donnerait 90% des côtes définitives je gagnerais donc 90 heures.... Une broutille !
  7. Cher Corbac, tu oserais dire que parmi les aciers de fonderie "les aciers de construction ou de traitements" mentionnés sur cette liste sont destinés à ferrer les bourricots ? http://www.precicast.fr/fonderie/5-liste-des-alliages.html C'est effectivement une croyance béotienne que de penser qu'un "bon acier" est toujours fortement carboné, il existe nombre d'excellents aciers avec des taux inférieurs à 0,5 % de Carbone ! Notez que parmi les aciers de fonderie figurent 3 nuances d'aciers ressort... Mon ami Aimé, fait couler par une fonderie artisanale une majorité des ressorts pour les platines à silex qu'il restaure, il n'a aucun problème avec ces produits ! Mode taquin ++
  8. Coucou Marsounet ! Oui tu as parfaitement raison, en fonderie pour la fabrication de l'acier on ajoute de l'oxygène pur (il ne faut pas oublier que l'atmosphère terrestre n'en contient que 21%) lors de la fusion dans les hauts fourneaux pour diminuer le taux de carbone de la fonte (C > 4 %) pour en faire de l'acier liquide "sauvage" (C < 2%). Après on effectue l'affinage des nuances par les additions de différents éléments (NI, Cr, etc.) effectivement sous Argon. Dans le cas présent, je ne suis pas sûr du tout que la fonte de l'acier sous gaz neutre soit une nécessité pour plusieurs raisons : 1/ Les alliages d'acier utilisés pour l'acier de moulage sont très faiblement carbonés > http://www.precicast.fr/fonderie/5-liste-des-alliages.html 2/ La chauffe de fusion au chalumeau oxy-acétylénique ou mieux au four à induction est très rapide. Moins le métal est soumis à l'oxygène moins le taux de carbone diminue. 3/ De très nombreux ateliers de fonderie pratiquent la coulée par gravité en atmosphère ambiante sans que cela nuise aux qualités mécaniques des pièces produites. Pourquoi cela poserait-il un problème pour mes pièces ?
  9. Salut mon cher Corbeau, effectivement "L'autre solution" est la réalisation en usinage machine et main de deux 1/2 flasques qui seraient après soudés ou brasés durs ensemble. C'est une solution qui m'embête à plus d'un titre. Même en 1/2 flasque, les usinages des parties internes concaves et de la rainure interne en arc de cercle dégressif ne seront pas pour autant simplifiés, je n'ai aucun outil pour faire cela "facilement". Il faut donc fabriquer des outils spécifiques (très long), soit avoir recours à un centre de micro-usinages CNC ! Dans les 2 cas beaucoup de temps perdu et surement aussi beaucoup d'argent...pour un résultat hypothétique ! En plus cerise sur le gâteau, je veux essayer de faire un jaspage des pièces telles que le boitier culasse, la platine chien etc. Le jaspage à la boite est 1 truc de ouf. Il s'agit de chauffer les pièces entre 700 et 900° C dans une boîte remplie de corne brulée et/ou de charbon de bois broyé, puis de la précipiter dans un bain d'eau froide en ébullition forcée (pompe). C'est la précipitation de la pièce chauffée au rouge dans l'eau effervescente qui va donner les magnifiques motifs du jaspage > Réaliser un jaspage sur des brasées est impossible. La température de chauffe est supérieure au point de fusion de la brasure argent. Quant à la soudure autogène, j'ai peur que les tensions internes générées lors du refroidissement brutal de la pièce créent des fissures (toujours pareil, l'épaisseur de métal du boitier au niveau du trou de canon fait 7 à 8/10...) Le but de faire de la micro-fonderie de précision est de gagner du temps et de l'argent. Je pense réellement que les techniques de fonte à la cire perdue employées en bijouterie et en prothèse dentaire sont applicables à mon besoin...Mais je me trompe peut-être ! Les prothésistes dentaires emploient des super-alliages Nickel-Chrome ou Cobalt-Chrome (Ni-Cr et Co-Cr) souvent renforcés au molybdène (Mo) dont les points de fusion et de coulée sont similaires voire supérieurs aux aciers carbone ou alliés. http://campus.cerimes.fr/odontologie/enseignement/chap15/site/html/cours.pdf Je vais faire des ébauches en cire de mes pièces et je vais "essayer" de me rapprocher des prothésistes dentaires sur Istres pour voir si un de ces professionnels est disposé à faire un essai avec de l'alliage dentaire. Comme cela, 1/ je valide la faisabilité ou non de mes pièces coulées. 2/ Je disposerais de modèles en alliage dur et inoxydable pour pouvoir faire des empreintes caoutchouc ou silicone pour une duplication série !
  10. Ça va un peu mieux, tant mieux ! C'est le premier jour depuis mon opération où les douleurs se sont suffisamment faites oublier ! J'irais pas faire un footing, mais au moins je peux me déplacer sans me tenir le bide ! Durant ma convalescence, j'ai pu faire les plans du mécanisme complet. Il ne me reste plus que "l'accastillage" (canon, crosse, plaque de crosse, passant de bretelles, etc.) à dessiner. Le fait de faire les plans m'a vraiment assuré que j'étais un grand malade...dans tous les sens du terme ! C'est de la folie pure, le boitier de culasse avec toutes les portées et ajustements en arc de cercle sera une véritable sinécure, je me demande encore comment je vais pouvoir faire tout cela ! LIEN > http://www.hostingpics.net/album/ElZurdo-310517.html J'ai bien une idée mais elle est tout aussi alambiquée que le reste...me transformer en bijoutier-fondeur ! Voici une approche thématique, cela s'appelle la coulée à la cire perdue, c'est une technique vieille comme Érode. Ici ce n'est pas des métaux avec des points de fusion bas : bronze 1050°, argent 962°, or 1064° qu'il me faudra couler mais du bon acier qui fond entre 1430 à 1500°, pas pareil ! Pour réussir cette micro-fonderie, il faut réunir plusieurs conditions très difficiles à réaliser : 1/ ébauche en cire de très grande précision (certains détails, creux, rainures, arrondis font 2 à 3/10 d'épaisseur) 2/ confection d'un moule en plâtre de fonderie de grande précision. L'utilisation d'une pompe à vide sera nécessaire. 3/ température homogène et bonne fluidité du métal à couler, répartition rapide et "forcée" du métal en fusion dans le moule pour que les moindres cavités et détails soient comblés. 4/ cerise sur le gâteau, le métal fondu se rétracte au refroidissement, les côtes des moules doivent prendre en compte le "retrait". Voici comment je compte m'y prendre. Sur ces 2 vidéos vous aurez une idée assez précise du procédé. Comme je m'attends à connaitre déboires et déconvenues, j'essaierais surement les 2 méthodes de coulée, centrifuge et sous vide ! Sur la seconde vidéo , l'ébauche en cire est faite par impression additive, je ne pense pas utiliser cette solution, 1 imprimante 3D de qualité coûte 4000 euros.
  11. Salut les gars, je ne comprends pas... L'album est public comme tous les autres la preuve en photo ! Essayez ce lien, je viens de le copier de nouveau > http://www.hostingpics.net/album/ElZurdo-309692.html Bon visionnage !
  12. Ben rien Mk4, connecte-toi mon grand, s'il te le dit, écoute-le ! Je n'ai changé aucun paramètre sur Hostingpics... Personne d'autre ne se plaint de ne pas pouvoir visionner les photos...Donc, cela vient de ton côté !
  13. Coucou les amis, Merci pour vos souhaits de bon rétablissement, cela suit son cours lentement, Les douleurs aux niveaux des sutures sont encore bien présentes, ça tiraille bien dans le tripoux et ma tension est 1 peu élevée ! Comme dit Lap1, même si les infirmières étaient très accortes, je ne risquais pas de les rattraper, je dois être au niveau d'un octogénaire clopinant, pour un ancien marathonien c'est frustrant ! Donc pas le choix, je dessine, sans forcer et je m'arrête dès que j'en ai marre ! Je vous montre ici les essais de la rifling machine que j'ai réalisé le matin de mon hospitalisation (j'avais trop envie d'essayer) ! Le porte-outil a cassé, je m'y attendais à moitié (quelques 1/10 épaisseur d'acier brasé à l'argent, c'était pas gagné). Je sais comment je vais résoudre ce problème, mais il me faudra attendre encore de nombreux jours avant de pouvoir corriger le tir. Il y a aussi les plans à échelle 1/4, je me suis lancé dans un truc de ouf ! LIEN > http://www.hostingpics.net/membres/voir_album,309692,25.html
  14. Je suis rentré chez moi hier à 21h00, l'opération est dite "ambulatoire" mais c'était limite.... Sortir 5 heures après l'opération avec 2 prothèses treillis et des points de suture tous frais fut "sportif"... Heureusement les infirmières étaient très accortes ! Merci les gars, c'est sympa de penser aux convalescents. L'opération c'est bien passée mais je douille "grave" car l'hernie gauche avait fait un "boulevard" dixit le chirurgien... Je pense qu'il a du faire pas mal de travaux de coutures dans mon bide, c'est à peu près aussi jouissif que la sensation de se faire rouer de coups de pieds dans le bas ventre. Je suis arrêté 3 semaines dont 2 de repos total pour un hyperactif de ma trempe, cela va être coton !
  15. COUCOU LES COPAINS ! Bon les amis, je vais devoir lever le pied pendant un petit moment, demain je rentre à l'hosto pour me faire réparer mes 2 hernies inguinales (plutôt sévères) et après c'est repos obligatoire pendant 2 à 3 semaines ! Donc je vous envoie les photos de mes dernières avancées, j'ai pas pu terminé ce que je voulais faire avant mon opération...Tester la machine ! J'ai quand même fait l'outil à rayer et le canon test...C'est le genre de truc où on touche vraiment les grandes difficultés liées à l’échelle. Faire ce genre d'outil à 1/1, faut être soigneux mais ça se fait sans trop de mal, mais au 1/4 ! Imaginer faire un outil de coupe en lame de scie à métaux avec une seule dent de 5/10 tout à la Dremel et à "main levée", c'est pas facile, croyez-moi ! Une photo Apéro, Un Méga lien Digestifs & spiritueux variés > http://www.hostingpics.net/album/ElZurdo-309223.html